Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

jeudi 31 décembre 2009

Une école mobile pour les élèves des communautés nomades

Par le Matin, 28/12/2009


L'intérêt particulier dont jouit la généralisation de l'enseignement au Maroc s'est traduit par le lancement de l'«école mobile» qui suit les élèves des communautés nomades au gré de leurs déplacements saisonniers.

L'expérience avait été lancée dans les provinces de Ouarzazate et Tinghir durant l'année scolaire 2004-2005 en coordination avec le projet de Conservation de la biodiversité par la transhumance dans le versant sud du Haut Atlas (CBTHA), qui abrite l'une des plus importantes communautés à mode de vie pastoral.(…)

Cette initiative, qui témoigne de la volonté des responsables de l'éducation d'accentuer la lutte contre le phénomène de la déperdition scolaire, a bénéficié d'une adhésion positive des parents et élèves et incité divers autres intervenants à s'y intéresser et à travailler pour sa pérennité, a-t-il ajouté.
C'est ainsi que l'association «Chems» de Tinghir s'est mise en partenariat avec l'association espagnole «Dignidad» pour établir le projet «Ecole mobile des enfants transhumants».
Les cours, donnés de 08h30 à 13h30 avec une pause de 30 mn, sont dispensés sous la tente qui suit les élèves dans la transhumance entre les plaines et les flancs de montagne.
Ils se répartissent en deux sessions de quatre mois chacune : la première s'étale du 26 juillet au 25 novembre et la deuxième du 26 janvier au 25 mai,entrecoupées de deux mois de vacances.
Les élèves bénéficiaient, comme leurs camarades de l'école fixe, du repos durant les jours fériés, notamment les fêtes nationales et religieuses.
Le programme de la première année, approuvé par le ministère de l'Education, comporte sept matières de base.
La délégation provinciale lui affecte, à plein temps, un enseignant disposant d'une expérience de quatre ans et ayant suivi une formation de base de deux ans au centre de formation des instituteurs.
Les familles des élèves nomades bénéficient du Programme «Tayssir» d'aide financière directe aux foyers pauvres de zones rurales ciblées pour la lutte contre la déperdition scolaire. Ainsi, les mères de ces élèves reçoivent une
bourse mensuelle de 60 dirhams ( environ 6,5 euros)par enfant scolarisé.
(…)Ces mesures ont porté notamment sur l'augmentation du budget alloué au secteur de l'éducation, la lutte contre la déperdition scolaire et l'analphabétisme et le développement du partenariat avec les collectivités locales, les associations de la société civile et les organisations internationales.
Par MAP



L'école sera matérialisée par une solide tente résistante aux tempêtes de sable dans laquelle seront installés des matelas pour asseoir les enfants et un tableau noir. (Photo : espritdegazelles.wordpress.com)

Gaza : nous n'oublierons jamais

Une vidéo d'Haitham Sabbah

le Polisario demande au monde d'aider le Sahara Occidental

Par la rédaction de moqawam,dédié à tous les peuples arabes en lutte pour leur Liberté, 28/12/2009

La récente grève de la faim menée par la militante indépendantiste saharouie Aminatou Haïdar montre qu’il est urgent d’intervenir contre les violations des droits de l’homme exercées par le Maroc, affirme le chef du Front Polisario.
Cette grève de la faim, menée durant un mois à l’aéroport de Lanzarote, aux Canaries, a braqué les projecteurs de l’actualité internationale sur le Sahara occidental comme rarement depuis l’annexion de l’ancienne colonie espagnole par Rabat en 1975.
Le Front Polisario a déclaré l’indépendance du Sahara occidental en 1976.
La militante âgée de 43 ans et mère de deux enfants a cessé de s’alimenter afin de protester contre le refus du Maroc de la laisser rentrer au Sahara occidental si elle ne reconnaissait pas la souveraineté de Rabat sur le territoire.
Elle a finalement pu regagner son foyer après l’intervention des Etats-Unis, de l’Espagne et d’autres pays.
"Sa grève de la faim a fait connaître notre lutte et a remis le Sahara occidental en tête des grands sujets internationaux" , a déclaré le chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz, lors d’un entretien accordé à Reuters à son quartier général en Algérie.
"Le Maroc doit cesser sa campagne contre notre peuple à l’intérieur des territoires occupés. Nous appelons les Nations unies à mettre en place un mécanisme afin de protéger les droits de l’homme et à rendre compte de son action jusqu’à la résolution du conflit", a-t-il souhaité.
Territoire grand comme la Grande-Bretagne et doté de riches gisements de phosphate, voire peut-être de pétrole au large des côtes, le Sahara occidental est le théâtre d’un des plus anciens conflits territoriaux du continent africain.
Le ministre marocain des Communications, répondant aux accusations du Front Polisario, a affirmé qu’il ne s’agissait que de propagande.
"Le bilan du Maroc en matière de droits de l’homme est le meilleur de la région", a déclaré Khalid Naciri, interrogé par Reuters à Rabat.
Le royaume chérifien, a-t-il ajouté, tient à négocier une solution pacifique à ce conflit. Selon Naciri, le Polisario et ses alliés au sein du gouvernement algérien tentent d’exploiter cette grève de la faim pour paralyser le processus de paix.
Les pourparlers sont dans l’impasse, même si les deux camps se disent prêts à reprendre le dialogue. Le chef du Polisario l’a réaffirmé lundi en Algérie.
"De toute évidence, il est aujourd’hui plus urgent que jamais de trouver une solution juste et équilibrée à ce conflit. Nous sommes prêts à des négociations directes avec le Maroc", a affirmé Abdelaziz.
"Nous croyons qu’il existe plusieurs mesures que le Maroc peut prendre immédiatement afin de faciliter les négociations et prouver sa bonne foi. L’une d’entre elles serait de libérer sept de nos militants."
En octobre, la police marocaine a arrêté sept membres du Front Polisario qui revenaient d’un déplacement au siège de leur mouvement en Algérie. Rabat a annoncé qu’ils risquaient une inculpation pour trahison et espionnage, des faits qui sont passibles de vingt ans de prison.

(site al oufok) Publié par nasr à l'adresse 16:59

N°122-Annus horribilissimus

par Ayman El Kayman, Coups de dent n°122, 29/12/2009
L’année qui s’achève a été horrible ? Vous n’avez encore rien vu ! 2010 promet d’être encore plus horrible !
Alors que 2009 s’achève, l’Empire, revêtu de ses nouveaux habits, vient de découvrir un nouvel ennemi et d’ouvrir un nouveau front de guerre : le Yémen. Les mères des enfants yéménites déchiquetés par les bombes US pourront se consoler en se disant que c'est un cadeau de fin d'année du Prix Nobel de la Paix.

Dans cet Orient si proche et si lointain, le pharaonicule du Caire n’a rien trouvé de mieux pour commémorer le premier anniversaire de la guerre génocide contre Gaza que d’inviter le Premier sinistre de l’entité innommable. Et de refuser l’accès à Gaza à 1 500 internationaux venus de toute la planète pour apporter leur solidarité aux Gazaouis assiégés et soumis à la mort lente. Sans oublier le mur métallique de 10 mètres de haut et s'enfonçant 30 mètres sous terre qu'il a    "décidé"(façon de parler, puisque le pharaonicule prend rarement des décisions par lui-même) de construire entre Gaza et l'Égypte.

Dans l’Occident riche, ça va de plus en plus mal. Ça dégringole de partout. En Italie, 10 000 salariés du groupe ex-Eutelia se battent, dans une indifférence quasi-générale , pour sauver leurs emplois, sacrifiés par des patrons-gangsters. (je sais, je sais, c'est un pléonasme). Aux USA mêmes, source des maux, le seul secteur en expansion, ce sont les soupes populaires. À Copenhague, les grands pollueurs ont saboté les efforts pour prendre à bras le corps la catastrophe écologique qui nous menace tous.

