مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

Pages

samedi 25 octobre 2014

Un pédophile pour le viol de 7 enfants a eu pour une sentence 1 an de prison,

Encore une fois, la justice marocaine a trahi les enfants. 
Et déçu son pays!
Le juge de Taroudant qui a condamné un pédophile pour le viol de 7 enfants à une sentence bonbon de 1 an de prison, n'a-t-il pas d'enfant? De neveu ou nièce? Ne craint-il pas pour sa sécurité sexuelle puisque ce type de sentence bonbon encourage de facto les pédophiles à s'en prendre aux enfants?
Avec la loi laxiste actuelle, la question se pose de savoir si à ce point les législateurs font peu de cas des enfants marocains? Quand connaitront-ils un sursaut de conscience et durciront la loi pour qu'enfin les pédophiles marocains et étrangers sachent qu'il en coûte très cher de s'en prendre à un petit Marocain?
Encore une fois, la justice marocaine a trahi les enfants. Et déçu son pays!
Le juge de Taroudant qui a condamné un pédophile pour le viol de 7 enfants à une sentence bonbon de 1 an de prison, n'a-t-il pas d'enfant? De neveu ou nièce? Ne craint-il pas pour sa sécurité sexuelle puisque ce type de sentence bonbon encourage de facto les pédophiles à s'en prendre aux enfants?
Avec la loi laxiste actuelle, la question se pose de savoir si à ce point les législateurs font peu de cas des enfants marocains? Quand connaitront-ils un sursaut de conscience et durciront la loi pour qu'enfin les pédophiles marocains et étrangers sachent qu'il en coûte très cher de s'en prendre à un petit Marocain?

Wikileaks du Makhzen : Des prévisions makhzéniennes alarmistes

Wikileaks du Makhzen : 

Des prévisions makhzéniennes alarmistes

Le Maroc prévoit une deuxième crise avec l’administration Obama. Au cœur du malentendu entre Washington et Rabat le mandat de l’Envoyé Personnel du Secrétaire Général de l’ONU pour le Sahara Occidental, Christopher Ross. Les USA exigent des progrès dans les efforts de médiations de Ross et qu’il puisse se rendre dans la région.

Le deuxième volet a trait aux droits de l’homme. Les officiels américains, à chaque fois, rappellent au Maroc les engagements qu’il a pris lors de la rencontre entre le président Obama et le roi Mohammed VI concernant la protection des droits de l’homme.

Les Etats-Unis exigent du Maroc aussi l’amélioration des relations avec l’Algérie. Pour justifier son manque, Rabat essaie de culpabiliser l’Algérie en donnant une médiatisation exagéré à des petits incidents de parcours.

La période avril 2014-avril 2015 a été décrite dans une note interne du Ministère des Affaires Etrangères marocain comme « une étape charnière dans la gestion du Sahara » par les Nations Unies. Dans cette note, des instructions sont véhiculées dans le but de pousser M. Ross à la démission et de lutter contre la décision du Secrétariat de l’ONU de traiter le territoire du Sahara Occidental comme un territoire non-autonome. C’est dans ce cadre qu' est arrivée la nomination de la nouvelle chef de la MINURSO que le Maroc empêche d’entrer au Sahara Occidental.

Parmi les mesures qui ont irrité les autorités marocaines, la décision onusienne de mener les rencontres officielles dans le siège de la MINURSO et non pas dans un hôtel truffé de micros de la DGED marocaine. 

Et enfin, le contentieux des droits de l’homme. Le Maroc s’est engagé aussi à permettre plus de visites du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme.

Aucune des attentes des Etats-Unis n’a été réalisée. De là les prévisions pessimistes marocaines quant aux relations avec l’Oncle Sam.

UMT : Grève Générale Nationale Unitaire et Préventive du 29 Octobre.

