Chers amis lecteurs solidmar,


Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 25 septembre 2010

Sahara Occidental et Maroc : des prisonniers dans les deux camps

Par Katherine Junge, Amnesty International, 24/9/2010
Les réactions de protestations internationales suscitées par l’arrestation du responsable du Polisario, Mustapha Selma Ould Sidi Mouloud, ne faiblissent pas, mettant le Polisario et l’Algérie dans une situation embarrassante. Après Human Rights Watch et le HCR, c’est l’organisation de défense des droits humains, Amnesty international qui a fermement enjoint le Polisario de révéler le lieu de détention de Mustapha Salma, arrêté pour avoir exprimé son soutien au plan marocain d’autonomie au Sahara. 
 Pour l’organisation internationale, le « soutien pacifique au plan d'autonomie ne doit pas être perçu comme un acte qui justifie les restrictions imposées à la liberté d'expression ». C’est pourquoi, estime Amnesty, le responsable du Polisario « ne doit pas faire l'objet de représailles dans les camps de Tindouf, en Algérie ». Amnesty envisage même de considérer Mustapha Salma comme « un prisonnier de conscience ». A cet égard, elle tient le gouvernement algérien, en tant que pays abritant les camps de Tindouf, pour « responsable du respect du droit à la liberté d'expression sur son territoire ». Les craintes exprimées par Amnesty ainsi que par Human Rights Watch et le HCR sont d’autant plus justifiées que les proches de Mustapha Salma sont sans nouvelle de lui depuis sont enlèvement. Son frère, Mohamed Cheikh Sidi Mouloud, a confié à Amnesty que « ses proches ignorent le lieu de sa détention ».
De son côté, le gouvernement marocain, par la voix de son porte-parole, a affirmé que le dissident du Polisario « a été kidnappé et emmené vers un lieu inconnu à l'intérieur du territoire algérien ». Rabat a également fait porter aux autorités algériennes la responsabilité de l’enlèvement de Mustapha Salma, dont « le seul et unique tort est de ne pas dire la même chose que ce qui se dit à Alger et à Tindouf ».
http://www.droits-humains.org/index.php?option=com_content&view=article&id=90:sahara-occidental-le-sort-du-dissident-du-polisario-inquiete-les-ong-internationales&catid=1&Itemid=19
-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Communiqué
Par le Bureau Executif de l'Asdhom, Paris, 23/9/2010
L’actualité au Maghreb a été marquée ces derniers jours par des informations inquiétantes en provenance de Tindouf en Algérie.
Messieurs Mohamed Slimani et Hassan Tigbadar, deux journalistes de l’hebdomadaire marocain Assahra Al Ousbouïa, ont été retenus et assignés à résidence durant quatre jours dans leur hôtel à Tindouf après les avoir interrogés pendant trois heures, le samedi 18 septembre 2010. Les autorités algériennes les ont empêchés d’exercer leur métier de journalistes avant de les contraindre de regagner le Maroc, le mercredi 22 septembre 2010.

Les deux journalistes étaient dépêchés à Tindouf pour couvrir l’arrivée de monsieur Moustapha Salma Ould Sidi Mouloud, un des cadres du front Polisario. Ce dernier avait déclaré dans une conférence de presse, tenue après la visite familiale  de plus de quatre mois qu’il a effectuée à Smara, qu’il avait adressé une lettre au président du CCDH (Conseil Consultatif des Droits de l’Homme - Maroc) dans laquelle il annonce son intention de soutenir le projet d’autonomie au Sahara proposé par le Maroc. Il a également exprimé ses craintes de représailles de la part des dirigeants du front Polisario dès son retour dans les camps de Tindouf.
Monsieur Moustapha Salma Ould Sidi Mouloud a été effectivement cueilli à son arrivée à Tindouf le mardi 21 septembre 2010. Enlevé par des agents du front Polisario, il est depuis porté disparu. Rappelons qu’il n’a fait qu’exercer son droit d’exprimer pacifiquement une opinion concernant le conflit au Sahara.
L’ASDHOM a toutes les raisons de s’inquiéter pour son intégrité physique. Elle condamne fermement cet enlèvement, tout comme elle condamne l’arrestation et le refoulement des deux journalistes marocains, les empêchant ainsi d’exercer librement leur métier.
L’ASDHOM demande aux autorités algériennes et aux dirigeants du front Polisario de se conformer aux textes internationaux en matière de respect des droits de l’Homme, notamment la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme  qui stipule dans son article 19 que « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.»
L’ASDHOM renouvelle les préoccupations formulées par la Coordination Maghrébine des Organisations des Droits Humains (CMODH), notamment lors des travaux de son deuxième conseil, tenu à Rabat le 15 mars 2009, sur le thème    « Pour un Maghreb des droits humains sans frontières » en exigeant le respect de la liberté de la presse, la liberté d’opinion et la libre circulation entre les pays de la région.

Adresse Postale : 79, rue des Suisses 92000 Nanterre
asdhom@asdhom.org    www.asdhom.orgwww.asdhom.org
 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Affaire Salma : Position inconfortable du Maroc avec Tamek, Dahane et Naciri soupçonnés d'espionnage
Ali, Hamadi, Brahim
Les trois activistes sahraouis, Ali Salem Tamek, Brahim Dahane et Hamadi Nassiri, incarcérés à la prison de Salé, ne seront pas poursuvis devant une juridiction militaire. Le tribunal chargé de statuer sur leur cas, s’est déclaré incompétent. Une annonce qui intervient -coïncidence ?- quelques jours après l’arrestation de Mustapha Salma par le Polisario. L’affaire des trois activistes devrait être renvoyée devant une juridiction civile, notamment la Cour d'appel de Casablanca. Ali Salem Tamek, Ahmed Nassiri et Brahim Dahane Ali Salem Tamek, Brahim Dahane et Hamadi Nassiri ont été arrêtés en octobre 2009 à l’aéroport Mohamed V de Casablanca en compagnie d’autres personnes, après un voyage en Algérie, où ils s’étaient rendus dans les camps de Tindouf. Ils ont été accusés de trahison, d'espionnage et d’atteinte à la sécurité extérieure de l’Etat, avant d’être transférés à la prison de Salé.
Les trois personnes ne peuvent pas être jugées par voie militaire, car les accusations de menace à la sûreté extérieure de l'Etat et d’atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume, auraient été retirées, d’après des médias espagnols comme EFE, citant tous l’Association présidée par Brahim Dahane. Leur sort sera confié à la chambre criminelle de la Cour d'appel de Casablanca, a expliqué à El Mundo, Djimi El Ghalia membre de la même association. Ils pourraient être jugés par un tribunal chargé des affaires criminelles car la charge d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat pèse encore contre eux.
Pour un procès équitable ou une libération inconditionnelle  Après onze mois de détention sans évolution de leur situation, l’affaire des trois activistes connaîtra sans doute un nouveau stade. Ils ont récemment adressé une lettre au président du parlement européen (Jerzy Buzek) et à la secrétaire d’Etat américaine chargée des affaires étrangères, Hillary Clinton, pour dénoncer leurs conditions. Ils ont également menacé d’entamer une grève de la faim de 48 heures, pour faire satisfaire leurs revendications d’un procès équitable en présence d'observateurs internationaux ou une libération inconditionnelle.
Une précédente grève de la faim de 41 jours entre mi-mars et fin avril 2010, avait permis la libération conditionnelle de trois membres du groupe des sept qui avait été arrêté à l’aéroport Mohamed V.
Interférence  avec l’affaire Mustapha Salma ?
Dahane, Nassiri et Tamek ont quitté le Maroc pour visiter Tindouf avant de revenir. Mustapha Salma Ould Mouloud a emprunté le chemin inverse. Difficile de dire si, Mustapha Salma, arrêté mardi par le Polisario, suivra l’itinéraire des trois personnes emprisonnées à Salé, c'est-à-dire resté en prison pendant plusieurs mois. Une chose est certaine, le commencement dans les deux cas est similaire. Salma Ould Sidi Mouloud a été arrêté alors qu’il retournait dans les camps de Tindouf, après un séjour à Smara. Il est également accusé de trahison, pour avoir soutenu le plan d’autonomie marocain.
L’ex-inspecteur de la « police du Polisario » bénéficie depuis d’un soutien sans faille sur le plan national mais aussi à l’étranger. Le fait que les trois activistes soient emprisonnés rend la position adoptée par le Maroc quelque peu inconfortable. Difficile de réclamer la libération de Mustapha Salma, tout en gardant en détention, Dahane, Nassiri et Tamek.
Ibrahima Koné & Mohamed Ezzouak
http://www.yabiladi.com/articles/details/3318/affaire-salma-position-inconfortable-maroc.html
Information transmise par les Amis du peuple du Sahara occidental (APSO) qui ajoute : " Mustapha Salma est un homme peu recommandable. C'est un  policier qui avait déjà été sanctionné par la RASD et éloigné de ses fonctions pour contrebande, vol et violence.Il est passé dans le camp marocain.  Il va être jugé en procès public. Selon la constitution sahraouie, une constitution de la libération du pays (toujours pas décolonisé), ce qu'il fait est un acte de trahison, et c'est cohérent de l'arrêter et le juger selon le droit international.
Pendant ce temps les trois Sahraouis défenseurs des droits de l'Homme,  récompensés et reconnus internationalement, sont incarcérés à la prison de Salé depuis 11 mois sans jugement. Il n'y a pas autant de bruit autour de leur détention... La disproportion est à la mesure de l'injustice internationale envers les Sahraouis."

