Pages

samedi 10 octobre 2009

Me Radhia Nasraoui et Hamma Hammami interdits de quitter le territoire

Dernières informations

Du PCOT, 9/10/2009

Un policier en civil s’est présenté cet après-midi à 15h30 heure locale, au domicile de Me Radhia Nasraoui, défenseure des droits humains et présidente de l’ALTT, et de Hamma Hammami, porte parole du PCOT.Il est venu remettre à Me Nasraoui une convocation pour 16h00, soit 30 minutes plus tard, aux locaux de la brigade de lutte anti- criminelle section d’Elgorjani.

Me Nasraoui a refusé de recevoir cette convocation illégale, car ne mentionnant aucun motif.A 17h15, le même agent revient, cette fois-ci pour remettre à Hamma Hammami une convocation pour 17h30 à la même section de la brigade de lutte anti-criminelle. Il a refusé la convocation car aucun motif n’y est inscrit.Tout laisse à penser que le but dissimulé derrière ces convocations, est d’empêcher Hamma Hammami de se rendre à Paris ce soir. Il devrait intervenir dans une conférence organisée par l’association sciences Po Monde Arabe demain 10 octobre 2009. Le thème en est la situation politique et sociale en Tunisie à la veille des "élections" du 25 de ce mois.

De Marguerite Rollinde, 10/10/2009

Dernière nouvelle : alors qu'il s'apprêtait à embarquer pour la France, Hamma Hammami s'est vu notifier par décision judiciaire l'interdiction de quitter le territoire

De Adib Abdeslam, 10/10/2009


حمة همامي الكاتب الوطني لحزب العمل التونسي ممنوع من السفر الى فرنسا، ذلك ما علم عندما حاول الرفيق التوجه إلى فرنسا لذلك فإن السلطات التونسية بعدما نكلت به ها هي الآن تمنعه من مغادرة التراب التونسي، إن هذا الواقع يستدعي تضامن الحقوقيين في كل مكان مع ادانة الممارسات الدكتاتورية لنظام بنعلي
De Adib de Rabat, 10/10/2009

ÍåÉ çåÇåê ÇäãÇÊÈ Çäè×æê äÍÒÈ ÇäÙåä ÇäÊèæÓê ååæèÙ åæ ÇäÓáÑ Çäé áÑæÓǬ Ðäã åÇ Ùäå ÙæÏåÇ ÍÇèä ÇäÑáêâ ÇäÊèÌç Åäé áÑæÓÇ äÐäã áÅæ ÇäÓä×ÇÊ ÇäÊèæÓêÉ ÈÙÏåÇ æãäÊ Èç çÇ çê ÇäÂæ ÊåæÙç åæ åÚÇÏÑÉ ÇäÊÑÇÈ ÇäÊèæÓê¬ Åæ çÐÇ ÇäèÇâÙ êÓÊÏÙê ÊÖÇåæ ÇäÍâèâêêæ áê ãä åãÇæ åÙ ÇÏÇæÉ ÇäååÇÑÓÇÊ ÇäÏãÊÇÊèÑêÉ äæØÇå ÈæÙäê

URGENT : Aux participants à la journée Tunisie-IEP-Paris

APPEL URGENT A TOUS LES PARTICIPANTS A LA JOURNEE TUNISIE DE SCIENCES-PO PARIS DU SAMEDI 10 OCTOBRE
De Khaled Ben M'Barek, 9/10/2009
Chers amis, le pouvoir tunisien est extrêmement irrité par l'initiative d'un colloque sur la Tunisie. Parler de la Tunisie et de ce que ce pouvoir y commet lui fait peur et il le fait savoir.
Le sinistre de la justice Takkari a profité d'une interview au journal Le Monde pour accuser l'opposition d'instrumentaliser les droits de l'homme.Quant au dénommé Borhane Bseyès l'agent de propagande, homme de main de Sakhr ElMatri et étoile montante de l'entourage du général Ben Ali, il tient une chronique quotidienne, très vraisemblablement louée, sur la chaîne de télévision ANB, dans laquelle il a traité les Tunisiens qui participent à la journée de traîtres et de collabo, qui s'allient à l'étranger et au colonisateur contre leur pays.L'on se rappelle que lors de l'éphémère épisode AlmustakillahTV de Londres, ilavait bien été sérieusement question de retirer la nationalité tunisienne à ceux qui oseraient participer aux émissions de cette chaîne, avant qu'elle ne se rende sur le mode libyen. Cette situation révèle un degré d'énervement qui peut rendre le pouvoir et ses officines de renseignement et d'opérations spéciales très imprévisibles, voire aventureusement belliqueuses.On en a eu quelques hors-d'ouvre avec le tabassage de Hamma Hammami et les agressions de Radhia Nasraoui, Abderraouf Ayadi, ainsi qu'avec l'affaire Ahmed Eleuch que l'on fait traîner en longueur.On peut gager que l'affolement de la machine ira crescendo avec l'approche du 25 octobre.
Il convient donc pour tous les participants à la manifestation de samedi, y compris non Tunisiens, de rester sur leurs gardes dans l'espace public, de ne pas s'isoler et de ne pas se laisser surprendre par des agresseurs professionnels très mobiles, bien organisés, bien équipés et assez déterminés, agissant au moins en duo.
Les antécédents des barbouzes tunisiennes en France, qui rencontrent une certaine bienveillance dans certains milieux, sont là pour montrer qu'une telle agression n'a rien d'un fantasme.Si l'agression se produit, comme les Tunisiens en ont l'expérience jusqu'ici,les coupables resteront désespérément inconnus. A n'en pas douter, Vigipirate n'est pas pour nous.

vendredi 9 octobre 2009

Maghreb : Mouvement contre la peine de mort.

Par Mostapha Bouchachi, Président, 8/10/2009

ALGER : Communiqué
Malgré les interdictions, nous continuerons d’exister…

C’est vers 17 h00, jeudi 8 octobre 2009, que la LADDH a reçu la notification écrite, des services de la DRAG de la Wilaya d’Alger, lui interdisant de tenir la rencontre nationale sur l’abolition de la peine de mort le samedi 10 octobre à l’Hôtel El Biar à Alger.

La LADDH dénonce avec la plus grande énergie cette interdiction non justifiée, et qui ne peut trouver sa justification que dans la gestion arbitraire des affaires de l’Algérie. Par cette interdiction, les autorités expriment le refus paranoïaque à toute initiative de la société civile qui vise à installer un débat national incluant les représentants de l’Etat sur des sujets qui concernent toute la société, notamment la question de la peine de mort. Résolue à poursuivre sa lutte pour faire avancer les choses, la LADDH maintien cette rencontre qui rentre dans le cadre de la célébration de la journée mondiale l’abolition de la peine de mort du 10 octobre.

Elle aura lieu le samedi 10 octobre 2009 à partir de 9h30 au niveau de son siège sis au 5 rue Frères Alleg, « ex Pierre Viala », 101 Didouche Mourad, Alger.

