vendredi 29 septembre 2017

Au Maroc, la virginité à tout prix : « Ils veulent du sang, alors on leur en donne »



Poche d’albumine, foie de volaille, reconstruction de l’hymen : tous les moyens sont bons pour entretenir le mythe de la chasteté des femmes avant le mariage.




Une femme attend l’arrivée des époux lors d’un mariage à Khourigba, au Maroc, en 2007. image: http://img.lemde.fr/2017/09/21/148/0/3504/1747/768/0/60/0/f9a9320_11764-l3xpi4.h96gsnhfr.jpg

 

 

Selma*, 27 ans, le sait : son mariage est basé sur un mensonge. « Mais il vaut mieux mentir que subir la chouha », rétorque-t-elle. La chouha (« humiliation », en arabe dialectal), c’est ce que subissent les Marocaines qui ont eu des rapports sexuels avant le mariage, selon Selma. Il y a quatre ans, elle a perdu sa virginité avec un camarade de l’université, à Casablanca. « Je ne l’ai fait qu’une fois. A l’époque, je ne mesurais pas les risques, je ne pensais qu’à prendre du plaisir et à découvrir mon corps », se souvient la jeune femme, silhouette fine et yeux sombres.

A Tahar*, son époux depuis un an, Selma n’a jamais osé raconter son expérience. « Je connais beaucoup de femmes qui ont été battues ou répudiées parce qu’elles n’ont pas saigné pendant leur nuit de noces. » Sur les conseils de ses amies et encouragée par sa mère, elle s’est procuré, quelques jours avant son mariage, une capsule de sang artificiel visant à créer une illusion de virginité. Insérée dans le vagin environ vingt minutes avant le rapport sexuel, la poche éclate sous l’effet de la chaleur corporelle et un liquide rouge se répand, simulant une rupture de l’hymen. « Ils veulent du sang, alors on leur donne du sang », ironise Selma, qui a vécu, lors de sa nuit de noces, une deuxième « première fois ».


Quand Macron fait l’éloge du roi du Maroc et de sa gestion de la crise du Rif



« La République de sa Majesté »

Depuis plusieurs décennies, le Palais marocain a su entretenir un réseau de politiques et d’intellectuels complaisants, n’hésitant ni devant les invitations, ni devant les contrats juteux. Dans un livre-réquisitoire, Omar Brouksy revient sur les réseaux de la monarchie en France et évoque dans sa conclusion les relations entre Emmanuel Macron et le Makhzen.
Bildergebnis für M6 Macron roi du marocIl est environ 17 heures au Maroc, ce mercredi 14 juin 2017, lorsque le Falcon présidentiel atterrit sur l’aéroport de Rabat et se stabilise à quelques mètres du salon d’honneur. Le roi Mohammed VI est là, sur le tarmac, piaffant d’impatience avant la descente d’Emmanuel Macron et de son épouse Brigitte, le nouveau couple de l’Élysée. Il ne s’agit pas d’une « visite officielle », mais « d’amitié et de travail », précise le Quai d’Orsay ; une « visite familiale », souligne quant à lui le palais.
Le président français est effectivement accueilli par la famille royale au complet : le monarque, vêtu d’une djellaba rouge vif, les yeux cachés par des lunettes de soleil, est debout près de son épouse et de leurs deux enfants, le prince héritier Hassan, 14 ans, et la princesse Khadija, 10 ans. Deux mètres plus loin, le prince Rachid est accompagné de son épouse Oum Keltoum1, qui vient d’être gratifiée du titre d’altesse royale par décision personnelle de « M6 ».
L’ambiance est familiale. Emmanuel Macron salue le roi et son épouse et se penche pour embrasser la petite Khadija : « Bonjour mademoiselle, lui lance-t-il, comment t’appelles-tu ? » Il se tourne vers Mohammed VI : « Majesté, c’est grâce à vous qu’on est là. Merci. » C’est effectivement le roi qui est à l’initiative du voyage : quelques heures après l’élection du nouveau président, une invitation lui a été adressée par le palais pour une visite « d’amitié » au royaume.

Lire l'article:

C'EST QUOI LE CHUM ???



