Chers amis lecteurs solidmar,


Solidmar est fatigué ! Trop nourri ! En 8 ans d’existence il s’est goinfré de près de 14 000 articles et n’arrive plus à publier correctement les actualités. RDV sur son jumeau solidmar le 2ème !




Pages

mardi 22 juin 2010

"Ah bon, t'es journaliste! Tu sais ce qu'on en fait, des journalistes?"

par Omar RADI, journaliste, Le Temps

La ville de Rabat accueillait, ce dimanche 20 juin, la marche nationale de commémoration des évènements de révolte du 20/21 Juin 1981 où plusieurs citoyens ont été assassinés (notamment à Casablanca), et dont le sort de certains est resté à ce jour, inconnu. Au moment où plusieurs policiers d'intervention rapide s'attaquaient à une jeune de l'association nationale des diplômés chômeurs, j'ai pris mon téléphone portable et j'ai commencé à photographier la scène. Je me fais tout de suite arrêter par les policiers, et leurs sbires en civil ont tout de suite commencé à me frapper de tous les côtés de mon corps, principalement le ventre et l'appareil génital, où les coups laissent le moins de trace. Ils étaient une dizaine, ils m'ont entouré pour que personne ne voie ce qui se passe à l'intérieur du cercle. Et c'est là où coups et insultes s'alternaient :

(En darija)
1. "Ah bon, t'es journaliste! Tu sais ce qu'on en fait, des journalistes? On les en**le!"
2. "Sale fils de p***! ta citoyenneté, on va t'asseoir dessus"
3. "Tu vas voir espèce d'enc***, on va te ni*** ta mère"...

Bien évidemment, après ce lot d'insultes, j'ai refusé de décliner mon identité. Je leur ai également signifié que je ne disposais pas de carte de presse, mais que j'étais journaliste, et que le téléphone que j'avais entre les mains était un téléphone professionnel, appartenant au magazine Le Temps, pour qui je faisais la couverture de cette marche.
Après tout cela, deux policiers en civil ont rejoint leurs collègues. Les deux m'ont reconnu, l'un d'eux m'a expliqué qu'ils cherchaient depuis un moment à me "tomber dessus".
Après un quart d'heure, ils me relâchent et me remettent le téléphone portable vidé de sa mémoire.

La Flottille de la Liberté: témoignages

Youcef Benderbal: Le devoir d’agir contre le blocus israélien de la bande de Gaza

Entrevue réalisée par Aziz Enhaili pour Tolerance.ca, 21 juin 2010

Youcef Benderbal est responsable depuis 2003 de la communication du Comité de bienfaisance et de secours aux Palestiniens (CBSP). Une organisation soupçonnée par ses détracteurs de collecter des fonds pour le Hamas palestinien. Il était le premier des sept humanitaires français à retourner dans l’Hexagone, après l’arraisonnement israélien sanglant de la «Flottille de la liberté», qui se dirigeait vers la bande de Gaza. Comme il se trouvait sur place au moment des événements, nous l’avons interviewé pour récolter son témoignage sur ce qui s’était passé dans les eaux internationales.

Aziz Enhaili: Pouvez-vous nous présenter brièvement le (ou les) organisateur(s) de la «Flottille de la liberté» pour la bande de Gaza?

Youcef Benderbal: La «Flottille de la liberté» a été le fruit d'une âpre et longue préparation qui a nécessité un nombre important de réunions. Ce fut un travail entrepris au nom des valeurs et principes humanitaires quoiqu'en disent nos détracteurs. Les principaux organisateurs qui figurent au centre de la coalition sont: le mouvement «Free Gaza», la «Campagne Européenne pour la fin du blocus de Gaza» (ECESG), l'ONG turque «Insani Yardim Vakfi» (IHH), l'«Organisation Perdana pour une Paix Globale», les ONG grecque et suédoise «Bateau Pour Gaza» et le «Comité International pour la levée du blocus de Gaza». S’y ajoutent de nombreuses organisations (dont la mienne, le «Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens»: CBSP), qui ont apporté un soutien financier. Le CBSP agit, depuis sa création en 1990, au nom de la générosité du peuple français. Contrairement à ce que rapportent nos détracteurs, nous n'entretenons aucune relation avec quelque mouvement palestinien que ce soit. Nous sommes une ONG française qui œuvre dans la légalité et la transparence en toute indépendance. Cela fait 20 ans que nous aidons le peuple palestinien dans son ensemble à travers de nombreux projets civils. Le CBSP agit également au profit des réfugiés palestiniens vivant dans les camps du Liban et de Jordanie. En 2009, notre ONG a récolté plus de 13 millions d'euros de dons dont 4,5 millions consacrés aux Gazaouis durant la même année. C'est au nom des milliers de donateurs qui nous font confiance que nous répondons à la détresse et que nous préservons la dignité des plus vulnérables. Le CBSP est un facteur de paix et non un vecteur de haine. Pour ce qui est de l’IHH, je ne l’ai connu que récemment. Elle a apporté une contribution majeure au sein de la coalition internationale. Dès le départ, ses responsables ont expressément mis en avant le caractère humanitaire de leur mission prenant soin de mettre en garde les autorités israéliennes contre toute attaque. En vain! Ce qui a conduit par la suite aux évènements tragiques qui étaient en soi évitables.

