مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب 05، AZLS و شبكة تلاكسكالا.
للاتصال بنا أكتبوا إلى solidmar05@gmail.com

Pages

dimanche 25 janvier 2015

Grèce Syriza largement en tête vers une victoire historique


Humanite.fr, 25/1/2015


PHOTO LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Syriza obtient entre 35,5% et 39,5% des suffrages et entre 146 et 158 sièges au Parlement, la majorité absolue étant de 151 sièges.
Syriza arrive largement en tête des élections législatives avec entre 35,5% et 39,55% des suffrages, selon les sondages sortis des urnes. En deuxième position la Nouvelle démocratie, auquel appartient le Premier ministre conservateur Antonis Samaras, est crédité de 23 à 27%. La troisième place se joue entre le parti d'extrême droite "Aube dorée" et les centristes de to potami. La majorité absolue est à sa portée, Syriza aurait entre 146 et 158 sièges au Parlement, la majorité absolue étant de 151 sièges.
Derrière, les néo-nazis d'Aube Dorée arriveraient en troisième position à 6,4 % - 8 %, à égalité avec les centristes du parti To Potami (la rivière). Viennent ensuite, le parti communiste (KKE) avec un score compris entre 4,7 % et 5,7 %, les sociaux-démocrates du Pasok auraient entre 4,2 % et 5,2 % et les Eurosceptiques de droite de l'ANEL (Grecs Indépendants) à 3,5 %-4,5 %. La parti de l'ancien premier ministre George Papandréou, Kinima, pourrait obtenir plus des 3 % nécessaires à l'entrée à la Vouli : son score est estimé entre 2,2 % et 3,2 %.
En termes de sièges, Syriza pourrait obtenir entre 146 et 158 sièges. Il en faut 151 pour obtenir la majorité absolue. Nouvelle Démocratie obtiendrait de 65 à 75 sièges, Aube Dorée et To Potami, entre 17 et 22 sièges chacuns. Le KKE aurait entre 13 et 16 députés, le Pasok entre 12 et 15, ANEL entre 10 et 13, Kinima entre 0 et 8...
"Cela semble être une victoire historique" et c'est "un message qui n'affecte pas seulement les Grecs mais qui résonne dans toute l'Europe et apporte un soulagement", "elle envoie un message contre l'austérité et en faveur de la dignité et de la démocratie."a déclaré à la télévision Mega Panos Skourletis, le porte-parole de Syriza. La victoire a été saluée par une explosion de joie au kiosque de Syriza, en plein centre d'Athènes.
Si les sondages se confirment, Alexis Tsipras, 40 ans, deviendra le plus jeune Premier ministre du pays depuis 150 ans.
L'incertitude demeure sur le nombre d'élus que rassemblera la formation d'Alexis Tsipras et donc sur la possibilité pour Syriza de gouverner seul ou d'être contraint à des négociations pour conduire une coalition avec un ou plusieurs petits partis comme To Potami (centre), les socialistes du Pasok ou encore les Indépendants grecs (anti-austérité).
Quelque 9,8 millions d'électeurs étaient appelés à voter pour élire 300 députés. Le parti Syriza du député européen Alexis Tsipras, 40 ans, qui prône la fin de l'austérité, était le grand favori du scrutin.
Alexis Tsipras souhaite relever le salaire minimum pour les Grecs, abolir certaines taxes pour les plus pauvres, obtenir des créanciers du pays qu'ils réduisent la dette de la Grèce… Tout en respectant les institutions européennes proprement dites, et en n'ayant aucune intention de faire sortir le pays de la zone euro, Alexis Tsipras a également fait comprendre qu'il ne se considérerait pas tenu par les exigences de la "troïka" des créanciers (FMI, UE et BCE).

L'espoir est victorieux en Grèce et se répand en Europe et dans le Monde


    La magnifique victoire de Syriza lors des élections du 25 janvier ouvre une nouvelle phase dans la lutte des peuples pour la dignité, contre la misère et la pauvreté. Elle est une défaite majeure des politiques d'austérité imposées par l'Europe et le FMI et plus généralement par la finance internationale. 
Le peuple grec, du cœur de ses souffrances, a su trouver et organiser un mouvement politique qui est en train de contraindre l'ennemi (contre lequel Hollande a abdiqué) à reculer. NON les politiques d'austérité ne sont pas une fatalité! NON les peuples ne sont pas condamnés à l'exploitation éhonté de la finance internationale et à la misère, OUI nous pouvons prendre notre destin en mains. Nous remercions le peuple grec et Syriza pour leur magnifique victoire, pour l'espoir qu'ils donnent à tous les peuples européens. Il nous montre la voie. Il faut nous unir contre cette politique qui croit qu'en développant la misère, la pauvreté, le chômage, la précarité on se dirige vers un avenir meilleur!! L'espoir est dans la reconquête d'une pensée et d'une action qui impulse une autre politique. Une politique audacieuse sur le plan économique, social et institutionnel. Il appartient à chaque citoyen de faire valoir cette nouvelle orientation.

