jeudi 28 février 2019

Message au peuple algérien de Nasser Zefzafi, le porte-voix du mouvement populaire du Rif, depuis sa prison




« Nous tenons à vous féliciter, braves Algériennes et Algériens, à féliciter votre mouvement populaire, et nous saluons votre attachement à l'approche pacifique comme une option pour faire aboutir vos revendications légitimes, et votre refus du cinquième mandat, (...) de l’oppression, de l’asservissement et de l’autoritarisme ; cela atteste de votre conscience et de votre compréhension profonde de la politique de votre gouvernement. Sachez que si les politiques de nos gouvernants veulent nous séparer, nous demeurerons un seul peuple et une seule nation. Nous partageons les mêmes préoccupations, les mêmes difficultés. Nous ne recherchons que nos l'intérêt de nos peuples, de nos pays pour lesquels nos aïeux se sont battus.
Pour préserver l'intégrité de votre mouvement de toute ingérence étrangère et de toute instrumentalisation, il est nécessaire de rejeter les officines politiques qui règlent leurs comptes aux prix de vos tragédies et de de vos souffrances. Inévitablement, vous triompherez, tôt ou tard, du cinquième mandat brigué par un président à moitié mort, qui vous opprime, et de tous les injustes et despotes qui cherchent à vous gouverner par la force. Soyez certains que votre gouvernement suivra les mêmes méthodes que le nôtre : enlèvements, arrestations, assassinats, accusations fabriquées, de même, il vous accusera de servir des agendas étrangers, mais par la fermeté, la détermination et la volonté, vous triompherez (...).
L’Algérie que vous aimez libre reviendra un jour. (...) »

Traduction Rachid Oufkir
politique de votre gouvernement. Sachez que si les politiques de nos gouvernants veulent nous séparer, nous demeurerons un seul peuple et une seule nation. Nous partageons les mêmes préoccupations, les mêmes difficultés. Nous ne recherchons que nos l'intérêt de nos peuples, de nos pays pour lesquels nos aïeux se sont battus.
Pour préserver l'intégrité de votre mouvement de toute ingérence étrangère et de toute instrumentalisation, il est nécessaire de rejeter les officines politiques qui règlent leurs comptes aux prix de vos tragédies et de de vos souffrances. Inévitablement, vous triompherez, tôt ou tard, du cinquième mandat brigué par un président à moitié mort, qui vous opprime, et de tous les injustes et despotes qui cherchent à vous gouverner par la force. Soyez certains que votre gouvernement suivra les mêmes méthodes que le nôtre : enlèvements, arrestations, assassinats, accusations fabriquées, de même, il vous accusera de servir des agendas étrangers, mais par la fermeté, la détermination et la volonté, vous triompherez (...).
L’Algérie que vous aimez libre reviendra un jour. (...) »
Traduction Rachid Oufkir

mercredi 27 février 2019

Sahara occidental: des élus français dénoncent le soutien de leur pays à l'occupation marocaine

