Pages

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

lundi 26 septembre 2016

LE MAROC ET LA RASD SIÉGERONT DE PLEIN DROIT AU SEIN DE L’UA, SANS QU’IL NE SOIT POSSIBLE POUR L’UN D’EXCLURE L’AUTRE.


par Maître Takioullah Eidda, p

Après l’échec de sa dernière tentative lors du dernier sommet de l’Union africaine de Kigali, le Maroc a formellement déposée, le 23 septembre 2016, une demande d’adhésion auprès de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine.

À l’analyse de "l’Acte constitutif de l’Union Africaine", la RASD ne peut s’opposer à cette demande d’adhésion, puisque celle-ci est accordée à la majorité simple des États, nombre qui est déjà acquis pour Maroc.

En revanche, l’adhésion du Maroc ne peut en aucun cas exclure la RASD de l’Union Africaine, puisque nulle part dans l’Acte constitutif il n’est fait mention de l’exclusion d’un État membre de l’UA.

En effet, aux termes de cet Acte constitutif, il n’y a que deux possibilités: le départ volontaire d’un État, selon l’article 31, ou la suspension d’un État dans le cas d’une prise de pouvoir par «des moyens anticonstitutionnels (Coup d’État)», selon l’article 30.

Le Maroc a donc choisi de siéger aux côtés de la RASD, plutôt que de rester en parasite à l’extérieur de l’organisation africaine.

Est ce que cette adhésion constitue une reconnaissance de fait de sa part de la RASD, dont il a toujours nié la légitimité?

Tout est une question de point de vue. Des précédents existent quant à la cohabitation des États ennemis au sein de certaines organisations internationales. Chine/Taiwan, Corée du Sud/Corée du Nord, Israël/Palestine …etc. en sont des exemples.

Ceci dit, une fois admis, le Maroc aura à confronter, au sein de l’Union Africaine, des obstacles juridiques majeurs liés à sa revendication du Sahara Occidental en tant qu’ancienne colonie espagnole.

Tout d’abord, aux termes de l’article 4 (b) de l’Acte constitutif, "l’Union africaine fonctionne conformément aux principes du Respect des frontières existant au moment de l’accession à l’indépendance."

Puis, ces mêmes principes furent réitérés à l’article 4(f, h, i, k) du "Protocole relatif à la création du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine", de même qu’aux articles 3 (a) et 4(c) du "Pacte de non-agression et de défense commune de l’Union africaine".

Les dispositions de ces instruments juridiques fondamentaux se dressent comme obstacle majeur devant le Maroc quant à sa revendication du Sahara Occidental au sein de l’UA. D’autant plus que la RASD est un membre fondateur de cette organisation, en règle conformément à l’Acte constitutif et jouit d’un droit acquis au sein de celle-ci.

Le Maroc serait donc dans l’obligation d’accepter de siéger aux côtés de la RASD, sans trop de bruit, et ce, dans l’attente d’éventuels amendements majeurs de l’acte constitutif, ce qui n’est pas pour demain, compte tenu des soutiens de poids lourd (Afrique du Sud, Ethiopie, Nigéria …) dont jouit la RASD au sein de l’organisation.

Maître Takioullah Eidda, avocat
Montréal, Canada
26.09.16
quebec171[at]gmail.com

---------Ce texte exprime l'opinion de l'auteur et n'engage pas les modérateurs du forum.  
 
http://saharaopinions.blogspot.fr/2016/09/le-maroc-et-la-rasd-siegeront-de-plein.html

Migrants : à quelles allocations ont-ils vraiment droit ?

Mathieu Sicard Mis à jour :


AIDES - APL, RSA, AMS, ATA... Les migrants seraient très bien accueillis selon certains messages qui circulent sur les réseaux sociaux. La réalité est toute autre. Metronews démêle le vrai du faux.
Comparer les misères, ce n'est pas très élégant. Asséner des mensonges sur le sujet, cela devient obscène. APL, RSA, AMS, ATA, etc. Metronews fait le point sur ce qui est vrai et (surtout) sur ce qui est faux.

 "Les migrants touchent 524 euros de RSA"
C'est faux. Le RSA est accessible aux Français et aux étrangers en possession d'un titre de séjour et d'une attestation de la préfecture indiquant que la personne est autorisée à travailler depuis 5 ans, comme le détaille le site  service-public.fr . Ce dont les migrants ne disposent pas.