Pour Une Alternative Citoyenne à Gauche - ENSEMBLE - GAP Hautes Alpes

[Video] Sahara : Ban Ki-moon rassure (courageusement !) Mohammed VI qu’il n’y aura pas d’élargissement du mandat de la Minuros


Ban Ki-Moon, secrétaire général de l'ONU / DR
Le secrétaire général de l’ONU révise sa position sur la question du Sahara occidental. Ban Ki-moon qui s’est montré favorable à l'élargissement de la mission de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme au Sahara se voit obligé de garantir à Mohammed VI que le mandat des casques bleus restera inchangé.
Ban Ki-moon a téléphoné à Mohammed VI. Un appel qui vise à rompre le blocage que connait, depuis plus d’une année, le processus de négociations sur la question du Sahara occidental. Un communiqué du cabinet royal, publié dans la soirée du jeudi 22 janvier, précise que le secrétaire général des Nations-Unies a garanti au roi que « la MINURSO poursuivra sa mission dans le respect strict de son mandat actuel ».
Ban cèderait ainsi à la principale revendication marocaine, hostile à tout élargissement du mandat des casques bleus à la surveillance des droits de l’Homme dans la province. Mieux encore, Ban « a donné des assurances fermes quant à la neutralité, l’objectivité et l’impartialité des responsables de l’ONU en charge de la conduite de la facilitation onusienne », précise la même source.
Une concession qui balise le retour de Ross dans la région
Il s’avère qu’il a fallu au SG de l’ONU neuf mois de réflexion pour répondre favorablement aux exigences marocaines. Et pourtant lors de la dernière conversation téléphonique entre les deux hommes, en date du 12 avril 2014, Mohammed VI avait attiré l’attention de Ban Ki-moon « sur l’impératif de préserver les paramètres de la négociation tels qu’ils sont définis par le Conseil de sécurité, de sauvegarder le cadre et les modalités actuels de l’implication de l’ONU et d’éviter les approches partiales, et les options périlleuses ».
Cette concession de la part du secrétaire général au Maroc devrait se traduire, dans les prochaines semaines, par la levée du véto du royaume et sur les visites de l’envoyé Christopher Ross, suspendues depuis une année, et sur la nomination de la Canadienne Kim Buldoc à la tête de la Minurso. La diplomate onusienne désignée à ce poste en août dernier, à la place de l’Allemand Wolfgang Weisbrod-Weber, attend toujours la validation de Rabat pour prendre ses quartiers à Laâyoune.
Force est de constater que Ban Ki-moon a mis beaucoup d’eau dans son vin, lui qui a, ces dernières années, appelé à la mise en place d’un « mécanisme durable et indépendant » de surveillance des droits de l’Homme au Sahara occidental. La nouvelle position du Sud-coréen sonne, par ailleurs, le glas de son ultimatum qui figure sur son dernier rapport. Il menaçait, en effet, de « procéder à une révision totale du cadre du processus des négociations qu'il avait fourni en avril 2007 » si aucun progrès n’était réalisé en 2014.
A la suite de cette conversation téléphonique, Rabat peut donc affronter l'échéance d'avril avec optimisme.

samedi 24 janvier 2015

ONU-Sahara Occidental : Silence assourdissant sur les scandales des fonctionnaires ripoux

Diaspora saharaui, 23/1/2015

Anders Kompass
Le cyber-activiste Chris Coleman a dévoilé il y a plus de trois mois, des hautes trahisons à l’intérieur des bureaux des Nations Unies à Genève.
Parmi la documentation publiée par Coleman des lettres envoyées par l’ex-ambassadeur du Maroc à Genève, Omar Hilale , à sa centrale à Rabat. Dans certaines lettres se trouvent des informations très sensibles obtenues grâce à des sources qui travaillent au sein des instances onusiennes à Genève :
- M. Anders KOMPASS, Directeur des opérations sur le terrain au Haut Commissariat pour les droits de l'homme (HCDH)
- Athar Khan, Directeur de cabinet Directeur de cabinet de M. Antonio Guterres 
- Bacre Waly Ndiaye, Directeur de la Division des Organes des Traités, tous les deux au Haut Commissariat des Droits de l'Homme.
Athar Sultan Khan
Il s’agit d’un scandale dans les milieux des Nations Unies, mais un silence assourdissant règne sur l’affaire. 
Au mois de décembre, le site Inner City Press a posé la question au Porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU pour les Droits de l’Homme, Rupert Colville dont la réponse a été :
« L'enquête est menée, à notre demande, par le Bureau des services de contrôle interne (BSCI) à New York, qui est un bureau opérationnel indépendant qui aide le Secrétaire général à s’acquitter de ses responsabilités en matière de contrôle interne. Alors que l'enquête est en cours, il n'y a rien que je puisse dire sur la question ».