Publié le : mardi, 26 février 2019
Sahara occidental: des élus français dénoncent le soutien de leur pays à l'occupation marocaine
ALGER- Des élus de la municipalité d'Ivry sur Seine ont dénoncé la position de la France vis-à-vis de la question sahraouie, déplorant sa politique étrangère alignée sur les thèses marocaines au détriment des droits du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance.
Rencontrés à Alger, à la veille de leur déplacement aux camps des réfugiés sahraouis dans le cadre d’une mission prévue du 26 février au 2 mars, la délégation de la municipalité, conduite par l’adjointe au maire, Sévérine Peter, a critiqué la politique de l’Etat français vis-à-vis du dossier sahraoui, affirmant que "la position de l’Hexagone est totalement alignée sur les thèses marocaines d’occupation des territoires sahraouis, au mépris du droit du peuple sahraoui à son autodétermination".
Exprimant leur solidaire entière avec la cause sahraouie, les quatre élus de la municipalité d’Ivry sur Seine, conviés aux festivités de commémoration du 43eme anniversaire de la proclamation de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) ont relevé, dans ce contexte, que la politique étrangère de la France avait subi un changement "radical" depuis le départ de l’ex-président Jacques Chirac, en mai 2007.
"Le président Chirac avait pris la décision de quitter les forces de l’OTAN. Il était un fervent défenseur de la paix au Proche-Orient et contre l’intervention américaine en Irak en 2003. Mais, aujourd’hui, nous assistons à une diplomatie française qui privilégie ses intérêts économiques, l’exploitation illégale des ressources naturelles et les ventes d’armes au détriment des valeurs humaines et de démocratie, telles que la défense des droits de l’Homme et l’autodétermination des peuples sahraouis et palestiniens", a fait observer Séverine Peter, chargée des questions internationales et de la communication au sein de la ville d’Ivry.
Evoquant l’existence d’un "lobbying superpuissant" en France qui soutient le Royaume marocain dans son occupation du Sahara occidental, l’adjointe au maire a affirmé, en outre, que "les autorités françaises demandaient souvent aux élus et aux députés de l’Assemblée de ne pas s’engager sur des questions internationales, notamment celles portant sur le Sahara occidental et la Palestine".

mardi 26 février 2019

Hicham El Guerrouj en colère contre la gestion de l’athlétisme au Maroc



Hicham El Guerrouj lance un appel au roi Mohammed VI


Hicham El Guerrouj n’a pas mâché ses mots pour exprimer sa colère contre la gestion de l’athlétisme au Maroc. Au micro de Radio Mars, l’ancien champion marocain a appelé le roi Mohammed VI à sauver ce sport dont la gestion laisse à désirer.
«C’est un crime sportif. Des milliards de dirhams sont dépensés pour des futilités tandis que les jeunes athlètes n’ont même pas où se doucher. Pourtant, l’Etat a tous les moyens pour sauver ces générations de plus en plus perdues», a-t-il déploré.
Et d’ajouter que le roi Mohammed VI doit absolument intervenir pour mettre fin à ce gâchis qui tue cette discipline à petit feu.
Accusé de dopage, Hicham El Guerrouj, rappelons-le, a affirmé qu’il était prêt à rendre tous ses records et trophées, ainsi qu’à céder toute sa fortune s’il s’avère qu’il a réellement pris des substances utilisées à des fins de dopage. Cette sortie médiatique du champion marocain, intervient quelques jours seulement après la publication d’un post polémique par l’expert en sport, Yahya Saïdi.
Ce dernier avait affirmé sur Facebook que l’athlétisme marocain a connu son âge d’or lors d’une période où “il n’y avait pas de rigueur dans le contrôle du dopage comme c’est le cas aujourd’hui”.
Une sortie qui a suscité une grande polémique sur les réseaux sociaux et dans le domaine sportif. Plusieurs internautes et observateurs ont interprété ce post comme une accusation directe à l’encontre de Hicham El Guerrouj.
N.M.

Arrestation de 5 petits paysans qui ont dénoncé l'iInvasion des cultures génétiquement modifiées dans la biosphère de l’arganeraie

Paysans Pauvres-Maroc, 6/2/2019



Demain deuxième jugement et énoncé du verdict.