Aziz Enhaili: Quelles ont été les raisons qui vous avaient poussé à lancer cette opération humanitaire?

Youcef Benderbal: Mon organisme, le CBSP, a rejoint cette initiative internationale d’aide à la population de la bande de Gaza. Face à une situation humanitaire plus que désastreuse qui accable cette population, nous avons uni nos efforts pour lui signifier qu'elle n'était pas seule au monde en ces moments pénibles. Notre action commune représente, à plus d'un titre, une solidarité internationale vivante: 10 000 tonnes d'aides humanitaires furent ainsi réunies en faveur des Gazaouis. Le CBSP a quant à lui débloqué un million d'euros pour l'acquisition d'une centaine de maisons préfabriquées dans le cadre d'une campagne solidaire intitulée «Une famille, un toit». Une action qui s’explique par le fait que plus d’un an après la fin de l'opération israélienne de l'hiver 2008/2009, du nom de «Plomb durci», la phase de reconstruction de la bande de Gaza n'a jamais débuté et des familles entières continuent de dormir dans des tentes.

Aziz Enhaili: Quels étaient les objectifs recherchés par le comité organisateur de cette opération?

Youcef Benderbal: En aucun cas, la «Flottille de la liberté» ne s'est constituée en prônant la haine des Juifs ou la violence anti-israélienne. Je le dis et le répète, le caractère de ce convoi maritime exceptionnel était strictement humanitaire. Apporter de l'aide à une population totalement coupée du monde est un acte de solidarité humaniste. En aucun moment, nous nous sommes inscrits dans le registre de la provocation ou celui de la confrontation. Nous avons répondu sans tergiverser à une profonde détresse gazaouie connue de tous. Un haut responsable onusien s'est même prononcé en faveur de l'acheminement de l'aide y compris par voie maritime. L'humanité régresse à coup sûr lorsque des drames insoutenables comme celui de Gaza s'installe dans la banalisation. Aider au plus près et agir contre le blocus étaient, à nos yeux, un devoir à accomplir.

Aziz Enhaili: Comment cette initiative s'est-elle déroulée?

Youcef Benderbal: En constatant combien le blocus israélien de la bande de Gaza a affecté tous les aspects de la vie de la population civile (dont le décès de centaines de patients faute de soins appropriés), nous ne pouvions rester les bras croisés. Il fallait agir sans plus tarder. La «Flottille de la liberté» était composée au final de six bateaux civils. Nous avons assisté personnellement au chargement du cargo grec (le Spendova). L'aide humanitaire comprenait, entre autres, une centaine de maisons préfabriquées, une quarantaine de fauteuils électriques pour personnes handicapées, des stations de dessalement, du matériel médical. Durant quatre jours, il y avait une activité intense et fébrile dans le port d'Athènes. De l'aveu même des organisateurs, un tel succès n'était pas prévisible. Au fil des mois de préparation, le doute a cédé la place à la certitude. On ne s'attendait pas que pareille initiative crée une formidable chaîne de solidarité mondiale. On compte plus d'une quarantaine de nationalités associées à cette initiative. Des centaines de personnes de tous bords épris de paix et de justice et dont le seul dénominateur commun était: Halte au blocus de la bande de Gaza!

Aziz Enhaili: Avez-vous été surpris de l'emballement de la gestion de cette opération?