Par Samira Kinani, 24/10/2014
 


Toutes les forces syndicales ouvrières, touTEs les forces démocratiques et progressistes devront donc œuvrer à la convergence entre le Mouvement du 20 Février et le Mouvement Syndical des TravailleurSEs
ــ Vive la Grève Générale Nationale Unitaire et Préventive du 29 Octobre.
ــ Vive la classe ouvrière, 
ــ Vive l’Unité Syndicale,
 ــ Vive le Peuple
 

L’Espagne décore trois présumés tortionnaires marocains


par demainonline, 24/10/2014

Hammouchi
* : Dans le petit « monde » de la DST, les agents s’appellent « El Haj » entre eux.
Quand il était dans l’opposition, l’actuel président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, disait, toujours en aparté en bon et prudent Galicien, tout le mal qu’il pensait du régime marocain et de ses graves atteintes aux droits de l’homme.
Il a même assuré un jour devant un parterre de journalistes et d’hommes politiques de son parti lors d’un dîner à Madrid, qu’il avait été « invité officiellement » au Maroc quand il était dans l’opposition (quand gouvernait ce benêt de José Luis Rodriguez Zapatero), mais qu’il avait refusé. « Je ne peux pas me laisser inviter comme ça. C’est pas convenant », avait-il lâché le plus naturellement du monde.
On le comprend. On sait, par exemple, qu’un homme politique andalou du Parti populaire et un autre, actuel ambassadeur dans un pays asiatique, ont succombé aux charmes marocains, mais pas Rajoy. En bon disciple de son prédécesseur et ex-mentor, José Maria Aznar, il était toujours resté droit dans ses bottes.
Aujourd’hui, Mariano Rajoy non seulement ne tarit pas d’éloges envers une monarchie moyenâgeuse et prédatrice, mais il se permet même au grand jour de décorer trois présumés tortionnaires marocains.
L’Espagne de Rajoy, puisque le roi tient le rôle de figurant dans cet Etat, a décerné hier, mercredi, des décorations policières à des responsables de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST, une police politique appelée communément DST)), « en reconnaissance du rôle du Maroc en matière de paix et de sécurité dans le monde », nous dit une dépêche de la MAP.
Abdellatif Hammouchi et deux autres présumés tortionnaires de sa boite à gégène, dont on ne connait pas les noms afin qu’ils continuent à « travailler » dans l’ombre, ont reçu l’une des plus hautes distinctions honorifiques décernées aux personnalités étrangères : la Croix honorifique de mérite policier avec distinction rouge.
Abdellatif Hammouchi, un haut fonctionnaire marocain qui ne répond qu’aux ordres et consignes du roi, est poursuivi en France par plusieurs associations françaises accusé d’avoir torturé des citoyens français d’origine marocaine. Et même si l’Etat français, le président François Hollande, le premier ministre Manuel Valls et le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, essayent par tous les moyens de peser sur le cours de la justice, il ne peut toujours pas se rendre à Paris.
C’est donc un fugitif qui craint de répondre aux questions d’un juge français que l’Espagne de Mariano Rajoy a décoré hier.
Demain
Partagez nos articles sur les réseaux !

Les autorités marocaines ont la corde au cou.

Wikileaks du Makhzen :
 Compte-rendu confidentiel d'Omar Hilale sur sa dernière rencontre avec Ross 
 
- Les autorités marocaines ont la corde au cou. On y voit comment le Maroc cherche désespérément à empêcher que la MINURSO se charge de la surveillance des droits de l’homme au Sahara Occidental et aux camps des réfugiés sahraouis.
- L’autre point qui agace le Maroc est le fait que le Secrétaire Général Ban Ki-moon ait rappelé dans un de ses derniers rapports que le Sahara Occidental est un territoire non-autonome. Cela rappelle aux marocains qu’aucun pays ne leur reconnaît un titre de propriété sur ce territoire riche en ressources naturelles.
- Et enfin, le compte-rendu reflète les craintes de Rabat sur un éventuel passage du Chapitre VI au Chapitre VII dans le traitement de la question du Sahara Occidental, ce qui briserait à jamais le statu quo dont s’accommodait le Maroc afin de poursuivre la répression et la spoliation des richesses sahraouies.