L'élite marocaine : Une poignée de lèche-bottes

Par Telquel,  24/9/2010
L'élite marocaine : Une poignée de lèche-bottes
Il ne suffit plus de dire "Ach el Malik" (Vive le Roi!) et de lui baiser la main, il faut s'habiller comme lui, marcher comme lui, parler comme lui. L'élite marocaine, une des plus corrompues dans le monde a besoin d'afficher de plus en plus d'allégeance au roi Mohamed VI. C'est leur façon de leur dire "merci pour tout ce que tu nous laisses faire" et surtout "piquer".
Cette élite s'attache autant que son roi au Sahara Occidental, puisqu'elle monopolise l'exploitation des ressources sahraouies. Surtout l'élite militaire qui fait trop peur au roi marocain au point de la schizophrénie, comme dans le cas du Colonel Terhzaz.
Ainsi, l'élite au Maroc ne dissumule plus ce qu'elle est : Une poignée de lèche-bottes et de voleurs qui ne défend que les intérêts du palais. Elle a été bien travaillée. La culture de la soumission bat son plein et elle a encore des beaux jours devant elle.
L'affaire est traitée par Tel Quel, dans son édition de cette semaine :
La saison des tournesols
Les modes royales, et la manière fanfaronnante dont les élites s’empressent de les récupérer, sont un sujet inépuisable. Nous avons vu comment les arts plastiques sont devenus la passion la plus partagée entre riches et puissants depuis que le roi a déclaré sa flamme aux tableaux d’art. Posséder un tableau, l’offrir en spectacle à ses invités, le donner en cadeau à quelque représentant de la bonne société, sont devenus une espèce de code d’entrée, un mot de passe pour entrer de plain-pied dans le monde des élites. Nous avons vu aussi comment le jet ski et les sports nautiques d’une manière générale ont été pratiquement élevés au rang de sports de souveraineté. La télévision et les journaux officiels leur dédient autant d’espace que le foot et -contrairement au foot- sans le moindre regard critique. La “contamination” s’étend, bien entendu, à d’autres sphères, d’autres effets, d’autres détails. Nous pouvons même faire le pari que le chiffre d’affaires des lunettes de correction à monture noire, rectangulaires, façon intello, va bientôt exploser puisque le roi a porté ces mêmes lunettes (une première, tiens) à New York, lors du sommet de l’ONU sur les objectifs du Millénaire en début de semaine. Ces lunettes-là, nous n’avons pas fini d’en voir autour de nous, vous pouvez en être certains… Il n’y a pas besoin d’être Abbas El Fassi pour reproduire à l’infini les faits et gestes du roi. Mimétisme et effet tournesol rythment déjà merveilleusement notre train de vie depuis l’arrivée de Mohammed VI. Cette petite folie, cet acharnement délirant, tout ce raz-de marée tend même, avec le temps, à se généraliser, à se démocratiser, ne s’arrêtant plus à la classe des nantis, s’ouvrant de plus en plus aux couches populaires, à Monsieur et à Madame tout le monde. En tentant d’échapper à ce tsunami dévastateur, vous risquez de revêtir, bien malgré vous, le costume…de l’opposant. En avez-vous vraiment envie ?
source : Diaspora sahraui

vendredi 24 septembre 2010

Bientôt une TV à Bruxelles, dédiée à la culture maghrébine

  Par  JULIE RAFONDRIAKA, La Lettre Méditerranée, 13/9/2010
La communauté maghrébine installée en Belgique aura très prochainement sa chaîne de télévision culturelle. La future TV, baptisée "Almaghreb TV" (AMTV), diffusera ses émissions à partir de Bruxelles. Il s’agit de la première chaîne de télévision en Belgique et en Europe, dont les émissions se focaliseront essentiellement sur les thèmes culturels et artistiques intéressant la communauté maghrébine installée en Belgique.

Si tout va bien comme prévu, les téléspectateurs d’AMTV pourront suivre à partir de décembre prochain, des programmes en langues arabe et française, s’articulant sur la musique arabo-maghrébine et amazighe, les activités culturelles (concerts, soirées artistiques et thématiques, théâtre et défilés de mode, etc.), des reportages réalisés en Belgique et dans les pays maghrébins. AMTV diffusera également des informations de proximité et un bulletin culturel hebdomadaire complet sur les événements marquants et les manifestations culturelles notamment maghrébines en Belgique. Le maître d’œuvre de cette nouvelle chaîne est Mohammed Tijjini, un belgo-marocain, natif de la ville de Berkane. Etabli en Belgique depuis 1995, ce dynamique acteur associatif, a été déjà producteur de la première émission "Arabesque" consacrée à la communauté maghrébine de Bruxelles et diffusée sur la chaîne flamande bruxelloise "TV Brussel".
Selon l’auteur du projet, "Almaghreb TV" sera captée dans un premier temps en région bruxelloise, puis dans l'ensemble du territoire belge avant d'être diffusée à moyen terme, en France. La nouvelle chaîne, explique son PDG, s’est fixée comme objectifs de répondre aux attentes culturelles de la communauté maghrébine, notamment marocaine, pour garder des attaches solides avec sa culture d'origine, tout en s'attelant à la promotion des artistes belgo-maghrébins et des productions artistiques réalisées par et pour cette communauté.
Côté investissement, Mohammed Tijjini nous assure qu’il s’agit d’un financement cent pour cent belge, provenant de fonds propres des membres fondateurs et d'un partenariat public-privé en cours de montage. Almaghreb TV est autorisée à éditer un service de radiodiffusion télévisuelle numérique pour une durée de neuf ans.

Sénateurs françaisà El Aaiun : une visite surveillée et inutile !

