Chers amis lecteurs de solidmar,

Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

samedi 26 novembre 2016

Il y a un an : Elles et ils s’appellent filles/fils des nuages, parce que depuis toujours, elles et ils poursuivent la pluie


Notes de lecture, débats et quelques notes de musique

Résultat de recherche d'images pour "lutter au sahara"Publié le   
 
Résultat de recherche d'images pour "Lutter au Sahara"Résultat de recherche d'images pour "lutter au sahara"« Il est grand temps pour la communauté internationale d’agir pour mettre un terme à l’occupation marocaine criminelle du Sahara Occidental, afin que les Sahraouis puissent jouir des droits à l’autodétermination et à la liberté pour lesquels ils ont courageusement lutté durant de nombreuses années, au sein de terribles conflits. J’espère vivement que cette publication portera le sort du peuple sahraoui vers un public beaucoup plus large, et contribuera à ouvrir la voie vers la fin de l’assujettissement brutal de la dernière colonie d’Afrique. » Noam Chomsky

Le Sahara occidental : un simple bout de désert ?
Terre oubliée du nord-ouest de l’Afrique, le Sahara Occidental a subi une centaine d’années de colonisation espagnole avant l’actuelle occupation par le Maroc qui empêche l’autodétermination de la dernière colonie du continent.
Une image qui fait écho à celle de la Palestine, alors que le Sahara Occidental ne bénéficie pas de la même attention de la part des médias.
Comment le droit international se positionne-t-il, et comment est-il respecté ? Comment une occupation se prolonge-t-elle depuis 40 ans dans le silence ? Pourquoi l’exploitation des ressources naturelles se trouve-t-elle à la source du statu quo ? Que sont devenus les droits de l’Homme et comment se transforme la culture traditionnellement nomade du peuple sahraoui ?
15 spécialistes, témoins et acteurs directs participent à cet ouvrage unique et contemporain, analysant ces questions et proposant une vision globale et vivante de l’épineuse « question » du Sahara Occidental.

Sous la direction de Denis Véricel et Apso,les auteurs :Edouardo Galeano, Francesco Bastagli, Anna Theofilopoulou, Oliver Quarante, Bill Fletcher Jr, Jacob Mundy, Vincent Chapaux, Ayad Ahram, Juan Soroeta, Jeffrey Smith, Erik Hagen, Alice Wilson, Tara Deubel, Sebastien Boulay, Mohamed Mouloud Mohamed Fadel.

Dernière colonie d’Afrique, inscrite en 1963 par les Nations Unies sur la liste des territoires à décoloniser, il reste étonnant que la situation des Sahraouis, des populations du Sahara occidental, ne préoccupe plus grand monde, y compris dans les mouvements anti-colonialistes. Que les grands de ce monde s’alignent sur les thèses et les intérêts de la monarchie marocaine est une chose, que les mouvements d’émancipation négligent le Front Polisario en est une autre. Certains peuples seraient-ils plus égaux que d’autres ?
Les auteur-e-s analysent l’histoire de cette région, la décolonisation « espagnole », la Marche Verte de la monarchie marocaine, la construction d’un « mur de défense » qui ressemble étrangement à celui que construisent les autorités israéliennes pour « isoler » les populations palestiniennes, l’occupation, les camps de réfugié-e-s, la troisième génération de Sahraouis née dans l’exil…

Sur les « murs » je souligne le beau texte d’Edouardo Galeano, « Finalement, ce mur qui méritait de tomber est tombé, mais d’autres ont surgi et continuent de surgir partout dans le monde. Bien qu’ils soient beaucoup plus hauts et longs que celui de Berlin, on n’en parle que peu ou pas ». L’auteur parle aussi de négation de droit de vote, de vol d’un pays par le Maroc, de reconnaissance diplomatique des Sahraouis par 82 pays mais aucun d’Europe, « Ainsi le Sahara est la dernière colonie d’Afrique. On lui a volé son indépendance ». Le titre de cette note est inspiré d’une phrase de son texte.