MAROC : الائتلاف المغربـي من أجل إلغاء عقوبـة الإعـدام "لا للإعـــــــــدام ومن أجل الحق في الحياة" الندوة الصحفية للاتلاف المغربي ضد عقوبة الإعدام الرباط في 7 أكتوبر2009 التصريح الصحفي السيدات و السادة ممثلو الصحافة الوطنية و الدولية يتشرف الائتلاف المغربي ضد عقوبة الإعدام، بأن يرحب بكم بمناسبة الندوة الصحفية التي ننظمها اليوم في إطار تخليد اليوم العالمي ضد عقوبة الإعدام الذي يصادف العاشر من أكتوبر من كل عام و من اجل إطلاعكم على فحوى المذكرة التي قررنا توجيهها إلى السيد الوزير الأول و وزير العدل و رئيسي غرفتي البرلمان و تتضمن مطالبنا الرامية إلى إلغاء عقوبة الإعدام واستحضار ذلك بمناسبة مراجعة القانون الجنائي والمسطرة الجنائية التي هي قيد الإعداد. إن إحياء اليوم العالمي ضد عقوبة الإعدام من طرف الائتلاف العالمي ضد عقوبة الإعدام الذي نشكل احد مكوناته، لهومناسبة لتعزيز البعد الدولي لمطلب إلغاء عقوبة الإعدام وسط الرأي العام و أصحاب القرار السياسي، و لحث الدولة المغربية والتي هي من بين الدول التي تبقي على عقوبة الإعدام، على إلغائها و أيضا للمطالبة بالوقف النهائي للنطق بأحكام الإدانة بها و لتنفيذها. إن الائتلاف المغربي و هو يخلد هذه الحدث تحت شعار: " إلغاء عقوبة الإعدام، حماية للحق في الحياة"، يعبر عن قلقه الشديد من الاحتفاظ بهذه العقوبة المشينة في القوانين الوطنية و من استمرار المحاكم المغربية في النطق بها، في تخلف تام عن الدينامية الجارية في العالم و المتجهة نحو الإلغاء النهائي لها. السيدات و السادة ينطلق الائتلاف المغربي ضد عقوبة الإعدام من القناعة التي يتقاسمها كل المدافعين عن حقوق الإنسان عبر العالم، بان عقوبة الإعدام تشكل انتهاكا خطيرا للحقوق الأساسية للإنسان التي يجسدها الحق في الحياة، و قد كرست العديد من الاتفاقيات و الصكوك الدولية هذا الحق المقدس كنواة لجميع الحقوق الأخرى، المادة الثالثة من الإعلان العالمي لحقوق الإنسان و المادة السادسة من العهد الدولي للحقوق المدنية و السياسية و البروتوكول الاختياري الملحق به، علاوة على توصيات أخرى صادرة عن الجمعية العامة للأمم المتحدة و على بعض الاتفاقيات الإقليمية المتعلقة بحقوق الإنسان. ولقد مكن النضال الفعال الذي تخوضه المنظمات الحقوقية و الإنسانية عبر العالم في إطار الائتلاف العالمي ضد عقوبة الإعدام، من اتساع الدينامية الكونية لفائدة إلغاء هذه العقوبة المشينة و تزايد و ثيرتها بشكل كبير في الفترة الأخيرة مما أدى إلى تحقيق نتائج مشجعة. ففي نهاية العام الماضي، 2008، وصل عدد الدول التي ألغت عقوبة الإعدام بالنسبة لجميع الجرائم 94 دولة، و الدول التي ألغت العقوبة بالنسبة للجرائم العادية فقط 10 دول مقابل 35 دولة ألغتها على مستوى التنفيذ، كما هو الحال بالنسبة للمغرب الذي يجمد التنفيذ منذ العام 1993. و قد تقلص عدد الدول التي لا زالت تطبقها الى 58 دولة. و على الصعيد الإفريقي و في المقابل تظل جميع الدولة العربية دون استثناء تحتفظ بها في قوانينها الوطنية. و بخصوص تنفيذ العقوبة عبر العالم خلال نفس الفترة، تشير المعطيات الصادرة عن منظمة العفو الدولية، أن ما لايقل عن 2.390 شخصاً قد أُعدموا في 25 بلداً، بينما حكم بالإعدام على ما لا يقل عن 8.864 شخصاً في 52 بلداً في شتى أنحاء العالم.. وكما كان الحال في السنوات الماضية، كانت الدول الخمس التي قامت بتنفيذ أقصى عدد من أحكام الإعدام هي الصين، وإيران، والمملكة العربية السعودية، وباكستان، والولايات المتحدة الأمريكية، بحيث نفذت هذه الدول الخمس مجتمعة 93 بالمائة من مجموع عمليات الإعدام التي نُفذت في عام 2008. السيدات و السادة حققت الحركة الحقوقية و الإنسانية العالمية تقدما كبيرا في سياق نضالها من اجل إلغاء عقوبة الإعدام، بعد أن تبنت الجمعية العامة للأمم المتحدة في دورتها الثانية و الستين -دجنبر 2007ـ التوصية رقم 62/149 التي طالبت الدول الأعضاء بإعلان وقف تنفيذ أحكام الإعدام تمهيدا لإلغائها. وقد أكدت الجمعية العامة أن استخدام عقوبة الإعدام ينال من الكرامة الإنسانية، وعبرت عن القناعة بأن فرض وقف على استخدام عقوبة الإعدام يسهم في التطوير التدريجي لحقوق الإنسان وتعزيزها، وأنه لا يوجد دليل قطعي على أن عقوبة الإعدام لها قيمة رادعة، وأن أي خطأ قضائي أو خطأ في الوقائع في تطبيق عقوبة الإعدام لا يمكن الرجوع عنه ويتعذر تداركه. و تعزز هذا التقدم بالتوصية رقم 63/168 التي سارت في نفس الاتجاه بعد ان تلقت بترحاب القرارات التي اتخذها عدد متزايد من الدول بوقف تنفيذ أحكام الإعدام و بالاتجاه العالمي نحو الإلغاء. و إذا كان عدد الدول المؤيدة للتوصية الأممية، قد سجل نموا مضطردا، فان ما أثار الاستهجان هو الموقف الغريب الذي اعتمده المغرب بالامتناع عن التصويت بالرغم من ان البلد و إن ما زال يبقي على العقوبة في قوانينه و إن تزل محاكمه تواصل النطق بها، فانه يباشر حظرا ذاتيا غير رسمي على التنفيذ منذ العام 1993. إننا نجدد أسفنا لهذا الموقف غير المفهوم الذي شكل تراجعا عن وعود رسمية سابقة بخصوص العزم على إلغاء عقوبة الإعدام و نناشد السلطات العمومية الالتحاق بركب الدول المؤيدة للتوصية الأممية خلال الدورة الخامسة و الستين للجمعية العامة في أكتوبر 2010. السيدات و السادة أكد المغرب في ديباجة دستوره على التشبث بالمعايير الدولية لحقوق الإنسان كما هي متعارف عليها عالميا، كما كان قد وقع وصدق على مجموعة من المواثيق الدولية التي تنص على احترام حق الفرد في الحياة و في الأمان على شخصه و في مقدمة تلك النصوص العهد الدولي للحقوق المدنية و السياسية، غير انه لم يصدق بعد على البروتوكول الاختياري الثاني الملحق بهذا العهد المتعلق بإلغاء عقوبة الإعدام و على النظام الأساسي للمحكمة الجنائية الدولية الذي لا ينص على عقوبة الإعدام في منظومة عقوباته ضد أبشع الجرائم، هذا بالرغم من المطالبات المتكررة للمنظمات الحقوقية الوطنية و الدولية و في مقدمتها الائتلاف المغربي من أجل عقوبة الإعدام و بالرغم من التوصيات التي تضمنها تقرير هيئة الإنصاف و المصالحة بهذا الخصوص و التي بقيت دون تنفيذ.. إن المغرب مطالب بإلحاح أن يوفي بالتزاماته الدولية المتعلقة بحقوق الإنسان و بملائمة تشريعاته الوطنية مع كل الاتفاقيات و التوصيات الأممية و الدولية ذات الصلة. و لقد أصبح من غير المقبول أن يبقى متخلفا عن هذه الدينامية الدولية المتسارعة لإلغاء عقوبة الإعدام. إننا ندعو بإلحاح السلطات إلى الإعلان الرسمي عن إلغاء عقوبة الإعدام و الانخراط في جهود الأمم المتحدة التي تسير نحو هذا الأفق و لاسيما التصويت لفائدة التوصية المتعلقة بوقف تنفيذ العقوبة بالنسبة للدول التي تطبقها أو تبقي عليها في القانون. و في هذا الإطار تنص مذكرتنا الموجهة إلى السيد الوزير الأول والسيد وزير العدل والسيدين رئيسي غرفتي البرلمان على عدة اقتراحات تمس التشريع الجنائي الوطني. السيدات و السادة و كما اشرنا إلى ذلك أعلاه، فقد تقدمنا بمذكرة مفصلة للسادة الوزير الأول و وزير العدل ورئيسي غرفتي البرلمان اعتبارا لأسباب موضوعية تتعلق بالأساس بموضوع المراجعة الخاصة بمدونة القانون الجنائي و مدونة المسطرة الجنائية التي يجري الآن الاستعداد لمراجعتهما و تعديلهما. و من جهة ثانية، لدور المؤسستين التشريعيتين في مجال تفعيل التشريع و مناقشته و تنقيحه من طرف ممثلي الأمة. و بهذه المناسبة، نلح على ضرورة إلغاء عقوبة الإعدام و إقرار بدائل لهذه العقوبة بدون استثناء و في كل الجرائم. و بالطبع، فان ملائمة هذه النصوص مع الاتفاقيات الدولية، أصبح شرطا ضروريا في مجال إشاعة ثقافة حقوق الإنسان و تضمينها في القانون الوطني الداخلي. و لا ننس التذكير بضرورة المصادقة على نظام روما للمحكمة الجنائية الدولية و العمل على استبدال عقوبة الإعدام بالنسبة للمحكومين بها. إننا و نحن ننتظر تلبية المطلب الحقوقي الوطني بإلغاء عقوبة الإعدام، نلح على النهوض بوضعية المحكومين بالإعدام داخل السجون الذين يعانون من ظروف نفسية و مادية مأساوية مثلما أكدت ذلك العديد من تقارير و بلاغات الهيئات الحقوقية الوطنية و الدولية. مرة أخرى نشكركم على حضوركم و نحن رهن إشارتكم للإجابة على تساؤلاتكم. الرباط في 7 أكتوبر 2009 - المنتدى المغربي من أجل الحقيقة والإنصافالرئيس: الأستاذ محمد الصبار - المرصد المغربي للسجونالرئيس: الأستاذ حمادي ماني - مركز حقوق الناسالرئيس: الأستاذ جمال الشاهدي عية هيئات المحامين بالمغربالرئيس:الأستاذ النقيب عبد السلام البقيوي- الجمعية المغربية لحقوق الإنسانالرئيسة : الأستاذة خديجة رياضي- المنظمة المغربية لحقوق الإنسانالرئيسة: الأستاذة أمينة بوعياش- منظمة العفو الدولية / فرع المغربالرئيس: الأستاذ حسن ساعف الجمعيات المكونة للإئتلاف المغربي من أجل إلغاء عقوبة الإعدام: عن الإئتلاف المنسق : عبدالإله بنعبد السلام * شارع الحسن الثاني زنقة أكنسوس العمارة 6 الدار رقم 1 ص.ب : 1740 ب.م- الرباط، ' الهاتف 61 09 73 37 212 --- الفاكس 51 88 73 37 212 المحمول: 067708600

Maroc-France : l'inachevée affaire Ben Barka

Par Aziz Enhaili , tolérance.ca, 8/10/2009

Maroc. Les dix années de transition politique sous Mohamed VI»), la famille Ben Barka espérait pouvoir enfin voir le bout du tunnel. La bienveillance de ce roi et son innocence de ce crime d’État ne pouvaient qu’alimenter ce désir. D’ailleurs, ce roi avait lui-même (au début de son règne) consenti à autoriser les magistrats français chargés de l’affaire à se rendre au Maroc pour auditionner quatre serviteurs de l’État, soupçonnés d’être reliés à l’«affaire Ben Barka». Il s’agit du général Hosni Benslimane, chef de la gendarmerie royale (corps d’élite de l’armée marocaine), du général Abdelhak Kadiri, ancien patron de la Direction générale des études et de la documentation (DGED, renseignements militaires), d’Abdlehak Achaâchi, agent du Cab 1 (la maison-mère des services secrets marocains) et de Miloud Tounsi (alias Larbi Chtouki), l'un des membres présumés du commando marocain auteur de l'enlèvement de Ben Barka. Mais coup de théâtre en 2003 : les autorités marocaines changent d’idée et refusent l’audition de ces quatre commis de l’État. Suscitant la colère de la famille du disparu et l’«incompréhension» du mouvement marocain des droits humains.… et la France entre embarras et «raison d’État»Le départ du pouvoir de Jacques Chirac (grand ami de la Couronne marocaine) et l’arrivée de Nicolas Sarkozy à l’Élysée devaient lever, pensait-on dans certains milieux, un obstacle psychologique supplémentaire à l’omerta d’État entourant cette affaire claire-obscure. Mais c’était un pari risqué dans la mesure où on ignorait là la «raison» d’État qui souvent prime sur la quête du droit dans ce pays, et ailleurs sans doute.Au premier jour de la visite d’État (le 22 octobre 2007) de Sarkozy au Maroc (la première à titre de président de la République), le juge parisien Patrick Ramaël a signé quatre mandats d’arrêt contre les quatre commis de l’État marocain présumés liés à l’«affaire Ben Barka».

En 1965, disparaissait Mehdi Ben Barka devant la brasserie parisienne Lipp. Ce leader charismatique de la gauche marocaine et figure emblématique de la Tricontinentale était la bête noire du roi Hassan II et des États-Unis. Depuis, son fantôme hante le régime marocain tenu responsable de son sort, et embarrasse la France.