MISE À JOUR >> Les allocations aux migrants ont changé
 "Les migrants bénéficient des allocations logement"
C'est faux. Pour exactement les mêmes raisons, les migrants arrivés sur le territoire n'ont pas accès à des allocations logement. Si le statut de réfugié finit par leur être accordé, ils peuvent alors y avoir accès (encore un lien service-public.fr )... si tant est qu'ils trouvent un logement conventionné.

 "Les migrants touchent 1000 euros d'aides spécifiques"
C'est faux. 340 euros mensuels d'allocation temporaire d'attente + 718 euros d'allocation mensuelle de subsistance. Avec des chiffres sourcés "ministère de l'Intérieur" (et un choix d'illustration digne de Robert Ménard ), certains sont prêts à vous faire croire que chaque migrant piochera 1000 euros de ressources françaises chaque mois... 
...Sauf que c'est d'une mauvaise foi admirable. Car voici ce qui est vrai.

 "Les migrants bénéficient de 11,45 euros par jour d'Allocation temporaire d'attente"
C'est vrai. Les migrants peuvent bénéficier en réalité d'une seule de ces deux aides :
- 11,45 euros par jour d'allocation temporaire d'attente (ATA), s'ils ne bénéficient pas d'un hébergement d'urgence.
- 91 euros par mois d'Allocation mensuelle de subsistance (AMS), s'ils sont hébergés en Centre d'accueil de demandeurs d'asile (CADA).
Soit entre 3 et 11,45 euros par jour. Les 718 euros mensuels, c'est le maximum d'AMS prévu pour une famille totale de 6 personnes.
Mais attention, pour pouvoir bénéficier de ces allocations, les migrants doivent obligatoirement faire une demande de droit d'asile. En attendant la décision administrative sur leur sort, ils disposent d'une autorisation provisoire de séjour mais demeurent en situation irrégulière sur le territoire.
Tous les migrants n'en font pas la demande mais ces aides sont un minimum vital pour se nourrir dans l'urgence. En outre, la France prévoit que personne ne soit laissé sans soin sur son sol et qu'aucun enfant ne soit laissé sur le bord du chemin de l'école. Là aussi, tous les migrants n'en profitent pas. Il faut déjà être au courant de ces droits.
EN SAVOIR + >>  Quels sont les droits (et les devoirs) des réfugiés ?

Il y a un an a paru : "Marraine des deux plus anciens prisonniers politiques marocains"

solidmar05@gmail.com

Par Marie-Jo Fressard, Solidmar

Je n’étais pas vraiment préparée à ça pour la retraite. Moi,
ce que j’aimais, c’était la randonnée  et  le dessin. Avec il est vrai, une fascination grandissante pour ce qui se passe derrière les murs des prisons, et pour un pays qui m’était inconnu : le Maroc.

Et voilà qu’au bout d’un long enchaînement de hasards, ces fascinations se concrétisent le jour où je me trouve « marraine » d’un prisonnier politique marocain, Ahmed Chahid, rejoint sept mois plus tard par un son presque homonyme : Ahmed Chaïb. Tous deux sont incarcérés depuis 20 ans dans les geôles des rois du Maroc, condamnés d’abord à mort, puis à perpétuité.
Le livre raconte leurs cinq dernières années derrière les barreaux, cinq années de luttes difficiles avec de beaux temps forts : notre première rencontre à la prison d’Oukacha ; une première victoire le jour où la perpétuité est commuée en peine de 25 ans ; et enfin la libération, jour pour jour 25 ans après leur incarcération, à une semaine d’intervalle, comme lors de leur arrestation. Et, après cet interminable cauchemar, le travail de réadaptation à un monde qui ne ressemble plus du tout à celui qu’ils ont quitté un quart de siècle plus tôt.
Leur histoire s’insère dans l’histoire du Maroc, entre Hassan II et Mohammed VI, entre espoirs et désillusions…
*********

Par chance  mon chemin a croisé celui de  la maison d’édition militante ANTIDOTE, sans but lucratif, créée récemment en Belgique  par une sympathique équipe de  bénévoles : Luk Vervaet, le défenseur des prisonniers, âme d’Antidote, Nicolas Ingargiola, jeune technicien compétent et exigeant, et Daniel Wagner, qui veille sur les textes.
 L’écrivain Gilles Perrault a eu la gentillesse d’accepter de préfacer le livre, et Khadija Ryadi, Lauréate du Prix des Nations Unies pour les droits de l’Homme, en a écrit la postface.
Le livre est vendu au prix de 10 € (port 1 livre 2,80€, 2livres et plus 4,20€)