Voir la SOURCE DU DOCUMENT :
http://diasporasaharaui.blogspot.ch/2014/10/wikileaks-du-makhzen-compte-rendu.html


COMMUNIQUE : l'AMDH dénonce l’escalade des violations des droits et libertés(Ar,Fr)+comm AMDH sur la gréve Générale de 29 octobre 2014

 
المكتب المركزي
 الرباط في 22 أكتوبر 2014 

COMMUNIQUÉ

L’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS (AMDH) DÉNONCE VIVEMENT L’ESCALADE EN MATIÈRE DE VIOLATIONS DES DROITS ET LIBERTÉS ET AFFIRME QUE LA POLITIQUE D’ENTRAVES ET D’INTERDICTIONS N’ARRETERA PAS LES MILITANTES ET MILITANTS DANS LEUR LUTTE POUR LA DÉMOCRATIE ET LES DROITS HUMAINS
 
L’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS (AMDH) continue à suivre avec grande préoccupation et  vive inquiétude la poursuite d’entraves que l’État marocain continue à exercer à l’encontre des défenseurs des droits humains et  la recrudescence des violations des droits et libertés, surtout en matière de droits à l’organisation, au rassemblement, à l’expression, aux droits de la presse, bafouant ouvertement toutes ses obligations internationales en matière de respect des droits humains ; ce constat est étayé par les faits suivants :
 
1.       Les autorités continuent d’interdire des activités de droits humains :
·         L’Interdictions d’activités des sections locales de SAFI et de SEFROU bien que ces dernières aient reçu l’accord des responsables des locaux publics comme les locaux de la jeunesse et autres
·         L’Interdiction de l’activité du FORUM MAROCAIN pour la défense des droits des juges en partenariat avec  l’association NE TOUCHE PAS A MA DIGNITE le 27 septembre précédent dans la ville de SAFI ; l’activité avait pour thème l’indépendance de la justice
·         L’interdiction de la caravane de sensibilisation sur la corruption qui devait être organisée le 14 octobre par TRANSPARENCY/MAROC en partenariat avec l’ASSOCIATION DES JEUNES AVOCATS et la section locale de l’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS (AMDH)
 
2.       Un record de poursuites judiciaires en relation avec le droit à manifester pacifiquement, avec la liberté  d’opinion et d’expression et la liberté de la presse :
·         La sentence prononcée par le tribunal de première instance d’AIN SBAA à CASABLANCA, le 17 OCTOBRE 2014, à l’encontre du chanteur de rap, le mineur OTHMAN ATIQ plus connu sous le pseudonyme de MISTER CRAZY ; le jeune homme a été condamné à 3 mois de prison ferme et à une amende de 500 dh à la suite de la publication de 3 clips où il dénonce les agressions et brosse la vie difficile dans les quartiers pauvres de CASABLANCA
·         La condamnation par la cour d’appel de RABAT de 9 cadres chômeurs, le lundi 20 OCTOBRE, à une année et quatre mois de prison ferme et une année avec sursis pour chacun d’eux
·         Le verdict du tribunal de première instance de KHEMISSET , le lundi 20 OCTOBRE, à l’encontre de 5 jeunes dont 3 à 8 mois de prison ferme et deux à une année avec sursis et une amende de 1000 dh pour chacun d’eux ; les jeunes ont été poursuivis « pour révolte, attroupement non autorisé et humiliation des forces publiques… et blocage de la circulation .. » ; ils ont été arrêtés le 18 SEPTEMBRE 2014 alors qu’ils manifestaient dans un sit-in devant le local du pacha de la ville de SIDI ALLAL EL BAHRAOUI
·         La sentence   injuste et dure prononcée par la cour d’appel de TANGER le lundi 20 OCTOBRE qui a augmenté la peine de la vice secrétaire général de l’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS/SECTION TANGER, WAFAA CHARAF de une année à deux ans de prison ferme et à une année avec sursis pour le militant politique et  militant des droits humains BOUBKER EL KHAMLICHI
·         La convocation du journaliste HAMID EL MAHDAOUI par le procureur général le 20 OCTOBRE 2014, suite à un article publié sur son site électronique relatif à la mort d’un détenu
·         La convocation, le 20 OCTOBRE 2014, de deux membres de la section locale/AMDH de BERRECHID (l’ancienne détenue HIND BHATRI et SAID BELKOUCH) par le procureur du roi suite à leur participation à un sit in de protestation et de solidarité avec une famille menacée d’expulsion
·         Le  jugement, le 20 OCTOBRE 2014 de l’affaire des 8 professeurs poursuivis pour « attroupement, recours à la violence à l’encontre d’un membre des forces publiques » ; ce jugement fait suite à un sit in organisé par la coordination des professeurs  exclus de l’avancement selon les diplômes et qui a duré plus de 3 mois ; l’affaire a été reportée pour le 17 NOVEMBRE prochain
·         Le jugement de l’affaire, le 20 OCTOBRE, dans la ville d’IMINTANOUT, de chômeurs suite à l’organisation d’un sit-in pour réclamer le droit au travail
Le bureau central de l’ASSOCIATION MAROCAINE DES DROITS HUMAINS, qui n’a cessé de dénoncer  et  condamner cette régression continue de la situation des droits humains dans notre pays, situation alarmante qui fait l’unanimité des plus grandes organisations de la mouvance des droits humains, qui de surplus ont envisagé de prendre des initiatives pour stopper cette grave agression à l’encontre des défenseurs des droits humains, déclare ce qui suit :
 