Le Maroc, peut-il compter encore sur le soutien de la France dans la question du Sahara?


par Mohamed Fadel Sidi*23/1/2015

Au Maroc, c’est connu, il faut toujours chercher ailleurs les raisons du mécontentement des autorités marocaines. Celles invoquées officiellement ne sont que de la fumée pour cacher les véritables raisons qui sont souvent liées à la question du Sahara Occidental, ancienne colonie espagnole envahie par le Maroc en 1975 et 1979.

Dans le conflit qui l’oppose aux sahraouis, le Maroc se base sur ses relations avec la France pour défier la communauté internationale. Celle-ci renonce à regarder le territoire du Sahara Occidental autrement qu’un territoire non-autonome. En effet, « depuis 1963, le territoire est inscrit sur la liste des territoires non autonomes auxquels s’applique la résolution 1514 (XV) du 14 décembre 1960 de l’Assemblée générale des Nations Unies sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux. », comme l’a souligné en mai 2013 la présidente de la commission de l’Union Africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma. 

Pendant longtemps, le Maroc s’est appuyé sur la complicité de la France pour contourner la légalité internationale et combattre le principe du droit des peuple de disposer d’eux-mêmes auquel l’ONU s’est attaché pendant près de 40 ans. 

Aujourd’hui, la situation sécuritaire dans la région saharienne a poussé les grandes puissances à revoir leurs positions envers ce conflit qui, en plus, met en cause la crédibilité des Nations Unies et menace la stabilité dans toute la région. Les vives tensions liées à la menace terroriste au Mali et au Sahel en général ont imposé l’inscription de la résolution du conflit du Sahara Occidental dans l’agenda des Nations Unies et des grandes puissances, y compris la France dont le soutien inconditionnel au Maroc allait à l’encontre des efforts onusiens concrétisés dans le processus de paix instauré depuis le 6 septembre 1991.

« Alors je connais aussi le blocage. Il y a la question du Sahara Occidental qui attend son règlement depuis plus de 30 ans. L’impasse actuelle est préjudiciable à tous, je dis bien à tous. Aux familles séparées, aux réfugiés des camps, aux tensions entre les pays du Maghreb. Et s’il y avait un argument de plus qu’il conviendrait d’ajouter, c’est que la crise au Sahel rend encore plus urgente la nécessité de mettre fin à cette situation », avait dit le président français lors de son intervention devant le parlement marocain le 4 avril 2013 durant sa visite au Maroc. 

L’Union Européenne aussi s’est engagé dans la résolution du conflit marocco-sahraoui. « L’UE soutient les efforts de l’ONU pour parvenir à une solution juste, durable pour la question du Sahara Occidental, prévoyant l’autodétermination du peuple sahraoui sur la base des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité de l’ONU », a souligné Mme Mogherini en réponse à une question d’un eurodéputé. 

Federica Mogherini a précisé en outre que l’UE « suit de près » l’évolution de la situation au Sahara Occidental, exprimant sa « préoccupation » concernant ce conflit qui dure depuis 4 décennies et ses « conséquences pour la sécurité, le respect des droits de l’homme et la coopération dans la région ».

Ainsi, du jour au lendemain, le Maroc s’est retrouvé dépourvu de son principal mentor, la France. Une réalité qui a poussé Rabat à suspendre la coopération sécuritaire avec son principal allié. Pour cacher cette réalité à l'opinion publique marocaine, le Makhzen évoquera l'incident de la justice française avec le chef de la DST marocaine, Hammouchi ou celui de Mézouar à l'aéroport d'Orly.

Il a beau invoquer l’immunité diplomatique de ses responsables ou des histoires de blasphémie mais la réalité est là : Ce que le Maroc cherche c’est le soutien de Paris dans la question du Sahara Occidental.
Aujourd'hui, le Maroc, après avoir perdu l'espoir de compter sur le soutien de la France a cédé devant la pression de la communauté internationale et décidé de laisser les responsables onusiens faire leur travail.