Je pourrais continuer la liste de tout ce qui ne va pas mais je préfère m’arrêter là.

Il reste des raisons d’espérer : elles se trouvent au sud du Rio Grande, au Venezuela, en Bolivie, en Équateur, au Nicaragua, à Cuba, au Paraguay, dont les peuples et les gouvernements, pour une fois unis, tentent de donner vie au vieux rêve bolivarien de la Patria Grande, et donnent une leçon à toute l’humanité.
Bonne semaine, quand même !
Que la Force de l’esprit soit avec vous !
...et à l’année prochaine !

Des prisonniers meurent à petit feu dans l’indifférence générale : 38ème jour de grève de la faim à Oukacha

Vingt-neuf prisonniers marocains victimes de la folie de l’après 11 septembre, livrés aux tortionnaires parce que musulmans - dont l’italo marocain Elkassim Britel, kidnappé par la CIA, victime des transferts illégaux - sont en grève de la faim depuis 27 jours au Maroc. Leurs vies sont en danger.
Par Silvia Cattori, 21 décembre 2009 | Thèmes : Guerre globale au "terrorisme"
Ils ont cessé de s’alimenter depuis le 24 novembre, en signe de protestation, après avoir été soumis à toutes sortes de traitements dégradants dans la prison d’Oukacha [1]. Ce n’est pas leur première grève de la faim. Six d’entre eux sont dans un état de santé alarmant.
Dans son communiqué l’association des droits de l’homme marocaine An-Nassir indique que "L’état de santé des grévistes de la faim à la prison Oukacha est alarmant. Six détenus islamistes, parmi les 29 en grève depuis le 24/11/2009, sont en danger. Hassan Kettani est soumis à un isolement total. Nous demandons une intervention rapide des gens dans le monde afin de sauver la vie de ces détenus".
Aucune ONG n’a daigné répondre à cet appel ni aux cris de douleur des familles en détresse, qui sont impuissantes à faire bouger les choses.
Nous avons contacté diverses ONG à Genève pour savoir si elles comptaient intervenir auprès des autorités marocaines. Nous avons été assez surpris de découvrir l’absence de réaction, voir l’indifférence, de la part de ces prétendus défenseurs des droits humains, quand il y a des vies en jeu.
L’épouse d’Elkassim Britel, [2] nous a confié être choquée par l’indifférence qui entoure ces prisonniers musulmans, victimes de détentions arbitraires et de violences. L’Italie, son pays, ne fait rien pour exiger du Maroc la libération de son époux.

Post-Scriptum
Aujourd’hui, 30 décembre 2009, les prisonniers d’Oukacha sont toujours en grève de la faim. Depuis le 24 novembre, ils en sont au trente-septième jour de leur grève de la faim. Toutes les autres prisons marocaines se sont mises en grève de la faim depuis ce jour ; les familles des détenus, désespérées, sont postées en permanence devant la prison d’Oukacha en espérant que ce régime répressif fasse un geste de clémence à l’égard des prisonniers qui sont en danger de mort.


[1] Huit mille personnes sont détenues à la prison d’Oukacha, à Casablanca
[2] Elkassim Britel est le seul citoyen européen encore détenu suite à une « extraordinary rendition ». Il n’avait aucun problème avec la justice en Italie ; il ne vivait plus au Maroc depuis 13 ans quand, en 2002, il a été kidnappé et transporté par la CIA, par avion au Maroc, remis aux tortionnaires du Royaume, pour y être torturé.

Gaza : espoirs et déceptions pour les marcheurs de la liberté

Par urgence Gaza, 30/12/2009
Les nouvelles sont très mauvaises pour les marcheurs. Bien qu'il y ait eu un bus de 82 américains qui a pu rentrer à Gaza pour raisons humanitaires, les Égyptiens ne veulent pas faire plus, et nous devons continuer à mobiliser pour que l'on puisse obtenir une proposition plus intéressante.
Dans ce sens nous organisons une délégation pour le Quai d'Orsay demain 31/12 pour nous soutenir dans notre démarche, c'est la dernière chance.
Voici l'appel:
Rassemblement jeudi 31 décembre 2009 à 12H30 - Ministère des affaires étrangères - Quai d'Orsay - M° Invalides
Un an après l'agression israélienne sur Gaza, en soutien aux manifestations qui se tiendront à Gaza le 31 décembre, en soutien aux 1400 participant-e-s de 43 pays différents à la Marche pour la liberté et en soutien à la délégation du Collectif qui a demandé à être reçue au Ministère, les organisations du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, appellent à un rassemblement devant le Ministère des affaires étrangères ce jeudi 31 décembre 2009 à 12H30 pour exiger des autorités françaises qu'elles interviennent de toute urgence :
- pour le passage à Gaza des Marcheurs et Marcheuses de la liberté
- pour la levée du blocus de Gaza
Merci à celles et ceux qui le peuvent de faire l'effort, même si nous savons que l'heure est difficile et le jour se prête plus à la fête qu'à l'action politique.
Merci de transmettre très largement à vos contacts parisiens et de continuer à "pétitionner".

Le point sur la situation, le 30/12/2009
Malgré le doute qui commence à s'installer, les marcheurs de notre collectif comme vous le voyez dans le message ci-dessous, essayent de se remobiliser.
Pourtant, aujourd'hui, le ministre des affaires étrangères égyptien a annoncé que l'Egypte allait laisser passer des délégations restreintes et que ces délégations seront choisies parmi les groupes les plus sérieux. Est- ce une ouverture? Nous croyons qu'il y a une brèche et qu'il faut la saisir. Pour cela nous comptons plus que jamais sur un vrai soutien politique de la part du Quai d'Orsay. Nous allons dans ce sens se rendre au Quai d'Orsay. Ce sera l'occasion de faire valoir la mobilisation citoyenne, à travers les appels des élu-e-s, et surtout à travers vos signatures: presque 4000 signatures en deux jours! c'est tout simplement énorme... donc encore 1 ou deux jours de mobilisation!
Continuons à mobiliser, signer et faire signer http://www.urgence-gaza.net/
la pétition a récolté presque 4000 signatures en deux journées : c'est exceptionnel mais
il faut plus.
Nous avons encore un jours (un deuxième peut être aussi) d'action après ce sera difficile car le marcheurs vont devoir rentrer: donc le mot d'ordre est signez signons! Parlons  en autour de nous.
Déception
Dans la chambre d’hôtel devenue salle de réunion, l’ambiance est concentrée, voire grave. Il est devenu clair pour tous que nous n’entrerons pas dans Gaza. Si ce rêve était caressé par beaucoup, nous savions les difficultés qu’il faudrait affronter, mais peut être pas aussi vite. A présent les possibilités d’actions à partir du Caire sont quasi nulles ou insignifiantes. Les solutions qui s’offrent à nous sont toutes insatisfaisantes : rentrer chez nous sans gloire, rester au Caire sans pouvoir se rassembler, tenter d’atteindre El Arish par d’autres moyens …
Dans le groupe, une jeune avocate des droits de l’homme rappelle les objectifs de la marche internationale et le contexte géopolitique :Tout d’abord nous sommes en pays étranger et les attitudes de donneurs de leçon de démocratie occidentale sont souvent perçues comme du néocolonialisme.
Ensuite, il ne s’agit pas de désigner le gouvernement égyptien comme responsable du blocus (ce qu’auraient tendance à faire les encerclés de l’ambassade) mais bien Israël qui est l’origine du problème et qui serait trop content de se débarrasser du problème sur son voisin arabe, tout en continuant à tirer les ficelles.
Enfin il faut se garder de l’éclatement du mouvement qui nous guette et que le grand nombre d’organisations et de nationalités favorise. La communication est essentielle dans cette affaire, c'est pourquoi il faut maintenir la pression.
A nos amis restés en France, nous demandons de signer et faire signer la pétition en ligne
En parallèle, continuez à interpeller vos députés, maires, représentants et personnalités … et consultez les médias qui nous suivent : France 3, Al Jazeera, Al Arabiya, MBC, RFI (interview Florent), Associated Press …...