Les Sénateurs français ont visité un quartier désert
Par APSO, 20/9/2010
Vendredi 17 septembre vers 21h, les forces de sécurité marocaines présentes dans le quartier Ma'atala à El Aaiun occupé se sont toutes retirées des rues où ils stationnent 24h sur 24h.
Les camions de polices, policiers en uniformes, agents en civil, membres des services secrets ont disparu du quartier pendant toute la durée de la visite sur place de la délégation de Sénateurs Français, visite débutée vers 21h30 et guidée par les autorités coloniales marocaines.
Les Sénateurs sont arrivés en voiture, ont fait quelques pas dans la rue Daddach (ou rue El-Ma'moun, appellation Marocaine) et sont repartis sans rencontrer les Sahraouis habitant le quartier.
Les forces de sécurité ont repris leurs factions et leurs présences ostensibles dès le départ des voitures des Sénateurs français.
D’autre part, ce même soir, un tournoi de foot en salle était organisé dans le gymnase du stade Chaikh Med Laghdaf, situé à proximité de l’aéroport. Deux équipes sahraouies disputaient notamment ce tournoi du « Ramadan ». La majorité des habitants de Ma'atala étaient donc bien loin de leur quartier, à supporter leur équipe, qui a gagné le tournoi.
C’est donc un quartier déserté de ses habitants que la police marocaine a évacué pour moins d’une heure, et qu’ont visité les Sénateurs français. Ce sont ces mêmes sénateurs qui ont ignoré la demande d’audience faite officiellement par une coordination de 11 organisations sahraouies de défense du droit du peuple.
Traduction APSO

jeudi 23 septembre 2010

GEORGIE, N’EXECUTEZ PAS TROY ANTHONY DAVIS


Chers amis de Troy Davis,
Le 24 août 2010, 
le recours extraordinaire de Troy Davis a été rejeté.
Dans son rapport, le juge Moore a décidé que «M. Davis n'a pas réussi à prouver son innocence».
Considéré comme coupable, puisque déjà condamné, c’était en effet à Troy Davis de démontrer son innocence, et non à l’accusation de prouver sa culpabilité au-delà de tout doute raisonnable.
Le standard légal pour Troy Davis était donc presque inatteignable.
Seul point positif, le juge Moore a également jugé qu’exécuter un innocent serait une violation de la Constitution, point qui doit par contre être confirmé par la Cour Suprême.
Comme le reconnait ainsi le juge lui-même, le dossier de l’exécution est loin d’être «en béton».
Comme l’ont constaté les délégués d’Amnesty présents lors des audiences, celles-ci n’ont fait que confirmer les innombrables doutes pesant sur la culpabilité.
Pour Amnesty International, dans le cas de condamnations à mort, si des doutes subsistent, il est fondamental que ceux-ci profitent au condamné, et que celui-ci ne puisse pas être exécuté.
Pourtant, la décision du juge ouvre la voie à la reprise de la procédure pouvant conduire à l'exécution de Troy Davis, malgré les doutes demeurant quant à sa culpabilité, au risque d’une erreur irréversible.
Troy Davis peut encore faire appel, mais ses chances d'être un jour reconnu innocent sont maintenant très réduites.
Une date d’exécution pourrait ainsi être fixée dans les semaines ou les mois à venir.
Nous devons profiter du temps imparti pour demander dès maintenant aux autorités de Georgie de commuer la peine de mort de Troy Davis.
Nous vous appelons à agir et à mobiliser votre entourage, en signant la pétition.
Vous pouvez aussi continuer de participer à la pétition photo mosaïque : «Donnons un visage à la justice».
Pour plus d’information, le "USA: Less than 'ironclad', less than safe: Federal court ruling may clear way for Georgia to set new execution date for Troy Davis" (en anglais)

France : Carrières pénibles, retraite effilochée ?

Par Emannuelle Sauzedde, Bakchich, 23/9/2010
Au cœur de la réforme des retraites, la question de la pénibilité. Bakchich a interrogé Gérard Filoche, inspecteur du travail, socialiste et auteur d’Une vraie retraite à 60 ans, c’est possible.
Une personne, atteignant un taux minimum de 10% d’incapacité, pourra partir à la retraite à 60 ans avec un taux plein. C’est la principale concession adoptée par l’Assemblée Nationale le mercredi 7 septembre. Le taux minimum était d’alors de 20%. Cette mesure du gouvernement correspond à « une rotule cassée, un coude et un poignet, accompagné d’une colonne vertébrale à moitié hors d’usage » ironise Gérard Filoche, auteur d’Une vraie retraite à 60 ans, c’est possible.
GeÌ�rard Filoche2, vidéo :
Selon les chiffres avancés par l’UMP, cela permettrait à 30 000 personnes de bénéficier d’une retraite anticipée. « Notamment aux caissières victimes de troubles musculo-squelettiques », explique la députée UMP Valérie Rosso-Debord. C’est gentil pour les caissières.
Sauf que les troubles musculo-squelettiques (ou TMS) ne touchent pas que cette profession. Elles sont la première cause de reconnaissance de maladie professionnelle (81,2%). En dix ans, de 1998 à 2008, le nombre de maladies professionnelles a connu une augmentation annuelle moyenne de 13,5%. En 2008, quelque 45 411 cas ont été recensés, contre 36 871 en 2004 (chiffres publiés sur le site de l’Assurance Maladie). Une conséquence des « contraintes physiques marquées ».
La notion de pénibilité au travail comporte également deux autres critères : l’exposition à un environnement dit agressif et les horaires atypiques. Là encore, on dépasserait largement les 30 000 cas.
Et si l’on cumule les trois critères de pénibilité, selon Gérard Filoche, on atteint plutôt « dix millions de personnes ». En l’état, le texte de la réforme laisse possible toutes les interprétations. A coup d’amendements, la bataille au Sénat s’annonce tendue voire pénible… Risque-t-on de voir des départs de l’Hémicycle anticipés ?

Maroc : Combien de sacrifiés pour le Prix 2010 UN-HABITAT ???


La "justice" marocaine  au service des spéculateurs
Par Ali Fkir, Mohammedia,  22/9/2010
Au moment où l'ONU attribue au Maroc officiel le Prix 2010 UN-HABITAT, l'appareil de l'État marocain ne pas lèse sur les moyens pour jeter à la rue des millions de sans logements salubres au nom de " la lutte contre l'habitat" tantôt appelé "sauvage", tantôt "insalubre"... La raison n'est autre que la "libération" des terrains pour la spéculation foncière. Le délogement des millions de victimes du système en place, fait le bonheur d'une minorité qui renfloue ses comptes. La misère des uns fait le bonheur des autres.
Le mercredi 22 septembre des familles qui vivent sur un terrain (portant le nom de Douar El Haj Bouazza) depuis 1958 (j'ai personnellement vérifié le carnet d'Etat civil où une personne est née en 1958 au Douar El Haj Bouazza), ont connu des moments difficiles lorsque un "tracs" s'est pointé, suivi par une armada d'agents ( "judiciaires", policiers, mokhaznis...) pour raser les taudis. Enfants, femmes, personnes âgées, toutes ces victimes de l'exclusion ont vécu un véritable cauchemar. Averti-es, les militant-es de l'AMDH furent sur place et ont empêché (pour combien de temps?) le pire.
Malgré les assurances des officiels (à part le " représentant" du tribunal de 1ère instance qui a utilisé un langage provocateur tel que: "le verdict est prononcé au nom de sa majesté. Personne ne peut être contre..."), la partie n'est que reportée.
La solidarité avec les victimes du système nous interpelle
--------------------------------------
De: Omar RADI , 21/9/2010
Objet: Un-Habitat à 
attacmaroc_membres@googlegroups.com
En pleine campagne de délogement de familles entières pour engraisser davantage les "promoteurs" immobiliers, l'Organisation des nations unies a trouvé opportun de gratifier le Maroc en raison de ses efforts en matière de logement et de "développement humain et durable". Il paraît que l'ONU n'a pas lu le rapport de Mckinsey sur l'immobilier au Maroc faisant état d'une marge allant jusqu'à 100% réalisés par ces patrons du béton même sur le logement économique. Ils ne savent pas non plus qu'Al Omrane, holding immobilier et foncier de l'Etat marocain (qui ne fout rien d'ailleurs), s'il devait s'impliquer pour faire du logement social, aurait baissé de moitié les prix du logement, mais celui-ci préfère céder les terrains aux Addoha, Alliances et autres Palmeraie qui gagnent de l'or sur le dos des pauvres. Autre chiffre, le ciment. Lafarge par exemple (multinationale de capital français) produit du ciment au Maroc et réalise une marge de 40% sur ses ventes (marge phénoménale). En France, quand Lafarge réalise une marge de 11%, ils ouvrent des bouteilles de champagne pour fêter l'exploit.