Il peut être commandé :
- en Belgique à Éditions Antidote (contact[at]antidote.be) sur le numéro de compte :
IBAN :BE20 0004 2359 4956
BIC : BPOTBEB1XXX)
- en France, par chèque, mentionner « livre Marraine», à  Solidarité Maroc 05, E'changeons le Monde, 17 rue Jean Eymar, 05000 Gap, (solidmar05[at]gmail.com)  où il peut être acheté.
*************

Rappel il y a un an : Le livre de Zakaria Moumni, l’homme qui a fâché la France avec le Maroc


Par Nicolas Beau - Publié le 24/9/2015 Dans le plus grand des secrets, le champion de boxe Zakaria…
Solidarité Maroc

dimanche 25 septembre 2016

Fresque à Buenos Aires : Hommage aux Sahraouis

Graffiti à Buenos Aires : Hommage aux Sahraouis
effectuée à Buenos Aires, une fresque en hommage à la lutte du peuple sahraoui

https://rasdargentina.wordpress.com/2016/09/25/realizan-en-buenos-aires-un-mural-en-homenaje-a-la-lucha-del-pueblo-saharaui/
 
·
Ahmed Ouchannou
تحية الى القيادة الوطية والقواعد

Film : "Dis-leur que j'existe", le combat du peuple sahraoui.



L’image contient peut-être : texte 

"Dis leur que j'existe" un film documentaire bouleversant, le combat d'un peuple, le peuple sahraoui, en lutte pour exister dignement, librement.
 Un film sur la situation de prisonniers politiques sahraoui dans les lieux de torture et détention au Maroc et dans les territoires occupés.
Un témoignage bouleversant de Claude Mangin, épouse et porte parole de ce combat à coté de son mari Naâma Asfari, de leur libération ainsi que divulgation de cette réalité, d'un conflit long de 40année.

par Giulia Inés Maggi

Titres sur https://solidmar.blogspot.com du 18 au 25 septembre 2016


vendredi 23 septembre 2016

La CMODH présente le rapport parallèle au rapport gouvernemental sur les droits civils et politiques

Une réunion du Conseil des droits de l'Homme à Genève, en mai 2013 (Crédit : Nations unies/Jean-Marc Ferré)

Une réunion du Conseil des droits de l'Homme à Genève, en mai 2013 (Crédit : Nations unies/Jean-Marc Ferré)


Dans le cadre du projet Khotwa, qui a pour objectif essentiel de de renforcer le rôle des OSC qui travaillent dans la défense et la promotion des droits humains, la CMODH a entrepris un projet qui a permis le soutien de la recherche, la promotion des droits humains et la réalisation des missions internationales de dialogue et de plaidoyer.

Ce projet consiste à assister les plus grandes OSC maghrébines dans la préparation des rapports parallèles pour l’examen des politiques gouvernementales de l’Algérie, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie sous la Convention Internationale des Nations Unies sur les Droits Civils et politiques.

C'est demain ! la présentation des deux livres pour Ali Aarrass !


C’est demain ! Youssef Chihab (AFD), Pierre Piccinin da Prata (Courrier du Maghreb et de l’Orient), Alexis Deswaef (LDH), Nicolas Cohen (avocat), Vincent Cornil (Mrax), David Jamar (sociologue), Farida Aarrass (auteure), Manu Scordia (auteur) vous présentent les deux livres pour Ali Aarrass