Au lendemain de l’indépendance du Maroc (1956), une lutte à finir pour le pouvoir s’est engagée entre la monarchie et les nationalistes du Parti d’Istiqlal (PI). Grâce à l’appui de la France et des États-Unis, le roi en est sorti victorieux. Le PI quant à lui a vu son aile gauche quitter le navire. Prélude à son rapprochement graduel avec le régime despotique d’Hassan II. La gauche s’est pour sa part regroupée autour de Mehdi Ben Barka (né en 1920). En s’inscrivant dans une ligne d’opposition authentique à un pouvoir royal dont il voulait réduire les prérogatives, ce jeune leader charismatique est devenu la bête noire d’Hassan II et des «masques de fer» de son régime. L’échec des différentes tentatives visant à le récupérer n’ont fait qu’ajouter au dépit de la Couronne et à la colère de ses serviteurs zélés. Suite à différentes tentatives d’intimidation et même d’assassinat, Mehdi Ben Barka ne pouvait rester au Maroc. C’est le début du périple ulyssien du «commis voyageur» de la révolution mondiale. Il était la cheville ouvrière de la Tricontinentale, une conférence internationale qui devait réunir (à La Havane en janvier 1966) des représentants des mouvements de libération nationale d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, sans oublier les gouvernements adversaires ou éloignés de l’orbite occidental. Si Moscou et Pékin (deux centres concurrents du communisme international d’alors) voyaient avec bienveillance l’émergence de ce nouveau bloc antioccidental, ils suivaient de près les pas de ce génie de l’organisation et de la diplomatie publique. Washington (tout comme Paris et Jérusalem) étaient quant à elles inquiètes des retombées d’une telle organisation sur un monde plongé en pleine Guerre froide. Ils voyaient là un risque pour leurs intérêts stratégiques respectifs. D’où la convergence des intérêts de ces différentes puissances avec celui de Rabat. Il fallait donc agir et vite, avant qu’il ne soit trop tard…Et depuis, le fantôme ne cesse de hanter les couloirs du Palais royal…Mais il fallait avant tout l’éloigner de l’Égypte nassérienne où il s’était réfugié avec sa famille, et l’attirer à Paris. Ce sera chose faite le 29 octobre 1965, quand deux représentants de la police française l’ont intercepté devant la brasserie Lipp au boulevard Saint-Germain. Il disparaîtra pour toujours aux mains de ses kidnappeurs français et de leurs commanditaires marocains. Avec la contribution des services secrets américains et israéliens. Le contre-espionnage français n’était pas loin. Si d’aventure de part et d’autre du bassin méditerranéen certains pouvaient penser que le passage du temps devait suffire à jeter dans l’oubli le souvenir du leader de la gauche marocaine, ils sont restés pour leurs frais. Quarante-quatre ans après les faits, son fantôme rode toujours sur les deux rives de la Méditerranée et hante encore son pays, tout en embarrassant Paris. Durant toutes ces années, ni la famille du kidnappé ni son comité international de soutien n’ont abandonné leur quête de vérité pour que la justice française (saisie depuis 1975 de l’affaire pour «assassinat») fasse enfin la lumière sur ce qui est réellement arrivé à Ben Barka ce fameux 29 octobre.

Avec l’accession de Mohamed VI au trône (1999) («
Pour gagner les grâces de Rabat, le gouvernement français a aussitôt bloqué ces mandats. Presque deux ans plus tard, la nouvelle ministre de la Justice française a (le 2 octobre 2009) demandé auprès d’Interpol la «suspension» de la diffusion de ces mêmes quatre mandats d'arrêt, vingt-quatre heures seulement après avoir donné son feu vert! Suscitant la colère de la famille Ben Barka et la consternation de nombreux militants des droits humains au Maroc comme en France. Ce coup de théâtre spectaculaire exprime-t-il la volonté de l’Élysée de ne pas déplaire à un Mohammed VI qui s’apprête (en ce mois d’octobre) à faire sa première visite d’État en France depuis que Sarkozy est élu président de la République? Ou s’explique-t-il plutôt par la volonté de certains secteurs au sein de l’État et des milieux de l’industrie d’armement en France de forcer la main de Rabat pour qu’elle se ravise et achète les onéreux avions Rafale du groupe Dassault, alors qu’ils se sont révélés moins efficaces pour la défense nationale du Maroc et n’ont cessé de cumuler les défauts techniques et les revers commerciaux?

Plus de quatre décennies se sont écoulées depuis l’éclatement de cette «affaire Ben Barka». Depuis, le roi Hassan II et Charles de Gaulle (président de la France au moment des faits) ont rejoint leur demeure éternelle. Sans oublier la disparition également de deux des principaux acteurs (côté marocain) de cette «affaire» (les généraux Mohammed Oufkir et Ahmed Dlimi). Il est maintenant plus que temps que les deux pays lèvent enfin le voile sur ce qui s’était réellement passé ce fameux 29 octobre. Il faudrait également qu’on montre enfin à la famille de l’illustre disparu où se trouve le lieu de sa «sépulture». Cela permettra enfin au fantôme du disparu de cesser de roder sans cesse dans les couloirs du Palais royal et de ceux de l’Élysée et d’aller vers la lumière. Cela permettra d’un autre côté à sa famille de se recueillir sur ce lieu, de faire son deuil et d’aller de l’avant. Permettant au passage à la monarchie de se débarrasser enfin d’une affaire pesante et à Paris d’éviter encore une fois d’être embarrassée.
L'auteur
Aziz Enhaili est contributeur au volet «Moyen-Orient» du LEAP/E 2020 (Laboratoire Européen d'Anticipation Politique/Europe 2020), un Think Tank européen leader dans le domaine de la prospective internationale. Il est également contributeur au Global Research in International Affairs (GLORIA) Center. Il est notamment co-auteur de quatre ouvrages collectifs, dont deux dirigés par Barry Rubin: Political Islam (Londres: Routledge, 2006) & A Guide to Islamist Movements (New York, M.E. Sharpe, à venir en novembre 2009). Il est chroniqueur des affaires moyen-orientales au webzine canadien www.tolerance.ca.


De la France au Maroc : le sort des jeunes expulsés

Communiqué de presse RESF-Maroc, Rabat, 24 /9/ 2009.

Le Réseau Education Sans Frontière au Maroc (RESF-Maroc) continue à s’alarmer et à s’indigner des conditions subies par les jeunes expulsés de plus en plus fréquemment de France, au titre d’une politique du chiffre aveugle aux situations humaines.



Ils sont entrés en France de manière totalement légale pour rejoindre leur famille. Ils y ont vécu leur adolescence en s’intégrant culturellement et socialement, par la scolarisation notamment. Beaucoup d’entre eux suivent des formations adaptées aux besoins de l’économie française (bâtiment, hôtellerie, aide à domicile…).
A leur 18 ans, l’arsenal législatif et réglementaire sur la situation des étrangers en France les rend illégaux et bien souvent expulsables car leurs demandes de régularisation sont rejetées. Arrêtés lors de contrôles d’identité, sans avoir commis d’autre délit que celui d’être là, ils sont emprisonnés dans des centres de rétention et expulsés en subissant parfois des brutalités (comme Alaedine à Lyon en juin 2009).
Contrairement à une idée reçue, ces jeunes ne sont pas “renvoyés chez eux“ mais véritablement expulsés vers un pays qui n’est plus le leur.Leurs parents, leurs frères et sœurs sont souvent installés en France, et ils n’ont plus de famille proche au Maroc pour les accueillir. Sans aucune ressource, obligés de quitter le territoire français (selon le terme administratif OQTF) sans rien de plus que leurs vêtements, certains vivent même dans la rue à leur arrivée au Maroc, comme Hassan à Oujda au printemps 2009. Leur scolarisation ou leur formation professionnelle, interrompue en France, est impossible à poursuivre au Maroc. Le système d’enseignement public en langue arabe leur est devenu étranger, et les écoles privées francophones leur sont inaccessibles. Plus généralement, ils ne se reconnaissent plus dans un pays et une culture dont ils se sont détachés au fil de leur intégration dans le creuset français.
Nous assistons à un terrible gâchis humain, car cette politique brise des vies à un âge charnière pour la construction d’une existence. Les perspectives pour ces jeunes sont très sombres au Maroc, et il n’est pas impensable qu’ils ne revoient jamais leur parents lorsque ceux-ci sont âgés. Cette politique est non seulement profondément injuste, mais aussi inefficace économiquement en empêchant la mobilité des migrants.
Les gouvernements français et marocain sont responsables de ce gâchis, en ne portant aucun intérêt à la situation de ces jeunes. Rien n’est entrepris pour tenter au minimum d’améliorer les conditions d’arrivée des expulsés, en étudiant avant leur départ les possibilités de scolarisation, d’insertion. Nous demandons donc que soit mis fin à ces pratiques scandaleuses et coûteuses, et que soient mieux accueillis ceux qui sont malgré tout expulsés.

et pourtant, c'est un si beau pays : la T...!!!

par Samira, 7/10/2009
Un grand ouf
Un grand sentiment de soulagement…
C’est ce que semblaient
Sentir ceux et celles
De la délégation marocaine
Qui fut en Tunisie
Invitée de CIDEAL/ONG espagnole..
Et pourtant
C’est un si beau pays
Plein de verdure
Plein de gens sympas
Mais qui semblent si tristes
Mais qui semblent si crispés
Dés que tu leur poses une question
Sur l’état des lieux dans leur pays :
1/dés notre arrivée à l’aéroport
On fut étonné par l’énorme présence de flics
Qui font tout d’ailleurs pour qu’on les remarque
Le but étant de ne pas espionner
De ne pas surveiller
Mais surtout effrayer
En tenue officielle
Ou en civil
Ils ne se gênaient pas
Le moins du monde
De s’approcher de notre petit groupe
Et nous écouter effrontément !!
On comprit par la suite
Que le militant Hammami
Était dans les parages
Et qu’ils pensaient qu’on était là
Pour lui….

2/certains de nous ne retrouvèrent pas leurs valises
Leurs réclamations les laissèrent froids
On nous dit que c’est la faute à la RAM
Qui a du les transporter ailleurs !!
Pourtant le lendemain
Et de bonheur
On vint chercher leur passeport
Et le monsieur
Les ramena prétendant qu’ils sortent juste de l’avion :
Pourtant manquaient des USB
La valise de Milouda défoncée
L’appareil photo de Fathia
Et des objets manquaient à certains !!!!
3/on s’aperçoit le matin
Que la fondation co-organise son activité
Avec une asso qu’on ne connaît pas
Et que par contre
Les asso qu’on connaissait
Étaient absentes !!!
Quand on demanda aux Espagnols
…………………….