*Journaliste sahraoui

En Algérie "Marée humaine contre le gaz de schiste",



"Marée humaine contre le gaz de schiste", à la une d'El-Watan du 16 janvier.

 "Aujourd'hui, ce sont les populations du sud du pays qui donnent une belle leçon de citoyenneté et de civisme. Furieuses du lancement des forages en vue de l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste [annoncé le 27 décembre], ces populations sont sorties pour manifester pacifiquement, non pas pour exiger du pain, du travail et des logements, mais pour demander le respect de l'environnement et qu'on ne pollue pas leur eau, une des conséquences de la fracturation du sous-sol avec l'utilisation, entre autres, de produits chimiques. Tout cela sans casser un bien public ou détériorer des bâtiments administratifs. Elles ne sont pas prêtes à renoncer à leur droit de vivre dans un environnement sain", souligne El-Watan
 "A In Salah [petite ville du sud, à plus de 1 000 kilomètres d'Alger et déjà productrice de gaz naturel] se joue l'avenir de l'Algérie. Oui, dans cette bourgade saharienne située à l'extrême sud du pays, des Algériens manifestent, se rassemblent, crient leur colère, leur rage et se battent depuis le 1er janvier dernier pour une nouvelle Algérie", estime le site d'information Algérie-Focus.

La chute brutale du prix du pétrole
"Le front anti-gaz de schiste, né de la jonction des différents collectifs de wilaya, a gagné son pari", se félicite pour sa part El-Watan. Le mouvement de protestation lancé le 1er janvier à In Salah a réussi à rassembler jeudi 15 janvier plus de 15 000 manifestants à In Salah, 4 000 à Tamanrasset, 5 000 à Ouargla. "Pour la première fois, le sud de l'Algérie apparaît sous son vrai jour, loin de l'image purement industrielle ou touristique, il offre au pays sa diversité ethnique et culturelle colorée dans un paysage de citoyenneté dynamique, mobilisée, fusionnée et qui regarde dans la même direction." "Une mobilisation qui étonne de par son ampleur et sa spontanéité, au point que les pouvoirs publics, pris de court, n'ont pas réussi, pour l'instant, à donner une réponse adéquate pour calmer les esprits. Le pourront-ils au demeurant ? La chute brutale du prix du pétrole a créé la panique en haut lieu. Les autorités sont obligées de puiser dans les réserves dans l'espoir de préserver la paix sociale. Surtout qu'elles n'ont jamais pensé à mettre au point une économie de substitution au pétrole, alors que le pays accumulait des revenus uniques dans son histoire", relève le quotidien algérien.

Inéquitable répartition des richesses nationales
"Le jeudi de l'union, de la solidarité ou encore de la résistance a tenu ses promesses", enchaîne Algérie-Focus. "Non à l'Algérie rentière qui épuise ses richesses au grand bonheur de ses dirigeants, et de leurs portefeuilles, qui paniquent face à la chute brutale des prix du pétrole.
"Non à l'Algérie du gaz de schiste qui veut prolonger cette inéquitable répartition des richesses nationales entre un Club des Pins [station balnéaire à 25 km à l'ouest d'Alger] reluisant, festif, prospère et des régions entières de l'Algérie où les simples gens défient des routes défoncées pour pouvoir rentrer et sortir de chez eux matin et soir. Non à cette Algérie où le pétrole et le gaz étouffent le génie d'une jeunesse en empêchant les institutions de leur pays d'innover pour se développer."

vendredi 23 janvier 2015

3 jours de mises en berne des drapeaux sur les édifices officiels marocains pour la mort du roi d'Arabie Saoudite .

Là, je comprends plus rien chers amis ...
Éclairez- moi
3 jours de mise en berne des drapeaux sur les édifices officiels marocains pour la mort du roi d'Arabie Saoudite . Entendez un deuil national  , alors qu'il y a quelques semaines une cinquantaine de Marocains perdaient la vie dans des inondations dans le sud du royaume ...
Sans le moindre deuil ? Même pas un jour? Et aucun drapeau en berne !
Honte à ce pays qui ne respecte pas la mort de ses enfants et pleure le roi du pétrole !