dans ACTIONS/ARTS par
« L’affaire Ali Aarrass est un des scandales judiciaires et politiques majeurs de cette dernière décennie. Belgo-marocain arrêté en 2008 pour terrorisme en Espagne à la demande du Maroc, Ali y est soumis à la torture blanche pendant près de trois ans, puis innocenté par le juge Garzon. Abandonné par son pays, la Belgique, Il est illégalement extradé par l’Espagne au Maroc où il sera torturé pendant douze jours. Après un procès inique, il est condamné à 12 ans de détention et enfermé dans la prison de haute sécurité de Salé II jusqu’à ce jour. Des instances onusiennes, dont le Comité contre la torture, le Comité contre la détention arbitraire et le Comité des droits de l’homme, demandent sa libération. En 2014, Ali accepte d’être l’une des cinq personnes emblématiques de la campagne internationale d’Amnesty International, « Stop torture ».
Avec ces Lettres de prison, écrites de 2012 à 2016, Ali brise le silence. « Les récits d’hier et d’aujourd’hui se ressemblent », écrit Khadija Ryadi, lauréate 2013 du prix des Droits de l’Homme des Nations-Unies. Comme Henri Alleg dans La Question sur la torture pendant la guerre d’Algérie, ou Ahmed Marzouki dans Tazmamart cellule 10 sur les tortionnaires d’Hassan II, Ali livre un témoignage accablant sur la torture des temps modernes.
Les Lettres d’Ali dévoilent cet homme devenu une cause. Grâce à sa résistance inflexible contre toute forme d’injustice. Par son humanité sans bornes pour ses codétenus et les amis qui le soutiennent. À travers son amour pour sa famille.
Résultat de recherche d'images pour "C'est demain ! la présentation des deux livres pour Ali Aarrass !"Dans Journal d’une grève de la faim, sa sœur Farida nous entraîne dans le monde des familles des détenus, qui elles aussi vivent la prison. Oscillant entre souffrance, désespoir et résistance pendant la sixième grève de la faim de son frère, elle lance un appel contre l’indifférence et la peur.
Puisse ce livre contribuer à rendre justice à Ali Aarrass ! »

Ce samedi 24 septembre 14 heures : Sortie officielle et présentation des 2 livres pour/sur Ali Aarrass:

La bande dessinée « Je m’appelle Ali Aarrass » de Manu Scordia retrace le parcours d’Ali Aarrass depuis son enfance à Melilla jusqu’à son calvaire actuel, en passant par sa vie en Belgique, son arrestation, la torture, le procès, la vie en prison, son combat pour la Justice et celui de sa soeur Farida pour sa libération.

Le livre « Lettres de prison et Journal d’une grève de la faim » de Farida Aarrass et d’Ali Aarrass, est un reccueil des plus belles lettres de correspondance écrite par Ali depuis sa prison. Il comprend aussi le journal de Farida pendant la longue grève de la faim d’Ali en 2015. Pour lui éviter une issue dramatique, cette grève de la faim avait été relayée à Bruxelles par Farida et plusieurs soutiens d’Ali.
La présentation de ces 2 ouvrages sera accompagnée d’un retour sur la situation très préoccupante d’Ali Aarrass aujourd’hui et de l’intervention de diverses personnalités.
Les bénéfices des ventes de ces 2 ouvrages seront exclusivement destinés à soutenir la campagne Free Ali.
http://www.freeali.eu/
Où ? Bruxelles Laique Avenue de Stalingrad 18 – 20, 1000 Région de Bruxelles-Capitale

TTIP : TRANSATLANTIQUE ARNAQUE

TTIP : TRANSATLANTIQUE ARNAQUE
En écho à la grande manifestation de ce mardi 20 septembre à 17h à Bruxelles contre le TTIP et le CETA, nous vous proposons de voir ou de revoir notre reportage « TTIP : Transatlantique arnaque », sur les dessous et les dangers du TTIP, ce projet de grand marché transatlantique négociédans le dos des peuples par la Commission européenne et les Etats-Unis.
Le  TTIP et le CETA sont porteurs de très lourdes menaces: systèmes sociaux et services publics démantelés,fermetures d’entreprises, délocalisations, casse sociale, explosion des inégalités, destructions environnementales,répression des mouvements sociaux, atteintes aux libertés démocratiques… et en paquet-cadeau:
bœuf aux hormones, maïs OGM, poulet à l’eau de javel.
Regardez : nous sommes tous directement menacés.

Amar Belani, Ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, répond aux fanfaronnades et aux mensonges du Makhzen





Acculé par le dernier sommet des Non-alignés et par l’Union européenne, le Maroc tente désespérément de s’attribuer des « victoires imaginaires » relatives à la question du Sahara occidental, dernière colonie, selon l’Onu. Fin connaisseur du dossier, Amar Belani réfute les mensonges véhiculés par les représentants du Makhzen et remets les pendules à l’heure.



Afrique Asie - Selon la presse officielle marocaine, l’Ambassadeur du Maroc Omar Hilale, a "croisé le fer et recadré fermement" de hauts responsables algériens lors du sommet des Non-alignés qui vient d’achever ses travaux sur l’île vénézuélienne de Margarita. Qu’en est-il réellement ?