ONU : Le Prix 2010 UN-Habitat attribué au Maroc
Le Prix 2010 de l'UN-Habitat, qui récompense les personnes et les institutions ayant mis
en œuvre les projets les plus significatifs dans le domaine de l'habitat et du développement humain, a été attribué au Maroc par l’ONU. Cette distinction, l'une des plus prestigieuses allouées en matière d'établissement humain, a été attribuée au Royaume pour son programme national développé en faveur de l'amélioration des conditions de l'habitat des populations des bidonvilles.

Nous avons perdu les savants et on a eu le silicone خسرنا العلماء.. وربحنا السيليكون

par Ahlam Mosteghanemi أحلام مستغانمي
2006


خبر صغير أيقظ أوجاعي..لا شيء عدا أنّ الهند تخطّط لزيادة علمائها، وأعدَّت خطّة طموحاً لبناء قاعدة من العلماء والباحثين لمواكبة دول مثل الصين وكوريا الجنوبية في مجال الأبحاث الحديثة
لم أفهم كيف أنّ بلداً يعيش أكثر من نصف سكانه تحت خط الفقر الْمُدْقِع، يتسنّى له رصد مبالغ كبيرة، ووضع آلية جديدة للتمويل، بهدف جمع أكبر عدد من العلماء الموهوبين من خلال منح دراسيّة رُصِدَت لها اعتمادات إضافية من وزارة العلوم والتكنولوجيا، بينما لا نملك نحن، برغم ثرواتنا المادية والبشرية، وزارة عربية تعمل لهذه الغاية، (عَدَا تلك التي تُوظّف التكنولوجيا لرصد أنفاسنا)، أو على الأقل مؤسسة ناشطة داخل الجامعة العربية تتولّى متابعة شؤون العلماء العرب، ومساندتهم لمقاومة إغراءات الهجرة، وحمايتهم في محنة إبادتهم الجديدة على يد صُنَّاع الخراب الكبير
أيّ أوطان هذه التي لا تتبارى سوى في الإنفاق على المهرجانات ولا تعرف الإغداق إلاّ على المطربات،
فتسخو عليهنّ في ليلة واحدة بما لا يمكن لعالم عربي أن يكسبه لو قضى عمره في البحث والاجتهاد؟
ما عادت المأساة في كون مؤخرة روبي
تعني العرب وتشغلهم أكثر من مُقدّمة ابن خلدون،
بل في كون اللحم الرخيص المعروض للفرجة على الفضائيات،
أيّ قطعة فيه من "السيليكون" أغلى من أي عقل من العقول العربية المهددة اليوم بالإبادة.

إن كانت الفضائيات قادرة على صناعة "النجوم" بين ليلة وضحاها، وتحويل حلم ملايين الشباب العربي إلى أن يصبحوا مغنين ليس أكثر، فكم يلزم الأوطان من زمن ومن قُدرات لصناعة عالم؟
وكم علينا أن نعيش لنرى حلمنا بالتفوق العلمي يتحقّق؟

ذلك أنّ إهمالنا البحث العلمي، واحتقارنا علماءنا، وتفريطنا فيهم هي من بعض أسباب احتقار العالم لنا.
وكم كان صادقاً عمر بن عبدالعزيز (رضي اللّه عنه) حين قال: "إنْ استطعت فكن عالماً. فإنْ لم تستطع فكن مُتعلِّماً. فإنْ لم تستطع فأحبّهم، فإنْ لم تستطع فلا تبغضهم". فما توقَّع أن يأتي يوم نُنكِّل فيه بعلمائنا ونُسلِّمهم فريسة سهلة إلى أعدائنا، ولا أن تُحرق مكتبات علمية بأكملها في العراق أثناء انهماكنا في متابعة "تلفزيون الواقع"، ولا أن يغادر مئات العلماء العراقيين الحياة في تصفيات جسدية مُنظَّمة في غفلَة منّا، لتصادف ذلك مع انشغال الأمة بالتصويت على التصفيات النهائية لمطربي الغد.
تريدون أرقاماً تفسد مزاجكم وتمنعكم من النوم؟
في حملة مقايضة النفوس والرؤوس، قررت واشنطن رصد ميزانية مبدئية  تبلغ 160 مليون دولار لتشغيل علماء برامج التسلُّح العراقية السابقين، خوفاً من هربهم للعمل في دول أُخرى، وكدفعة أُولى غادر أكثر من ألف خبير وأستاذ نحو أوروبا وكندا والولايات المتحدة.

كثير من العلماء فضّلوا الهجرة بعد أن وجدوا أنفسهم عزلاً في مواجهة "الموساد" التي راحت تصطادهم حسب الأغنية العراقية "صيد الحمَام". فقد جاء في التقارير أنّ قوات "كوماندوز" إسرائيلية، تضم أكثر من مئة وخمسين عنصراً، دخلت أراضي العراق بهدف اغتيال الكفاءات المتميزة هناك.
وليس الأمر سرّاً، مادامت مجلة "بروسبكت" الأميركية هي التي تطوَّعت بنشره في مقالٍ يؤكِّد وجود مخطط واسع ترعاه أجهزة داخل البنتاغون وداخل(سي آي إي)، بالتعاون مع أجهزة مخابرات إقليمية، لاستهداف علماء العراق.

وقد حددت المخابرات الأميركية قائمة تضمّ 800 اسم لعلماء عراقيين وعرب من العاملين في المجال النووي والهندسة والإنتاج الحربي. وقد بلغ عدد العلماء الذين تمت تصفيتهم وفق هذه الخطة أكثر من 251 عالماً. أما مجلة "نيوزويك"، فقد أشارت إلى البدء باستهداف الأطباء عبر الاغتيالات والخطف والترويع والترهيب. فقد قُتل في سنة 2005 وحدها، سبعون طبيباً.