3/le séminaire commença
Ils essayèrent de passer leur pilule
Enfin celle de la banque mondiale
Nos camarades du Maroc et d’Algérie
Ne laissèrent pas faire
Les discussions deviennent plus animées
Et ce fut un ralliement
Presque total
A notre point de vue
Celui de la nécessité de résister qui domina
4/on sort un peu
Pour voir la ville
Pour voir les gens
Très propre, la ville
Surtout par rapport aux notres
Si ce n’est une photo
Qu’on retrouve partout
Et qui parvient à l’enlaidir…..
Et partout ou on va
On se sent suivi
Et ce n’est pas moi par paranoïa qui le crois
Non ce sont de jeunes filles d’ass ode « micro-crédit »de « dév »
Qui nous le disent
On se sent oppressé
Et ça nous gâche tout le plaisir de découvrir
Cette ville
Ce pays
Pourtant si beaux…
5/dans le bus
Qui nous emmène à l’aéroport
Et ça chante
« lah 3la raha ah »
Moi aussi je me sens heureuse
De partir indemne
Car on avait l’impression
Qu’on ne nous aimait pas trop
Et qu’on aurait pu avoir des problèmes
On riait
On applaudissait à l’approche de l’avion !!!!
En quelques jours
On n’a pas pu résister
A cette sensation d’être les héros
Du livre »1984 »
Chapeau bas
A celles
A ceux
Qui se dressent
Contre la tyrannie
La mafia
Qui terrorise
Au su et au vu de tous
Et en plein jour
Je disais que le but
C’est que la peur vienne de l’intérieur
Et empêche les gens de refuser cette mafia
Alors bravo encore
A celles et ceux
Toujours debout
Dans ce si beau pays

Les cinq militants sahraouis des droits humains ont été libérés

par Association internationale de juristes pour le Sahara Occidental & Comité Contre la Torture de Dakhla. Traduit par Esteban G. et édité par Fausto Giudice, Tlaxcala

LES CINQ MILITANTS SAHARAOUIS DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS ONT ÉTÉ LIBÉRÉS à la Frontière du Sud du Sahara Occidental. ILS ONT ÉTÉ EXPULSÉS DE LA ZONE FRONTALIÈRE ET SONT INTERDITS DE SE RENDRE EN MAURITANIE.

SIDI MOHAMMED DADDACH, Président du CODAPSO (Comité pour l'Autodétermination du Sahara Occidental) ; AHMED SBAI, Membre de la Ligue de Protection des Prisonniers Politiques ; LARBI MESSAOUD, Membre du CODESA (Comité pour les Disparus Sahraouis) ; BRAHIM EL ISMAILI, Président du Comité pour la Protection de la Mémoire Sahraouie ; ATIGU BARRAY, militant des droits humains à Dakhla

Le groupe des cinq défenseurs sahraouis des droits humains qui avaient été arrêtés par l'armée marocaine à la frontière Sud du Territoire Non Autonome du Sahara Occidental, occupé par le Maroc, a été LIBÉRÉ hier après-midi (06/10/2009) à 16 h.

À 2h du matin les militaires marocains qui avaient arrêté de façon illégale les défenseurs des droits humains sahraouis, au poste frontière bien connu avec la Mauritanie au sud du Sahara Occidental, à hauteur du « Mur », leurs ont interdit de se rendre en Mauritanie.

Durant leur détention, les militants sahraouis ont été isolés les uns des autres, et ont été insultés et menacés par les militaires marocains, Ils ont été interrogés individuellement sur des questions concernant leurs activités et leurs actions en tant que défenseurs des droits humains, sur leurs opinions politiques, et sur leur défense du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.

À 1 h 55, ils ont été expulsés violemment du lieu où ils étaient retenus prisonniers, le véhicule dans lequel ils voyageaient leur a été confisqué, et c’est sous la menace qu’ils ont été interdits de passer en Mauritanie avec tous leurs documents personnels, chacun recevant l’ordre de retourner au lieu d'où il était venu.

Après avoir bafoué, entre autres, le droit de transit des militants sahraouis, le corps armé marocain les a abandonnés dans la zone désertique, obligeant les militants à marcher en pleine nuit et à travers le désert jusqu'à une petite agglomération dans laquelle ils ont pu trouver un taxi qui les a transportés vers la ville sahraouie occupée de Dakhla.

L'armée marocaine et la police ont suivi le taxi depuis son départ jusqu'à la ville de Dakhla. Une fois arrivés, les militants ont été de nouveau interpellés par la police marocaine installée dans cette ville, et c’est après un long interrogatoire qu’ils ont reçu l’ordre de quitter la ville rapidement.

À cette heure (matinée du 07/10/2009), le groupe des cinq militants sahraouis se trouve dans la maison d'ATIGU BARRAY, qui est entièrement surveillée et cernée par la police, empêchant tout mouvement des Sahraouis, sauf pour un déplacement vers la ville d’El Ayoune.










Liberados los cinco activistas saharauis de derechos humanos
por Asociación internacional de juristas por el Sáhara Occidental y Comité Contra la Tortura de Dajla

La Maroc régresse : 130ème sur l'échelle du développement humain



Par Ali Fkir, 9/10/2009



Ecole ou décharge ?


Dans la région de Brahma Charkawa à quelques km de Mohammedia
Certaines données historiques:
- Construction ( Il y a plusieurs années) d'une petite école pour les enfants des paysans qui parsèment la région de Brahma Charkawa qui se trouve à quelques km de Mohammedia. L'école a été construite à 2 km de Mohammedia de la ville.
- Il y a une vingtaine d'année, l'Etat avait extrait d'une carrière la roche pour agrandir la jetée du port de Mohammedia. Elle a laissé à la place un véritable cratère profond et large.
- Au cours des dernières années, l'administration locale a regroupé des paysans expropriés (pour utilité publique), ou cédé leurs lopins de terre pour quelques sous (la cherté de la vie oblige), à des gens qui vivaient dans la précarité criante...et les a placés dans le cratère, véritable dépotoir humain. Le cratère est entouré de terre cultivées.
Le cauchemar que vivent les écoliers et leurs enseignants.Le nouveau bidonville crée par l'Etat se trouve à moins de deux Km de Mohammedia, mais sans infrastructure aucune: pas de WC, pas de décharge en vue, pas d'éboueurs...Ces marginaliséEs, ces laisséEs pour compte, ne peuvent s'approcher des champs qui les entourent.
Solution? En absence d'un espace "libre", l'école est prise pour une décharge où les ordures des ménages et autres saletés sont déversées. Conséquence les écoliers et leurs enseignants souffrent de diverses maladies causées par la décharge nauséabondes où ils passent leurs journées.

C'est scandaleux!

Prostitués, mineurs : mieux vaut être un happy few




Par Mouloud Akkouche Ecrivain, Rue 89, 08/10/2009

Fiction ou pas ? Depuis quelques jours, les langues vont bon train sur
l'extrait d'un ouvrage de Frédéric Mitterrand. Marine le Pen s'empare de la perche tendue pour distiller son fiel. N'ayant pas lu l'intégralité du livre incriminé, je ne me permettrai pas de juger un homme uniquement sur quelques phrases extraites de leur contexte.
Cela dit, cette polémique me fait penser à un voyage à Marrakech.

Comme beaucoup de touristes, la vue d'hommes -plutôt des Occidentaux- se baladant main dans la main avec des ados dans les rues de la ville m'avait choqué. L'Occident délocalise ses entreprises mais aussi ses amateurs de chair fraiche.
Certains diront que les gosses étaient consentants, plutôt appâtés à coups d'euros. Mais ces types en fringues de marque et Rolex feraient-ils la même chose à Passy, Neuilly ou Bordeaux ? Pas du tout. A cause du qu'en dira-t-on ? Peut-être. Mais surtout par peur de la justice française, sans doute plus sévère que celle du Maroc ou de Thaïlande
.
Ces deux pays, comme d'autres, se voilent la face sur ce genre de pratiques car elles ont un intérêt économique. Pourtant, si je ne me trompe pas, l'homosexualité est réprimée dans les pays musulmans. Le fric plus fort que les interdits religieux ?
Force donc est de constater qu'il vaut mieux être ministre, hommes d'affaires ou personnage très haut placé pour coucher avec des mineurs dans les pays du Sud. Les politiques et autres icônes médiatiques conservatrices qui, à la moindre affaire d'inceste ou tournante dans une banlieue, prônent le rétablissement de la peine de mort ou la castration chimique, font preuve d'un seul coup d'une très grande largeur d'esprit et affichent énormément de mansuétude pour les déboires juridico-sexuels d'un cinéaste -certes talentueux- ou les écrits sulfureux d'un ministre en fonction.
Jamais vu autant de personnalités témoigner une telle compassion pour un violeur lambda d'une cité HLM ou d'ailleurs. Une humanité à géométrie variable, une justice à plusieurs zéros.
Une justice de classe
Néanmoins, il ne s'agit pas de juger untel ou untel qui, comme chacun d'entre nous, bénéficie de la présomption d'innocence. Tout un chacun, pas tout à fait à vrai dire. Car, à la lecture des derniers événements, il me semble que certains accusés sont plus présumés innocents que d'autres.
Pas comme ceux -aussi soupçonnés de pédophilie- qui ne bénéficient pas d'appui pour les défendre sur les plateaux télé et radio et ne sont plus que quelques lignes de fait divers ou des images furtives sur TF1, images dont le président actuel et Marine Le Pen se servent allégrement pour étayer leurs thèses sécuritaires. Aucune circonstance atténuante pour les sans carnet d'adresses. Juste coupables.

Bref, pour coucher sans trop de dommages avec de beaux ados marocains ou d'ailleurs, il est préférable d'émarger aux grandes fortunes ou être internationalement connu. Les autres, sans relations ni situation sociale dominante, ne sont pas des esthètes mais des violeurs d'enfants qu'il faut absolument embastiller pour protéger nos enfants et la société tout entière.
De vrais animaux sauvages incapables d'écrire un poème ou de tourner un long métrage. Apparemment normal que, contrairement aux amoureux de la beauté et de la sensualité exotique, ces êtres ignobles croupissent en prison pour de nombreuses années où beaucoup, désignés par le doux sobriquet de « pointeur» ont droit aux amabilités de leurs codétenus.
Choisis ton camp : La Santé ou un palace à Marrakech ?