Veynes, le 29/09/17

C'EST QUOI LE CHUM ???
Centre d'Hébergement d'Urgence de Mineurs exilés
  • un lieu d'accueil digne et solidaire auto-géré ouvert depuis le 6 septembre 2017,
  • une maison réhabilitée et aménagée en 3 semaines pour répondre à une situation d'urgence,
  • une vingtaine de migrants mineurs isolés de 15 à 17 ans venus du Sénégal, Cameroun, Guinée Conakry, Mali, Sierra Leone en sécurité et en confiance, avec un toit, de quoi manger et des soins appropriés,
  • un collectif informel de 15 permanents soutenus par des dizaines de personnes qui apportent leur soutien ponctuel mais précieux !
  • une organisation avec 1 AG et 1 réunion de vie du lieu par semaine,
  • le suivi des démarches administratives pour les jeunes (reconnaissance de minorité, demande d’asile, scolarité…),
  • de la coordination avec les autres acteurs de l'accueil de migrants du 05 (la CIMAD, les réseaux Hospitalité et Welcome, la paroisse de Gap, la maison Cézanne à Gap, les familles d'accueil...),
  • un accueil à moindre coût basé sur de la solidarité.

La réalité à laquelle nous devons faire face :

Ces jeunes ont quitté leur pays parce qu'ils y vivaient l'impensable. Ils ont quitté leur lieu de vie, ont survécu aux rebelles Lybiens et au carnage de la Méditerrannée.
Pour certains, ils ont passé plusieurs années sur la route confrontés à l'insécurité, au chantage, au racket, à la spoliation, à l'esclavage, à la prison, à la maltraitance, au viol... D'autres y ont laissé leurs vies (les femmes notamment arrivent très rarement jusqu'ici). Ils ne peuvent pas retourner chez eux...

Aujourd'hui, ils arrivent en France par les Hautes-Alpes, surtout depuis la fermeture de la frontière dans la vallée de la Roya.

Face à la crise migratoire qui touche l'Europe, la France s'est engagée en septembre 2015 à accueillir une partie des réfugiés qui transitent par l'Italie. Pourtant, même les demandeurs d'asile issus des six pays considérés officiellement en guerre ne sont pas tous acceptés sur notre territoire.

Alors le CHUM a été ouvert pour pallier aux manquements du conseil départemental qui refuse d'assurer sa mission légale de protection et de mise à l'abri des mineurs isolés.
C'est une initiative collective qui a pour unique souci la prise en charge des jeunes mineurs laissés à la rue par les institutions censées les protéger.

Aujourd'hui, le CHUM a besoin de vous !

Coups de main pour les travaux, chauffeurs, animation d'ateliers, proposition de sorties, cours de français, soutien à la communication, collecte de nourriture, relai d'information et d'opinion, référents jeunes, personnes pour assurer des permanences, mise en place d'événements de soutien pour collecter des fonds et toutes autres actions à inventer !

Des habitant-e-s solidaires des Alpes du Sud

Pour être informé des avancées et des besoins du CHUM,
inscrivez-vous à notre liste de diffusion
en venant au CHUM ou en appelant : 07 58 43 01 00

La "maison des chefs de gare » est située 23 avenue des Martyrs à Veynes
(rond-point direction Grenoble, 300m à gauche)


---
To unsubscribe: <mailto:chum-veynes-unsubscribe@lists.riseup.net>
List help: <https://riseup.net/lists>

eseau hospitalite <reseauhospitalite@gmail.com>

07:50 (Il y a 29 minutes)



Sahara occidental : nouveau revers pour le Maroc à Bruxelles


    Le sommet UE – Afrique devient le Sommet UE – UA. L’Union européenne (UE) et l’Union africaine (UA) se sont accordés sur la “relabellisation” du prochain sommet entre Européens et Africains, prévu les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan (Côte d’Ivoire), le sommet UE-UA, a affirmé ce samedi l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani à l’agence APS.

    Contrer les pressions marocaines

    « Une convergence de vues s’est dégagée entre l’UA et l’UE sur la ‘‘relabellisation’’ du prochain Sommet UE-UA qui aura lieu à Abidjan, les 29-30 novembre 2017, dénommé lors des précédentes éditions Sommet UE-Afrique », a précisé le diplomate algérien, en première ligne dans la défense du dossier du Sahara occidental auprès de l’Union européenne.
    Cette convergence « vient ainsi mettre en échec les manœuvres et les pressions exercées par le Maroc sur l’institution européenne directement, ou par le biais de pays européens qui lui sont favorables, afin d’exclure du prochain Sommet la République arabe sahraouie démocratique (RASD), pays fondateur de l’Union africaine avec lequel le Maroc a accepté de siéger en adhérant à l’institution panafricaine et en procédant à la ratification de son acte constitutif, sans conditions et sans réserves », a précisé le diplomate algérien.