 العمليات مُرشَّحة حتماً للتصاعُد، خصوصاً بعد نجاح عالم الصواريخ العراقي مظهر صادق التميمي من الإفلات من كمين مُسلّح نُصِبَ له في بغداد، وتمكّنه من اللجوء إلى إيران. غير أن سبعة من العلماء المتخصصين في "قسم إسرائيل" والشؤون التكنولوجية العسكرية الإسرائيلية، تم اغتيالهم، ليُضافوا إلى قائمة طويلة من العلماء ذوي الكفاءات العلمية النادرة، أمثال الدكتورة عبير أحمد عياش ، التي اكتشفت علاجاً لوباء الالتهاب الرئوي " سارس"، والدكتور العلاّمة أحمد عبدالجواد، أستاذ الهندسة وصاحب أكثر من خمسمائة اختراع، والدكتور جمال حمدان، الذي كان على وشك إنجاز موسوعته الضخمة عن الصهيونية وبني إسرائيل.
أجل، خسرنا كلَّ هذه العقول.. لكن البركة في "السيليكون"

Une petite information a réveillé mes souffrances : l’Inde envisage d’augmenter le nombre de ses scientifiques, rien que ça. Elle a préparé un plan ambitieux d’édification d’une base de scientifiques et de chercheurs pour concurrencer les pays comme la Chine et la Corée du Sud dans le domaine de la recherche moderne. Je ne comprends pas comment un pays dont plus de la moiitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté peut affecter des sommes colossales et élaborer un nouveau système de financement afin de recueillir le plus grand nombre de scienifiques talentueux grâce à des bourses de recherché alimentées par des crédits supplémentaires du ministère de la Science et de la Technologie.

En revanche nous [les Arabes] nous n’avons – malgré nos riches ressources matérielles et humaines – pas un seul ministre chargé de ce secteur (sauf ceux qui utilisent la technologie pour surveiller notre respiration) ou au moins une institution active au sein de la Ligue arabe qui superviserait le suivi des affaires des scientifiques arabes et les soutiendrait afin qu’ils résistent aux tentations de fuir ou d’émigrer, les protégeant du danger d’extermination par les fabricants du Grand Désastre.

Qu’est-ce que ces pays qui ne se concurrencent que pour les dépenses en festivals et qui ne gâtent que les chanteuses, leur distribuant généreusement en une seule nuit ce qu’un scientifique arabe ne peut gagner en toute sa vie, même s’il passe jour et nuit à travailler avec application et diligence ?
 
 
Il y a plus tragique que le fait que le derrière de Ruby [chanteuse égyptienne] intéresse et préoccupe les Arabes plus que Al Muqaddimah (Discours sur l’histoire universelle) d’Ibn Khaldoun : c’est le fait que chaque morceau de silicone exposé sur les écrans des chaînes satellitaires soit plus précieux que l’esprit arabe, aujourd’hui menacé d’anéantissement. Si ces chaînes satellitaires ont été en mesure de créer des « stars » du jour au lendemain et de transformer les rêves de millions de jeunes Arabes de devenir chanteurs, ni plus ni moins, combien faudra-t-il de temps et de capacités aux pays arabes pour créer un savant ? Et combien devrons-nous vivre pour voir se réaliser notre rêve d’excellence scientifique ?

Le fait est que notre négligence de la recherche scientifique et notre mépris pour nos savants sont une des causes du mépris mondial à notre égard. Et comme l’a dit justement Omar Ibn Abdulaziz [le Premier Calife], « si tu peux, sois un savant ; si tu ne peux pas, sois un lettré ; si tu ne peux pas, aime-les ; et si tu ne peux pas, ne les méprise pas. »

Il était loin de s’attendre à ce qu’un jour viendrait où nous condamnerions nos savants, les livrant, proies faciles, aux mains de nos ennemis. Et il ne pensait pas qu’on brûlerait des bibliothèques scientifiques entières en Irak pendant que nous étions occupés à la poursuite de la « télé-réalité », tandis que des centaines de scientifiques irakiens seraient victimes d’une liquidation organisée sans que nous y prêtions attention, l’Oumma étant tout entière occupée à voter pour les finalistes [des shows de télé-réalité] qui seront les chanteurs de demain.

Voulez-vous des chiffres qui saperont votre moral et vous empêcheront de dormir ? Dans le cadre de la campagne pour changer les âmes et les esprits, Washington a décidé de conscarer un budget de 16 millions de dollars pour récupérer les ex-scientifiques irakiens du programme d’armement, de peur qu’ils s’évadent pour aller travailler dans d’autres pays. Du coup, plus d’un millier de scientifiques ont quitté le pays pour les USA, l’Europe et le Canada. Plusieurs ont décidé de rester en Irak, après qu’ils se sont trouvés sans défense face au Mossad, qui leur a fait la chasse comme dans la chanson irakienne La chasse aux pigeons. Il est dit dans un rapport qu’un commando de 150 Israéliens est entré en Irak afin de liquider les compétences qui y restaient et ce n’est un secret pour personne puisque le magazine US Prospect en a fait état dans un article confirmant l’existence d’un vaste plan ciblant les scientifiques irakiens et parrainé par le Pentagone et la CIA avec l’aide d’autres agences de renseignement de la région.
Abir Ahmed Ayache                                        Jamal Hamdane
Les services de renseignement US ont dressé une liste de 800 scientifiques irakiens et arabes compétents dans le domaine nucléaire et militaire. Plus de 251 scientifiques ont été éliminés dans le cadre de ce plan. Le magazine Newsweek a signalé le démarrage du ciblage des médecins par des enlèvements et des intimidations. Rien qu’en 2005, ils ont tué plus de 70 médecins. L’opération sera étendue, surtout après que le scientifique Sadeq Al Tamimi eut réussi à échapper à une embuscade à Bagdad pour demander l’asile en Iran. Toutefois, les sept spécialistes irakiens des affaires militaires et technologiques d’Israël ont été assassinés. S’y ajoute une longue liste de scientifiques aux talents rares, comme la chercheuse libanaise Dr Abir Ahmed Ayache, qui avait découvert un remède contre le SRAS, et le Dr Ahmed Jawad, professeur de génie et auteur de plus de cinq cents inventions, ou encore le Docteur Jamal Hamdane [chercheur égyptien, 1928-1993, NdT], qui était sur le point d’achever son encyclopédie monumentale sur le sionisme et les fils d’Israël.

Oui, nous avons perdu tous ces esprits…Mais, félicitations pour le silicone !

mercredi 22 septembre 2010

Maroc : Des écoles plus nombreuses au lieu de si nombreuses mosquées !!!

Par Maroc inspiration, 16/9/2010
Saida a dix-neuf ans. Comme ses camarades de classe qui ont réussi au bac, elle s’inscrit à l’université d’Oujda pour compter parmi les peu fortunés de son entourage qui auront accès à des études universitaires. En effet, dans sa petite famille, elle a été la seule à avoir pu échapper à la vie de campagne et ses aléas. Ses aînés qui n’ont pas été à l’école s’occupent toujours du bétail, de la cuisine, de la terre…
Saida s’est inscrite dans la filière Physique-Chimie car elle aime les sciences. En discutant avec elle pourtant, elle me fait part de ses craintes. A la cité universitaire d’Oujda, il n’y a pas suffisamment de capacité pour loger tous les étudiants inscrits à la fac. Les responsables ont alors recours au tirage au sort pour sélectionner les étudiants. Bien entendu, ce processus n’est pas forcément le plus efficace, en effet, il serait plus juste de sélectionner les étudiants selon leurs moyens financiers, mais je suppose que cela feraient à l’administration un peu plus de travail, alors ils en font fi ! Et tanpis pour les étudiants issus de milieux très pauvres. Car Saida, si elle n’est pas admise sur tirage au sort, eh bien elle quitte l’université. Elle parlait d’une autre option : changer de branche, par exemple, s’inscrire dans la filière Philosophie qui ne lui demanderait pas d’être présente au cours de manière systématique, comme çà, elle pourra rester en campagne et réviser pendant qu’elle garde les moutons en montagne.
Je n’essaie pas d’être ironique, mais c’est la réalité amère. Il m’est impensable de voir à quel point les vies des gens peuvent balancer sur des coups de chance ridicules. Il ne faut pas que ce soit ainsi lorsqu’il s’agit d’éducation. Saida, comme il y en a plein au Maroc, doit avoir le droit de poursuivre ses études en Physique et construire sa petite vie.
Appel : A ceux qui continuent de construire de plus en plus de mosquées à des distances très rapprochées les unes des autres, PRIÈRE de penser à sauver ces étudiants. Construisez des cités universitaires à la place, faites des dons…
N’attendons pas qu’un Fqih sorte la fatwa qui dira que « Si quelqu’un construit une école ou un internat pour les élèves, alors Allah lui Construira 10 maisons en paradis ». Le parallélisme est clair : Jadis, la mosquée était le lieu d’apprentissage. Aujourd’hui, çà se passe dans un endroit différent appelé école ou université. Il nous suffit de suivre le bon sens, de faire travailler nos têtes, et tout le reste suivra.
A bon entendeur !
http://maghreb-inspiration.blogspot.com/2010/09/des-ecoles-au-lieu-de-mosquees.html