Solidarité avec le caricaturiste Khalid Gueddar


LIBERTÉ D’EXPRESSION
Par MARC MORENO, 9/10/2009

Après les tristes mésaventures au Maroc du caricaturiste de Bakchich, chaque jour et jusqu’au lundi 12 octobre, date de son procès, un dessinateur lui apporte un soutien illustré. Aujourd’hui : MARC

Gaza : catastrophe écologique annoncée

par Gunnar OLOFSSON, 28/9/2009. Traduit par Michèle Mialane et édité par Fausto Giudice, Tlaxcala
Original : Gaza på väg in i miljökatastrof

L’approvisionnement en eau de Gaza est au bord de l’effondrement. C’est ce qui ressort d’une récente enquête du PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement). La situation, depuis longtemps mauvaise, s’est dramatiquement aggravée avec les attaques israéliennes de décembre-janvier dernier, privant ainsi d’eau potable 10% de la population. Onze arrivées d’eau importantes et quatre réservoirs ont été détruits, ainsi que des kilomètres de canalisations, et les adductions restantes risquent d’être souillées par des fuites sur les canalisations d’eaux usées. De plus, à l’heure actuelle, seulement 57% de l’eau pompée arrivent aux usagers, le reste se perdant en route en raison de fuites.

Selon le PNUE 2962 bâtiments ont été détruits en totalité ou en partie, et près de 600 000 tonnes de gravats et de décombres posent désormais à Gaza un important problème sanitaire. On a trouvé entre autres dans les ruines des quantités d’amiante élevées surtout de l’amiante bleu, 500 fois plus cancérigène que l’amiante blanc ordinaire.

Les bombes israéliennes ont aussi détruit 180 serres et 167 km de routes et tué plus de 35 750 vaches, moutons et chèvres ainsi qu’un million de volailles adultes et de poussins. Le poids total des cadavres d’animaux qui n’ont pu être évacués correctement est compris entre 1 et 1,5 millions de tonnes.

Avant la guerre Gaza possédait plus de 170 millions de m2 de terres cultivées. 17% ont été détruites et le reste des plantations est menacé de salinisation par les infiltrations d’eau de mer. Certaines plantes, par exemple les jeunes fruitiers et oliviers, supportent mal l’eau saumâtre et on court le risque de ne plus pouvoir replanter sur de vastes espaces. En outre 100 000 m3 d’eaux usées se sont déversés dans les plantations et ont pollué 55 000 m2 de cultures.

À l’heure actuelle 64% des foyers sont reliés à un tout-à-l’égout, et 36% rejettent leurs eaux usées sans aucune épuration, ce qui menace la côte de pollution par les nitrates et de salinisation. Le risque existe que les précipitations hivernales n’entraînent l’eau souillée sur des surfaces encore plus vastes. Les eaux usées transportent aussi des microorganismes et des métaux lourds et représentent donc un danger en soi.

La fréquence de plus en plus élevée de méthémoglobinémie, réduction de la capacité des globules rouges à transporter l’oxygène, représente un problème sanitaire particulier. Les enfants atteints de cette maladie sont apathiques, salivent trop abondamment et sont moins éveillés que la normale. Des crampes peuvent apparaître, puis la mort. Des études effectuées à Gaza montrent l’apparition de cette maladie chez les très jeunes enfants, une sorte de syndrome du « bébé bleu » proche de celui que provoquent certaines malformations cardiaques. Plus de 48% des enfants pourraient être atteints.

Selon le PNUE il faut immédiatement prendre les moyens d’éviter une nouvelle catastrophe écologique à Gaza. Il faut réparer les canalisations d’eau potable et de tout-à-l’égout et mettre en service davantage d’adductions d’eau alternatives, évacuer tous les débris et procéder à l’assainissement de vastes surfaces. La fourniture d’eau potable exige à elle seule 20 ans de travaux et un milliard de dollars d’investissements pour être mise à des normes acceptables au niveau international. Mais pour le moment Israël gêne, voire dans certains cas rend impossible la mise en œuvre de ce projet, car Gaza subit toujours un blocus meurtrier.

L’ONU a dit ce qu’elle avait à dire. C’est désormais au principal allié d’Israël, les USA, et à la Suède, qui préside en ce moment l’Union européenne, que revient la lourde responsabilité de faire en sorte qu’il soit mis fin au blocus de Gaza - un crime contre la Charte de l’ONU et une foule de documents et résolutions onusiens - afin de pouvoir commencer un véritable travail environnemental et sanitaire et rendre enfin à 1,5 millions de Palestiniens enfermés dans une prison à ciel ouvert une partie de leurs droits humains.

jeudi 8 octobre 2009

Sahara: La police marocaine a arrêté Mohamed Daddach et quatre autres militants des droits humains

Leur sort est inconnu et les organisations humanitaires saharaouies craignent qu’ils ne soient soumis à "interrogatoires et tortures"
par SCSC - Servicio de Comunicación Saharaui de Canarias, 7/10/2009. Traduit par Fausto Giudice, Tlaxcala

Santa Cruz de Tenerife - Mohamed Daddach, un des prisonniers de conscience qui a été incarcéré le plus longtemps en Afrique, après Nelson Mandela *- 24 ans - et président du Comité de Défense du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui (CODAPSO) a été arrêté par les forces marocaines de sécurité hier, mardi, vers 17 heures, en compagnie des militants des droits humains Laarbi Massoud, du Collectif sahraoui des défenseurs des droits humains (CODESA), Atigo Barray, du Comité contre la torture de Dakhla ( CCTD), Ahmed Sbai, de la Coordination de défense des prisonniers politiques sahraouis, et Brahim Smail, du Centre sahraoui pour la défense de la mémoire historique, selon des informations transmises au Service de communication sahraoui aux Canaries (SCSC) par des militants.

Selon des témoins, vers 5 heures de l’après-midi, le véhicule de location mauritanien dans lequel ils se dirigeaient vers la frontière a été intercepté par des effectifs militaires marocains "lourdement armés", qui « les ont faits s’arrêter sous la menace des fusils, leur ont pris leur papiers et les ont arrêtés » Les organisations humanitaires sahraouies dénoncent « cette énième violation du droit à la libre circulation des militants sahraouis des droits humains» et ont exprimé leur crainte qu' «ils ne soient interrogés et torturés dans des bâtiments l'armée ou de la police marocaine", puisque jusqu’à hier soir on ignorait où ils se trouvaient et dans quel état.

Par conséquent, elles «exigent» leur «libération immédiate» et «avertissent» que «la responsabilité exclusive de l'état dans lequel pourraient se trouver les militants disparus sont les repose sur les corps de sécurité marocaines et les autorités d'occupation. » Elles lancent donc un "appel urgent" aux « organisations internationales, gouvernements et organes de défense des droits humains » pour qu’elles se préoccupent « de leur état, de l’endroit où ils sont détenus et de leur libération urgente. »

*NDLR Solidmar: petite remarque fraternelle : En août 2008 ont été libérés les prisonniers d'opinion Ahmed Chahid et Ahmed Chaïb après 25 ans de détention


Mohamed Daddach


La policía marroquí detiene a Mohamed Daddach y otros cuatro activistas de Derechos Humanos

Se desconoce su destino y las organizaciones humanitarias saharauis temen que estén siendo objeto de “interrogatorios y torturas”



Santa Cruz de Tenerife.- Mohamed Daddach, el preso de conciencia que más tiempo ha estado encarcelado en África después de Nelson Mandela -24 años- y presidente del Comité de Defensa del Derecho de Autodeterminación del Pueblo Saharaui (CODAPSO) fue detenido por las fuerzas de seguridad marroquíes ayer, martes, a las 17:00 horas aproximadamente, acompañado de los también activistas de Derechos Humanos Laarbi Masoud, del Colectivo Saharaui de Defensores de los Derechos Humanos (CODESA); Atigo Barray, del Comité contra la Tortura de Dajla (CCTD); Ahmed Sbai, de la Coordinadora de Defensa de los Presos Políticos Saharauis, y Brahim Smail, del Centro Saharaui para la Defensa de la Memoria Histórica, según informaron activistas en la zona al Servicio de Comunicación Saharaui en Canarias (SCSC).

Los testigos afirman que, sobre las 5 de la tarde, el coche mauritano de alquiler con el que se dirigían hacia la frontera fue interceptado por efectivos marroquíes “fuertemente armados” que “les hicieron detenerse a punta de fusil, les quitaron su documentación y los arrestaron”. Las organizaciones humanitarias saharauis denuncian que “una vez más, se conculca el derecho a la libre circulación de los activistas saharauis de Derechos Humanos” y expresaron su temor a que “estén siendo interrogados y torturados en dependencias militares o policiales marroquíes” ya que hasta la noche de ayer se desconocía su paradero así como su estado.

Por lo tanto, “exigen” su “liberación inmediata” y “advierten” de que “los únicos responsables del estado en el que pudieran encontrarse los activistas desaparecidos serán los cuerpos de seguridad marroquíes y las autoridades de ocupación”. Así, hacen un “llamamiento urgente” a “organizaciones internacionales, gobiernos y organismos de defensa de los Derechos Humanos” para que se interesen “por su situación, su paradero y su liberación urgente”.

Source/Fuente: Servicio de Comunicación Saharaui en Canarias

Etre anticapitaliste au Maroc

Par Ismaël El Manouzi, Almounadil-a, 6/10/2009

Ouarzazate, le 17 septembre 2009, Ismail nous attend á la terrasse d’un café, il vient de faire une nuit de bus depuis Agadir pour faire cet entretien. J’avais plein de questions, connaissant si peu le pays, il les a devancées, en nous faisant une radioscopie précise et organisée de la situation politique marocaine. Voici la retranscription de notre entretien.
Ismail Manouzi est directeur du journal Almounadil-a, revue regroupant depuis 2005 des articles et analyses politiques sur l’actualité politique et les luttes sociales au Maroc.