    Mise en garde

    Des invitations pour participer au dit Sommet seront envoyées aux 55 États membres de l’UA, dont le Sahara occidental.
    « Avec cette convergence de vues entre les deux organisations régionales, le Maroc est prévenu de toute tentative de mise en échec du prochain Sommet UE-UA dont il endossera l’entière responsabilité comme ce fut le cas lors de la tentative humiliante avortée à Maputo à l’occasion de la réunion ministérielle sur le développement de l’Afrique (TICAD-VI), tenue du 23 au 25 août dernier », a mis en garde Amar Belani.

    Pourquoi le Maroc et Mohammed VI sont intouchables en France


    27/9/2017

      Par Sadek Sahraoui, 27/9/2017 – 

    Le journaliste et professeur marocain de droit constitutionnel à l’Université de Settat (Casablanca), Omar Brouksy, s’apprête à publier une enquête très intéressante sur tous ces hommes et toutes ces femmes qui travaillent dans l’ombre, notamment en France, pour protéger la monarchie marocaine et les intérêts de ses fidèles serviteurs. Intitulée La république de sa majesté, cette enquête soutient que c’est à cette élite que Mohammed VI doit le traitement de faveur dont lui et son pays bénéficient en France.

    Pourquoi le rejeton de feu Hassan II y est-il aussi chouchouté ? Dans un entretien accordé cette semaine au site britannique Middle East Eye, Omar Brouksy explique que cette élite constituée en réseau et lobby a des intérêts personnels, économiques, politiques très importants au Maroc. «Elle traverse tous les secteurs : la politique, les affaires, la culture… et son influence à travers les médias est énorme», précise l’universitaire marocain, qui mentionne que quelqu’un comme Bernard Henry Levy (BHL) a, par exemple, beaucoup fait pour faire oublier le Maroc de la torture et promouvoir l’image d’un royaume moderne et respectueux des droits de l’Homme.

    Lire la suite : https://www.algeriepatriotique.com/.../maroc-intouchables-france...

    Justice pour les jeunes isolé.e.s étranger.ère.s






    Justice pour les jeunes isolé.e.s étranger.ère.s

    Ce blog est ouvert à ceux qui, solidaires des jeunes isolé.e.s étranger.ère.s, s’indignent du sort qui leur est fait. Un blog pour fédérer les énergies, pour un état des lieux, multiple et mobilisateur, des écrits, les nôtres, ceux des jeunes, des images, tout ce qui peut contribuer à créer une alerte publique nationale, et engager une politique d'accueil respectueuse des droits de l'enfant. 
    9 septembre 2017
     Justice pour les Jeunes Isolé.e.s Etranger.ère.s
    Mineur.e.s ou très jeunes majeur.e.s, il.elle.s ont souvent derrière eux, elles, déjà, des années d’expériences difficiles et parfois tragiques. Si peu visibles, aperçu.e.s dans le bidonville de Calais, les sentiers de la Roya, sous le métro aérien de la Chapelle ou ailleurs. Invisibles quand il.elle.s dorment dans une gare ou un hall d’immeubles, comme tant d’autres.
    Mineur.e.s ou jeune majeur.e.s en danger, la loi et les conventions internationales leur donnent droit à la protection publique, une mission qui incombe aux départements. Ceux-ci établissent avec la police et les tribunaux le tri cynique entre ceux et celles qui seront reconnu.e.s mineur.e.s et les autres, déclaré.e.s majeur.e.s après un entretien suspicieux, un document jugé douteux ou les conclusions aléatoires d’une expertise d’âge osseux. Pour quelques-un.e.s, c'est la fin du voyage, désespérés, telle celle de Denko, 16 ans, qui se jette du 8ème du foyer de Chalons en Champagne, atroce, pour Souleyman, 15 ans, laissé à la rue, écrasé dans un parking des urgences du CHU de Bordeaux où il s’était réfugié pour dormir.

    À travers mes souvenirs et mes larmes – Lettre à mon fils,





    « Vous me parlez d’un terroriste, mais moi, je vous parle de mon enfant, d’un enfant que j’ai porté pendant neuf mois, que j’ai mis au monde, que j’ai allaité, que j’ai protégé… Si j’avais pu choisir, j’aurais donné ma vie pour que cela n’arrive pas. »
    C’est par ces mots que Fatima s’exprimait pour France Info, en décembre 2016.  
    Fatima est la maman de Bilal, né à Bruxelles le 22 janvier, 1995, parti pour la Syrie le 18 février 2015 et décédé à Paris, à 500 mètres du Stade de France, le 13 novembre 2015.
    Par cette lettre à son fils, Fatima nous livre son témoignage d’amour, d’angoisse et de désespoir mais aussi son combat pour renvoyer l’image de son fils tel qu’elle l’a connu et aimé, avant que des inconnus d’elle ne le lui arrachent. À lire absolument pour sortir des clichés sur ces jeunes et sur leur famille !