Idaougamad est une tribu amazighe vivant entre la vallée du Souss et les montagnes du Haut-Atlas, à l’est de Taroudant au sud-ouest du Maroc, dans une région située au sein de la réserve de biosphère de l’arganeraie, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 1998.
voir le lien :https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_de_biosph%C3%A8re_de_l%27arganeraie
La réserve de l’arganeraie subit une destruction massive pour permettre d'implanter les agrumes. Le programme dit "planning Maroc vert" achève cette destruction organisée. Un programme d’implantation du dit "arganier israélien", génétiquement modifié dans les laboratoires sionistes, comme l’olivier, le safran et autres. 
 Ce programme dirigé par le ministre de l'agriculture Aziz Akhenouch, vise à l’implantation de 12000 hectares de cette "copie" d’arganier dans la réserve du Souss. Il a même créé une association (AMBA) pour exécuter son programme et y affecter Bourahime, un grand propriétaire immobilier et président de la commune Tinzert à quelques kilomètres d’Idaougamad. Il trouve donc ici un champ fertile pour commencer la deuxième phase de la destruction de l’arganeraie, après avoir ravagé les terres de cette tribu qui connait au début des hommes de justice, tel le juge Agarram, ex-président du tribunal de Casablanca dans les années 1990.
Les petits paysans d’Idaougamad avaient manifesté leur colère contre ce programme destructeur en provoquant l'arrêt de ses premiers travaux. Le 31 janvier 2019, 5 petits paysans de cette communauté amazighe ont été arrêtés par la gendarmerie d’Aoulouz et déférés au tribunal de Taroudant.
Le procureur avait joué le rôle du médiateur de prédateurs des biens des paysans, il leur a imposé une seule condition pour les libérer, c’est de signer l’engagement à ne plus toucher à ce projet. Ce sont des hommes âgés, expérimentés dans la lutte pour leur droit à la terre depuis 2011, ils ont vécu les problèmes dans les tribunaux et n’ont rien à perdre, leurs enfant sont  majeurs. Ils ont donné une bonne leçon au procureur en choisissant la voie de la résistance de leur ancêtres pour l’indépendance de la patrie contre  la trahison, ils ont choisi la prison.
Les détenus sont :
- Omar Larabi.
- Hmed Ihihi.
- Omar Azdou.
- Jilali Elgherizi.
- Hassan Boussaid. 
Le premier février 2019, un groupe de jeunes paysans avait contacté le syndicat paysan (SP) pour demander de soutenir leurs détenus. Ils ont manifesté leur colère en organisant un sit-in devant la maison de la province de Taroudant. Un comité a été constitué pour suivre le déroulement du jugement, la première audience aura lieu mardi le 5 février 2019.

Qu'est-ce que l'arganier de l'arganeraie ?
C'est un arbre de la Biosphère qui lutte contre la sécheresse et nourrit les chèvres, l'Homme est prédateur il peut se nourrir des boucs. Pendant les saisons de sécheresses, l'arbre se débarrasse de ses feuilles d'un seul coup. C'est un processus écologique  évalué à deux millions d'années.
Aujourd'hui, l'invasion d'une copie de "l'arganier israélien" menace le Souss, copie récessive, génétiquement modifiée, manipulée depuis les laboratoires sionistes par les scientifiques sionistes qui s'imaginent qu'ils sont plus puissants que la biosphère. Ils ont fabriqué une  copie de l'arganier, pour créer  une illusion-argan de la pire espèce.
Akhenouch s'imagine qu'il est le plus intelligent des Marocains en s'intégrant dans le programmes de la culture de cette mauvaise copie. Il fait tout son possible pour ravager les terres des paysans pauvres dans l'Anti-Atlas, en coopération avec le président de l'association marocaine bi-professionnelle de l'arganier. Les deux hommes prédateurs cherchent à dominer l’arganeraie, y trouvant un grand profit foncier facile à récolter.
Les paysans pauvres ne voient dans ce programme sioniste qu'une autre façon d'arracher de plus en plus leurs biens par ces nouveaux prédateurs. Une lutte des classes a été déclarée depuis qu'Akhenouch avait dévoilé ses objectifs dans la politique agricole de classe en mettant en tête de son ordre du jour l’exécution de la loi 13-113.

Affaire Aicha Chaâou : un nième jugement le 26/02/2019 devant le tribunal d’Ouarzazate

Conversation ouverte. 1 message non lu.
12 sur 276

Urgent à publier

Boîte de réception
x

as kj

10:54 (Il y a 12 heures)


À Solidarité, moi
Bonjour Marie-Jo

Urgent

Affaire Aicha Chaâou :  le 26/02/2019 devant le tribunal d’Ouarzazate (Hollywood du Maroc)



M'semrir, un village amazigh, dans la tribu d’Ait Merghad, au sud-est du Maroc, une région misérable, dont les paysan-nes pauvres vivent dans une situation excessivement marginalisée. Leurs terres font couler la salive des Hauts fonctionnaires de Rabat, surtout si elles sont appropriées par une paysanne pauvre.