Pour info : exemple de lettre adressée au consul d’Egypte.
Date : 30 décembre 2009
À : Paris_Con@mfa.gov.eg
Objet : Marche pour la liberté de Gaza

Monsieur le Consul d'Egypte à Paris,
Je vous écris pour exprimer mon soutien à la Marche pour la Liberté de Gaza, programmée le 31 décembre.
Je prie instamment le gouvernement égyptien de permettre aux mille trois-cents délégués internationaux d'entrer dans le territoire de Gaza via l'Egypte. Je viens d'apprendre que seulement c ent marcheurs viennent d'être autorisés à se rendre à Rafah et auraient obtenu la possibilité d'entrer dans la bande de Gaza. La porte est donc entrouverte : il faut qu'elle s'ouvre plus largement encore ! Ainsi, la raison l'emportera. Ainsi, vous sortirez de cette mauvaise passe où un piège vous était tendu : faire endosser à votre pays des responsabilités qui ne lui incombent pas. C'est Israël qui est responsable de la situation à Gaza. C'est Israël qui impose un blocus inhumain au million et demi d'habitants de ce qui est devenu une prison à ciel ouvert ! Pas l'Égypte !
Le siège israélien doit être brisé ! C'est une question de principe de droit humanitaire et de droit humain que votre gouvernement ne peut ignorer.
Les mille trois-cents délégués internationaux doivent entrer dans la bande de Gaza !
Comptant sur votre intervention, je vous assure, Monsieur le Consul, de ma haute considération.
Jean-Dominique ROBIN
président de l'Association France-Palestine Solidarité Trégor
(Lannion, Bretagne)

mercredi 30 décembre 2009

Hamid SENNI : L'espoir républicain chevillé au corps.


Par oumma, 30 décembre 2009
C’est l’histoire d’un parcours humain exemplaire qui a cru aux vertus de notre méritocratie à la française, c’est l’ascension hors de nos frontières d’un français, fils d’immigré marocain, contraint à son tour à l’exil, pour se donner les moyens de ses ambitions.
Un destin marqué du sceau de la volonté que celui d’Hamid Senni, aîné d’une fratrie de huit enfants, qui a reçu en héritage le lourd devoir d’ouvrir la voie et de réussir au cœur de son pays d’adoption, la France.
Dans son ouvrage intitulé « De la Cité à la City », Hamid Senni retrace son cheminement personnel, académique et professionnel, qui l’a mené dans des pérégrinations européennes jusqu’à Londres, véritable terre promise économique, où il a pu donner la pleine mesure de ses compétences, laissant loin derrière lui les douloureuses discriminations hexagonales sources de rêves brisés.
C’est plus que jamais l’espoir républicain chevillé au corps et à l’âme qu’Hamid Senni réagit à la tribune de Nicolas Sarkozy parue dans le Monde, désireux d’éclairer le plus haut sommet de l’Etat sur un dramatique gâchis français, tout en léguant à la jeune génération des « français d’origine maghrébine » un témoignage, un enseignement, et une raison d’y croire.
Un sublime hasard, en plein débat sur l’identité nationale, qui fait que le calendrier sportif colle à l’actualité politique. 18 novembre dernier, deux matchs : l’un avec l’équipe de France, l’autre d’Algérie. Au moment des réjouissances, la jeunesse française aux racines algériennes ne choisira pas de brandir le drapeau français dans la rue. L’histoire se répète après la jeunesse aux racines portugaises lors du match France-Portugal en coupe du monde 2006, à une différence près : d’un côté, une jeunesse qui se sent d’ici et le temps d’un match se reconnecte là-bas, et de l’autre, une jeunesse qui se sent de là-bas et se déconnecte d’ici.
Cette soirée a surtout révélé une désespérance absolue fondée sur le constat de l’incapacité de chacun, sinon de tous, de « s’en sortir ». Aîné d’une famille de huit enfants, mon père - ouvrier marocain arrivé en France en 1972 - me dit : « Tu es l’aiguille, et tes frères et sœurs le fil. Si l’aiguille perce à l’école, les autres passeront par le chas de l’aiguille et suivront ton exemple ». Grâce à l’espoir républicain, source de cohésion sociale, il était plein d’espérance pour ses enfants qu’il pensait Français. Dès lors que l’on nous opposa aux « français de souche », nous fûmes confrontés à une crise identitaire. Nous appartenions à l’immigration postcoloniale et non européenne.
On a fait de moi un « Français d’origine maghrébine », un « Français de première génération » ou encore un « Français de confession musulmane ». En France, je me sens « Français de seconde classe ». Dans les quartiers en zone urbaine sensible, notre réalité est celle de la discrimination à l’emploi, au logement, aux loisirs et parfois même à l’école. Une exclusion sociale et culturelle qui, peu à peu, nous conduit inexorablement vers cette perte identitaire.
Malgré l’accumulation des diplômes, mes CV restèrent lettre morte. Comment expliquer à mes parents, à mes frères et sœurs et à mon entourage, cet accablant manque de réussite ? Comment parler de ce plafond de verre sans détruire les fondements du pacte républicain ? Au mieux, on m’a proposé du porte à porte en qualité de vendeur d’aspirateurs. Je me suis donc exilé, devenant un immigré et un réfugié économique.
La France est en contradiction avec ses fondements constitutionnels, synonymes de liberté, d’égalité et de fraternité mais aussi de méritocratie et d’équité. J’ai dû quitter mon pays, comme mes parents avaient quitté le leur. Onze ans plus tard, je reste encore un étranger en France mais un Français à l’étranger.
Loin de mon Ardèche natale, j’ai pu rester ce frère « modèle ». Après avoir fait une école de commerce en Suède, j’ai été responsable produit chez Ericsson à Stockholm, puis recruté chez BP à Londres. Mes sœurs, Samira et Nadia sont allées étudier au Québec, et Nora a passé un Bac scientifique au lycée français de Londres.
C’est dans l’entreprise que le bât blesse et que la rupture de l’identité nationale opère par manque de politiques de diversité. Comme démontré par le BIT (Bureau International du Travail), près de quatre fois sur cinq, un employeur préfère embaucher un candidat « d’origine hexagonale ancienne » plutôt que son collègue d’origine maghrébine ou noire africaine.
Etre acteur d’une société ne peut que passer par l’emploi et par les politiques de Diversité, et par cette reconnaissance de notre identité française, que je trouve si facilement et naturellement à l’étranger.
Hamid Senni
Auteur du livre « de la Cité à la City », Edition de l’Archipel, Directeur de Vision Enabler, cabinet de conseil en diversité, fondateur du Club Diversité.