    Pour commander le livre, merci de verser 10 euros (= 7 euros + 3 euros de frais d’envoi) sur le compte
    Antidote
    IBAN : BE20 0004 2359 4956  
    BIC: BPOTBEB1XXX

    Répression au Rif: des activistes marocains dénoncent le "silence complice" de l'UE

    Siha Moha, 27/9/2017

    BRUXELLES- L'activiste sociale et politique marocaine, Fatima Beladel a dénoncé mardi à Bruxelles le "silence complice" de l'UE et des gouvernements européens par rapport à la vague de répression et d’arrestations arbitraires au Rif (Nord du Maroc), plaidant pour un "soutien international" en faveur de la libération des détenus marocains.
    "Pourquoi l'UE n'a pas soutenu la mobilisation du Rif?" s'est-elle interrogé lors d'une soirée organisée sur le thème de "Révolte dans le Rif, quel avenir pour le Hirak", estimant que "les gouvernements européens sont complices" pour avoir fermé les yeux sur "des pratiques de torture révélées par des organisations et activistes marocains".
    Cette activiste marocaine a regretté, à ce titre, que l'UE ait cédé au chantage des autorités marocaines de la collaboration contre le terrorisme. "Le Maroc joue la carte du terrorisme et l'utilise pour faire pression sur l'UE afin de ne pas intervenir", a-t-elle soutenu.

    La tyrannie de Hassan II et les années de plomb sont de retour avec force et violence

    Maroc / L’État-voyou expliqué à ma fille...

    La tyrannie de Hassan II et les années de plomb sont de retour avec force et violence, clairement, franchement, et sans décence... par son fils Mohammed VI...
    Aujourd'hui, tant de prisonniers d'opinion sont en grève de la faim et risquent de perdre la vie d'un moment à l'autre...
    J'en appelle à l'opinion internationale d'enregistrer et d'agir pour dénoncer la dictature au Maroc. Et j'interpelle les intellectuels du pays du Couchant de sortir de leur léthargie et d'être dignes et honnêtes pour arrêter la dérive, sous leurs yeux, de ce régime délétère qui enfonce de plus en plus le pays dans un abîme très sombre...

    Invasion, annexion, construction d’un mur… Quels droits pour les Sahraouis ?

    Pour les droits des Sahraouis

    Publié le  
    Je commence par un détour. La langue française et le sexisme grammatical construit par l’académie. Ainsi Marie-Jo Fressard est la marraine de prisonniers politiques sahraouis. Et en tant que marraine, elle les parraine… (A paraître : Manuel de grammaire non sexiste : manuel-de-grammaire-non-sexiste/). Des prisonniers politiques, une marraine, un long travail de soutien. 
    L’auteure rappelle que « Le régime monarchique, qui affirme qu’il n’y a plus de prisonniers politiques au Maroc applique l’infaillible recette des dictateurs pour transformer un prisonnier politique en prisonnier de droit commun : une « bonne » torture pour faire avouer un des nombreux forfaits hautement sanctionnables : atteinte à la sacralité du monarque, à la famille royale, à l’intégrité territoriale, à la marocanité du Sahara, outrage au drapeau, caricature, utilisation des expressions Sahara « occidental », « colonisation », qui sont qualifiés d’atteinte à la sureté de l’Etat, etc. »

    L’auteure revient sur l’histoire de ce territoire, parcouru par des nomades avant 1884, colonisé par l’Espagne de 1884 à 1972 (depuis les années 50, l’ONU exige la décolonisation de ce pays, qualifié de « territoire non autonome »), de 1973 à aujourd’hui « de la guerre de décolonisation à l’occupation marocaine qui se prolonge » (Espagne, Maroc, Mauritanie)… La stratégie du royaume marocain est expliquée, gagner du temps, renforcer sa position, coloniser les territoires occupés… sans oublier la construction d’un mur de 2 720 kilomètres de long, un mur qui coupe le pays en deux, un mur érigé, doit-on le préciser en violation du droit international.
    Une société vivante, la République arabe sahraouie démocratique (RASD), les « fils des nuages ». Marie-Jo Fressard en décrit de nombreux aspects. Elle aborde aussi l’exil et la diaspora, « Hors du Sahara occidental, tout est exil pour les Sahraouis ».
    J’ai notamment été intéressé par les pages sur les marrainages/parrainages, les appels téléphoniques, les parcours de vie de prisonniers, les résistances…
    Comme l’indique Samuele de l’Apso dans sa postface, Marie-Jo « transmet par ses écrits les vies écorchés d’hommes avides de liberté et d’égalité, mais elle partage aussi volontiers les matériaux et les instructions pour assembler un four solaire pas cher, et la recette des délicieux petits gâteaux à y cuire »

