lundi 18 juin 2018

Comment la Commission veut traiter le commerce du Sahara Occidental





girl_protest_eu.jpg

La Commission européenne a envoyé aujourd'hui aux gouvernements des États membres de l'UE et au Parlement européen une proposition d'arrangement commercial pour le Sahara Occidental occupé. Voyez ici la proposition d'inclure les produits du Sahara Occidental dans les produits marocains.

Cet article sera complété d'analyses et commentaires dans les prochains jours.
Mis à jour le: 11.06 - 2018 22:19Imprimez cette page    
La proposition découle de l'arrêt rendu en décembre 2016 par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), stipulant qu'aucun accord commercial ou d'association UE-Maroc ne peut être appliqué au Sahara Occidental, à moins du consentement du peuple territoire.

Concrètement, la Commission et le Maroc ont convenu de modifier les protocoles 1 et 4 de leur accord d'association bilatéral, dans le but de maintenir le flux commercial du Sahara Occidental dans le cadre de cet accord. Le projet d'accord propose que "les produits originaires du Sahara Occidental qui sont soumis au contrôle des autorités douanières marocaines bénéficient des mêmes préférences commerciales accordées par l'UE aux produits couverts par l'accord d'association".

Le peuple du Sahara Occidental n'a pas consenti à l'accord. Au contraire, la représentation du peuple du Sahara Occidental reconnue par l'ONU, le Polisario, et un large éventail d'organisations de la société civile du Sahara Occidental ont rejeté l'approche de l'UE de conclure un accord pour leur terre avec son occupant, le Maroc.

Lisez les propositions ici et ici. Elles vont être aux gouvernements des États membres de l'UE et au Parlement européen pour approbation. La Commission inclut également un rapport sur les avantages supposés pour la « population locale » et l'économie du territoire - paramètre que la CJUE a jugé non pertinent (§106, C-104/16 P).

Comment la Commission veut traiter le commerce du Sahara Occidental
girl_protest_eu.jpg

La Commission européenne a envoyé aujourd'hui aux gouvernements des États membres de l'UE et au Parlement européen une proposition d'arrangement commercial pour le Sahara Occidental occupé. Voyez ici la proposition d'inclure les produits du Sahara Occidental dans les produits marocains.

Cet article sera complété d'analyses et commentaires dans les prochains jours.
Mis à jour le: 11.06 - 2018 22:19Imprimez cette page    
La proposition découle de l'arrêt rendu en décembre 2016 par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), stipulant qu'aucun accord commercial ou d'association UE-Maroc ne peut être appliqué au Sahara Occidental, à moins du consentement du peuple territoire.

Concrètement, la Commission et le Maroc ont convenu de modifier les protocoles 1 et 4 de leur accord d'association bilatéral, dans le but de maintenir le flux commercial du Sahara Occidental dans le cadre de cet accord. Le projet d'accord propose que "les produits originaires du Sahara Occidental qui sont soumis au contrôle des autorités douanières marocaines bénéficient des mêmes préférences commerciales accordées par l'UE aux produits couverts par l'accord d'association".

Le peuple du Sahara Occidental n'a pas consenti à l'accord. Au contraire, la représentation du peuple du Sahara Occidental reconnue par l'ONU, le Polisario, et un large éventail d'organisations de la société civile du Sahara Occidental ont rejeté l'approche de l'UE de conclure un accord pour leur terre avec son occupant, le Maroc.

Lisez les propositions ici et ici. Elles vont être aux gouvernements des États membres de l'UE et au Parlement européen pour approbation. La Commission inclut également un rapport sur les avantages supposés pour la « population locale » et l'économie du territoire - paramètre que la CJUE a jugé non pertinent (§106, C-104/16 P).