Sur ordre de SM le Roi, Amir Al Mouminine, la prière de l’absent sera accomplie dans les mosquées du Royaume après la prière du vendredi.

http://www.mapexpress.ma/…/deces-du-roi-abdallah-sm-roi-d…/…

Les RG et un pacha retiennent de force des journalistes de France24 et Ahmed Sanoussi « Bziz » dans un hôtel de Rabat


Comme dirait l'autre, le Maroc a fait des "avancées importantes" en matière de droits de l'homme.
L’humoriste marocain Ahmed Sanoussi, « Bziz », victime des « avancées importantes » en matière de droits de l’homme.
Alors qu’elle était entrain de filmer l’humoriste marocain Ahmed Sanoussi, « Bziz » dans une salle de l’hôtel Villa Diyafa de Rabat, une équipe de la chaîne de télévision française France24 a été subitement assaillie et prise à partie par le pacha de la ville, des agents des Renseignements généraux (RG) et des membres des forces auxiliaires.
Selon un témoin, le pacha se pointa face au journaliste de France24, Jamal Boudouma, venu filmer au Maroc pour son émission « Hadith Al Awassime » en lui ordonnant manu militari non seulement qu’il cesse de filmer Bziz, mais qu’il remette également les cassettes de l’interview.
Pour cela, ce fonctionnaire du ministère de l’intérieur ne s’est pas gêné d’encercler littéralement l’hôtel par les forces auxiliaires empêchant tout le monde de sortir.
Contacté par Demain, Bziz, un humoriste mondialement connu, et qui est interdit de spectacle et de parole dans son propre pays depuis maintenant plus de 20 ans, a déclaré se sentir « menacé » par ce déploiement de forces de l’ordre.
« Nous sommes irrémédiablement retournés aux années de plomb. Dans quel pays au monde on interdit à une chaîne de télévision d’interviewer un artiste ? » , a-t-il dit outré.
A l’heure où nous écrivons cet article, l’équipe de France24 et Bziz sont toujours retenus contre leur gré par les forces de l’ordre à l’hôtel Villa Diyafa de Rabat.
Demain

Partagez nos articles sur les réseaux !
-----------------------------------------------------------------------
 Selon ce site Badil, les autorités marocaines ont séquestré l'équipe de tournage d'une émission de la chaîne France24 dans un hôtel à Rabat.

http://badil.info/…/10303-%D8%B3%D9%84%D8%B7%D8%A7%D8%AA-%D…
حصاد يمنع قناة "فرانس24" من تصوير برنامج تلفزي

-------------------------------------------------------------------------

Zakaria Moumni s'explique


Mounir Majidi, le secrétaire particulier du roi Mohammed VI est le commanditaire des actes de tortures que j'ai subies. Ce criminel m'avait reçu dans le Palais royal Rabat Touargua le lendemain de ma rencontre avec le roi Mohammed VI, mais il n’a pas appliqué les ordres du roi et m'a même interdit de rappeler faute d'avoir de "sérieux problèmes". Pour qui se prend ce Mounir Majidi qui n'applique pas les ordres du roi ? Ce criminel m'a empêché de voir le roi Mohammed VI et m'a menacé de mort devant la résidence royale en France.