Amar Belani :Ecoutez, les sorties burlesques de ce Monsieur sont une parfaite illustration de la fable de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, une plaisante allégorie sur le ridicule de la vanité narcissique. Il tente désespérément, à coups de pseudo "faits d’arme" dérisoires, de faire accroire à une bilatéralisation de la question du Sahara occidental alors que pour l’ensemble de la communauté internationale il s’agit bien d’une question de décolonisation qui doit être menée à son terme conformément à la légalité internationale. Vous imaginez bien que les hauts responsables algériens ont mieux à faire que d’accorder ne serait-ce qu’une once d’attention à de vaines gesticulations nourries de rhétorique inepte.


jeudi 22 septembre 2016

Toutes et tous à Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre !



Toutes et tous à Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre



Appel à mobilisation 20 septembre 2016


Cher·e·s adhérent·e·s,
Attac soutient l’appel ci-dessous lancé par les opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Elle appelle ses adhérent·e·s à rejoindre la manifestation qui aura lieu dans le bocage de Notre-Dame-des Landes le 8 octobre, soit par ses propres moyens, soit par les bus affrétés par les différents collectifs locaux de soutien à Notre-Dame-des-Landes.
Pour les détails pratiques, se référer au site d’annonces de Notre-Dame-des-Landes (bus, covoiturage, hébergement). Les informations complémentaires sur l’évènement du 8 octobre, régulièrement actualisées, sont disponibles sur la page de la ZAD ou encore au site de l’Acipa.
En écho à bien d’autres luttes paysannes, comme au Larzac, nous ferons résonner le sol de milliers de bâtons. Il est donc demandé d’apporter, de chez soi, un bâton, que nous laisserons sur place, en nous engageant à venir le reprendre, en cas d’intervention.
Donc rendez-vous toutes et tous à Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre.
JPEG - 359.2 ko

Appel : « Que résonnent les chants de nos bâtons ! »

Acculé par les mobilisations massives des 9 janvier et 27 février, le gouvernement a organisé en juin une consultation biaisée. Se croyant forts du résultat de cette mascarade, les pro-aéroport et le premier ministre ont confirmé leur intention de procéder cet automne à l’évacuation et à la destruction de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, de ses cultures, de sa faune et de sa flore, de ses habitats et activités ainsi que des liens entre toutes celles et ceux qui se sont attaché.es à ce bocage. Ces déclarations font fi de la situation juridique du dossier puisqu’entre autres les autorisations de travaux ne sont toujours pas accordées.
Les porteurs du projet ne semblent pas avoir non plus mesuré la détermination de celles et ceux qui habitent ce bocage, des militant.es engagé.es à leurs côtés, le soutien dont ce mouvement bénéficie dans la région et bien au-delà, ainsi que l’implication des comités locaux. Ces 2 000 ha de bocage et ce qui s’y vit sont aujourd’hui porteurs d’espoirs indéracinables face au saccage du vivant, des terres agricoles et à la marchandisation du monde. Il est impensable qu’ils disparaissent !
À l’initiative de l’ensemble du mouvement d’opposition au projet d’aéroport, nous marquerons donc le 8 octobre notre volonté commune d’empêcher toute agression contre la ZAD et tout démarrage des travaux. En écho à bien d’autres luttes paysannes, comme au Larzac, nous ferons résonner le sol de milliers de bâtons. Nous les laisserons sur place, en nous engageant ensemble à venir les reprendre, en cas d’intervention, et à défendre la ZAD, ses habitant·e·s, paysan·ne·s et l’avenir qui s’y construit.
Nous monterons également ensemble un hangar dont les éléments ont été fabriqués durant l’été sur la ZAD par des dizaines de charpentier.es. Cette œuvre collective concrétisera notre volonté de nous organiser pour la résistance en créant un lieu qui sera une base d’appui en cas de tentative d’expulsion, autant qu’une structure commune pour le futur.
Convergeons vers Notre-Dame-des-Landes le 8 octobre 2016,
Rendez-vous à 10 h dans le bocage, à pied, en tracteur ou à vélo.
Que chacun·e apporte son bâton, sculpté, décoré et le mette dans les roues du projet.
Tous et toutes ensemble, empêchons l’aéroport !


Ce message a été envoyé sur la liste « Adhérent⋅e⋅s d’Attac »
Se désinscrire de cette liste | Ne plus recevoir de courriels de la part d’Attac France

Attac France
21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France