Aicha Chaâou, une femme paysanne, analphabète vit avec sa sœur des jours obscurs, son père est mort il y a longtemps. C’est un ancien combattant de la résistance contre le colonialisme français. Ses papiers à la main, en tête, la carte de son père prouvant sa participation à la résistance.
La femme amazighe en colère parle d’une voix fortement révoltée, de l’affaire de son héritage, une terre d’une superficie de 3500 m2, avec une maison, c’est tout leur héritage. Monsieur le Haut fonctionnaire vient de découvrir cette proie
dans le même programme dit de« la restitution d’un million d’hectares de terres collectives irriguées aux petits paysans ». Cet officier supérieur de l’armée royale, résidant à Rabat, consacre toutes ses possibilités pour s'approprier les terres de cette femme, paysanne pauvre de M'semrir. Il a chargé un homme malin de s’occuper de cette affaire, le représenter juridiquement dans les établissements administratifs et spécialement devant les tribunaux.
Le conflit avait commencé quand l’homme malin avait tenté d’occuper une partie de cette terre. Aicha Chaâou avait posé sa plainte chez le procureur de la première instance d’Ouarzazate. Un long voyage dans les tribunaux avait commencé, des conflits ont été ouverts avec les juges, les avocats, les gendarmes, les autorités et la commune d’Amsemrir. La pauvre paysanne est tombée dans les mains des nouveaux prédateurs. Elle n’a plus qu’à lutter dans l’esprit de Zaid Uhmad leader de la résistance de Djbel Badou dont son père a été un jour combattant.
Une paysanne combattante, mais cette fois-ci contre les nouveaux colons, prédateurs d’une mauvaise espèce. Au début d’un jugement, le juge président de l’audience l’avait insultée en l’accusant de ne pas respecter l’audience, ne pas être debout et il avait exigé d'elle de quitter la salle. Une mauvaise coïncidence, c’est le même juge de l’affaire de Zaid Takrayout, l’ex-détenu des terres de Tamtatouchte. Aicha Chaâou a refusé de quitter le lieu sans avoir réclamé ses droits et sans avoir insisté sur son innocence en invitant le juge lors du jugement devant la cour suprême. C’est une autre façon de chasser les plaideurs et de violer leur droit lors d'un jugement légal dans les tribunaux marocain. Son avocat avait refusé de continuer sa tâche et demandé de lui payer les frais de la défense mais, la brave paysanne avait refusé et insisté sur son droit à la défense.
Voici comment le nouveau régime au Maroc respecte ses engagements devant la Commission des droits de l’homme des nations unies. Aujourd’hui, ses prédateurs violent ses biens, tous les établissements d’État soutiennent ces prédateurs. Aicha Chaâou lutte avec acharnement sans avoir l’idée de reculer en arrière et sans la moindre crainte de lasser le combat pour son droit à la terre et au jugement légal.
Aicha Chaâou refuse de cette nouvelle torture de l’État et cette violation des droits des femmes paysannes, dont cette affaire n’est qu’un seul exemple parmi des milliers d’affaires de femmes paysannes dans les tribunaux marocains. Elle lance son appel à tous les instances et associations de droits de l’homme l'Homme aux niveaux national et international, surtout à l’ONU et l’UE, pour soutenir son droit à la terre et son jugement légal.

Voici sa déclaration :







lundi 25 février 2019

Haut Atlas : "l'enseignement superieur"

"l'enseignement superieur"
Dans le Haut Atlas: des enfants escaladent cette échelle de fortune pour aller à l'école ...Un pamphlet ne suffirait pas pour dénoncer cet état précaire qui les mènerait vers le chemin du savoir et de la connaissance.