AFPS : Solidarité avec tous les militants victimes de la répression

Par le Conseil national de l'AFPS, Ivry sur Seine le 19/9/ 2010
Le Conseil national de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), réuni ces 18 et 19 septembre, tient à affirmer à nouveau toute sa solidarité avec les combattants de la paix, du droit international et des droits humains, poursuivis de manière injuste parce qu’ils défendent les droits du peuple palestinien bafoués par Israël.
À Mulhouse et Perpignan notamment, plusieurs militants – souvent membres de notre association – se voient convoqués au tribunal correctionnel. Leur crime ? Avoir informé les consommateurs de grandes surfaces des violations du droit international par Israël (poursuite de l’occupation des territoires palestiniens, de la colonisation de la Cisjordanie et en particulier de Jérusalem-Est, de la poursuite du siège imposé à toute la population de Gaza) et d’avoir en conséquence appelé à boycotter cette politique. Pour que le droit soit respecté. Pour donner une chance à la paix. Parce que l’impunité fait obstacle à l’un comme à l’autre.
Or, à la demande de la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, ces militants sont poursuivis sur le fondement d'un texte de loi de 1881 qui entend protéger la dignité des personnes contre l'incitation à la haine raciale. Mais que font ces hommes et ces femmes, sinon appeler au boycott de produits au nom d'une critique de la politique d'un Etat qui non seulement pratique la discrimination raciale, mais occupe, colonise, réprime et humilie tout un peuple.
Scandaleuse, cette accusation l’est pour trois autres raisons :
- parce qu’elle repose sur l’affirmation mensongère selon laquelle les accusés organiseraient un « boycott des produits casher », mensonge que la ministre récusait encore elle-même il y a peu. Nous mettons au défi Mme Alliot-Marie d’avancer la moindre preuve de cette invention sortie de sa seule imagination ;
- parce que cette ministre est membre d’un gouvernement qui, lui, ouvertement et toute honte bue, en appelle à la discrimination raciale. Le Président de la République lui-même, dans son discours de Grenoble du 30 juillet 2010, ne s’en est-il pas pris explicitement aux gens du voyage et notamment aux Roms ? Son ministre de l’Intérieur, déjà condamné pour injure raciste, n’a-t-il pas couvert de son autorité la directive en date du 5 août 2010 signée de son chef de cabinet et qui, de l’avis des juristes les plus compétents, est contraire à l’article 1 de notre Constitution ? Et cette politique n’a-t-elle pas, d’ores et déjà, mis la France au ban des nations, au sein de l’Union européenne comme de l’ONU ?
- parce qu’enfin ce gouvernement cautionne la violation par les autorités israéliennes du Traité d’association entre l’Union européenne et Israël mais aussi des décisions de la Cour européenne de justice et du droit commercial européen comme français. François Baroin, son prédécesseur Eric Woerth et l’administration des Douanes qui en dépend ne peuvent ignorer que Tel-Aviv se livre à une « fraude à l’origine » généralisée, en présentant comme « made in Israël » des produits issus des colonies illégalement implantées en territoire palestinien occupé. Notre association les a interpellés sans avoir obtenu jusqu’ici de réponse officielle. Et pour cause : ce gouvernement refuse de prendre ses responsabilités en sanctionnant la politique israélienne, et notamment en exigeant la suspension de l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël jusqu’à ce que ce dernier en respecte l’article 2, lequel prévoit le respect des droits humains par les parties contractantes. L’application dudit article 2, qui devrait amener à suspendre cet accord, constituerait-elle, elle aussi, une « incitation à la haine raciale » ? Absurde !
Non, Madame Alliot-Marie, pas ça et pas vous ! Ce ne sont pas les militants pour la paix et la justice au Proche-Orient que vous devriez poursuivre, mais vos propres collègues. Les procédures que vous engagez sont ni plus ni moins des procès politiques. Et quand la politique entre dans les prétoires, la justice en sort.
Mais l’AFPS ne se laissera pas intimider. Elle contribuera plus que jamais à la campagne internationale Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), en prenant pour cibles – conformément au droit international, européen et français – les produits des colonies, comme le font, de leur côté, l’Autorité palestinienne en Cisjordanie et le mouvement pacifiste et anticolonialiste en Israël même. Et, sans attendre, elle mobilisera l’opinion contre le déni de justice que constituent les procès actuels et pour la solidarité avec tous ceux et toutes celles qui sont victimes de la répression en raison de leur engagement dans la campagne BDS.
Association France-Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél: 00.33.1.43.72.15.79
Fax: 00.33.9.56.03.15.79
afps@france-palestine.org
www.france-palestine.org

Étrangers : conditions d’accueil et traitement des dossiers à la préfecture de Bobigny : l’indignité !

Transmis par Fouad Fourji, 22/9/2010
Pour la première fois, dix-huit organisations investies dans la défense des étrangers et la lutte contre les discriminations* ont synthétisé leurs observations dans un Livre noir élaboré en commun, qui dénonce les conditions d’accueil réservées aux étrangers à la préfecture de Bobigny (93). Les constats, partagés par des élus du département et des syndicalistes, sont étayés par de nombreux exemples très concrets.
Loin de s’expliquer par des dysfonctionnements temporaires ou par une « spirale de retards accumulés » comme le prétendaient les autorités préfectorales en 2009, le traitement des étrangers dans le département de France qui en compte le plus grand nombre est le reflet du mépris et des comportements discriminatoires dont ils sont l’objet au plus haut niveau.
Septembre 2010, Ouvrage collectif, 40 pages, 2 € + 1,90 € de frais d'envoi
Téléchargeable gratuitement ici :  
*Livre noir réalisé par les associations investies dans la défense des étrangers et la lutte contre les discriminations dans le département de la Seine Saint-Denis (Amoureux au ban public, ASTI 93, Aubervilliers sans la peur, CDSP Montreuil, Cimade IdF, Collectif de SP de Livry-Gargan, Collectif Michelet Bondy, Coordination 93 de lutte pour les SP, Comede, Dom’Asile, GISTI, Ensemble vivre et travailler, Ligue des Droits de l’Homme 93, MRAP 93, Plate-forme des Asso)

lundi 20 septembre 2010

Sahara Occidental : Derniers jours pour signer la pétition fishelswhere (va pêcher ailleurs)

Avez-vous signé la pétition fishelswhere (va pêcher ailleurs)? Et votre organisation l'a t elle signée aussi ?
Il ne vous reste que quelques jours!
L’UE paye au Maroc pour pêcher au Sahara Occidental occupé. L’accord de pêche est controversé et en violation du droit international. La campagne internationale Fish elsewhere! demande à l’UE de modifier son comportement hautement non éthique. Aucune prise de pêche ne doit être faite avant la résolution du conflit.
Soutenez la campagne en signant la pétition: www.fishelsewhere.eu
Dernier délai pour signer : 24 septembre 2010, minuit.