Premièrement : il condamne cette escalade de la part de l’ETAT marocain qui montre son incapacité à honorer ses engagements en matière de droits humains, et qui constitue un revirement par rapport à ses engagements dans la constitution de juillet 2011 et notamment en matière de libertés et de droits fondamentaux ; comme il constitue une violation des lois régissant les libertés publiques.
 
Deuxièmement : sa solidarité totale avec les victimes de cette agression qui vise à détruire l’action du mouvement des droits humains, à l’encercler , à le mettre sous tutelle, et à limiter la pratique des droits et libertés en faisant fi du droit et en recourant  à l’arbitraire.
 
Troisièmement : il réitère que la politique d’entraves, d’interdictions, de « muselage » et de recours  à une propagande vile et inopérante , n’arrêtera pas les actions militantes des différentes composantes de la société pour la liberté, la dignité, la justice sociale, l’égalité entre les hommes et les femmes et le respect des droits humains dans leur universalité et leur globalité 
 
Quatrièmement : appelle les composantes de la société qui défendent la démocratie et les droits humains à se préparer pour concrétiser ses initiatives communes afin de mettre un terme à ces régressions qui mettent à mal les droits et libertés
 
Le bureau central
RABAT LE 22 OCTOBRE 2014
 
 
بيان
الجمعية المغربية لحقوق الإنسان تدين بشدة التصعيد الذي يشهده الهجوم  على الحقوق والحريات
 وتؤكد أن سياسة التضييق والمنع لن توقف النضالات من أجل الديمقراطية وحقوق الإنسان