Propos recueillis par Julien Terrié (Bellaciao)

Le roi du Maroc Mohamed VI, jouit d’une bonne image à l’échelle internationale, il est même surnommé le “Roi des pauvres”, qu’en est-il en réalité ?
C’est vrai que le régime marocain apparaît comme une exception parmi les pays arabes. Hassan II a laissé l’image d’un régime autocratique et moyenâgeux mais qui juste avant sa mort a su se donner un nouveau visage en convoquant un gouvernement, dit « d’alternance », présidé par le secrétaire général de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), le plus grand parti d’opposition reconnu mais aujourd’hui totalement converti au libéralisme et … à la monarchie.
L’actuel roi a continué à travailler la “communication” par des mesures n’ayant aucun coût politique ou économique mais une forte charge symbolique : révision mineure du code de la famille, création de la structure dite « Instance Équité et Réconciliation » pour tourner la page de la répression, permission à la presse de fouiller le passé dictatorial et d’évoquer quelques tabous. Ces mesures, dont la portée a été gonflée par les médias locaux et internationaux constituent, je pense, la base de cette bonne image.
Il est vrai que l’héritage lourd du régime d’Hassan II en matière d’atteinte aux libertés fondamentales, de répression, de paupérisation, mais aussi d’analphabétisme est une raison suffisante pour expliquer les efforts de communication du nouveau roi pour tenter d’absorber le mécontentement populaire grandissant, tout en préservant, malheureusement, son essence autocratique et poursuivant la mise en œuvre des politiques libérales.
Quel est aujourd’hui le rôle de la monarchie ?
La monarchie doit aujourd’hui garantir et renforcer les intérêts des sociétés multinationales et des pays créanciers de la dette externe marocaine grâce aux privatisations et à l’exploitation des ressources naturelles agricoles et minières, notamment bien sûr, le phosphate (le Maroc est le premier producteur mondial de phosphate).
Tout ceci est en lien avec le renforcement de la présence économique de la France avec environ 60 % du total des investissements étrangers au Maroc. L’Espagne est au deuxième rang avec 15 %. Les accords de libre échange doivent permettre l’extension des marchés des multinationales et le démantèlement du tissu économique local. Les risques sont important de voir rapidement exploser le chômage et s’accélérer l’exode rural.
Socialement, la politique de Mohamed VI est comparable à celle de Sarkozy, avec la casse systématique des systèmes de solidarité notamment la CNSS, Caisse Nationale de Sécurité Sociale, la privatisation du système de santé, du système universitaire…
Le rôle du régime marocain au service de la politique de lutte contre le terrorisme s’est accru, principalement à cause de la place importante des Marocains dans les réseaux d’Al Qaïda. D’où, le renforcement de la présence militaire impérialiste dans la région (des exercices militaires de l’OTAN et une base militaire près de Tan-Tan) et l’attribution à la monarchie d’un nouveau rôle de garde-frontières face aux vagues d’immigration des victimes des politiques libérales en Afrique.
Quel impact a, selon toi, la crise au Maroc ?
Pour l’instant, les effets sont indirects : la première ressource financière du pays étant les Marocains Résidants à l’Etranger (MRE), les licenciements en Europe vont certainement avoir un impact sur les chiffres de cette année. En ce qui concerne les sources de revenus internes au pays, dans le textile, 50.000 emplois ont déjà disparu. L’agriculture ne souffre pas trop grâce aux pluies particulièrement exceptionnelles de ces deux dernières années, mais elle reste fragile et dépendante du pluviomètre. L’exportation de Phosphate reste stable. Le chômage des jeunes risque de s’aggraver mais c’est un problème systémique et de longue date, qui est d’ailleurs à l’origine du Mouvement des Jeunes Diplômés au Chômage, véritable bête noire de la monarchie.
Où en est ce mouvement ?
Tout d’abord, il est bon de rappeler que depuis la naissance du mouvement en 1991, Les jeunes n’ont toujours aucune reconnaissance légale ne serait-ce qu’associative, ce qui ne leur permet toujours pas, par exemple, d’avoir de locaux.
Ce mouvement a eu la grande vertu d’éduquer le mouvement social marocain paralysé par la répression et une crise profonde du syndicalisme : ses militants ont été les premiers à ressortir dans la rue, surtout dans les petites villes. Ils ont ainsi réussi à maintenir la pression sur la monarchie pour l’embauche de 35.000 à 40.000 jeunes par an dans la fonction publique. L’apogée du mouvement a été la plus grande manifestation de jeunes à Rabbat en 1999. Ceci a fonctionné jusqu’en 2004. Depuis, le gouvernement et les collectivités locales stoppent les recrutements en divisant les embauches par cinq : ceci a énormément affecté le mouvement et réduit sa base. On assiste depuis à un changement de stratégie en lien avec leur affaiblissement, avec des mobilisations plus locales et parfois plus radicales.
Comme à Sidi Ifni ?
Par exemple. L’énorme mobilisation des jeunes et des habitants d’Ifni a montré une forte détermination de la population. Ifni a cette particularité d’être une petite ville (20.000 habitants) sans activité économique principale. A la suite d’un forum social local, les habitants ont élaborées une plate-forme de revendication et élu un “secrétariat de suivi de la situation” avec des représentants des associations, partis politiques et syndicats.
En 2005, la population a bravé l’interdiction de manifester et l’aile modérée a quitté le secrétariat ce qui a laissé la place à une autogestion salutaire qui a permis le développement de la mobilisation. Les autorités n’ont pas laissé faire, la répression s’est abattue pendant 3h sur la ville, mais les manifestants ont tenu bon, la police s’est retirée et la manifestation a continué pour finir devant le commissariat.
La population a fait preuve d’un immense courage et de dignité. Politiquement, ce fût une nouvelle preuve de l’utilité d’une force politique qui a pris beaucoup d’importance et dans laquelle beaucoup de camarades se sont organisés : ATTAC Maroc.
Il y a eu une nouvelle mobilisation en 2008, l’”intifada d’Ifni”…
Oui, cette fois le mouvement est parti des jeunes non diplômés. La municipalité devait embaucher 8 balayeurs, mais ce sont 800 jeunes qui se sont présentés ! Les 792 non embauchés sont allé bloquer la route entre le port et le village, 12 sont restés par un sit-in improvisé, ils ont tout de suite reçu le soutien de la population, des milliers de gens sont venus aider à bloquer la sortie des camions du port.
Ce qui est surprenant c’est que, d’une part, les autorités n’ont pas réprimé d’emblée et surtout, d’autre part, que les jeunes ont voulu parler directement avec les autorités nationales refusant la légitimité des négociateurs prévus.
Le pouvoir a fini par réagir de façon militaire en encerclant par la mer et par la terre les manifestants. Le 8 juin 2008, la répression a rarement été si violente, les habitants d’ifni ont été victimes de viols et de vols, de pillage d’ordinateurs, de téléphones portables, de bijoux et d’argent. Les forces publiques ont usé de bombes lacrymogènes, de balles de caoutchouc, de pierres et de bâtons contre des manifestations pacifiques. Quatre manifestants sont morts pendant les 3h d’assaut, la police a procédé à 300 arrestations. Les détenus ont été torturés. Tout ces faits ont été listés et dénoncés par l’AMDH : Association Marocaine des Droits Humains, et une campagne nationale et internationale a bien fonctionné notamment sous la forme d’une caravane de solidarité, mais malheureusement le mouvement ne s’est pas étendu.
Et aujourd’hui ?
Une campagne du CADTM a été menée pour la libération de Bara Brahim, un de nos camarade, et de tous les détenus d’Ifni. Brahim est sorti de prison en mai dernier après un an alors qu’il avait été condamné à 10 ans ! Trois autres militants ont été libérés avec lui Azeddine Amahil, Mohamed Lamrani, Mustapha Akesbi, Tous grâce à la campagne de solidarité.
ATTAC Maroc se restructure avec les derniers sortis de prisons et recommence à accumuler des forces. Un “comité du Sit-in” a vu le jour.
Une frange du “secrétariat de suivi de la situation”, la plus proche du pouvoir a proposé une issue politique à la situation et a constitué une liste pour les dernières municipales sous l’étiquette du Parti Socialiste, coquille vide qui a servi de vitrine légale à la liste. Ils viennent de gagner la majorité des sièges. La majorité des élus ne sont malheureusement pas mus par de bonnes intentions, il a parmi eux beaucoup d’arrivistes, mais la population reste sur la position de “donner du temps à nos élus”. Les camarades plus radicaux poussent la population à créer des comités de contrôle des élus.
Ce type de mobilisation populaire paraît de plus en plus fréquente, la ville de Tan Tan avait connu de fortes mobilisations pour la gratuité des soins médicaux mais la monarchie a étouffé l’affaire en octroyant des certificats d’indigence à toute la population.
On a beaucoup parlé de la montée des fondamentalistes religieux sur l’échiquier politique Marocain, où en est-on après le scrutin municipal de 2009 ?
L’existence du Parti de la Justice et du Développement (PJD), le parti représentant la mouvance salafiste, a été longtemps une aubaine pour la monarchie. Ce parti acceptant sans problème les politiques libérales de la Banque Mondiale et du FMI, il a permis à la monarchie de lutter contre la gauche sur leur terrain, par exemple sur les luttes féministes, les courants salafistes mobilisèrent autour de 500.000 personnes contre la lutte du collectif associatif féministe et ses propositions de réforme pour inscrire le droit au divorce, à la garde d’enfant en cas de séparation et à la juste répartition de l’héritage entre hommes et femmes (contraire au Coran) dans la loi.
Le PJD possède une très forte capacité de mobilisation qui en fait la première force politique du pays. Elle est due notamment à une forte implantation parmi les communautés pratiquantes, grâce aux confréries religieuses.
Cela s’est vu clairement dans les mobilisations contre la guerre en Irak et dans le soutien à la Palestine pendant l’attaque sur Gaza (les salafistes représentaient 2/3 du cortège avec beaucoup de femmes et de jeunes contre 1/3 pour la gauche). Pourtant, après les législatives de 2007 et leur défaite, en ayant pourtant obtenu le plus grand nombre de voix avec 10.7%, les salafistes ont du mal à rebondir.
Ils ne représentent plus une force alternative après les expériences désastreuses de leurs élus (un cas de corruption avéré à Meknes, par exemple), et la population les considère de plus en plus comme un parti dans la lignée des autres partis marocains, menteur et corrompu. C’est ce qu’a confirmé le dernier scrutin municipal où le nouveau parti proche du pouvoir PAM (Parti authenticité et modernité) est passé en tête. Il faut préciser que ce scrutin est très difficile à analyser : la participation est tout juste montée à 50% des inscrits, ce qui veut dire, entre les inscrits abstentionnistes et les non-inscrits : environ 80% d’abstention !
Le PJD a refait parler de lui en mobilisant contre un mariage homosexuel, prononcé au Maroc.
Oui, c’est un épiphénomène mais ils en ont fait des tonnes, ils font de même contre la vente d’alcool dans les supermarchés. Ils s’accrochent à des petits événements pour faire parler d’eux, mais leur lutte contre les pratiques “déviantes” de l’islam fatigue beaucoup les marocains. Par ailleurs, pour faire contrepoids aux intégristes, la monarchie promeut depuis peu des pratiques plus souples comme le soufisme. Mais le poids de la religion reste bien présent, et rompre le jeûne du ramadan publiquement est par exemple puni d’emprisonnement selon l’article 222 du code pénal. Les avancées sur les droits de femmes en terme de contraception par exemple se heurtent à la réalité des familles. Etre laïque ici ce n’est pas neutre : c’est s’affronter au quotidien aux textes.
Comment traitez vous la question du Sahara occidental dans votre journal ?
Notre journal et surtout la section politique a laquelle nous appartenons, avons choisi de réagir toujours contre la répression, contre les injustices commises contre les militants du Front Polisario. Par contre, nous n’avons pas une position tranchée sur la question du Sahara. Nous nous positionnons pour l’autodétermination du peuples sahraoui, bien sûr, mais ceci reste très vague.
Au début de notre journal, nous avons évité volontairement la question pour ne pas subir la répression réservée à tous ceux qui évoquent le sujet, nous avons préféré nous consolider avant tout et éviter de finir tous en prison…
Il y a des problèmes politiques que nous discutons, et des questions que nous nous posons comme par exemple : Est-ce une solution de militer pour un état “phosphatier” avec tous les problèmes que cela implique ? (le Sahara occidental abrite les plus grosses réserves de phosphates du monde). Mais nous avons acquis assez de maturité aujourd’hui pour entamer un débat sérieux sur la question.
La situation du Sahara aujourd’hui s’est compliquée, il y a un fossé qui se créé entre les réfugiés de Tildouf qui ont passé 33 ans en camp et les élites du Sahara occidental qui profitent de “privilèges” cédés par le gouvernement, notamment de l’exportation de sable ! Ceci exerce une forte pression sur la base du polissario qui n’a plus de repères clairs après 18 ans de cesser le feu. Il y a encore des actions radicales ciblées contre la police et la répression reste très forte.
Subissez vous une forme de censure dans votre journal ?
Jusqu’à présent nous écrivons ce que nous voulons, la censure ne nous est pas tombée dessus à proprement parler, nous donnons l’actualité très précise et fine du mouvement syndical et social marocain. Nous ne nommons pas expressément le roi pour ne pas tomber sous le coup de la loi, mais nous parlons du “gouvernement” ou de la “monarchie” … On s’adapte.
Nous tirons à 3000 exemplaires et nous faisons essentiellement une vente militante évidemment sans subvention. Notre site est aussi un des sites politiques marocains les plus visités et nous mettons en ligne des oeuvres classiques en arabe, nous fournissons notamment le site marxisme.org en traductions.
La diffusion de certains de nos articles traduits se font en France dans le magazine Inprecor ou sur le site Europe Solidaire Sans Frontière, on l’espère rapidement dans la nouvelle revue “Contretemps”.
Votre groupe politique est-il constitué officiellement ?
Non, pas réellement, nous nous organisons autour du journal. Pour nous déclarer en tant que force politique il faudrait accepter officiellement les trois piliers du régime : La monarchie, l’islam et l’unité nationale… 3 choses qui nous posent problème ! Quand nous serons plus costauds, nous aurons le rapport de force suffisant pour que ces formalités ne nous coûtent rien politiquement.
Tentez-vous des alliances avec d’autres groupes de gauche radicale pour peser plus sur la situation?
Oui, nous avons entamé un débat avec une organisation nommée Voix Démocratique qui se classe elle même dans le camp de la gauche radicale. Ce parti est issu d’une scission du parti de Serfaty ‘Ila Al Amame’ (“en avant” en arabe), mais en a gardé les pratiques internes peu enclines à la contradiction, nous avons toujours eu un rapport très tendu avec eux politiquement et dans les luttes.
Nous souhaitons discuter avec eux car, malgré tout, beaucoup de choses nous rassemblent. Nous devons clarifier avec eux des thèmes importants notamment notre stratégie dans les organisations syndicales. Alors que nous tentons d’organiser les syndicalistes “luttes de classe” dans les syndicats, les cadres de VD prennent les postes à responsabilité en faisant d’énormes concessions aux bureaucrates. Ceci pose problème très souvent et nous pensons qu’il faut que l’on ait une discussion franche avec eux.
VD a souvent eu une stratégie d’alliance de toute la gauche mais commence à se positionner pour l‘union de la gauche radicale, alors nous disons “chiche” !
Nous voulons sincèrement avoir le débat avec eux pour, qui sait, avancer sur une alliance sérieuse et solide dans les luttes et sur des événements politiques concrets. Nous avons été déçus par l’inefficacité d’une alliance qui a eu lieu entre VD et le Parti d’Avant-garde Démocratique et Socialiste PADS qui n’a rien donné de concret… Les luttes courageuses du peuple marocain méritent mieux que ça
Source : Rien n’est à eux