Inondons Facebook du visage de Madame Veil

Syl Jacquemin, 13/2/2019

Inondons Facebook du visage de Madame Veil dont le portrait a été profané à Paris.Luttons contre l antisémitisme et tous les autres actes racistes. Elle est aussi le symbole de la cause des Femmes.

dimanche 24 février 2019

La rue était noire de jaune ! Souscription pour l’édition d’un livre sur les gilets jaunes Organisé par Le Grand Soir


Souscription pour l’édition d’un livre sur les gilets jaunes Organisé par Le Grand Soir

Il s'agira d'un recueil de centaines de slogans, tags, affiches, banderoles, etc.
Le Grand Soir et toutes les personnes qui ont recueilli, ordonné et mis en forme les éléments de cet ouvrage sont bénévoles
Les dons de nos lecteurs aideront à cofinancer l'édition  du livre et  sa diffusion.
Ensuite, tous les droits d'auteurs serviront à payer les frais d'avocats des gilets jaunes poursuivis par la justice ou qui en appellent à elle après des violences policières ou après des diffamations par voie de presse.
Donnez aux gilets jaunes les moyens de  faire connaître leur combat et de se défendre, faites entrer sans tarder la parole du peuple dans les librairies.
Participer au pot commun
Participer
La sécurité des paiements est assurée par le groupe Banque Populaire Caisse d'Epargne, en https via le système 3D Secure.
5 854 € à ce jour
 

Solidarité internationale: les trois syndicalistes Aatika Fizazi, Noureddine El Haddaoui et Abdelmoumen El Bouhali

From: aziki omar <azikiomar2008@gmail.com>, 22/2/2019

Subject: [Reseau-afrique] Maroc: 


Solidarité internationale: les trois syndicalistes Aatika Fizazi, Noureddine El Haddaoui et Abdelmoumen El Bouhali licenciés abusivement par la direction de la société d’exploitation agricole Duroc sont toujours en sit-in devant le siège de l’entreprise à Khmiss Ait Amira (Région d’Agadir) depuis le 23/10/2018 (4 mois)

Bonjour,
Nous tenons à vous informer que les trois syndicalistes Aatika Fizazi, Noureddine El Haddaoui et Abdelmoumen El Bouhali licenciés abusivement par la direction de la société d’exploitation agricole Duroc (Maroc) sont toujours en sit-in devant le siège de l’entreprise à Khmiss Ait Amira (Région d’Agadir) depuis le 23/10/2018 (4 mois). Après des messages de solidarité internationale, la directrice des ressources humaines du Duroc a répondu par une lettre. Le bureau syndical a répliqué par un communiqué de clarification (En pièce jointe).
Nous saluons beaucoup ceux et celles qui ont participé à la dénonciation de ce bafouement du droit syndical par la société Duroc qui exporte ses produits agricoles vers les marchés européen. Nous appelons à intensifier et à élargir cette campagne pour la réintégration des 3 ouvriers licenciés avec leurs droits.

Appel au rassemblement devant l’Ambassade du Maroc à Paris le jeudi 28 février 2019


Pour les libertés démocratiques au Maroc

Nous, organisations démocratiques marocaines en Europe, sommes scandalisées parle                                                                          sabotage de la conférence qu’organisait l’Association de Défense des Droits de
l’Homme au Maroc (ASDHOM) à Paris, le vendredi 15 février, sur la liberté de la presse
au Maroc.
Nous considérons que cet acte, prémédité et accompli par une quinzaine de nervis
téléguidés, est destiné à bâillonner les voix qui oeuvrent pour un État démocratique au
Maroc.
Nous déclarons haut et fort notre détermination à aller de l’avant. Nous ne céderons
jamais à la violence et à l’intimidation des ennemis de la démocratie et des libertés.
Pour exprimer notre indignation et dénoncer cet acte qui nous rappelle les années de
plomb, nous appelons à un rassemblement de protestation devant l’Ambassade du
Maroc à Paris.
Nous invitons tou(te)s les démocrates épri(se)s de liberté à se joindre à nous pour
qu’ensemble nous faisons barrage à ces méthodes barbouzardes et fascisantes d’un
autre temps.
Rendez-vous le jeudi 28 février 2019 à 18h30, devant l’Ambassade du Maroc
5, rue le Tasse
75016 Paris
Métro : Trocadéro (ligne 9)
Signataires :
ASDHOM, AMF, ATMF, AMDH-Paris/IDF, TAMAYNUT, FMVJ-France, APADM, PSU-France, Voie
Démocratique (Europe), PADS,…….
Soutiens :
CRLDHT, MRAP, LDH, ATF, PTT, FPT, AFAPREDESA, FTCR, UTAC, ACDA, IST, ENSEMBLE !,
FEMED, FEMMES PLURIELLES, CEDETIM/IPAM, FASTI, NPA, ACORT, PIR, ADTF, CSMRP,
SOLIDAIRES,…