لازالت الجمعية المغربية لحقوق الإنسان تتابع، بانشغال عميق وقلق شديد،تواصل التضييق الذي ما انفكت تمارسه الدولة المغربيةعلى المدافعين والمدافعات عن حقوق الإنسان،وتصاعد وتيرة اجهازها على الحقوق والحريات، لاسيما في ما يتعلق بحرية التنظيموالتجمع والتعبير والصحافة؛ في تنكر واضح منها لالتزاماتها الدولية في مجال احترام حقوق الإنسان، وهو ما يمكن الوقوف عليه من خلال ما يلي:
1)      استمرار السلطات في منع الأنشطة الحقوقية:
-        المنع الذي تعرضت له فروع محلية أخرى للجمعية المغربية لحقوق الإنسان، بكل من أسفي وصفرو، منعقد جموعاتها العامة التنظيمية وأنشطتها الحقوقية، رغم حصولها على موافقة المسؤولين عن الفضاءات العمومية كدور الشباب وغيرها؛
-        المنع الذي تعرض له نشاط المنتدى المغربي للدفاع عن حقوق القضاة، بشراكة مع جمعية ما تقيش كرامتي، يوم 27 شتنبر الماضي، بمدينة أسفي حول موضوع استقلالية القضاء؛
-        المنع الذي تعرضت له القافلة التحسيسية حول الرشوة، التي كان سيتم تنظيمها، يوم 14 أكتوبر 2014، من طرف ترانسبرانسي المغرب، بشراكة مع جمعية المحامين الشباب والفرع المحلي للجمعية المغربية لحقوق الإنسان بالخميسات؛
2)      رقم قياسي للمحاكمات المرتبطة بالحق في التظاهر السلمي وحرية الرأي والتعبير وحرية الصحافة:
-        الحكم الصادر عن المحكمة الابتدائية في عين السبع بالدار البيضاء، يوم الجمعة 17 أكتوبر 2014، في حق مغني الراب المغربي القاصر "عثمان عتيق"، المشهور باسم "مستر كريزي"، بالسجن ثلاثة أشهر نافذة، وبغرامة مالية قدرها 500 درهم؛ وذلك على خلفية بثه لثلاثة كليبات يحاكي خلالها مشاهد اعتداء، ويروي فيها عن الحياة اليومية الصعبة في الأحياء الفقيرة بالدار البيضاء؛
-        الحكم الصادر عن محكمة الاستئناف بالرباط، في حق تسعة من الأطر المعطلة يوم الإثنين 20 أكتوبر، بسنة وأربعة أشهر نافذة وسنة موقوفة التنفيذ لكل واحد منهم؛
-        الحكم الصادر عن المحكمة الابتدائية بالخميسات، في نفس يوم الإثنين 20 أكتوبر، على خمسة شباب؛  ثلاثة منهم ب8 أشهر نافذة، واثنين منهم بسنة موقوفة التنفيذ، وغرامة قدرها 1000 درهم  لكل واحد منهما؛ حيث توبعوا  بتهم "العصيان والتجمهر غير المرخص وإهانة القوة العمومية... وعرقلة المرور..."، بعد أن اعتقلوا يوم 18 شتنبر المنصرم، حين كانوا ينظمون وقفة احتجاجية أمام مقر باشوية سيدي علال البحراوي؛
-        الحكم الجائر والقاسي الصادر عن محكمة الاستئناف بطنجة، في اليوم ذاته الإثنين 20 أكتوبر، بالرفع من عقوبة نائبة الكاتب العام لفرع الجمعية المغربية لحقوق الإنسان بطنجة وفاء شرف من سنة إلى سنتين سجنا نافذا، وبسنة موقوفة التنفيذ في حق  الناشط السياسي والحقوقي بوبكر الخمليشي،
-        استدعاء الصحفي حميد المهداوي من طرف النيابة العامة للمثول أمامها، يوم 20 أكتوبر 2014، بخصوص مقال سبق له أن نشره بموقعه الإلكتروني حول وفاة معتقل بأحد السجون المغربية؛
-        الاستماع، يوم الإثنين 20 أكتوبر كذلك، لعضوي فرع الجمعية بمدينة برشيد المعتقلة السابقة هند بحاتري وسعيد بلكوش من طرف وكيل الملك بالمحكمة الابتدائية بنفس المدينة، على خلفية مشاركتهما في وقفة احتجاجية تضامنية مع أسرة مهددة بالإفراغ؛
-        النظر، يوم 20 أكتوبر، من طرف محكمة الاستئناف بالرباط في ملف الأساتذة الثمانية المتابعين بتهم "التجمهر واستعمال العنف في حق أحد أفراد القوة العمومية"، على خلفية اعتصام تنسيقية الأساتذة المقصيين من الترقية عبر الشهادة والذي  دام لأكثر 3 أشهر، وتأجيل الملف إلى غاية يوم 17 نونبر المقبل؛
-        النظر، في نفس اليوم 20 أكتوبر 2014، في ملف المعطلين بمدينة إيمينتانوت، على خلفية تنظيمهم لوقفة احتجاجية بنفس المدينة للمطالبة بالحق في الشغل...
والمكتب المركزي، للجمعية المغربية لحقوق الإنسان، الذي لم يترك مناسبة إلا وأعلن خلالها عن إدانته وشجبه لهذه الانتكاسة المسترسلة لأوضاع حقوق الإنسان ببلادنا، التي باتت موضع إجماع لأبرز مكونات الطيف الحقوقي، ووازعا لها لاتخاذ مبادرات مشتركة لوقفها ووقف الهجوم الخطير الذي يستهدف المدافعين  والمدافعات على حقوق الإنسان، ليعبر عن:
أولا، استنكاره لهذا التصعيد من طرف الدولة المغربية، الذي يعكس عجزها عن الوفاء بتعهداتها الاتفاقية المتصلة بحقوق الإنسان، وانقلابها على ما اشترطته على نفسها في دستور يوليوز 2011 في الباب المتعلق بالحريات والحقوق الأساسية، وخرقها للقوانين المنظمة للحريات العامة؛
ثانيا، تضامنه الكامل مع ضحايا هذه الهجمة التي ترمي إلى تخريب العمل الحقوقي وتسييجه وفرض الوصاية عليه، والحد من ممارسة الحقوق والحريات خارج نطاق القانون وبالاعتماد على التعسف والشطط؛
ثالثا، تأكيده أن سياسة التضييق والمنع وكم الأفواه، وتسخير أبواق الدعاية الرخيصة والمبحوحة، لن توقف النضالات التي تخوضها مختلف المكونات المجتمعية من أجل الحرية، والكرامة، والعدالة الاجتماعية، والمساواة بين النساء والرجال، واحترام حقوق الإنسان في كونيتها وشموليتها؛
رابعا، دعوته مختلف المكونات المجتمعية المدافعة عن الديمقراطية وحقوق الإنسان، إلى الاستعداد لتنفيذ مبادراتها المشتركة، للوقوف في وجه هذه التراجعات التي تضرب في الصميم الحقوق والحريات ببلادنا.