Ben Barka : le juge refuse de coopérer avec Interpol


Par RFI, article publié le 08/10/2009


Photo : Mehdi Ben Barka, en 1959 à Casablanca.(Photo : AFP)

Dans une lettre adressée au Parquet de Paris, le juge Ramaël chargé de l'enquête sur la disparition de l'opposant marocain Mehdi Ben Barka en 1965 a refusé de fournir les renseignements demandés par Interpol, déclarant qu'il ne se prêterait pas à de possibles manoeuvres « politiques ».

L'organisation avait réclamé la semaine dernière des compléments d'information afin de pouvoir exécuter les mandats d'arrêts internationaux contre quatre personnalités marocaines.
Le juge Ramaël ne mâche pas ses mots pour répondre aux demandes d'Interpol. Dans un document adressé au Parquet, il estime que ce serait « hypocrite » de sa part de fournir les renseignements qu'on lui demande. « Hypocrite et inutile, écrit-il, parce qu'Interpol évoque des intérêts politiques et diplomatiques pour justifier le blocage des mandats ». Avec ces considérations, « fournir plus d'éléments n'a aucun sens », sous-entend Patrick Ramaël dans son courrier.
Affaire d'Etat
Quarante-quatre ans après les faits, il est aujourd'hui admis que la disparition de l'opposant implique des hommes des services du roi Hassan II et des policiers français, et qu'au delà de l'affaire criminelle, il s'agit aussi d'une affaire d'Etat. Pour l'heure, en tout cas avec cette décision du juge, les mandats d'arrêts internationaux restent bloqués. Les quatre personnalités marocaines visées par l'enquête, et notamment le chef de la gendarmerie royale, peuvent donc voyager sans être inquiétées.

A.G. du FMVJ : correction du lieu

INVITATION

Le bureau de la section régionale du Forum Marocain pour la Vérité et la Justice invite tout les militantEs des régions de Rabat, Salé, Kénitra, Témara à prendre part à l'Assemblée Génèrale de la section qui aura lieu le vendredi 9 octobre 2009 à 18 heures au Club des Avocats,rue Afgahanistan. Quartier de l'Océan Rabat.

L'ordre du jour :
*Election des délégués au prochain congrès national du FMVJ prévu pour les 11,12 et 13 décembre 2009
* Renforcement du bureau régional 

Prière de diffuser l'information à tous les membres de la section régionale du FMVJ

Solidarité avec le caricaturiste Khalid Gueddar

LIBERTÉ D’EXPRESSION

par OLIV’, 8/10/2009



Après les tristes mésaventures au Maroc du caricaturiste de Bakchich, chaque jour et jusqu’au lundi 12 octobre, date de son procès, un dessinateur lui apporte un soutien illustré. Aujourd’hui : Oliv’.

Maroc : La liberté d'association mise à mal



Le gouvernement devrait mettre fin aux manœuvres bureaucratiques qui entravent la vie associative

Par Human Rights Watch, 6/10/2009
Le Maroc devrait mettre fin aux manœuvres bureaucratiques généralisées qui minent la liberté d'association, notamment lorsqu'il refuse d'enregistrer des associations citoyennes en violation de ses propres lois, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui.