vendredi 22 février 2019

La France ne va pas dans le sens de l’autodétermination des peuples et du respect du droit international

Paris, 21 fev 2019 (SPS)
 La France, membre du Conseil de sécurité, ne va pas dans le sens de l’autodétermination des peuples et du respect du droit international et son droit de véto n'est utilisé que pour satisfaire le Maroc dans le conflit du Sahara occidental, a affirmé mercredi le député Jean-Paul Lecoq.
"La France est l’un des cinq membres permanents au Conseil de sécurité et y dispose du droit de véto. Ce pouvoir très important est utilisé pour satisfaire la royauté marocaine dans toutes ses demandes, et contribue donc à jeter de l’huile sur le feu", a expliqué le député dans une interview au site https://porunsaharalibre.org/fr, ajoutant que la France "devrait plutôt se battre pour accélérer le processus de paix".
Elle devrait se battre, a-t-il poursuivi, "pour faire en sorte que la Mission de l’ONU sur place, la MINURSO, soit enfin en capacité de mettre en œuvre le référendum d’autodétermination prévu depuis 1991 et de protéger les citoyens sahraouis".
Pour lui, une "forte" attente s’est créée autour de l’action de l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara occidental, Horst Köhler, qui "permettra peut-être une avancée dans la résolution de ce conflit dès cette année", soulignant que cette mission a été accélérée par les Etats-Unis qui souhaitent en finir avec toutes les missions de l’ONU qui sont bloquées.
"La seule inquiétude c’est que dans le rythme très rapide de la volonté américaine de résoudre les conflits, la France n’aille pas dans le sens de l’autodétermination des peuples et du respect du droit international, mais œuvre à entériner la situation au profit du Maroc et sa solution d’une autonomie, ce qui reviendrait à valider la colonisation marocaine de ce territoire", a-t-il déploré.
Par ailleurs, il a indiqué que la situation des prisonniers politiques sahraouis, détenus dans les prisons marocaines, est "extrêmement grave et urgente", regrettant que l’ONU, en tant qu’instance internationale, "a des processus diplomatiques lents, et ne dispose pas de force coercitive".
Toutefois, il a noté que son action dans le cas des prisonniers politiques sahraouis est "très importante" parce qu’elle contribue à "faire connaitre les violations des droits de l’homme perpétrées par le Maroc au monde entier".
Le député français pense que la relation franco-marocaine pourrait être "très utile" pour résoudre le drame des prisonniers politiques sahraouis.
"Les solides liens d’amitié entre les deux pays permettraient à la France de demander au Maroc d’arrêter la torture ou de lui conseiller une solution acceptable du point de vue du droit international pour sortir du conflit", a-t-il précisé, relevant que la France se trouve dans une position "très ambiguë".
Elle semble accepter tout ce que demande le Maroc, y compris des choses intolérables pour un pays libre comme récemment l’enlèvement d’une œuvre d’art faisant référence à la guerre maroco-sahraouie au Centre Pompidou ou bien l’annulation du concert d’une artiste sahraouie à l’Institut du monde arabe. C’est un comportement surprenant au regard des valeurs qui avaient animé mon pays", a-t-il fait observer, notant que la diplomatie française "a perdu sa crédibilité" dans le règlement des conflits dans le monde.
"Elle est devenue un porte-parole du Maroc sur le conflit du Sahara occidental. Et les diplomates des autres pays ne s’y trompent plus", a-t-il conclu. (SPS)
020/090/700