Comment la Commission veut traiter le commerce du Sahara Occidental
girl_protest_eu.jpg

La Commission européenne a envoyé aujourd'hui aux gouvernements des États membres de l'UE et au Parlement européen une proposition d'arrangement commercial pour le Sahara Occidental occupé. Voyez ici la proposition d'inclure les produits du Sahara Occidental dans les produits marocains.

Cet article sera complété d'analyses et commentaires dans les prochains jours.
Mis à jour le: 11.06 - 2018 22:19Imprimez cette page    
La proposition découle de l'arrêt rendu en décembre 2016 par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), stipulant qu'aucun accord commercial ou d'association UE-Maroc ne peut être appliqué au Sahara Occidental, à moins du consentement du peuple territoire.

Concrètement, la Commission et le Maroc ont convenu de modifier les protocoles 1 et 4 de leur accord d'association bilatéral, dans le but de maintenir le flux commercial du Sahara Occidental dans le cadre de cet accord. Le projet d'accord propose que "les produits originaires du Sahara Occidental qui sont soumis au contrôle des autorités douanières marocaines bénéficient des mêmes préférences commerciales accordées par l'UE aux produits couverts par l'accord d'association".

Le peuple du Sahara Occidental n'a pas consenti à l'accord. Au contraire, la représentation du peuple du Sahara Occidental reconnue par l'ONU, le Polisario, et un large éventail d'organisations de la société civile du Sahara Occidental ont rejeté l'approche de l'UE de conclure un accord pour leur terre avec son occupant, le Maroc.

Lisez les propositions ici et ici. Elles vont être aux gouvernements des États membres de l'UE et au Parlement européen pour approbation. La Commission inclut également un rapport sur les avantages supposés pour la « population locale » et l'économie du territoire - paramètre que la CJUE a jugé non pertinent (§106, C-104/16 P).

Comment la Commission veut traiter le commerce du Sahara Occidental
girl_protest_eu.jpg

La Commission européenne a envoyé aujourd'hui aux gouvernements des États membres de l'UE et au Parlement européen une proposition d'arrangement commercial pour le Sahara Occidental occupé. Voyez ici la proposition d'inclure les produits du Sahara Occidental dans les produits marocains.

Cet article sera complété d'analyses et commentaires dans les prochains jours.
Mis à jour le: 11.06 - 2018 22:19Imprimez cette page    
La proposition découle de l'arrêt rendu en décembre 2016 par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), stipulant qu'aucun accord commercial ou d'association UE-Maroc ne peut être appliqué au Sahara Occidental, à moins du consentement du peuple territoire.

Concrètement, la Commission et le Maroc ont convenu de modifier les protocoles 1 et 4 de leur accord d'association bilatéral, dans le but de maintenir le flux commercial du Sahara Occidental dans le cadre de cet accord. Le projet d'accord propose que "les produits originaires du Sahara Occidental qui sont soumis au contrôle des autorités douanières marocaines bénéficient des mêmes préférences commerciales accordées par l'UE aux produits couverts par l'accord d'association".

Le peuple du Sahara Occidental n'a pas consenti à l'accord. Au contraire, la représentation du peuple du Sahara Occidental reconnue par l'ONU, le Polisario, et un large éventail d'organisations de la société civile du Sahara Occidental ont rejeté l'approche de l'UE de conclure un accord pour leur terre avec son occupant, le Maroc.

Lisez les propositions ici et ici. Elles vont être aux gouvernements des États membres de l'UE et au Parlement européen pour approbation. La Commission inclut également un rapport sur les avantages supposés pour la « population locale » et l'économie du territoire - paramètre que la CJUE a jugé non pertinent (§106, C-104/16 P).