Report du jugement de Mustapha Addari



Report du jugement de Addari, président de la section amdh/khenifra
Par Samira Kinani, 29/12/2009
salle assez comble
nos camarades ne sont pourtant pas nombreux
notre présidente, malgré la grande charge de travail professionnel
elle a tenu à être là

quelques militants démocrates
bien sûr notre défense à sa tête Saïd
témoignant son soutien à notre président de la section Khenifra
que la fameuse association des amahzoune traine en justice
awdi kwate lhal katdahajk
une association qui n'a juridiquement pas le droit de porter plainte
a quand même réussi l"'exploit"
de condamner
notre camarade à 3 mois avec sursis!!
les voies de la justice sont impénétrables, chez nous
et depuis
Hafsa Amahzoune
continue ses razzias à Khenifra
dans une impunité totale
"séquestration d’une jeune fille"
les journaux en ont parlé!
essai d'attaquer maître Sebbari
vous vous en souvenez
l'avocate qu'elle avait tailladée
devant le poste de police
et qui ne retrouve même pas sa plainte!!!
la séance a été reportée
car parait que Chahtane le directeur du Michaal
écroué pour une autre affaire
est absent pour le juge!!
mais bon
c'est un détail
durant cette matinée
plusieurs journaux passent au tribunal!!
même Nini!!
Addari repassera le 19 janvier
j'espère que cette fois
notre présence sera plus significative
en tant que militants
et en tant que défense
car ce n'est pas Addari qui est jugé
c'est l'amdh
et avec elle
toute voix honnête
osant encore
dénoncer le despotisme
du féodalisme
si je me mettais à vous raconter
tout ce que de pauvres paysans
nous ont raconté
vous vous croiriez au Moyen Age
et au moins là bas
y avait un certain sens de l'honneur!!!
cette affaire mérite plus de mobilisation
c'est la dignité longtemps bafouée
de toute une population
qui risque de s'aggraver
si l’impunité persiste …

GAZA : Une brèche s'est ouverte, il faut l'amplifier

Par Jean-Claude Lefort, 30/12/2009

Suite aux diverses actions et initiatives tous azimuts que nous avons menées de manière dynamique et responsable, les autorités égyptiennes viennent de prendre la décision politique importante d’autoriser le départ de 2 cars – soit 100 personnes – pour rejoindre Gaza dans le cadre de « La Marche pour la liberté » !
C’est un premier succès non négligeable que nous enregistrons.
Cette décision présente toutefois un problème et nous convainc de lui donner un prolongement.
Le problème c’est que cette autorisation a été accordée principalement aux Marcheurs américains, la présence autre étant purement symbolique. Cela pose d’emblée la question du prolongement qu’il convient de lui donner : obtenir une autorisation élargie, autrement dit que les européens – qui sont aussi nombreux au Caire que les américains – puissent aussi obtenir la même autorisation !
En conséquence, forts de ce premier résultat qui n’est pas mince et qui est fruit de nos efforts partagés sur la base d’une ligne de conduite parfaitement claire et que nous ne modifions pas, nous entreprenons sans attendre les démarches et initiatives appropriées pour déboucher sur une solution satisfaisante pour tous et conforme à l’objet de cette marche.
Une brèche a été ouverte, nous voulons l’élargir ! C’est l’objet de nos requêtes auprès des autorités égyptiennes : « Alors que vous avez entrouvert une porte, il faut que la porte s’ouvre plus largement. Ainsi la raison l’emportera et ainsi vous sortirez de cette mauvaise passe où un piège vous était tendu : déplacer vers vous des responsabilités qui ne vous incombent pas. C’est Israël qui est responsable de la situation à Gaza. Vous sortez de l’œil du cyclone en faisant ce premier geste politique que nous apprécions, maintenant sortez-en complètement ! ».
A vous qui êtes en Europe nous disons : votre soutien a été précieux pour obtenir ce premier résultat. Aidez-nous à l’amplifier ! Vos gouvernements respectifs ne peuvent plus dire maintenant : « Les Egyptiens ne veulent pas ».
Tous ensemble continuons les actions pour que vive la marche de la liberté pour Gaza !

Mémoire : Abdellatif Zeroual, homme d'idées et de progrès ne doit pas être englouti dans l'oubli

Par Saddik Larach, 29/12/2009

14 novembre 1974 – 2010...
Un philosophe est mort, disparu dans les ténèbres. Un homme d'idées et de progrès a été englouti dans l'oubli..
Le Maroc se réclame membre de la communauté internationale alors que des centaines des siens sont exclus de la mémoire.
Dont monsieur Abdellatif ZEROUAL, professeur de philosophie, démocrate, de culture, et être de vie. Homme politique de la gauche marocaine, l'un des inspirateurs du combat pour la libération et pour le droit à la vie dans la fin des années 60 et début 70. Dirigeant du mouvement Ilal Amam en même temps que Abraham SERFATY.
Dans le pays qui est le sien – qui était le sien- cet homme a cherché la justice et le droit, le respect et la dignité ; refusant la violence aveugle de l’Etat contre la pauvreté, la misère, l’inculture et l’ignorance. Dans sa bêtise bâtie et choisie, l’Etat n’a pas supporté son intelligence au point de le faire disparaitre et de faire disparaitre sa sépulture. Il se faisait appeler Mahmoud par ses camarades et Bakkali par ses assassins.
Nous, femmes et hommes de vie, souhaitons, avec vigueur et rigueur, nous recueillir devant et autour de sa tombe. Pourvu qu’elle nous soit présentée.
Cet homme de culture et de richesse noble et créative n’a pas mérité la mort violente. Ni l’oubli.
Nous voulons lui rendre l’hommage qu’il mérite.
NOTRE HOMMAGE A UN HOMME DROIT ET CAPTIVANT DE PAR SA MODESTIE.
Que sa vie s’inscrive dans la mémoire de la belle histoire dure, mortelle et inoubliable.
Dans sa légitime défense, monsieur Abdellatif ZEROUAL, a brandi sa plume et son crayon ; du papier pour se protéger. Cela lui a valu une mort incomprise. Sans raison. Sans vie.
Monsieur Abdellatif nous a quittés sans laisser d’adresse et nous voulons lui parler ou, au pire, lui écrire.
Donnez-nous cette permission. Parce que vous n'avez pas le choix. Ou alors vous aurez choisi l'insupportable inhumanité: l'aveugle violence.


Comité Pour Toute la Vérité sur le Sort d’Abdellatif ZEROUAL C
COMMUNIQUE
Traduction faite par Aziz Loudyi,17/12/2009
Dans le cadre de l’intérêt qu’il porte au dossier des disparus dont le sort demeure inconnu, le « Comité Pour Toute la Vérité sur le Sort de Abdellatif ZEROUAL » s’est réuni le jeudi 17 décembre 2009, dans le but d’œuvrer pour dévoiler toute la vérité sur le sort du militant Abdellatif Z EROUAL.
Il est de notoriété publique que Abdellatif ZEROUAL, membre de la direction de l’organisation ILAL AL AMAM, a été arrêté le 5 novembre 1974 à Casablanca, dans le cadre de la vaste vague de la répression sauvage, visant le mouvement progressiste marocain en général et le mouvement marxiste léniniste en particulier, pendant les années soixante dix du siècle dernier.
Abdellatif ZEROUAL a été soumis à des tortures sauvages de la part de Kadour El YOUSSFI et ses sbires, dans le tristement célèbre centre de torture de Derb Moulay Cherif de Casablanca, qui ont entrainé le décès de Abdellatif ZEROUAL le 14 novembre 1974.
Jusqu’à présent, 35 après son martyre, la sépulture de Abdellatif ZEROUAL le lieu de sépulture de Abdellatif ZEROUAL demeure toujours inconnu.
Partant de ce qui précède, le « Comité Pour Toute la Vérité sur le Sort de Abdellatif ZEROUAL » va recourir à tous les moyens légitimes pour faire connaitre l’affaire de ce militant, en mettant tout en œuvre pour la revendication de la révélation du lieu de sa sépulture et la récupération de sa dépouille par sa famille.
SIGNATAIRES :
Aziz LOUDIY, Abderrahmane BEN AMEUR, Abdalilah BEN ABDESLAM, Abdellatif ZEROUAL, Abdallah EL HARIF, Khalid JAMAI, Mohammed ESSEBBAR, Aberrahim JAMAI, Zhour AZLAF, Tayeb MADMAD, Ali ANOUZLA.