Youcef Benderbal: Tous les participants internationaux ont été jusqu'au bout de leur engagement. Face aux menaces de Tsahal, notre détermination a été la plus forte. Le droit et la justice sont de notre côté. Nous n'avons rien fait d'illégal pour avoir été agressé avec une violence qui a coûté la vie à neuf personnes, sans compter les nombreux blessés, qui plus est, dans les eaux internationales. Au-delà des sursauts de conscience que nous espérons, les médias du monde entier devraient plus s'attarder sur les violations du droit international par l'armée israélienne qui, de notre point de vue, agit en toute impunité. Il ne faudrait surtout pas oublier les autres atteintes contre la paix: colonies, check-point, mur en Cisjordanie, destruction, menaces et expropriation à Jérusalem-Est...

Aziz Enhaili: Y avait-il à bord du bateau turc des armes?

Youcef Benderbal: En raison d’une démarche humanitaire stricte, le «Mavi Marmara» ne possédait aucune arme à bord. Les témoignages de dizaines d'internationaux présents à bord abondent dans ce sens. D'ailleurs, ce bateau affichait ostensiblement son pacifisme par un message inscrit en gros caractères et en plusieurs langues y compris en hébreu. Plus de deux semaines après l'assaut meurtrier de la «Flottille de la liberté», qu'ont trouvé les Israéliens de si dangereux à bord de nos bateaux? Uniquement de l'aide humanitaire! Aucun des centaines de civils à bord du ferry turc n’était armé! En les assaillant de nuit dans les eaux internationales, les commandos israéliens s'attendaient-ils à un accueil chaleureux. Ils ont sous-estimé la réaction légitime des passagers qui se sont sentis menacés. Il est tout à fait normal de craindre pour sa vie et celle de ses proches. La version de l'agresseur «agressé» ne résiste pas longtemps à l’examen des faits qu’on ne peut occulter.

Aziz Enhaili: Avez-vous atteint vos objectifs?

Youcef Benderbal: L’unique souhait du CBSP et de l'ensemble des membres de la Flottille était d’apporter une aide concrète aux habitants de la bande de Gaza, qui sont assiégés et affaiblis. Par notre présence et notre soutien, nous avons voulu être une source de réconfort pour eux. Il est inconcevable, voire inacceptable, de laisser 1,5 millions d'êtres humains enfermés dans un territoire exsangue et surpeuplé. Parallèlement, nous nous sommes opposés de façon pacifique à cette cruelle punition collective qu'est le blocus israélien. Rappelons-nous que ce dernier est tout à fait illégal au regard du droit international humanitaire. Nous avions tant souhaité que l'aide humanitaire soit acheminée par nos propres soins et non par ceux des Israéliens. Maintenant, de plus en plus de consciences s'insurgent devant autant de souffrances. Il y a un réel consensus de par le monde: le blocus illégal de la bande de Gaza doit cesser au plus vite!

Aziz Enhaili: Quelle est la suite que vous entendez donner à votre opération?

Youcef Benderbal: Il est évident que d'autres «Flottilles de la liberté» se mettront en place tant que le blocus israélien perdure. D'ores et déjà, on ne compte plus le nombre de sympathisants qui expriment leur désir de participer aux prochains convois. Une fois de plus, la mobilisation est mondiale, et la solidarité immense. Nous sommes conscients de la difficulté de notre mission axée autour de l'aide humanitaire au profit de Gaza. Aussi, il est du devoir de la Communauté internationale dans son ensemble de mettre un terme définitif aux agissements israéliens chaque fois qu’ils se révèlent contraires au droit international. Nous avons vu où peut mener l'impunité des uns et l'irresponsabilité des autres...

Aziz Enhaili: Si oui, dans combien de temps prévoyez-vous «récidiver»?

Youcef Benderbal: Les prochains mois seront mis à profit pour mettre en œuvre une flottille humanitaire rassemblant encore plus de bateaux, encore plus de participants. On ne peut que se féliciter de voir qu'il existe dans de nombreux pays une mobilisation qui va dans ce sens. Rappelons que ces actions totalement pacifiques sont la conséquence directe de ladite impuissance de la Communauté internationale. Les paroles aussi sincères soient-elles ne suffisent plus. Place au respect du droit!