 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez Politique de confidentialité et l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Religion Publié

Maroc : Campagne contre le voile chez les petites filles

Le Centre pour l’Egalité des femmes œuvrant dans les questions de droits des femmes sous les aspects juridique, politique ou encore économique lance une campagne de sensibilisation contre le port du voile des jeunes filles. L’organisation marocaine fustige vigoureusement le foulard en le décrivant comme «une forme majeure de violence envers les enfants».
Temps de lecture: 2'
DR
Haro sur le port du voile chez les filles âgées de trois à dix ans afin «qu’elles ne vivent pas éternellement dans les ténèbres», estime le CWE ou Centre pour l’Egalité des Femmes (Center For Women’s Equality), chantre de l'égalité complète entre les sexes. Dans une déclaration obtenue et citée sur son site par la chaîne d'informations saoudienne Al Arabiya, le centre de recherches a lancé un appel à toutes les organisations des droits de l'homme ainsi qu’aux organes législatifs pour prendre part à la campagne dénonçant «une violation flagrante de l'innocence et l'enfance».
Le voile restreint-il les libertés individuelles?
Selon le témoignage apporté par la sociologue Karima Wadghiri et les mises en garde de cette dernière, «forcer les filles à porter le voile n'est pas seulement synonyme d’une violation de leurs droits mais aussi symbole de leur innocence détruite».
A en croire le communiqué publié par le CWE, «les petites filles ne ​​savent rien de la religion ni de ce qui est interdit de ce qui ne l’est pas». En plus de cela, «porter le voile à un très jeune âge compromet la stabilité psychologique des filles et par conséquent celle de plusieurs générations et d'une société entière».
Mariam, âgée de 10 ans a été forcée de porter le voile par son père, imam dans une mosquée. «Il a dit que cela me protègerait du harcèlement» a déclaré la fillette à Al Arabiya. Une autre petite fille dénommée Asmaa et également âgée de 10 ans a été vivement encouragée par sa mère, enseignante dans une école islamique, à porter le voile «puisqu’il s’agit d’une obligation religieuse». «D’après cette dernière, je dois m'habituer au voile alors que je suis encore jeune, sinon j'irais en enfer», a-t-elle expliqué à la chaine Saoudienne.
Les organismes religieux sont ainsi «vivement invités à intervenir pour clarifier les choses et expliquer aux gens que forcer les jeunes filles à porter le voile ne fait pas partie de l'Islam».
Contenus sponsorisés


...Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/11644/maroc-campagne-contre-voile-chez.html




 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez Politique de confidentialité et l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Religion Publié

Maroc : Campagne contre le voile chez les petites filles

Le Centre pour l’Egalité des femmes œuvrant dans les questions de droits des femmes sous les aspects juridique, politique ou encore économique lance une campagne de sensibilisation contre le port du voile des jeunes filles. L’organisation marocaine fustige vigoureusement le foulard en le décrivant comme «une forme majeure de violence envers les enfants».
Temps de lecture: 2'
DR
Haro sur le port du voile chez les filles âgées de trois à dix ans afin «qu’elles ne vivent pas éternellement dans les ténèbres», estime le CWE ou Centre pour l’Egalité des Femmes (Center For Women’s Equality), chantre de l'égalité complète entre les sexes. Dans une déclaration obtenue et citée sur son site par la chaîne d'informations saoudienne Al Arabiya, le centre de recherches a lancé un appel à toutes les organisations des droits de l'homme ainsi qu’aux organes législatifs pour prendre part à la campagne dénonçant «une violation flagrante de l'innocence et l'enfance».
Le voile restreint-il les libertés individuelles?
Selon le témoignage apporté par la sociologue Karima Wadghiri et les mises en garde de cette dernière, «forcer les filles à porter le voile n'est pas seulement synonyme d’une violation de leurs droits mais aussi symbole de leur innocence détruite».
A en croire le communiqué publié par le CWE, «les petites filles ne ​​savent rien de la religion ni de ce qui est interdit de ce qui ne l’est pas». En plus de cela, «porter le voile à un très jeune âge compromet la stabilité psychologique des filles et par conséquent celle de plusieurs générations et d'une société entière».
Mariam, âgée de 10 ans a été forcée de porter le voile par son père, imam dans une mosquée. «Il a dit que cela me protègerait du harcèlement» a déclaré la fillette à Al Arabiya. Une autre petite fille dénommée Asmaa et également âgée de 10 ans a été vivement encouragée par sa mère, enseignante dans une école islamique, à porter le voile «puisqu’il s’agit d’une obligation religieuse». «D’après cette dernière, je dois m'habituer au voile alors que je suis encore jeune, sinon j'irais en enfer», a-t-elle expliqué à la chaine Saoudienne.
Les organismes religieux sont ainsi «vivement invités à intervenir pour clarifier les choses et expliquer aux gens que forcer les jeunes filles à porter le voile ne fait pas partie de l'Islam».
Contenus sponsorisés


...Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/11644/maroc-campagne-contre-voile-chez.html

Religion Publié

Maroc : Campagne contre le voile chez les petites filles

Le Centre pour l’Egalité des femmes œuvrant dans les questions de droits des femmes sous les aspects juridique, politique ou encore économique lance une campagne de sensibilisation contre le port du voile des jeunes filles. L’organisation marocaine fustige vigoureusement le foulard en le décrivant comme «une forme majeure de violence envers les enfants».
Temps de lecture: 2'
DR
Haro sur le port du voile chez les filles âgées de trois à dix ans afin «qu’elles ne vivent pas éternellement dans les ténèbres», estime le CWE ou Centre pour l’Egalité des Femmes (Center For Women’s Equality), chantre de l'égalité complète entre les sexes. Dans une déclaration obtenue et citée sur son site par la chaîne d'informations saoudienne Al Arabiya, le centre de recherches a lancé un appel à toutes les organisations des droits de l'homme ainsi qu’aux organes législatifs pour prendre part à la campagne dénonçant «une violation flagrante de l'innocence et l'enfance».
Le voile restreint-il les libertés individuelles?
Selon le témoignage apporté par la sociologue Karima Wadghiri et les mises en garde de cette dernière, «forcer les filles à porter le voile n'est pas seulement synonyme d’une violation de leurs droits mais aussi symbole de leur innocence détruite».
A en croire le communiqué publié par le CWE, «les petites filles ne ​​savent rien de la religion ni de ce qui est interdit de ce qui ne l’est pas». En plus de cela, «porter le voile à un très jeune âge compromet la stabilité psychologique des filles et par conséquent celle de plusieurs générations et d'une société entière».
Mariam, âgée de 10 ans a été forcée de porter le voile par son père, imam dans une mosquée. «Il a dit que cela me protègerait du harcèlement» a déclaré la fillette à Al Arabiya. Une autre petite fille dénommée Asmaa et également âgée de 10 ans a été vivement encouragée par sa mère, enseignante dans une école islamique, à porter le voile «puisqu’il s’agit d’une obligation religieuse». «D’après cette dernière, je dois m'habituer au voile alors que je suis encore jeune, sinon j'irais en enfer», a-t-elle expliqué à la chaine Saoudienne.
Les organismes religieux sont ainsi «vivement invités à intervenir pour clarifier les choses et expliquer aux gens que forcer les jeunes filles à porter le voile ne fait pas partie de l'Islam».
Contenus sponsorisés


...Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/11644/maroc-campagne-contre-voile-chez.html