CASABLANCA CÉLÈBRE LES 40 ANS D'ILAL AMAM

 Par Ali Fkir, 19/9/2010
Ils, elles sont des centaines à répondre présent-es à l'invitation d'ANNAHJ ADDIMOCRATI (la VOIE DÉMOCRATIQUE) pour assister à l'activité organisée (le 18/09/2010 par la région de Casablanca) à l'occasion de la 40ème année après la création de l'organisation marxiste léniniste marocaine ILAL AMAM.
ILAL AMAM a été constituée par des militant-es qui avaient décidé de quitter le PLS (parti de la libération et du socialisme, l'ex-parti communiste marocain), et ce le 30 août 1970.
Depuis 1972, des milliers de militant-es sont passé-es par des centres secrets de torture, des centaines de condamné-es à des années de prison ferme ( allant jusqu'à la perpétuité), d'autres sont décédés sous la torture (citons comme exemple Abdellatif Zeroual, Amine Thani, dirigeants d'ILAL AMAM), d'autres sont morts au cours des grèves illimitées de la faim (exemple de Saïda Mnebhi)...
Aujourd'hui, ANNAHJ ADDIMOCRATI ( créé en 1995, devenu légal en 2004), constitue la continuité d'ILAL AM.
Plusieurs sensibilités marxistes, plusieurs militant-es d'organisation de masse se réclament aujourd'hui d'ILAL AMAM. L'essentiel c'est que l'expérience d'ILAL AMAM, les leçons qui nous ont été léguées par des martyr-es: Zeroual, Saïda, Tahani, Douraïdi, Belhouari....l'épopée de la lutte contre la dictature de HassanII au cours des années 70 et des années 80...tout cela appartient au peuple marocain, appartient à tous et à toutes les militant-es qui ne se sont pas laissé-es leurrer par la démocratie de façade de la "nouvelle ère".
Aujourd'hui la situation des masses populaires en général et des travailleurs en particulier est catastrophique: des millions de Marocain-es sont entassé-es dans des bidonvilles (sans eau potable et sans électricité), des millions de jeunes (y compris des dizaines milliers de diplômé-es universitaires) sont sans travail, l'enseignement est réduit à apprendre aux enfants à lire et à écrire (et encore!), plus de 40% des Marocain-es sont analphabètes, les millions de pauvres n'ont plus droit aux soins médicaux...Il n'y a plus de service public ( à part le fait de se faire matraquer chaque fois que le citoyen, la citoyenne ose réclamer son dû).
C'est le visage du Maroc des millions, mais il existe l'autre Maroc, le Maroc de la minorité (quelques milliers), le paradis dont profitent les politicards français, les stars américaines, les grands escrocs de renommée internationale, les émirs des pétrodollars...
Aujourd'hui le Maroc constitue le lieu de pèlerinage de tous ceux (et peut-être celles) qui sont à la recherche d' orgies sans limite aucune...POUR LE SEXE ( sans limite d'âge), POUR LA DROGUE, pour LE BLANCHIMENT DE L'ARGENT "SALE", pour L'ILLÉGALITÉ... BIEN SERVI-ES AU MAROC des DECIDEURS.
55 ans après "l’indépendance", le Maroc est devenu (qu'on le veuille ou non) d'un côté LE PARADIS DE LA DÉBAUCHE pour certains, mais de l'autre UN CHAMP DE COMBAT(le revers de la médaille) pour la dignité, pour l'émancipation pour la libération, un champ de résistance pour les millions des Marocains et des Marocaines.
ILAL AMAM (comme d'autres courants révolutionnaires issus du mouvement ittihadi, ou du mouvement marxiste léniniste marocain) constitue le symbole du MAROC RÉSISTANT.
Bravo camardes d'ANNAHJ Addimocrati pour tout ce que vous faites pour ce Maroc résistant.
La présence active (slogans...) des dizaines de citoyens et surtout de citoyennes venu-es des quartiers populaires pour célébrer avec nous ce grand événement ne peut que nous encourager à aller de l'AVANT (ILAL AMAM).
Le camarade Mustapha Brahma, le secrétaire national adjoint, a superbement répondu aux attentes de l'assistance en relatant l'itinéraire d'ILAL AMAM, les sacrifices de ses militant-es...
ANNAHJ ADDIMOCRATI, LES AUTRES COMPOSANTES MARXISTES, LES COURANTS ITTIHADIS ANTI-MALHZANIENS, NE SONT PAS PRÊTS A LAISSER TOMBER l'ÉTENDARD DE LA RESISTANCE, NI A ENTERRER L'HÉRITAGE QUI NOUS A ETE LEGUE PAR ABDEL KARIM AL KHATTABI (LE 1er RÉPUBLICAIN MAROCAIN), PAR MEHDI BEN BARKA, ABDELLATIF ZEOUAL, SAÏDA MNEBHI, MOHAMMED BOUGRINE...
MAIN DANS LA MAIN, LE MAROC RÉSISTANT VAINCRA!
 Les camarades Brahma (secrétaire national adjoint, à G) et Jamal Brajaa (coordinateur de la région de Casablanca, à D)

 Fekkak, ce grand et infatigable  militant qui a grandi dans la mouvante ittihadie (j'ai l'honneur de le connaître et de lutter ensemble contre le régime depuis l'automne 1968). Aujourd'hui, il déclare devant l'assistance qu'il n'y a aucune alternative fiable en dehors du marxisme léninisme, et d'ajouter qu'il faut continuer le combat initié par ILAL AMAM 
 Quelques représentant-es des quartiers populaires qui ont honoré  ANNAHJ ADDIMOCRATI par leur présence (ils, elles étaient des dizaines à assister à cet événement)
 Une minute de silence à la mémoire des martyr-es du peuple marocain en général et des martyr-es d'ILAL AMAM en particulier

dimanche 19 septembre 2010

France Hautes Alpes : Une forte mobilisation peut parfois éviter une expulsion

Par le  CHARM  (Collectif Hautes Alpes pour la Régularisation de Mme Maboyet sa fille Ketshia), 19/9/2010
Un grand merci à tous les signataires de la pétition et à tous ceux qui se sont investis de diverses manières pour conforter les démarches de Madame Maboy, afin de convaincre le Préfet des Hautes Alpes de lui accorder un titre de séjour au regard de sa bonne insertion en France et du danger pour elle est sa fille d'un retour en République démocratique du Congo, dans le cadre d'un recours gracieux. Ce titre lui a été accordé à titre exceptionnel et avec la mention "salarié", à la suite d'arbitrages délicats semble t-il, où chaque soutien a pesé.
Sans votre aide rien n'aurait été possible !
Mme Maboy Batukaba et sa fillette Ketshia, 5 ans aujourd'hui, ont dû fuir leur patrie, la République Démocratique du Congo,en avril 2008, parce qu’elles craignaient pour leurs vies.
Hier elles étaient menacées d'expulsion et de reconduite dans leur pays, après 2 ans et demi et de nombreux recours administratifs .
Aujourd’hui Ketshia a repris le chemin de l'école maternelle avec ses ami(e)s.
Et sa maman a obtenu un permis de séjour pour travail « salarié » : elle rejoindra la "Maison Vanille" à Sisteron pour y prendre son emploi début octobre.
La mobilisation de réseaux très divers, les pétitions, les pique- niques solidaires,les lettres de soutien, les interventions des élus et de plusieurs personnalités, les promesses d'embauche…
Chaque geste de solidarité a porté ses fruits et peut-être permis d'éviter le pire.
La capacité à s’intégrer de Mamie et de Ketshia a fait merveille, votre engagement a été déterminant ; à tous, du fond du coeur,  
Ketshia , sa maman et le collectif CHARM, vous disent MERCI !
Garder le lien :
CHARM, Paroisse protestante - av Guillaume Farel- 05000 Gap. Mail : leroseauplie@gmail.com
Il se peut ... hélas que nous soyons conduits à donner à nouveau ce type d'appui informel et discret, mais coordonné, à d'autres personnes ou familles vivant une difficulté analogue. Nous vous proposons , sauf contre ordre de votre part, de vous en tenir informés par le même mode de diffusion mel.