 Tout le monde connait le palmarès glorieux dans la corruption de ce secrétaire vraiment particulier.
 Rappelons nous  l'escroquerie du terrain Habous de 4,5 ha situé dans la zone touristique de la ville de Taroudant, et l’affaire du terrain de 2,5 hectares, situé en plein centre de Rabat que Mounir Majidi voulait racheter à la ville de Rabat pour un dirham symbolique. Et rappelons nous le Mouvement du 20 Février et ces milliers de Marocains qui ont manifesté presque toutes les semaines en 2011 dans de nombreuses villes du pays pour que cessent la corruption et les passe-droits et que s’instaure une véritable démocratie. Ces manifestants ont dénoncé la corruption du directeur du secrétariat du roi Mounir Majidi qui incarne aux yeux de tous les dérives du régime. Ce personnage est connu pour être le principal chef d’un petit groupe d’affairistes qui a entrepris de faire main basse sur le Maroc.
Rappelons nous aussi  l’affaire Wikileaks et la note secrète envoyée en décembre 2009 par le consulat américain au Maroc faisant état de pratiques frauduleuses au plus haut niveau du royaume. Les diplomates américains décrivent des cas concrets ou les conseillers de Mohamed VI dont ce Mounir Majidi demandent des commissions pour autoriser des projets immobiliers.
Même le chef du gouvernement actuel Abdelilah Benkirane avait dénoncé la corruption de Majidi dans une vidéo sur youtube dans laquelle on l’entend expliquer que ce Majidi "insulte le directeur de la police national" et "donne les instructions au juge par téléphone". Quand on voit la convocation signée du procureur du roi Ilias Saloub, ce même procureur impliqué dans la fabrication du complot contre moi en septembre 2010 et visé aussi dans ma plainte pour torture à Paris auprès du Pôle spécialisé Crimes contre l'Humanité / Crimes de Guerre et Génocide, on se demande vraiment qui l’a appelé pour lui ordonner cette mascarade.
Majidi voyait toujours gros déjà avec ce grand palmarès glorieux dans la corruption et l'abus du pouvoir, cela ne lui a pas suffi, et a préféré changer de catégorie et décrocher le titre universel en s'inscrivant dans l'Histoire pour un Crime contre l'Humanité, le crime le plus grave qui peut exister. C'est lui qui m'a menacé de mort et c'est lui le commanditaire des actes de tortures que j'ai subies. Lorsque j’étais torturé, je ne cessais d’entendre de mes bourreaux : « Tu dois rayer de ta mémoire ta rencontre avec le roi et avec Mounir Majidi et ça, ça t'apprendra à aller manifester devant la résidence royale et de citer Mounir Majidi dans les médias". Ces tortures que j’ai subies durant quatre jours dans le centre de Temara, c’était sous la supervision du directeur de la DGST marocaine, Abdellatif Hammouchi, que j’ai pu voir et identifier.
Le roi a informé la Haut Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, Mme Navanethem Pillay « qu’il ne pouvait pas tolérer la torture, bien qu’il ne puisse pas exclure qu'il existe des cas isolés ». Ce sont ces « cas isolés » dont je fais partie.
Le roi Mohammed VI cautionnera t-il et gardera à ses côtés ce criminel qui à commandité les actes de tortures que j'ai subis, Mounir Majidi, qui a commis un crime contre l’Humanité. Il est le secrétaire particulier du roi mais il ne cesse de salir l'image du roi et l'image du royaume dans le monde entier. Je dispose d’enregistrements d’échanges dans lesquels on me demande de « composer" avec ce criminel Mounir Majidi parce qu'il est "intouchable", en me disant que "même le roi ne peut rien faire" !
Le roi Mohammed VI est entouré d'incompétents qui s'enfoncent jour après jour dans le mensonge au lieu d'assumer leurs erreurs et salissent ainsi l'image du royaume, et c’est d’ailleurs ces dérives qui ont conduit à la grave crise franco-marocaine actuelle. Après ma plainte déposée à Paris par mes avocats Maître Patrick Baudouin, Président d’honneur de la FIDH, et Maître Clémence Bectante, auprès du Pôle spécialisé Crimes contre l’Humanité / Crimes de Guerre et Génocide, le pouvoir marocain a commencé un odieux chantage par des méthodes de voyou pour m’intimider avec des photomontages à caractère pornographique tirées de séquences vidéos filmées à notre insu dans la chambre de l’hôtel La Tour Hassan, où le ministre Mohand Laenser nous a fait séjourner du 3 au 6 mars 2013 en vue d’une audience avec le roi, et des menaces pour que je retire mes plaintes. Mais ça ne fonctionne pas avec moi. Le 02 décembre 2014, mes avocats ont alors déposé une nouvelle plainte au TGI de Nanterre pour « menace, intimidation » et « atteinte à l’intimité de la vie privée » suite à ce sordide chantage et ces menaces.
Ces pratiques démontrent une dérive inadmissible de hauts responsables marocains, ce sont des méthodes de basse police qui renvoient une image négative du royaume.
De plus, les proches collaborateurs du roi mènent depuis le début une campagne de diffamation à mon encontre, afin de me faire passer selon des versions toutes plus farfelues les unes que les autres soit pour un escroc et un traitre qui travaille pour le Polisario, soit pour les services algériens, soit encore pour le Prince Hicham.
Je tiens à préciser que je me bats depuis la grâce royale, le 04 Février 2012, pour que justice me soit rendue et pour ma réhabilitation et que je ne reçois d'instructions de quiconque.
Le monde entier voit aujourd'hui qui sont les vrais escrocs, les véritables criminels et les vrais traîtres.
Je me demande à qui revient la responsabilité politique de ce qui m’est arrivé et de ce que je vis aujourd'hui. Si je me suis rendu au Maroc, et surtout accompagné de mon épouse, c'est parce je pensais être reçu en toute sécurité suite à l'invitation royale. A aucun moment, je n'ai pensé que je serais à nouveau victime d’une trahison et d’un piège organisé par l’entourage du roi, d’autant qu’il était question de réparer une injustice existante.
Le roi acceptera t-il cela ? ou va t-il faire cesser cette mascarade dévoilé devant au monde entier.
J’ai adressé une lettre à l'ambassade du Maroc à Paris accompagnée de la copie des enregistrements de mes échanges avec Mohand Laenser, Hamid Chnouri, Adil Belgaid et Abdeljaouad Belhaj, qui parlent tous au nom du roi. L’ambassade a refusé la réception de ma lettre ! Je dispose également de cet enregistrement dans lequel on entend un émissaire du roi me dire avec aplomb que "même le roi ne peut rien faire face a ces gens-là". Maintenant je transmettrai mon message et ces enregistrements au roi par voie publique et par tous les moyens. Croyez moi, je me ferai bien entendre.
Majidi ne jouira pas de l’impunité, je le poursuivrai partout même s'il change de planète. C'est le combat de ma vie. Je ne lâcherai rien jusqu'à qu'on me rende justice et quand Majidi sera à sa vraie place : derrière les barreaux.
Mounir Majidi tu as face à toi un VRAI Marocain, FIER, qui aime son pays, qui a levé son drapeau fièrement devant toutes les nations, qui ne se laisse ni faire ni impressionner par quiconque, qui ne baissera jamais les bras, et qui ne s'inclinera devant personne.Ces pratiques de voyou de ces hauts responsables sont indignes d'un État où le souverain est Commandeur des Croyants. Si ce Mounir Majidi et Abdellatif Hammouchi n’avaient rien à se reprocher pourquoi arrêter la coopération judiciaire avec la France et faire tout ce scandale? Pourquoi ne viennent-ils pas se présenter face à moi devant la justice française, et comme ça on mettra fin à cette crise que les autorités marocaines ont créée pour protéger les criminels et tortionnaires.
C'est en luttant contre l’impunité qu’on mettra fin à la torture.
J