Religion Publié

Maroc : Campagne contre le voile chez les petites filles

Le Centre pour l’Egalité des femmes œuvrant dans les questions de droits des femmes sous les aspects juridique, politique ou encore économique lance une campagne de sensibilisation contre le port du voile des jeunes filles. L’organisation marocaine fustige vigoureusement le foulard en le décrivant comme «une forme majeure de violence envers les enfants».
Temps de lecture: 2'
DR
Haro sur le port du voile chez les filles âgées de trois à dix ans afin «qu’elles ne vivent pas éternellement dans les ténèbres», estime le CWE ou Centre pour l’Egalité des Femmes (Center For Women’s Equality), chantre de l'égalité complète entre les sexes. Dans une déclaration obtenue et citée sur son site par la chaîne d'informations saoudienne Al Arabiya, le centre de recherches a lancé un appel à toutes les organisations des droits de l'homme ainsi qu’aux organes législatifs pour prendre part à la campagne dénonçant «une violation flagrante de l'innocence et l'enfance».
Le voile restreint-il les libertés individuelles?
Selon le témoignage apporté par la sociologue Karima Wadghiri et les mises en garde de cette dernière, «forcer les filles à porter le voile n'est pas seulement synonyme d’une violation de leurs droits mais aussi symbole de leur innocence détruite».
A en croire le communiqué publié par le CWE, «les petites filles ne ​​savent rien de la religion ni de ce qui est interdit de ce qui ne l’est pas». En plus de cela, «porter le voile à un très jeune âge compromet la stabilité psychologique des filles et par conséquent celle de plusieurs générations et d'une société entière».
Mariam, âgée de 10 ans a été forcée de porter le voile par son père, imam dans une mosquée. «Il a dit que cela me protègerait du harcèlement» a déclaré la fillette à Al Arabiya. Une autre petite fille dénommée Asmaa et également âgée de 10 ans a été vivement encouragée par sa mère, enseignante dans une école islamique, à porter le voile «puisqu’il s’agit d’une obligation religieuse». «D’après cette dernière, je dois m'habituer au voile alors que je suis encore jeune, sinon j'irais en enfer», a-t-elle expliqué à la chaine Saoudienne.
Les organismes religieux sont ainsi «vivement invités à intervenir pour clarifier les choses et expliquer aux gens que forcer les jeunes filles à porter le voile ne fait pas partie de l'Islam».
Contenus sponsorisés


...Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/11644/maroc-campagne-contre-voile-chez.html

Religion Publié

Maroc : Campagne contre le voile chez les petites filles

Le Centre pour l’Egalité des femmes œuvrant dans les questions de droits des femmes sous les aspects juridique, politique ou encore économique lance une campagne de sensibilisation contre le port du voile des jeunes filles. L’organisation marocaine fustige vigoureusement le foulard en le décrivant comme «une forme majeure de violence envers les enfants».
Temps de lecture: 2'
DR
Haro sur le port du voile chez les filles âgées de trois à dix ans afin «qu’elles ne vivent pas éternellement dans les ténèbres», estime le CWE ou Centre pour l’Egalité des Femmes (Center For Women’s Equality), chantre de l'égalité complète entre les sexes. Dans une déclaration obtenue et citée sur son site par la chaîne d'informations saoudienne Al Arabiya, le centre de recherches a lancé un appel à toutes les organisations des droits de l'homme ainsi qu’aux organes législatifs pour prendre part à la campagne dénonçant «une violation flagrante de l'innocence et l'enfance».
Le voile restreint-il les libertés individuelles?
Selon le témoignage apporté par la sociologue Karima Wadghiri et les mises en garde de cette dernière, «forcer les filles à porter le voile n'est pas seulement synonyme d’une violation de leurs droits mais aussi symbole de leur innocence détruite».
A en croire le communiqué publié par le CWE, «les petites filles ne ​​savent rien de la religion ni de ce qui est interdit de ce qui ne l’est pas». En plus de cela, «porter le voile à un très jeune âge compromet la stabilité psychologique des filles et par conséquent celle de plusieurs générations et d'une société entière».
Mariam, âgée de 10 ans a été forcée de porter le voile par son père, imam dans une mosquée. «Il a dit que cela me protègerait du harcèlement» a déclaré la fillette à Al Arabiya. Une autre petite fille dénommée Asmaa et également âgée de 10 ans a été vivement encouragée par sa mère, enseignante dans une école islamique, à porter le voile «puisqu’il s’agit d’une obligation religieuse». «D’après cette dernière, je dois m'habituer au voile alors que je suis encore jeune, sinon j'irais en enfer», a-t-elle expliqué à la chaine Saoudienne.
Les organismes religieux sont ainsi «vivement invités à intervenir pour clarifier les choses et expliquer aux gens que forcer les jeunes filles à porter le voile ne fait pas partie de l'Islam».
Contenus sponsorisés


...Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/11644/maroc-campagne-contre-voile-chez.html

Religion Publié

Maroc : Campagne contre le voile chez les petites filles

Le Centre pour l’Egalité des femmes œuvrant dans les questions de droits des femmes sous les aspects juridique, politique ou encore économique lance une campagne de sensibilisation contre le port du voile des jeunes filles. L’organisation marocaine fustige vigoureusement le foulard en le décrivant comme «une forme majeure de violence envers les enfants».
Temps de lecture: 2'
DR
Haro sur le port du voile chez les filles âgées de trois à dix ans afin «qu’elles ne vivent pas éternellement dans les ténèbres», estime le CWE ou Centre pour l’Egalité des Femmes (Center For Women’s Equality), chantre de l'égalité complète entre les sexes. Dans une déclaration obtenue et citée sur son site par la chaîne d'informations saoudienne Al Arabiya, le centre de recherches a lancé un appel à toutes les organisations des droits de l'homme ainsi qu’aux organes législatifs pour prendre part à la campagne dénonçant «une violation flagrante de l'innocence et l'enfance».
Le voile restreint-il les libertés individuelles?
Selon le témoignage apporté par la sociologue Karima Wadghiri et les mises en garde de cette dernière, «forcer les filles à porter le voile n'est pas seulement synonyme d’une violation de leurs droits mais aussi symbole de leur innocence détruite».
A en croire le communiqué publié par le CWE, «les petites filles ne ​​savent rien de la religion ni de ce qui est interdit de ce qui ne l’est pas». En plus de cela, «porter le voile à un très jeune âge compromet la stabilité psychologique des filles et par conséquent celle de plusieurs générations et d'une société entière».
Mariam, âgée de 10 ans a été forcée de porter le voile par son père, imam dans une mosquée. «Il a dit que cela me protègerait du harcèlement» a déclaré la fillette à Al Arabiya. Une autre petite fille dénommée Asmaa et également âgée de 10 ans a été vivement encouragée par sa mère, enseignante dans une école islamique, à porter le voile «puisqu’il s’agit d’une obligation religieuse». «D’après cette dernière, je dois m'habituer au voile alors que je suis encore jeune, sinon j'irais en enfer», a-t-elle expliqué à la chaine Saoudienne.
Les organismes religieux sont ainsi «vivement invités à intervenir pour clarifier les choses et expliquer aux gens que forcer les jeunes filles à porter le voile ne fait pas partie de l'Islam».
Contenus sponsorisés


...Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/11644/maroc-campagne-contre-voile-chez.html