Les intempéries au Maroc



 Pertes humaines et dégâts matériels
Par Maghrebinfo, 30/12/2009

Le mauvais temps persiste au Maroc, vents, fortes pluies, ces intempéries ont à certains endroits des conséquences dramatiques, plusieurs décès ont été enregistrés.
Le nombre de victimes des pluies torrentielles au Maroc s’élève depuis hier à 5 morts, 4 des victimes circulaient en voiture ont été emportées par les eaux. C’est le cas d’un homme, une femme et d’une jeune fille qui ont trouvé la mort dans la région d’Agadir, leur véhicule a été emporté alors qu’ils tentaient de traverser un oued en crue. Une ressortissante espagnole a par ailleurs été tuée dans la région de Chichaoua, son mari et son fils qui étaient à bord du même véhicule ont eu plus de chance qu’elle et ont pu être récupérés vivants. Enfin une cinquième personne – une jeune femme – a, elle, été emportée par les crues boueuses de l’oued Lakhdar dans la province de Taza, elle aussi a été emportée en voulant traverser le cours d’eau grossi par les pluies.
Un bilan auquel il faut ajouter la disparition d’une femme dont on est sans nouvelle depuis mardi, emportée par la mer cette fois dans la région de Safi. Des pluies qui provoquent aussi des effondrements de maisons vétustes au Maroc, 3 personnes ont ainsi été blessées avant-hier à Marrakech, 10 autres l’avaient été dans des conditions similaires à Casablanca.
Les dernières inondations diluviennes au Maroc ont atteint des niveaux très importants notamment dans la région de Chefchaouen avec plus de 200 mm d’eau en 2 jours. Des inondations ont été observées dans de nombreux endroits notamment dans plusieurs quartier de Tétouan et de Tanger au nord du Maroc.

Les victimes des intempéries à la belle étoile
Par Ali Fkir, 29/12/2009
Les dernières pluies ont causé des dégâts importants dans les certains quartiers populaires; Les "élus", les représentants de l'Etat, les "âmes charitables" ont brillé par leur absence.
A Casablanca, plusieurs maisons se sont effondrées, et contrairement à ce que racontent les organes "d'information" officiels (télévisions, radios...), les sinistrés "vivent", affamés dans la rue, à la merci du froid glacial...D'autres ont abandonné leurs logements de fortune de peur de se retrouver sous les décombres...
Des dizaines de victimes se retrouvent presque quotidiennement au siège d'ANNAHJ ADDIMOCRATI pour discuter de leur situation catastrophique...
Le mardi 22 décembre, constitution au siège d'ANNAHJ, du "Comité de suivi du dossier des habitants de Arsat Benslama" de l'ancienne médina.
Le comité est composé de 11 personnes: 7 victimes des intempéries et de la marginalisation administrative, 2 avocats et 2 militants des droits humains.

Le dimanche 27 décembre 2009, a eu lieu une réunion élargie au siège d'ANNAHJ ( plus de 150 personnes y étaient présentes).
Les victimes ont décidé en coordination avec le comité de suivi:
- D'organiser le jeudi 31 décembre 2009 au siège d'ANNAHJ ADDIMOCRATI (à Casablanca) une conférence de presse et cela, à partir de 9h du matin. Des victimes seront au rendez-vous pour témoignage.
- d'organiser le dimanche 3 janvier 2010 à partir de 16h un sit in de protestation devant la préfecture.
- D'organiser des visites continues aux victimes hospitalisées
- De publier un communiqué général sur l'état des lieux



Photos prises le dimanche 27 décombres 2009 au cours de l'assemblée générale des victimes au siège d'ANNAHJ ADDIMOCRATI (la Voie démocratique). L’extrême fatigue se lit sur les visages.


Organisation, le jeudi 31 décembre 2009 au siège d'ANNAHJ ADDIMOCRATI (à Casablanca) une conférence de presse et cela, à partir de 9h du matin. Des victimes seront au rendez-vous pour témoignage.

mardi 29 décembre 2009

Khadija Riyadi, personnalité de l'année


Par Larbi,24/12/2009


En cette annus horribilis pour les libertés et les droits au Maroc, Mme Khadija Riyadi, présidente de l’Association Marocaine des Droits Humains (AMDH), mérite, à mon sens, le titre de la personnalité de l’année 2009.
Dans un pays où les élites ont détourné le regard sur le combat pour les libertés et fermé les yeux sur les exactions commises par le pouvoir, Khadija Riyadi et à travers elle l’AMDH, s’est toujours rangée du côté des victimes et de leurs familles.
Farouchement indépendante et animée d’une réelle conviction, Madame Riyadi appartient à cette espèce rare de femmes et d’hommes politiques qui ont su se tenir à l’écart de la courtisanerie, de la lâcheté et de la prostitution politique. Quand tout ce que compte le Royaume d’élites courraient derrière les privilèges liés la proximité du pouvoir, à commencer par la proximité avec l’ami du roi et son parti, Khadija Riyadi a préféré la fréquentation et le soutien des pauvres, des laissés-pour-compte et de ce qui reste encore de contestation sociale. C’est son monde, c’est sa vie.


La présidente de l’AMDH matraquée par la police lors d’une manifestation

Quand des manifestants ont été malmenés, des journalistes et blogeurs arrêtés et des publications interdites et qu’ils n’ont eu en guise de réponse de l’élite politique et associative qu’un silence assourdissant, Khadija Riyadi a été parmi les premiers à cogner, à grogner, à taper sur la table et à donner la voix pour exiger le respect du droit à la liberté d’expression.
Quand des militants des droits de l’homme, et pas les moindres, ont préféré s’abstenir de défendre les islamistes, parce qu’ils ne partagent pas leurs idées, Khadija Riyadi était parmi ceux qui ont tenu bon et les ont défendus parce que tout homme, tel qu’il soit, mérite d’être défendu.
Quand au nom d’on ne sait quel consensus national, des militants pacifistes sahraouis ont été opprimés et persécutés, l’AMDH de Khadija Riyadi a encore tenu bon parce que pour elle l’idéal des droits de l’homme se situe au dessus de toute considération nationaliste même légitime.
Mme Riyadi à propos de la Justice au Maroc
Quand certains défenseurs de libertés individuelles ont fermé les yeux sur la responsabilité de l’Etat marocain, Khadija Riyadi était parmi les rares qui ont défendu le droit des minorités sexuelles, religieuses et a-religieuses tout en restant crédible. Parce qu’elle agit au nom d’un idéal cohérent : on ne peut parler d’intégrisme religieux quand il s’agit des islamistes et faire preuve d’un formidable intégrisme institutionnel quand il s’agit du roi.
Depuis des années, Khadija Riyadi lutte pour la liberté et la dignité des hommes dans une société plébiscitaire gouvernée par un régime politique plébiscitaire. Avec courage et détermination et sans jamais renier ses idéaux. Telle est sa gloire. Son combat, fait d’abnégation et de dignité, et celui de ses collègues de l'AMDH et d'autres associations, mérite respect et admiration.

Palestine : Marche pour la liberté, liberté pour la marche !