Israël torture les prisonniers palestiniens en les faisant mourir de froid


  par Farah B dans En vrac, 22/1/2015


Le ministre des affaires aux prisonniers Issa Qaraqe a rapporté l’information selon laquelle « l’armée d’occupation israélienne utilise le temps extrêmement froid pour tuer les prisonniers palestiniens, alors que les interrogateurs les exposent intentionnellement au froid afin d’extorquer des aveux ».

«  Les prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes se voient refuser des vêtements appropriés et des couvertures alors que des conditions de grand froid règnent dans les prisons de l’occupant  », a poursuivi le responsable du Comité sur les prisonniers palestiniens.
Issa Qaraqe s’est réuni avec la Croix-Rouge Internationale afin d’apporter les vêtements et les couvertures nécessaires pour les prisonniers. Ceci était sans compter le refus des autorités israéliennes, nous apprend le site EuroPalestine.
Ils ne disposent pas de chauffage central, sans compter la santé des prisonniers qui se détériore.
Un appel est lancé aux organisations internationales de défense des droits de l’homme pour qu’elles interviennent d’urgence.
L’an dernier, des prisonniers palestiniens avaient déjà été dévêtus dans des cages à l’extérieur des bâtiments sous froid glacial.
Au cours de ces six derniers mois, le nombre de prisonniers palestiniens est passé de 4000 à 7000 pendant les récentes vagues d’arrestations.
http://www.halalbook.fr/actufiche-18- 4205.html?0%5BChoc%5D&fb_ref=Default&fb_source=message

A.I : 3ème pétition pour sauver Raif !

Vous avez le pouvoir de sauver des vies
Raif Badawi
La liberté, pas le fouet !
Bonjour,
Merci d’avoir signé une deuxième fois la pétition en faveur de Raif. 
Mercredi 21 janvier, il a été emmené à l’hôpital King Fahd à Jeddah pour être examiné pendant plusieurs heures par un comité de huit médecins. Ils ont statué qu’il ne devrait pas être flagellé, en raison notamment d’une pression artérielle trop élevée. La flagellation n’est pas annulée pour autant et Raif risque toujours de subir ce châtiment dans les jours à venir.

Le combat continue 

Jeudi 22 janvier, des centaines de personnes ont à nouveau manifesté devant les ambassades de l’Arabie Saoudite dans leurs pays. 
À Bruxelles, nous avons une fois encore fortement dérangé l’ambassade qui voudrait bien nous voir disparaître de sous ses fenêtres, mais ils n’auront pas le dernier mot, et nous serons présents la semaine prochaine si Raif risque toujours la flagellation ! 
Nous vous demandons donc de signer et de partager une nouvelle fois la pétition. Dans celle-ci, nous demandons la libération de Raif ainsi que celle de son avocat Waleed Abu al Khair, également condamné pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion. Plus d’information avant d’agir (action mise à jour)
L’Arabie Saoudite est désormais sous les feux des projecteurs, restons mobilisés.
est désormais sous les feux des projecteurs, restons mobilisés.
Agir maintenant