L’ouvrage est divisé en quatre parties :
·        Géopolitique du conflit
·        Le Maroc face au Sahara occidental
·        Le Droit – Les ressources naturelles
·        Regards anthropologiques
Les auteur-e-s parlent, entre autres, de l’autodétermination sahraouie, de non respect des lois internationales par l’État marocain « une puissance occupante n’avait pas le droit de disposer des ressources naturelles d’un territoire placé sous son contrôle », de mépris pour la Charte des Nations Unies, de violation des droits humains, de pillage illégal des ressources, de la réussite de la propagande marocaine, des soutiens et des investissements dont ceux de la France… Dans cette première partie je souligne particulièrement l’article de Bill Fletcher Jr « La lutte au Sahara Occidental : Dépasser son invisibilité aux États-Unis »

Les auteur-e-s abordent aussi « l’effort de marocanisation du territoire », les pratiques de colonisation, les diasporas sahraouis, la minorisation des « natifs » et des « natives », les constructions médiatiques de la monarchie marocaine, les droits humains, l’usage de la force, le mur, le droit humanitaire dans les territoires occupés, « Le Maroc applique une politique calquée à celle d’Israël dans territoires occupés du Sahara Occidental : la persécution policière, les détentions illégales, la torture, l’immixtion dans la vie privée, et les restrictions de la liberté de circulation et de résidence dont sont l’objet les Sahraouis sur leur territoire sont pratiquées quotidiennement », l’appropriation/accaparement des ressources, la corruption, les déplacements de population, les ressources halieutiques et les droits concédés aux flottes de pèche européennes…
Enfin, dans la dernière partie, sont analysés les élections et leurs modalités dans les camps de réfugié-e-s sahraouis, « la préférence pour une démocratie directe plutôt que représentative, et la concurrence électorale sans parti politique », les « identités » et l’intégration des minorités, la résistance et la place de la poésie…
« Quarante ans sans souveraineté, c’est compliqué et ça se paie ». En conclusion Mohamed Mouloud Mohamed Fadel parle de l’éloignement du futur…

Sous la direction de Denis Véricel et Apso : Lutter au Sahara
Du colonialisme vers l’indépendance au Sahara occidental
Amis du Peuple du Sahara Occidental, Givors 2015, 290 pages, 15 euros

http://ap-so.blogspot.fr/p/lutter-au-sahara-le-livre.html
Didier Epsztajn

Avis partagés au sein de la Commission des AE du PE : pour ou contre le respect des droits de l'Homme ?


Politique Publié Le 24/11/2016 
 

Parlement européen : Le conflit opposant le Maroc et le Polisario s’invite à la session extraordinaire de la Commission des affaires étrangères 

 

En l’intervalle de deux semaines, des députés européens ont présenté à la Commission des affaires étrangères du Parlement européen, en session extraordinaire, des propositions visant à introduire des amendements Pro-Polisario. Le plus récent amendement date de ce jeudi et a été proposé par le député hongrois Tamás Meszerics, au nom du groupe Verts/ Alliance Libre Européenne. Des propositions qui ont été toutes rejetées. Détails.

Le Maroc essuie un échec cuisant dans sa tentative d'exclure la RASD du 4e Forum afro-arabe à Malabo


Malabo (Guinée-équatoriale), 24 nov 2016 (SPS)  
Les manœuvres répétées et les pressions exercées par le Maroc sur ses alliés pour tenter d’exclure la République sahraouie du 4ème Forum afro-arabe, tenu mercredi dans la capitale équato-guinéenne, ont buté sur la position de fermeté et d’intransigeance des pays africains à se voir imposer un agenda dans lequel ils ne se reconnaissent pas.
Les pays africains, ont en effet, unanimement tenu à rappeler que les valeurs et principes qui gouvernent l’Union africaine ne sauraient en aucun cas être négociables ou matière à compromis.
Ils ont dans le même le temps réaffirmé avec force leur attachement aux idéaux de solidarité active avec les peuples luttant pour leur libération ainsi que pour le parachèvement du processus de décolonisation de l’Afrique.

vendredi 25 novembre 2016

Demain samedi : 17ème Festival du Cinéma d’Attac : Rencontre avec le Choeur d’Ali Aarrass

Barbara Weingartner a partagé le message-vidéo d'Imider à la Cop22 à Marrakech

  la vidéo d' ‎Amussu :Xf ubrid n 96 - Imider - حركة على درب 96 إميضر‎.