Par  AFPS, Paris,  28/12/2009
Depuis maintenant quarante-huit heures, nous sommes au Caire où, de discussions en discussions, les 1400 participants à la marche pour la liberté pour Gaza – 1400 comme les 1400 victimes gazaouies de l’offensive israélienne d’il y a un an – n’ont toujours pas l’autorisation de se rendre à Gaza.
Deux arguments – irrecevables – sont avancés par les autorités :
Les Marcheurs s’ingéreraient dans les affaires intérieures égyptiennes. C’est doublement faux. D’abord, nous n’avons jamais mis en cause les autorités égyptiennes. Nous avons, au contraire, travaillé avec elles en leur donnant toutes les informations qu’elles souhaitaient - jusqu’à nos numéros de chambres !
Selon nous, la liberté d’aller et venir, de circuler où bon nous semble est une liberté fondamentale de l’être humain. Mais elle ne s’applique pas à la population de Gaza, soumise à un blocus illégal et inhumain. Raison de plus pour qu’elle s’applique aux Marcheurs venus de quarante-deux pays – dont la France – qui doivent bénéficier de ce droit fondamental. En le leur refusant, ce sont les autorités égyptiennes qui s’ingèrent dans la liberté des Marcheurs.
Deuxième argument : si les Marcheurs passaient à Gaza, ce serait nuisible à la sécurité égyptienne. On a beau chercher le sens de ce raisonnement, il ne tient pas. Les 1400 Marcheurs peuvent entrer à Gaza et en sortir sans que cela ne pose le moindre problème. Si le feu vert était donné – lequel procède évidemment d’une décision politique –, nous sommes tous assez responsables pour ne prêter le flanc à aucune manœuvre, d’où qu’elle vienne. Notre interlocuteur à Gaza est le Palestinian Center for Human Rights, dont chacun connaît le sérieux. En quoi l’entrée et la sortie des Marcheurs mettraient-elles en cause la sécurité égyptienne ? Cette objection n’est donc pas fondée.
Nous sommes porteurs d’une double exigence : la levée du blocus illégal qui a transformé Gaza en prison et en mouroir à ciel ouvert depuis deux ans et demi, et la fin de l’impunité dont jouissent les autorités israéliennes. C’est l’objet unique de cette marche et la raison pour laquelle nous venons exprimer notre solidarité aux Gazaouis. Nous sommes porteurs du droit international, des valeurs mêmes qui fondent l’Humanité… Voilà pourquoi nous attendons des autorités égyptiennes qu’elles prennent la décision politique de nous laisser passer à Gaza.
J’ajoute que les autorités françaises ou européennes ont une lourde responsabilité dans cette situation pour n’avoir pas – à notre connaissance – effectué les démarches nécessaires auprès des responsables égyptiens. C’est la première chose à faire : exiger une intervention adaptée de nos pouvoirs publics en direction des autorités du Caire. La seconde remarque à méditer est la suivante : si, par absurde les autorités égyptiennes s’entêtaient, elles se placeraient dans une situation des plus paradoxales. En effet, alors qu’Israël est bien le principal responsable du blocus de Gaza, voilà qu’aux yeux de l’opinion publique, cette responsabilité se déplacerait vers d’autres, qui sont pourtant à la tête d’un pays qui, l’an dernier, a manifesté avec force et massivement sa solidarité avec les Palestiniens. En maintenant leur interdiction, les autorités égyptiennes créeraient elles-mêmes les conditions d’un déplacement du débat dans leur propre société – ce que nous nous sommes toujours refusé à faire. Par ricochet, ce sont elles qui provoqueraient l’immixtion, qu’elles dénoncent.
ll est temps que la raison l’emporte sur un certain aveuglement : qu’on laisse marcher les citoyens venus du monde entier dire, sur place et pacifiquement, leur solidarité avec le peuple de Gaza.

Le 28 décembre Nous apprenons a l'instant des militants de l'afps sur place en Egypte, venus participer a la marche pour la liberté, pour la levée du siège israélien de Gaza et la fin de l'impunité d'Israël qu'une rencontre est prévue avec l'ambassadeur de Palestine en Egypte. Il s'agit de lui transmettre la démarche des marcheurs, et de lui demander de s'en faire l'interprète auprès des Autorités égyptiennes.
Les marcheurs pour la liberté doivent pouvoir se rendre a gaza.
Jean-Claude Lefort, 29/12/12h45

********************************************************************************************************
Et aussi : signer et faire signer info marche : http://www.urgence-gaza.net
La pétition a récolté plus de 2000 signatures en une journée : c'est exceptionnel mais il faut plus.

La filiale marocaine de France Télécom-Orange licencie un ingénieur pour antisionisme

L'ingénieur Benziane a été licencié par SOFRECOM,  la filiale marocaine de France Télécom-Orange, pour s'être opposé à la présence de formateurs israéliens.