L’antisémitisme, notion galvaudée

Par Mohamed Belmaïzi, membre de l'AMDH Bruxelles, 18/9/2010
Le dénommé Noam Nir, juif résidant à Essaouira, a déposé une plainte pour antisémitisme, contre Samira Kinani, Fouad Jarid et Houcine Boukbir, tous membres de l’AMDH et fermement démocrates et antiracistes. Ce culot ne se serait jamais produit s’il n’y avait déjà cette vague scandaleuse de nuire à l’AMDH. L’attaque étêtée d’un député marocain payé pour ne rien faire, demandant l’arrêt, de quelques minutes, des travaux (??) du Parlement en signe de protestation contre l’AMDH, ainsi que la horde d’intellos de service qui s’ensuivit, reste une illustration éloquente.
Non seulement le dénommé Noam Nir ne fait que donner un coup de pouce sournois à cette honteuse tempête d’étouffer un mouvement de la défense des droits humains sans précédent dans l’histoire du Maroc, mais désormais la nébuleuse alliance objective entre les détenteurs du pouvoir au Maroc et le sionisme, éclate au grand jour. Et ne prenons pour exemple que l’affaire de la Palestinienne Amira Al-Qaram enlevée à l’aéroport Mohammed V pour l’empêcher d’être soignée et honorée par l’AMDH qui l’avait invitée. Alors que Tzipi Livni, elle, était invitée en grandes pompes au Maroc, juste après le « crime contre l’humanité » sur Gaza. C’est dire que tout obéit à une logique. Mais notre devoir devant le mensonge et la manipulation, est de démonter ces rouages et ne jamais cesser de les dénoncer.
Noam Nir
Mais de quoi s’agit-il ? S’il s’agit de l’antisémitisme, lorsqu’on défend le droit du peuple palestinien pour la jouissance de sa terre, eh bien tous les mouvements et toutes les personnalités solidaires et associés à ce combat, sont des antisémites… y compris des juifs. D’ailleurs, on a vu où cette ridicule taxation d’antisémitisme peut mener, puisque même un Edgar Morin, un Chomsky et tant d’autres, pourtant juifs, ont été taxés de cette infamante étiquette. Robinson, juif et prof aux USA, lui, avait envoyé un e-mail pour 80 élèves de son cours de « Sociologie de la mondialisation » intitulée: « le parallèle entre des images de nazis et celles des Israéliens », n’a pas manqué à la règle de l’étiquette « antisémite ». Les exemples allant dans ce sens sont légion, mais lorsque Jacques Attali, juif lui aussi, disait dans un entretien « le sionisme est condamné », il fait bel et bien la différence entre Juif et Sioniste. Mais selon la logique de Noam Nir, Attali serait certainement antisémite à traduire devant les tribunaux du Maroc !
Noam Nir aurait été plus inspiré de s’intéresser au racisme virulent envers les juifs marocains en Israël. Juifs qui ont été déracinés du Maroc, et dont une majeure partie est devenue plus extrémiste et farouchement anti arabes pour être acceptée au sein de la nomenclature judéo-européen qui commet aujourd’hui les « crimes contre l’humanité ». Car Noam Nir, s’il ne le savait pas encore, l’Histoire retient contre lui, le discours méprisant et insultant, au début du siècle dernier, envers les immigrés juifs venus de Pologne et des pays de l’Est, pour émigrer aux USA dans une misère déplorable. Cette nomenclature juive les traitait à ce moment de « miséreux », et a même plaidé pour que les USA les refoulent du pays de l’oncle Sam.
Noam Nir ne devrait-il donc pas dénoncer le racisme existant à l’intérieur même de la communauté juive ?
Quant à Samira Kinani, Fouad Jarid, et Houcine Boukbir, eux, font partie d’une conscience lumineuse qui regrette profondément la perte de nos concitoyens juifs, déracinés de leur terre, pour les besoins d’un projet diabolique qui aboutit aujourd’hui à l’anéantissement de l’éthique et de la compassion humaine. Les valeurs universelles du métissage des « races » et des cultures qui motivent nos amis, Samira, Fouad et Houcine, sont la coexistence pacifique judéo-islamique où juifs, arabes et berbères jouissent de leur liberté et de leur émancipation dans un « vivre ensemble » solidement mirifique.

Maroc : Contre l'impunité d'un tortionnaire


Par ASDHOM, 19/9/2010

Madame, Monsieur,
Mme Zoubida AIT SI RAHAL vient d’interpeller de nouveau les autorités marocaines par une lettre adressée au Ministre chargé de la communauté marocaine à l’étranger, lui demandant son soutien pour faire accélérer la procédure qui dure depuis plus de 8 ans et pour que justice lui soit rendue.
Madama Rahal devant l'ambassade du Maroc à Paris
Son défunt époux Mohamed AIT SI RAHAL, immigré marocain, décède le 25 juillet 2002 suite à un passage à tabac subi au commissariat du 1er arrondissement de Marrakech. L’auteur principal de ce forfait est l’officier supérieur, Mohamed KHARBOUCH. Ce dernier, a été poursuivi en justice et condamné à 10 ans de prison ferme. Celui-ci, usant des atermoiements de l’administration, est non seulement en liberté, mais il a été maintenu dans ses fonctions également !!
La Cour suprême se doit d’examiner en urgence le dossier N° 3286 / 2009 et la justice doit être faite pour permettre à la famille AIT SI RAHAL de faire son deuil.
L’ASDHOM qui soutient les démarches de la famille AIT SI RAHAL vous prie de bien vouloir contribuer par votre solidarité active à mettre un terme au calvaire que vit la famille de la victime.
Envoyez vos protestations et votre témoignage de solidarité à :
-  Abdelmajid RHOMIJA, Chef de Cabinet du Ministre de la Justice Fax : (00 212) 05-37-73-28-70
-  Souad ELKADIRI, Chef du secrétariat particulier du Ministre de la Justice Fax : 00 212 05-37-73-28-10 Elkadiri@justice.gov.ma
-  Ministre délégué chargé des Marocains résidant à l'Etranger Fax : 00212 05 37 73 76 18  E-mail : contact@marocainsdumonde.gov.ma

    www.asdhom.org
Mohamed Ait Si Rahal
Immigré marocain
52 ans
Décède le 25 juillet 2002
suite à la torture subie au commissariat de Marrakech
 L’ASDHOM exige :
L’arrêt des atermoiements de la justice
La radiation du coupable du corps de police
 L’aboutissement de la procédure judiciaire toujours en vigueur
La justice enfin rendue
L’ASDHOM
Réaffirme son soutien et sa solidarité à l’épouse du défunt