Ce rapport de 45 pages, intitulé
Freedom to Create Associations: A Declarative Regime in Name Only(Liberté de créer des associations : Un régime déclaratif seulement sur le papier), explique que les représentants locaux du Ministère de l'Intérieur refusent souvent la déclaration d'enregistrement d'une association lorsque ses objectifs ou ses membres déplaisent aux autorités.
Aux termes de la loi marocaine, les nouvelles associations prennent naissance simplement en déclarant leur existence aux autorités locales, sans avoir besoin d'obtenir une autorisation préalable. La loi oblige les fonctionnaires à accepter les déclarations déposées par les associations.
« Il en va de la liberté d'association comme de beaucoup d'autres questions liées aux droits humains : le Maroc adopte des lois progressistes mais ensuite, l'administration fait ce qui lui plaît », a noté Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.
Le rapport inclut plus de 10 études de cas d'associations qui se sont vu refuser le « récépissé » gouvernemental attestant de la réception de leur déclaration, les empêchant dès lors d'exercer leurs activités. Parmi elles figurent des associations qui luttent contre la corruption et d'autres qui promeuvent les droits des diplômés universitaires sans emploi, de la population amazighe (berbère), des Sahraouis et des migrants sub-sahariens. Ces associations sont basées dans des villes éparpillées sur l'ensemble du territoire marocain ainsi qu'au Sahara occidental qui est administré par le Maroc.
L'administration a également entravé les activités de multiples associations caritatives et éducatives, apparemment parce que leurs dirigeants comptaient dans leurs rangs des membres de Justice et Spiritualité, l'un des mouvements islamistes les plus actifs du Maroc.
Les associations jugées non déclarées dans les règles ne sont pas autorisées à percevoir des cotisations ou à recevoir des subventions. Elles se heurtent également à des obstacles pour organiser des manifestations, louer des locaux publics et ouvrir des comptes bancaires. Dans certains cas, des membres ont été poursuivis pour appartenance à une « association non reconnue » alors que cette infraction n'existe pas dans le droit marocain. Bien que de nombreuses associations à qui le récépissé fait défaut continuent d'opérer, leur statut juridique incertain les met en porte-à-faux, limite leurs activités et fait fuir certains membres actuels ou potentiels.
« La fréquence avec laquelle les fonctionnaires locaux partout dans le pays refusent de délivrer ce récépissé montre que les responsables au niveau national ferment les yeux sur cette pratique » a relevé Sarah Leah Whitson. « Il faut qu'ils fassent preuve de volonté politique au niveau national et exigent que les fonctionnaires locaux obéissent à la loi. »
En théorie, les associations disposent de recours juridiques lorsque les fonctionnaires locaux ne traitent pas leur déclaration. Elles peuvent envoyer leurs documents par courrier recommandé ; louer les services d'un huissier à titre de témoin attestant qu'elles ont cherché en toute bonne foi à déposer leur déclaration ; ou intenter une action en justice auprès d'un tribunal administratif. Mais ces recours ont produit des résultats insatisfaisants, a constaté Human Rights Watch.
Human Rights Watch a également critiqué les motifs beaucoup trop généraux que la loi fournit aux autorités pour s'opposer à la formation d'une nouvelle association ou pour chercher à obtenir la dissolution d'une association existante devant les tribunaux. La loi dispose qu'aucune association ne peut se fixer un objet ou des buts jugés « contraires aux bonnes mœurs » ou « portant atteinte » à la religion islamique, au régime monarchique ou à « l'intégrité territoriale » du pays, ni faire « appel à la discrimination ».
Ces restrictions outrepassent largement les limites que les traités internationaux relatifs aux droits humains permettent d'imposer à la liberté d'association et d'expression et elles fournissent aux autorités un socle juridique national sur lequel s'appuyer pour dissoudre les organisations dont le programme politique leur déplaît.
« Dans la pratique, les autorités marocaines recourent rarement à cette méthode brutale qu'est l'interdiction d'une association », a expliqué Sarah Leah Whitson. « Elles préfèrent soumettre certaines associations à une « répression allégée », c'est-à-dire utiliser des stratagèmes bureaucratiques qui déstabilisent les associations, affaiblissent la société civile et minent l'État de droit. »
Le rapport de Human Rights Watch recommande vivement au gouvernement marocain de prendre les mesures suivantes :
· Exiger des fonctionnaires locaux qu'ils remplissent les obligations que leur impose la loi marocaine en matière d'enregistrement des associations et leur réclamer des comptes s'ils n'obtempèrent pas.
· Revoir la loi sur les associations de façon à restreindre les critères en vertu desquels une association peut être interdite. La formulation qui autorise les fonctionnaires à opposer une fin de non-recevoir aux associations qui «portent atteinte» à la religion islamique, au régime monarchique ou à «l'intégrité territoriale» du Maroc, ou qui font «appel» à la discrimination est beaucoup trop générale et invite à la répression pour des motifs politiques.
· Revoir la loi sur les associations de façon à exiger des autorités qu'elles précisent clairement leurs motifs lorsqu'elles s'opposent à la reconnaissance juridique d'une association.
· Appliquer les arrêts des tribunaux administratifs favorables aux associations qui ont été confrontées à des obstacles administratifs arbitraires lors du dépôt de leur déclaration.
· Mettre fin aux poursuites judiciaires engagées pour «appartenance à une association non reconnue», infraction qui n'a aucun fondement juridique clair.
· Publier régulièrement une liste des associations dont la déclaration a été refusée par des fonctionnaires du gouvernement ou auxquelles des fonctionnaires nationaux et locaux ont refusé de délivrer un récépissé, ou dont la constitution légale a été contestée par le gouvernement, en précisant les raisons de ces décisions.
« Le Maroc peut se prévaloir de l'existence de milliers d'organisations non gouvernementales dûment reconnues », a souligné Sarah Leah Whitson. « Mais c'est dans la manière dont un gouvernement traite les associations les plus controversées qu'il prouve qu'il est réellement éclairé. »

Lettre ouverte aux "concurents" du général Ben Ali

Par Khaled Ben M'Barek,Besançon, 6/10/2009



Si Mostfa, Sid'Ahmed, Si Néjib, chers compatriotes,
Depuis les premières « élections » législatives et présidentielles organisées en1989, il s'est toujours trouvé quelqu'un pour dire qu'il ne faut pas jouer lachaise vide et qu'il faut tenter de réformer de l'intérieur. Depuis, le généralBen Ali a toujours pris ces gens-là comme témoins d'une forme de régularité deSES élections. C'était, nous disait-on, un moyen de promouvoir le processus démocratique. La loi électorale a été actionnée comme miroir aux alouettes,comme un éternel début potentiel, comme la promesse d'une maturité en devenir.A chaque fois, Ben Ali est le premier surpris par la facilité avec laquelle ça marche. Il n'a même pas besoin de recourir à autant de répression qu'il l'atoujours prévu et préparé, puisqu'une bonne frange de la société politique,toutes tendances confondues, entre dans son jeu, se montre aussi crédule et court éperdument après on ne sait quels dividendes électoraux.
Chers compatriotes, Ben Ali se prépare à vous utiliser contre vous-mêmes et contre votre peuple pour demeurer au pouvoir, avec une certaine légitimité qu'il tire de vous et de votre présence à ses côtés, même en tant que challengers.Comment pouvez-vous admettre que les résultats de ces « élections » sont décidées d'avance jusqu'au moindre détail pour ensuite vous précipiter pour yparticiper à quelque titre que ce soit ? Comment ne craignez-vous pas pour la part quelconque de crédibilité que vous pouvez revendiquer auprès de l'opinion tunisienne ? Etes-vous à ce point disposés à compromettre une vie de lutte militante pour un résultat qui pourtant ne fait pas l'ombre d'un doute ? Est-il possible qu'un militaire insignifiant se joue d'éminents intellectuels comme vous ?
Compteriez-vous sérieusement rivaliser avec les agents Bouchiha, Mouada, Thabetou Inoubli ? Même le Tajdid, cher Sid'Ahmed Brahim, se voit doublé par le parti écolo fantoche de Khammaci, qui se présente miraculeusement presque dans toutes les circonscriptions et qui est parti pour récupérer une bonne partie des sièges qui auraient pu être attribués à l'ex-PCT, qui montre des velléités d'autonomie.
Messieurs, même mus par la meilleure bonne volonté du monde à son égard, le général s'est débrouillé pour vous éliminer d'une course présidentielle pourtant gagnée d'avance et très haut la main par lui. Il vous a ainsi évité, sauf à Sid'Ahmed Brahim, la grande humiliation des zéros virgule quelques poussières qu'il avait infligé à d'autres avant vous. Allez-vous vous laisser faire ? L'expérience ne vous est-elle d'aucun secours ? N'avez-vous pas pitié de votre propre amour propre ainsi avili ?

Et n'allez surtout pas prétendre protester après coup ! Ben Ali aura beau jeu,comme à chaque fois depuis 1989, de vous traiter de mauvais joueurs. Vous entrez dans le jeu uniquement pour gagner, mais si vous perdez vous renversez la table. Pour une fois, il faudra reconnaître à cet instant que sa logique est plus cohérente que la vôtre.

Messieurs, vous avez chacun une vie d'activisme politique et il peut être possible que ce soit votre dernière campagne « électorale », du moins en tant que responsable de vos formations. Profitez-en pour rétablir la valeur de l'action politique dans notre pays, pour déposer devant l'Histoire votre témoignage véridique que JAMAIS sous le général de renseignement Zine Ben Ali aucune élection digne de ce nom n'a vu le jour, jamais aucun vrai parlement n'a été élu, aucune institution n'a été authentiquement républicaine.

Profitez-en, Messieurs, pour sortir du magma gluant des marchandages, des compromissions, du faux témoignage rémunéré en sièges - c'est le cas de la dire- sonnants et trébuchants.

Nombre de milieux étrangers ont les yeux fixés sur vous, vous font confiance et souvent accordent leur perception de la réalité tunisienne et leurs prises de position avec l'idée que vous leur donnez sur la situation dans notre pays.Votre présence aux côtés de Ben Ali laisse à penser à beaucoup d'entre eux qu'il s'agit d'une course démocratique pour quelque alternance, même purement virtuelle. Dès lors, les étrangers ne peuvent plus se montrer plus tunisiens que les Tunisiens. Ce slogan détestable nous l'avons entendu des années durant dans les années 90-2000, souvent de gens dont la sincérité ne pouvait souffrir d'aucun soupçon.

Jusqu'à quand allez-vous reproduire ce schéma à la Sisyphe ? Quand est-ce que vous allez rejoindre les aspirations de la masse des Tunisiens qui, même accablés d'impuissance, cherchent divers modes de contestation, parfois ostensible, pour signifier leur ras-le-bol et leur soif d'un changement désespérément attendu depuis deux décennies ? N'avez-vous pas vu que des jeunes Tunisiens ont pris les armes face à cette banquise bénalienne qui s'apparente à un Désert des Tartares ?

Messieurs, chers compatriotes,
L'ennemi de la liberté s'apprête à nous gouverner encore de cinq ans en cinq ans et ne se voit pas exister hors du pouvoir. Il est ligoté dans une logique absolument implacable : ce qu'il a commis envers le peuple tunisien lui vaudrait devant un tribunal régulier un châtiment proportionnellement adapté à la souffrance tragique provoquée. Or, il sait qu'un éventuel successeur ne peut construire aucune espèce de légitimité s'il ne commence par débénaliser le pays au Kärcher et à la soude caustique.

La solution qui semble d'ores et déjà être mise en oeuvre c'est la succession monarchique. Mais que faire en l'absence d'un héritier mâle en âge de prendrela relève ? Ben Ali ne semble nullement rassuré à l'idée de lancer l'une de ses filles dans l'arène. Reste LA solution : un gendre jeune et (plus ou moins) politiquement vierge, qui doit tout à son beau-père et grand-père de ses enfants, donc qui, certainement en sera le protecteur. j'ai nommé le désormais fameux Sakhr El Matri.

Je vous appelle solennellement, dès ce mercredi à Paris, à proclamer, avec le CRLDHT et nos amis de France et d'ailleurs, notre hostilité commune résolue à la transmission monarchique de la Tunisie au gendre de l'actuel Régent ou à tout autre. Il est de votre responsabilité de ne pas laisser pourrir la situation comme cela se passe en Egypte et en Libye, où l'on n'est pas loin de considérer que les dés sont jetés. Le peuple tunisien doit être mis en garde contre ce sort funeste que l'on prépare pour ses générations à venir. Mais nul ne vous écoutera si vous êtes en même temps impliqués, même à votre corps défendant, dans une falsification caractérisée de la volonté populaire par de médiocres faussaires dont l'avenir du pays est le dernier des soucis.

Je suis encore une fois navré de ne pouvoir être parmi vous en cette soirée demercredi, mais je suis soulagé à l'idée d'avoir pu vous communiquer une partie de ma détresse que nul ne parte au secours du peuple tunisien en cette épreuve dite électorale.
Je vous suis reconnaissant de m'avoir écouté.

Khaled BEN M'BAREK, réfugié politique depuis 16 ans, antitortiocrate privé deson pays et qui n'y rentrera que quand la liberté y rentrera, tête haute,dignité et honneur intacts pour témoigner contre Ben Ali et ses courtisans et ses rabatteurs, tous honnis jusqu'au siècle des siècles.