Expulsions des habitants de la Jamaa Bouknadel, Douar Sbita à Salé

L'agence Doha projette de construire un terrain de golf et des appartements  sur un terrain très intéressant à proximité de la Plage des Nations (sur route de Salé vers Kénitra)  au  douar Oulad Sbita appartenant  à la Jamaa Soulalyat (même situation que les ghich Oudaya)


 
Les habitants vivent de leur agriculture vivrière sur la terre de leurs ancêtres. Leurs enfants sont scolarisés à proximité..Ce vendredi 23 janvier 2015, les expulsions sont en cours. Environ 200 personnes sont menacées indemnisées à 50dh/m2 mais sans solution de relogement .
 
Comme dans d'autres cas, la règle appliquée par les autorité et la mafia immobilière sont : diviser pour régner ! Certains ont été soudoyés, d'autres intégrés à travers des associations bidon agissant au nom des habitants... mais au profit des autorités et promoteur immobilier.
 
Les jugements ont commencé il y a 2 mois, les habitants sont convoqués par 2 ou 3 pour éviter les rassemblements et les contestations des jugements. Ils résistent seuls malgré les  divisions, les menaces, les  intempéries... et appellent à soutien.
 
Ils demandent en urgence :
- appel à journalistes sur place pour plus d'informations
- solidarité, visite sur place
contact de la responsable sur place : Saïda 0668386455
Merci aux militants proches de prendre contact et faire le nécessaire rapidement
Merci de relayer

Humour marocain ?

Groupe Addoha | Immobilier Maroc : Bâtisseurs de bonheur…

www.groupeaddoha.com/



 



Khadija Rouissi menacée de mort par Daech


Par Narjis Rerhaye,Quid.ma,22/01/2015
couv-KHADIJA-ROUISSI
Pour la députée PAM « la liberté d’expression n’est pas négociable ».

« Ils ne me feront pas taire. Je ne céderai pas à la terreur. Il nous faut rester debout ».  Ce jeudi 22 janvier matin, la députée PAM Khadija Rouissi vient de recevoir un nouveau message de menaces sur son compte twitter. « L’une des personnes qui me menace depuis 72 heures m’a fait savoir qu’elle savait où j’habitais et que c’était elle qui allait s’occuper de mon cas », confie cette militante, ardente défenseure des libertés individuelles que nous avons joint au téléphone.
Il y a  trois jours, Khadija Rouissi  a la très mauvaise surprise de découvrir sur son compte twitter des menaces de mort. Pour ceux qui ont prononcé cette sentence de mort, elle mérite d’être décapitée parce qu’elle a exprimé sa solidarité avec Zineb Elghazoui, la journaliste marocaine qui écrit sur les colonnes de Charlie-Hebdo et son époux, Jawad Benaïssa.  « Ces deux personnes ont reçu des menaces de mort. Jaouad Benaissa a même reçu un coup de fil le menaçant de décapitation. J’ai dit toute ma solidarité à ces deux personnes en twittant que toute menace de mort est en elle-même un acte de terrorisme, » explique Mme Rouissi.
Très vite le twitt de cette activiste mobilisée pour l’abolition de la peine de mort au Maroc, fait réagir violemment  -et au même moment- une cinquantaine  de personnes se proclamant de Daech.  « Et caricaturer le prophète, ce n’est pas du terrorisme ? », demandent-ils à Khadija Rouissi qui refuse de se laisser entraîner sur ce terrain.
« C’est comme s’ils s’étaient donnés rendez-vous sur twitter. Les  insultes ont plu. J’ai été traitée d’athée, de porc.  Les menaces se sont faites de plus en plus claires, de plus en plus directes pour signifier que je méritais la mort. Des photos de décapitations  ont suivi. Il y a 48 heures, les attaques dont j’ai fait l’objet ont duré 12 heures.
Ce vendredi 23 janvier, Khadija Rouissi sera entendue par la brigade nationale de police judiciaire qui a ouvert une enquête. Les jihadistes qui la menacent de mort disent bien la connaître. L’un d’entre eux affirme même avoir croisé sa route à plusieurs reprises. Une façon de terroriser cette femme politique qui est de ceux et celles qui préfèrent « mourir debout plutôt que de vivre à genoux ». L’émoi suscité par le drame de Charlie-Hebdo est encore vif. « La liberté d’expression n’est pas négociable », prévient Khadija Rouissi.