    Je reste toujours surpris par le silence de celles et ceux qui soutiennent, à juste titre, les droits des Palestinien-ne-s mais sont bien silencieuses et silencieux sur ceux des Sahraouis. Y aurait-il des colonialismes plus acceptables que d’autres ? Je rappelle que les déclarations des Sahraouis concernant la Palestine sont sans ambiguïté. Nous devons soutenir les un-e-s et les autres contre les pays colonisateurs, là Israël, ici le Maroc… Un livre donc à diffuser, une solidarité à développer.
    « Face à l’injustice faite à la nation sahraouie, à ce pays dont les habitants originaires ont une langue, une culture, un gouvernement propre, il y a les petites mains, les croyances, les courages des Sahraouis, et des amis, aiguillant chaque fois que possible les consciences endormies »
    .
    En complément possible :
    43 avocats internationaux en soutien aux militants sahraouis de Gdeim Izik, 43-avocats-internationaux-en-soutien-aux-militants-sahraouis-de-gdeim-izik/
    Le Sahara Occidental, dernière colonie d’Afrique, le-sahara-occidental-derniere-colonie-dafrique/
    La délégation sahraouie en Espagne dénonce l’ouverture d’une annexe de l’Institut Cervantès à El Ayoune occupée, la-delegation-sahraouie-en-espagne-denonce-louverture-dune-annexe-de-linstitut-cervantes-a-el-ayoune-occupee/
    La question de la justice environnementale et sociale au Maroc passe par le Sahara Occidental, la-question-de-la-justice-environnementale-et-sociale-au-maroc-passe-par-le-sahara-occidental/
    Agounia, agounia/
    Electrifier le pillage : Ce que le Maroc et Siemens cachent à la COP22, Marrakech, electrifier-le-pillage-ce-que-le-maroc-et-siemens-cachent-a-la-cop22-marrakech/
    VERT ne veut pas dire PILLAGE ! : Lettre ouverte de la société civile sahraouie à la COP22, vert-ne-veut-pas-dire-pillage-lettre-ouverte-de-la-societe-civile-sahraouie-a-la-cop22/
    Ressources naturelles et intifada : pétrole, phosphates et résistance au colonialisme au Sahara occidental :
    Aminatou Haïdar : « Je ne comprends pas que les gouvernements d’Espagne soient toujours du côté opposé au peuple », aminatou-haidar-je-ne-comprends-pas-que-les-gouvernements-despagne-soient-toujours-du-cote-oppose-au-peuple/
    Sahara occidental : la honte d’une Espagnole, sahara-occidental-la-honte-dune-espagnole/
    Sahara Occidental : Un mur autour d’El Aaiun occupée, protection ou agression ?, sahara-occidental-un-mur-autour-del-aaiun-occupee-protection-ou-agression/
    Greve de la faim illimitée des prisonniers de Gdeim Izik, greve-de-la-faim-illimitee-des-prisonniers-de-gdeim-izik/
    18 Février : Journée de solidarité avec les femmes sahraouies, 18-fevrier-journee-de-solidarite-avec-les-femmes-sahraouies/
    Chez le même éditeur :
    Sous la direction de Denis Véricel et Apso : Lutter au Sahara.Du colonialisme vers l’indépendance au Sahara occidental, elles-et-ils-sappellent-fillesfils-des-nuages-parce-que-depuis-toujours-elles-et-ils-poursuivent-la-pluie/
    APSO : Les sahraouis en 2018 suivi de Imagine. Il faut partir. Politique fiction, independance-et-reconnaissance-du-sahara-occidental/
    .
    Marie-Jo Fressard : Drôle d’occupation pour une grand-mère
    Histoires de prisonniers politiques sahraouis, petite histoire du conflit
    Apso, Givors 2017, 84 pages, 8 euros
    Didier Epsztajn