Le Noël épineux de Sarkozy

Par Juan,SARKOFRANCE, le blog politique d'un citoyen vigilant, 26/12/2009

Nicolas Sarkozy s'est envolé pour Marrakech avec Carla. Cette dernière semaine, la 138ème depuis son élection, a été agitée. Il fallait gérer la déception de Copenhague, l'incompétence d'Eric Besson, une polémique sur la Burqa et des candidats régionaux UMP démoralisés...
L'échec de Copenhague
Samedi dernier, Nicolas Sarkozy est rentré bredouille à Paris. Le sommet de Copenhague, dans lequel il avait placé tant d'espoirs personnels fut un fiasco. La "mesquinerie des Etats occidentaux" fut manifeste. On attendait un accord contraignant, fixant des objectifs, des engagements, et une aide financière pour les pays les plus pauvres. On hérita d'un accord "politique" minimaliste qui reconnaissait les dangers du réchauffement climatique, mais sans fixer de moyens ni de calendrier d'actions. Pire, les Etats européens furent totalement écartés de sa rédaction dans les dernières heures du sommet. Sarkozy, si aggressif, si offensif, fut grillé par Barack Obama dans la dernière ligne droite.
De l'Elysée à l'UMP, on a essayé de convaincre les médias français que c'était la faute à l'Europe et à l'ONU. Pourtant, la réalité est tout autre. Nicolas Sarkozy a joué sa carte personnelle, court-circuitant l'Union Européenne au profit de la position française. Le monarque a besoin de se placer en permanence au premier rang. Son narcissisme est son problème. Il fait échouer ses initiatives internationales, brusque ses partenaires, ruine les démarches multilatérales. Relisez donc ce commentaire de l'envoyé spécial du Monde à Pékin, qui suivait le déplacement de François Fillon en Chine: "nul doute que pour les Chinois, la personnalité de ce dernier "passe" mieux que celle de M. Sarkozy, dont le caractère imprévisible, prompt à la familiarité, lui a valu la méfiance durable des maîtres de la Chine." Imprévisible et familier, voici l'image que Nicolas Sarkozy traine jusqu'en Chine !
Mardi, Nicolas Sarkozy a tenté de reprendre la main. Il a promis à des ONG environnementales qu'il organiserait fin janvier un sommet sur la déforestation, puis qu'il créerait un "groupe Copenhague" rassemblant les 28 Etats signataires de l'accord, exception faite de la Chine et de l'Arabie Saoudite. Qui l'entendra ?
Les silences français en Chine
Le premier ministre a clos l'année par un déplacement remarqué, mais express, en Chine. Depuis son élection en 2007, Nicolas Sarkozy avait largement œuvré au rapprochement avec la Chine, au risque de passer sous silence les exactions du régime en matière de droits de l'homme. La venue du Daïla Lama en France, fin juillet 2008, avait été l'occasion de frictions avec la Chine, sur fonds de malentendus. Sarkozy fut l'un des rares chefs d'Etat européens à se rendre à l'inauguration honteuse des Jeux Olympiques de Pékin, le 8 août 2008. Mais les dirigeants chinois lui en voulaient toujours d'avoir tenté de ménager la chèvre et le chou. Depuis, la Sarkofrance n'a pas ménagé ses efforts d'apaisement. La Chine est le premier pays du monde, un vaste marché pour les entreprises françaises et, surtout, le premier créancier des États occidentaux sur endettés. En octobre dernier, l'UMP signait un protocole d'accord avec le Parti Communiste Chinois. Xavier Bertrand faisait mine d'oublier quelques instants les droits de l'homme. Fillon est venu cette semaine parachever la réconciliation. En Sarkofrance, le commerce définit l'amitié, et François Fillon a bien "vendu": sur place, il a officialisé la création d'une coentreprise créée par EDF et le chinois CGNPC pour construire et exploiter deux réacteurs nucléaires de technologie EPR à Taishan. Les deux seuls EPR en construction (en France et en Finlande), sont deux gouffres financiers, dont la sécurité a été critiquée par les autorités de sureté nucléaire française et finlandaise. Qu'importe ! Fillon veut aider la Chine à "décarboner son économie".
A peine le premier ministre français était reparti que Liu Xiaobo, un intellectuel chinois et opposant au régime, pouvait être jugé ce mercredi 23 décembre. Il encourt quinze ans de prison pour "subversion du pouvoir de l'Etat". Son crime ? Avoir signé une charte réclamant le respect des droits fondamentaux. Fillon n'a pas abordé son cas, lors de son déplacement. Qu'en pense Xavier Bertrand ?
L'épineux débat identitaire
Après l'environnement, le débat identitaire fut la seconde plaie à panser. Eric Besson avait confié, à demi-mot, ses blessures devant les attaques "ad nominem" dont il a fait l'objet. A force de défier en permanence ses anciens "camarades" et de s'afficher comme le plus sarkozyste des ministres de Sarkofrance, le ministre de l'identité nationale est devenu, en quelques mois, l'icône la plus détestée du régime. Depuis septembre, Eric Besson a multiplié les provocations: salves contre les "mariages gris", expulsions controversées d'Afghans sans-papiers vers leur pays en guerre, déclarations douteuses sur sa "hiérarchie des appartenances", et, last but not least, organisation d'un débat qui tourne au cauchemar pour la majorité présidentielle. Ces derniers jours, les socialistes Cambadélis et Huchon ont tour à tour comparé Besson aux collabos Pierre Laval et Marcel Déat. Qu'il est dur d'être provocateur ! Pire, le Monde révélait cette semaine que le pauvre ministre n'est qu'un "faux dur": plus de 20 000 sans-papiers ont été régularisés cette année. Cruelle déception ! Eric Besson ne serait-il qu'un tartuffe maladroit et inefficace ?
En milieu de semaine, les esprits se sont encore échauffés: une secrétaire d'Etat s'est affrontée à un député UMP, et Jean-François Copé a profité du débat identitaire pour promettre une loi contre la Burqa. Mercredi 23 décembre, Nicolas Sarkozy a voulu, une "nouvelle fois", recadrer le débat. Sa tribune dans le quotidien Le Monde, il y a 15 jours, n'a pas suffit. Mercredi, le président a reçu le Conseil du Culte Musulman, pour rassurer la communauté musulmane, heurtée par un débat qui vire à l'islamophobie. Sarkozy a demandé à son ministre de faire preuve de davantage de "pédagogie".
Diversions contre diversions
A peine de retour à Paris, Nicolas Sarkozy s'est saisi d'un sujet comme il les affectionne : les difficultés techniques de l'Eurostar, dont quelques trains ont été bloqués puis annulés pour cause de "rupture de température". Depuis 15 jours, les franciliens souffrent d'un mouvement de grève du RER A, l'une des lignes les plus fréquentées d'Europe... mais le Monarque préfère convoquer le patron de la SNCF à l'Elysée pour le tancer sur les pannes d'Eurostar... Cette indignation "bling bling" et médiatisée permet au gouvernement de faire oublier l'un de ses premiers échecs: le controversé "service minimum" n'existe qu'à l'Elysée. Sarkozy excelle dans le rôle du maître d'école et donneur de leçon. Il se murmure qu'il a ainsi sur-réagi car son ami Dominique Baudis s'est retrouvé coincé dans l'un des Eurostars en panne dans le tunnel sous la Manche.
Sarkozy a assumé son rôle de monarque "proche du peuple" jusqu'au bout de la semaine : un coup de fil à Clotilde Reiss, une visite, avec Carla, d'un hôpital d'enfants malades, des voeux sur Facebook, une décoration des 4 conducteurs du RER C qui dérailla dimanche soir, et une vaccination médiatisée contre la grippe A. A peine 7% de la population a été (tardivement) vaccinée. Le gouvernement a encore quelques 89 millions de doses à écouler d'ici quelques mois.
Le Monarque souhaitait peut-être oublier la constitution prochaine d'une commission d’enquête parlementaire sur les dépenses de sondages engagées par le gouvernement. Il y a 10 jours déjà, le Parisien relevait qu'en 2009, "plus de 7,5 millions d’euros d’argent public ont été déboursés pour valoriser la seule image de Sarkozy." Pourquoi ces dépenses ont elles été payées sur fonds publics ?
Le moral en berne de l'UMP
Autre confusion des genres, mardi 22 décembre. Nicolas Sarkozy recevait les têtes de liste de l'UMP à l'Elysée, pour un cocktail déjeunatoire aux frais des contribuables. Il leur a demandé d'assumer le bilan national du gouvernement, notamment en matière de lutte contre la crise. Il a aussi élargi les thèmes de campagne à « l'emploi, la sécurité dans les transports, la vidéoprotection, la réforme territoriale ».
Certains candidats UMP aimeraient que le Monarque ne se mêle pas trop de leur campagne. "On ne m'enfermera pas" a-t-il répondu. A l'issue de cette réunion, un ministre-candidat a confié qu'il préférerait que Sarkozy reste discret. Il craint "le mauvais buzz". Il faut dire que le bilan du gouvernement est difficile à défendre. La France serait-elle mieux lotie que ses voisins européens ? Pas vraiment, elle a moins de marges de manoeuvres budgétaires, et davantage endettée, et son chômage dépasse la moyenne de la zone euro. Jeudi, le gouvernement a d'ailleurs discrètement annoncé, à quelques heures du réveillon, que le chômage n'avait que "faiblement" augmenté en novembre. C'est le seizième mois consécutif de hausse pour la catégorie A, celle des demandeurs sans aucun emploi. Surtout, le chômage de longue durée continue de grimper...
En matière de lutte contre l'insécurité, les candidats UMP devront parler de "video-protection", un sujet qui rassurera leur socle électoral. Faute de policiers, Sarko veut déployer des caméras. La réduction - idéologique - du nombre de fonctionnaires frappe aussi les effectifs de police et de gendarmerie. Brice Hortefeux a beau dénoncer les braquages à répétition cette semaine dans le Val de Marne, il a dû mal à masquer la réalité : les fameuses "UTEQ" (Unités Territoriales de Quartier) ne seront que 35, au lieu des 100 annoncées en grande pompe il y a 18 mois à peine.

Pour cette fin d'année, Nicolas et Carla se reposent donc au Maroc, invités par le roi Mohamed VI. Le Monarque français a de la chance. Pour chacune de ses vacances, il se déniche une destination prestigieuse... et gratuite. Les Français se consoleront sans lui. Le SMIC augmentera de 0,5% le 1er janvier prochain, soit 6 euros bruts par mois, "un gain net de pouvoir d'achat de + 1,3 %" précise, sans rire, le ministère du travail.
"Ensemble, tout est possible".

OCP : La lutte continue !


Nouveau programme de lutte établi par l’AG (tenue le 26/12/09) des 850 ouvriers de SMESI licenciés abusivement par l’OCP (Maroc) :
Par Ali Fkir, coordinateur du CSOS,28/12/2009
- Mercredi 30 décembre 2009 : sit in au centre d’exploitation Beni Idir de 11h à 16h30 (près de la ville de Hattane)
- Jeudi 31 décembre 2009 deuxième sit in au même centre de 11h à 16h

- Les 01, 02, 03, 04 janvier 2010, sit in quotidien devant la direction d’exploitation minière de l’OCP à Khouribga, de 11h à 18h30
- Le mardi 5 janvier 2010, sit in devant la direction générale de l’OCP à Casablanca de 10h à 14h30
La solidarité nous interpelle
Ci-joint :
- le communiqué (en arabe) du syndicat des ouvriers de SMESI
- le communiqué de l'union locale de l'UMT - khouribga
لاتحاد المغربي للشغل
نقابة عمال سميسي ريجي

بخريبكة


نقابة عمال سميسي ريجي تخوض سلسلة من التحركات النضالية التصعيدية بالإدارة المحلية والمركزية و بأوراش المجمع الشريف للفوسفاط.