Important message vidéo d'Imider à Marrakech :
 " Qu'avez-vous négocié à la Cop22 et pourquoi ? Peut-être avez-vous à peine parlé de nous?
 Nous sommes les habitants d'Imider, une ville du Sud-est du Maroc. Nous souffrons de la pollution par les proches mines d'argent et par les effets visibles du changement climatique..."
 voir la vidéo




-2:13


13 564 vues
Amussu :Xf ubrid n 96 - Imider - حركة على درب 96 إميضر
What are you negotiating for ? Imider is a town from the south-east of Morocco and it's suffering because of pollution coming from the mining activities and from climate changes !
Here in Imider, #300KmSouth (Imider---> Cop22 in Marrakech), we've a message for you all...
plz Watch this video and share it with your friends ;) (ENG subtitles ) <3 <3

Qu'est ce que tu es en train de négocier de ? Imider est une ville du Sud-est du Maroc et il souffre à cause de la pollution émise par les activités minières et de changements climatiques !
Ici en imider, #300 Kmsouth (Imider --- > Cop22 à Marrakech), nous avons un message pour vous tous...
Svp regarder cette vidéo et partagez-la avec vos amis ;) (eng sous-titres) <3 <3


Com

Opération antidrogue d’Europol : de hauts responsables militaires marocains impliqués




Voilà une affaire qui risque de compromettre les relations déjà chaotiques entre l’Union européenne et le Maroc. L’opération antidrogue, menée la semaine dernière au large des côtes de la ville de Dakhla par la marine espagnole pour le compte d’Europol et sabordée sciemment par le Maroc, connaît de nouveaux développements (lire notre article du 17 novembre 2016).
Selon des sources crédibles proches des services en charge de la lutte antidrogue (Interpol et renseignements espagnols), l'intervention de la marine marocaine n’avait pas pour but de se faire de la publicité sur le dos d’Europol, mais plutôt d'empêcher l'arrestation d'une partie du cartel maroco-sud-américain qui organise l'acheminement de la drogue depuis le Panama jusqu’à l’Europe via le Sahara Occidental occupé illégalement par le Maroc. Pourquoi ? 

MIGRATIONS: Les migrants subsahariens au Maroc



D’un côté, on évoque de façon dramatique et exagérée les centaines de milliers de migrants subsahariens qui vivent au Maroc dans en attendant d’envahir l'Europe. On parle d’afflux massif, d’invasion des clandestins. Mais en réalité tous ces chiffres et tous ces qualificatifs visent à obtenir des appuis financiers, des dividendes politiques et diplomatiques de l’Europe, ou ils sont publiés en Europe à travers les medias populistes pour susciter la peur dans l’opinion et justifier la mise en place de sa politique migratoire sécuritaire.
L’on comprend dès lors que les chiffres de migration dite irrégulière qui sont avancés sont à prendre avec beaucoup de méfiance pour plusieurs raisons: quand il s’agit d’obtenir des dividendes politiques et financiers ou de justifier des politiques sécuritaires, on parle de centaines de milliers de migrants. Mais quand il s’agit d’assumer les conséquences de ces politiques, les drames dans la Méditerranée par exemple, on parle de naufrages d’une dizaine de «clandestins».

jeudi 24 novembre 2016

L'Union Africaine pousse le Maroc à montrer son vrai visage



L'Union Africaine a poussé le Maroc à montrer ses vraies intentions derrière la demande d'adhésion à l'organisation panafricaine.

A Malabo, en se retirant du sommet arabo-africain et en incitant ses alliés arabes à faire de même, le Maroc a dévoilé ses plans visant à diviser l’Afrique, en mettant ses alliés africains devant le choix difficile de boycotter ou assister aux travaux du sommet.

Il ne s’agit pas, comme le prétend le roi Mohamed VI, de prendre part au développement de l’Afrique, mais bel bien d’obtenir au mieux l’exclusion du Sahara occidental de cette organisation, ou, au pire, de pulvériser l’Union africaine et de diviser l’Afrique, entre les pro et anti indépendance du Sahara occidental.

Rabat a réussi à faire passer les riches pays du Golfe du soutien passif au soutien actif dans ses ambitions de s'approprier définitivement le Sahara Occidental et de ce fait réduire l'importance du sommet de Malabo en le transformant en une rencontre afro-africaine, mais les conséquences de ce retrait sont très négatives pour le Maroc. 
Les africains savent maintenant qu'ils doivent prendre leurs précautions face aux plans de déstabilisation du royaume alaouite.

Lire plus

Les pays africains et six pays arabes ( Égypte, Tunisie, Soudan, Mauritanie, Irak et Algérie) réitèrent à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, où se tient le quatrième sommet arabo-africain, leur appui à l'autodétermination du Sahara occidental.
Los países de la alianza África- Mundo Árabe han reiterado su respaldo a la ONU en…
elconfidencialsaharaui.com