Religion Publié

Maroc : Campagne contre le voile chez les petites filles

Le Centre pour l’Egalité des femmes œuvrant dans les questions de droits des femmes sous les aspects juridique, politique ou encore économique lance une campagne de sensibilisation contre le port du voile des jeunes filles. L’organisation marocaine fustige vigoureusement le foulard en le décrivant comme «une forme majeure de violence envers les enfants».
Temps de lecture: 2'
DR
Haro sur le port du voile chez les filles âgées de trois à dix ans afin «qu’elles ne vivent pas éternellement dans les ténèbres», estime le CWE ou Centre pour l’Egalité des Femmes (Center For Women’s Equality), chantre de l'égalité complète entre les sexes. Dans une déclaration obtenue et citée sur son site par la chaîne d'informations saoudienne Al Arabiya, le centre de recherches a lancé un appel à toutes les organisations des droits de l'homme ainsi qu’aux organes législatifs pour prendre part à la campagne dénonçant «une violation flagrante de l'innocence et l'enfance».
Le voile restreint-il les libertés individuelles?
Selon le témoignage apporté par la sociologue Karima Wadghiri et les mises en garde de cette dernière, «forcer les filles à porter le voile n'est pas seulement synonyme d’une violation de leurs droits mais aussi symbole de leur innocence détruite».
A en croire le communiqué publié par le CWE, «les petites filles ne ​​savent rien de la religion ni de ce qui est interdit de ce qui ne l’est pas». En plus de cela, «porter le voile à un très jeune âge compromet la stabilité psychologique des filles et par conséquent celle de plusieurs générations et d'une société entière».
Mariam, âgée de 10 ans a été forcée de porter le voile par son père, imam dans une mosquée. «Il a dit que cela me protègerait du harcèlement» a déclaré la fillette à Al Arabiya. Une autre petite fille dénommée Asmaa et également âgée de 10 ans a été vivement encouragée par sa mère, enseignante dans une école islamique, à porter le voile «puisqu’il s’agit d’une obligation religieuse». «D’après cette dernière, je dois m'habituer au voile alors que je suis encore jeune, sinon j'irais en enfer», a-t-elle expliqué à la chaine Saoudienne.
Les organismes religieux sont ainsi «vivement invités à intervenir pour clarifier les choses et expliquer aux gens que forcer les jeunes filles à porter le voile ne fait pas partie de l'Islam».


...Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/11644/maroc-campagne-contre-voile-chez.html

Religion Publié

Maroc : Campagne contre le voile chez les petites filles

Le Centre pour l’Egalité des femmes œuvrant dans les questions de droits des femmes sous les aspects juridique, politique ou encore économique lance une campagne de sensibilisation contre le port du voile des jeunes filles. L’organisation marocaine fustige vigoureusement le foulard en le décrivant comme «une forme majeure de violence envers les enfants».
Temps de lecture: 2'
DR
Haro sur le port du voile chez les filles âgées de trois à dix ans afin «qu’elles ne vivent pas éternellement dans les ténèbres», estime le CWE ou Centre pour l’Egalité des Femmes (Center For Women’s Equality), chantre de l'égalité complète entre les sexes. Dans une déclaration obtenue et citée sur son site par la chaîne d'informations saoudienne Al Arabiya, le centre de recherches a lancé un appel à toutes les organisations des droits de l'homme ainsi qu’aux organes législatifs pour prendre part à la campagne dénonçant «une violation flagrante de l'innocence et l'enfance».
Le voile restreint-il les libertés individuelles?
Selon le témoignage apporté par la sociologue Karima Wadghiri et les mises en garde de cette dernière, «forcer les filles à porter le voile n'est pas seulement synonyme d’une violation de leurs droits mais aussi symbole de leur innocence détruite».
A en croire le communiqué publié par le CWE, «les petites filles ne ​​savent rien de la religion ni de ce qui est interdit de ce qui ne l’est pas». En plus de cela, «porter le voile à un très jeune âge compromet la stabilité psychologique des filles et par conséquent celle de plusieurs générations et d'une société entière».
Mariam, âgée de 10 ans a été forcée de porter le voile par son père, imam dans une mosquée. «Il a dit que cela me protègerait du harcèlement» a déclaré la fillette à Al Arabiya. Une autre petite fille dénommée Asmaa et également âgée de 10 ans a été vivement encouragée par sa mère, enseignante dans une école islamique, à porter le voile «puisqu’il s’agit d’une obligation religieuse». «D’après cette dernière, je dois m'habituer au voile alors que je suis encore jeune, sinon j'irais en enfer», a-t-elle expliqué à la chaine Saoudienne.
Les organismes religieux sont ainsi «vivement invités à intervenir pour clarifier les choses et expliquer aux gens que forcer les jeunes filles à porter le voile ne fait pas partie de l'Islam».


...Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/11644/maroc-campagne-contre-voile-chez.html