في الوقت الذي حقق فيه قطاع الفوسفاط أرباحا خيالية نتيجة استفادته من الأزمة العالمية، و في الوقت الذي سيحتاج فيه القطاع إلى ألاف العمال في المدى القريب حسب تصريحات مسؤوليه نتيجة مخططاته الإنتاجية الكبرى المبرمجة القائمة على إنشاء وحدات إنتاجية عديدة يستأثر إقليم خريبكة بحصة الأسد منها، تواصل إدارته سياسة صم الأذان اتجاه ملفنا مبقية فتيل الاحتقان الاجتماعي مشتعلا رغم الظرفية الاقتصادية الملائمة لإدماجنا و ترسيمنا.
وفي هذا الصدد نقول إن المراهنة على تجويعنا وتشريد أسرنا بغية التنازل عن حقوقنا مراهنة يائسة و فاشلة بحكم تشبثنا بمطالبنا البسيطة والعادلة والمتمثلة في إرجاعنا جميعا إلى العمل دون قيد أو شرط وإدماجنا في إطار المجمع الشريف للفوسفاط.

و في نفس السياق وقف الجمع العام المنعقد بتاريخ 26 دجنبر 2009 على بعض القضايا و المحطات نذكر منها:
 حصول العمال المتابعين قضائيا على براءتهم وهو ما يؤكد على براءة كل تحركاتنا النضالية من الفوضوية والعبث بالأمن العام الذي تتخذ منه السلطات المحلية حجة لتبريرالقمع والمنع المتكررين اللذين أضحيا قاعدة ثابتة في سلوكها من خلال مشاهد العسكرة الغير المألوفة لدى سكان مدينة خريبكة، وذلك للتغطية على تواطئها وانحيازها السافر لإدارة الفوسفاط في حين أن جميع الصيغ النضالية التي خضناها خارج مدينة خريبكة مرت في أجواء عادية.

- النجاح الكبير الذي عرفته الصيغ النضالية الأخيرة بمدينة الرباط من خلال المشاركة الفعالة للعمال كما و كيفا وكذا الهيئات والفعاليات المساندة لهم، وخاصة الأخوة في الجمعية المغربية لحقوق الإنسان والاتحاد الجهوي بالرباط والأخوة في الأمانة العامة الذين أعادوا طرح الملف بقوة على الحكومة على مستوى الحوار الاجتماعي وفي البرلمان.

كما تداول الجمع العام طويلا في الأفاق المقبلة للمعركة من خلال طرح مجموعة من الصيغ النضالية النوعية كالقيام بمسيرات، واعتصامات داخل أوراش المجمع الشريف للفوسفاط و الدخول في إضرابات انذارية و مفتوحة عن الطعام و ترسيخ الأبعاد الدولية لقضيتنا بإحالتها على الفعاليات المهتمة بحقوق المرأة و الطفل وطنيا و دوليا وطرحها على هيئات و سفارات أجنبية بالمغرب.

و عليه فان الجمع العام سطر البرنامج النضالي التالي:

· خوض اعتصامين بورش ابني ادير التابع للمجمع الشريف للفوسفاط المتواجد بالقرب من مدينة حطان يوم الأربعاء و الخميس 30-31 دجنبر 2009 من الساعة 11:00 صباحا إلى الساعة 16:30 زوالا,

· خوض اعتصام أيام الجمعة والسبت والأحد والاثنين 01-02-03-04 يناير 2010 من الساعة 11:00 صباحا إلى الساعة 18:30 بعد الزوال أمام مديرية الاستغلالات المنجمية بخريبكة.

· خوض اعتصام يوم الثلاثاء 05 يناير 2010 من الساعة 10:00 صباحا إلى الساعة 14:30 بعد الزوال أمام الإدارة العامة للمجمع الشريف للفوسفاط بالدارالبضاء.
وفي الأخير يدعو جميع الهيئات السياسية، الحقوقية، المدنية، المنابر الإعلامية والفعاليات المناضلة لمساندة ودعم نضالات عمال سميسي ريجي في معاركهم النضالية

عن الجمع العام ، خريبكة في 26 دجنبر 2009

عاشت وحدة العمال صامدة و مناضلة
عاش الاتحاد المغربي للشغل
----------------------------------

:Communiqué (en arabe)de l'UMT - Khouribga
الاتحاد المغربي للشغل
لاتحاد المحلي لنقابات

خريبكة

خريبڭة، في: 25 دجنبر 2009

رسالة مفتوحة

إلى السيد الوزير الأول
الموضوع:

إنصاف عمال سميسي ريجي بخريبكة
تحية و احتراما،

وبعد، لقد سبق لنقابة عمال سميسي ريجي بخريبكة التابعة للاتحاد المغربي للشغل أن وضعت ملفا لدى وزارتكم يخص الطرد التعسفي الذي طال 850 عاملا ظلوا يعملون لأزيد من ثماني سنوات مع شركة سميسي التابعة للمجمع الشريف للفوسفاط، و هو يتضمن مجموعة من الوثائق التي تثبت ارتباط العمال بتلك الشركة على عكس ما تدعيه إدارة المجمع من أن العمال لهم ارتباط بشركات الوساطة، وهي شركات صورية يجهل عنها العمال كل شيء من حيت مقراتها و مسؤوليها ولم يسبق لهم أن طلبوا الشغل لديها، و لم يسبق لها أن تحملت مسؤوليتهم في يوم من الأيام، الشيء الوحيد الذي كانت تقوم به تلك "الشركات" المستقدمة من طرف إدارة الفوسفاط هو تأدية أجور العمال لا غير، وحتى السلطات بخريبكة على لسان الخليفة الأول للعامل تسميها "شركات الأشباح"


إن ما قامت به إدارة الفوسفاط يتعارض كليا مع القانون خاصة و أن توقيف العمال جاء نتيجة تأسيسهم لمكتب نقابي للدفاع عن حقهم المشروع في الإدماج و الترسيم داخل للمجمع الشريف للفوسفاط أسوة بحالات مشابهة لهم (عمال سميسي Matricule وعمال معهد الترقية الاجتماعية والتعليمية IPSE))، أكثر من ذلك و نظرا للتأثير السلبي لتوقيف العمال على الإنتاج قامت الإدارة بخرق سافر للقانون وهو تشغيل المتقاعدين مكانهم.
إن العمال الموقوفين ظلوا يزاولون مهام قارة و دائمة و اشتغلوا لسنوات متتالية دون توقف الشيء الذي يخول لهم حق الترسيم والإدماج مند سنوات، و أكثر من ذلك أن أغلبية العمال هم مسؤولون عن أسرهم وأن توقيفهم التعسفي أضر بهم بشكل كبير نذكر من بين ذلك : توقف أبناء العمال عن الدراسة واضطراب الحياة الدراسية للآخرين، اضطرابات أسرية، اضطرار الكثيرين منهم إلى مغادرة منازل الكراء و تحولهم إلى لاجئين لدى أسرهم و أقاربهم، عجز العديد منهم عن تأدية أقساط قروض استلفوها قبل التوقيف، معاناة العمال و أسرهم من سوء التغذية، عدم القدرة على مواجهة الأمراض التي يصابون بها هم و أسرهم...


إننا السيد الوزير الأول، انطلاقا من مسؤوليتكم الحكومية و ترؤسكم للمجس الإداري للمجمع الشريف للفوسفاط ومن اعتبار حكومتكم حكومة اجتماعية، نطالبكم بالتدخل العاجل لوضع حد للتوقيف التعسفي والظالم للعمال و للمعانات الكبيرة لأسرهم، و كذا العمل على إدماجهم و ترسيمهم في إطار المجمع الشريف للفوسفاط، وحث إدارته على احترام الحقوق و الحريات النقابية.

وفي انتظار ذلك، تقبلوا منا السيد الوزير كل التقدير و الاحترام.

والسلام
عن المكتب المحلي

الكاتب العام: عبد الله حسبي