المكتب المركزي
 الرباط في 22 أكتوبر 2014

Khadija Ryadi à Nancy, Dijon et Strasbourg sur "le rôle de l’impunité" (6, 7 et 8 novembre)

« Le point le plus important, aujourd’hui, c’est que l’impunité règne au Maroc. C’est elle qui autorise les violations graves des droits de l’homme commises par l’État car ses responsables ne sont jamais poursuivis pour leurs crimes. La justice marocaine n’est pas indépendante, elle est instrumentalisée par le pouvoir et permet de blanchir ceux qui se rendent coupables de violations des droits de l’homme. Les détournements de fonds publics, le pillage des ressources naturelles du Maroc par des entreprises ou des individus, sont des crimes mais ne sont jamais punis et cela encourage d’autres à agir de même. » K. RYADI.

  • ATMF Nancy >>> Jeudi 6 novembre 2014 à 20 h au MJC Pichon – 7, Boulevard du Recteur Senn, 54000 Nancy

  • ATMF Dijon >>> Vendredi 7 novembre 2014 à 20h à la Maison des associations 2 rue des corroyeurs, Dijon en partenariat avec AMDH, CNT, LDH


  • ATMF Strasbourg >>> Samedi 8 novembre 2014 à 16h30 à la maison des Associations – Salle Marguerite Yourcenar – Rez-de-chaussée, 1ª place des Orphelins – 67000 Strasbourg.

Source et suite : http://amdhparis.org/wordpress/?p=1769

--

Salutations militantes,
Pour le bureau de l'AMDH-Paris/IDF

vendredi 24 octobre 2014

Adoption de deux motions de soutien au Sahara occidental par le Sénat italien


24/10/2014
Vous êtes ici : ACCUEIL»MONDE»

Adoption de deux motions de soutien au Sahara occidental par le Sénat italien
Partage sociaux


ROME- Deux motions de soutien en faveur de la cause sahraouie ont été adoptées par le Sénat de la République italienne, selon les résolutions publiées à Rome par cette institution.
Ces deux motions engagent le gouvernement italien à "activer" au niveau international pour que le mandat de la MINURSO soit mis à jour sur la base des plus récents modèles analogues approuvés par le Conseil de sécurité, incluant notamment des tâches spécifiques en matière des droits de l'homme, est-il mentionné dans ces résolution dont l'APS a obtenu jeudi une copie.
Le Sénat italien a également demandé au gouvernement de son pays de "prendre toute initiative" pour favoriser la reprise des négociations directes, sous l'égide des Nations Unies, entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario afin de parvenir, dans les "plus brefs délais", à une solution conforme aux résolutions de l'ONU qui respectent le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.
Le Sénat italien exhorte également le gouvernement de son pays à solliciter l'"immédiate libération" des détenus politiques sahraouis et l'engagement d'une enquête internationale sur les événements de Gdeim Izik, afin qu'un procès "nouveau et sérieux, voué à la vérification des faits" soit entamé.
Il a, en outre, insisté sur l'obtention des garanties de la part du gouvernement du Maroc concernant la préservation de l'intégrité de toutes personnes détenues pour crimes d'opinion et sur le respect des droits fondamentaux.
Il a été demandé aussi d'adopter, en accord avec les partenaires européens et avec les institutions communautaires, toute initiative "utile" sur le plan diplomatique, en vue de "favoriser la reconnaissance effective de la liberté d'accès et de circulation au Sahara occidental d'observateurs internationaux indépendants, de la presse et des organisations humanitaires et d'un expert indépendant en matière des droits de l'homme".

La décoration de Hammouchi «répare un peu l’affront subi à Paris»

Abdellatif Hammouchi, le chef de la DGST. Crédit : DRLa décoration de Hammouchi «répare un peu l’affront subi à Paris»


23/10/2014    
    

Le directeur général de la surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi s’est vu décoré en Espagne, alors qu’il fait l’objet d’une plainte pour torture en France.

Le secrétaire d’Etat espagnol à la Sécurité, Francisco Martínez Vázquez a décoré, de la croix honorifique de mérite policier avec distinction rouge Abdellatif Hammouchi, le patron de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), le mercredi 22 octobre. Cette décoration qui est l’une des plus hautes distinctions honorifiques décernées par l’Espagne aux personnalités étrangères est décernée « en reconnaissance du rôle du Maroc en matière de paix et de sécurité dans le monde » selon la MAP.
Deux directeurs centraux de la même institution ont reçu des mains du secrétaire d’Etat espagnol, la croix honorifique de mérite policier avec distinction blanche.

La décoration  « répare un peu l’affront subi à Paris ». 

Le ministère espagnol de l’Intérieur a expliqué lors de cette cérémonie qu’« aujourd’hui plus que jamais,  la coopération de la police marocaine est nécessaire pour lutter contre le terrorisme à Sebta et Melilia ainsi que dans les zones environnantes du Maroc d’où sont originaires les jihadistes qui ont rejoint la Syrie et l’Irak ».
Bien que le ministère espagnol de l’Intérieur ait essayé d’organiser la cérémonie en toute discrétion,  les médias marocains en ont fait l’écho parce que « probablement la décoration de Hammouchi par l’Espagne répare un peu l’affront  qu’il a subi  à Paris » affirme Ignacio Cembrero, journaliste pour le quotidien espagnol El Mundo dans un billet intitulé « Les chrétiens français l’accusent de torture, l’Espagne lui rend hommage ».

Déjà un précédent

L’Espagne a une propension à décorer les responsables marocains réclamés par la justice française selon le quotidien espagnol. En effet, en janvier 2005,  José Luis Zapatero, le chef du gouvernement espagnol de l’époque a décoré de la grande croix d’Isabelle la Catholique, le général  marocain Hosni Benslimane, à l’époque commandant de la gendarmerie marocaine. Ce dernier était recherché par la justice française dans le cadre d’une enquête pour l’enlèvement et l’assassinat de Mehdi Ben Barka en 1965 à Paris, connu comme le plus célèbre opposant de Hassan II. Benslimane n’a jamais répondu aux appels du juge d’instruction français. Le gouvernement espagnol  pour justifier son geste avait  avancé comme argument, la  collaboration du Maroc dans la lutte contre le terrorisme. «La gendarmerie ne joue pourtant qu’un rôle très mineur dans ce domaine» a relevé Cembrero.
Le jeudi 20 février, l’ONG française Action des chrétiens pour l’abolition de la torture a demandé aux autorités françaises de profiter de la présence en France d’Abdellatif Hammouchi pour l’auditionner dans le cadre de plaintes déposées contre lui à Paris. Lesdites plaintes font état de tortures présumées dans le centre de détention marocain de Temara, qui dépendrait de la DGST. Cet incident  a été le déclencheur de la crise diplomatique entre Paris et Rabat. Le mercredi 26 février, le Maroc a suspendu sa coopération judiciaire avec la France.