mardi 18 février 2020

“Le dossier du journaliste Bouachrine est le plus inquiétant pour les autorités marocaines " selon RSF

Reporters Sans Frontières : “Le dossier du journaliste Bouachrine est le plus inquiétant pour les autorités marocaines

Chaque fois qu’elle publie un rapport ou une déclaration, les yeux du régime  sont grands et le considère avec suspicion et colère alors qu’elle affirme  qu’elle ne fait qu’observer et enregistrer la situation de la liberté d’opinion et d’expression, et que sa mission consiste à protéger le droit des journalistes à parler dans un contexte caractérisé par une « haine » croissante contre les journalistes du monde entier . Il s’agit de l’organisation internationale Reporters sans Frontières . 
 Nous donnons l’occasion dans cette interview avec son représentant en Afrique du Nord, Mr Soheib Khayyatti, à nos lecteurs pour écouter sa version sur les relations entre RSF et l’Etat Marocain , les circonstances du dialogue entre les deux parties et les dossiers les plus pénibles qu’elle a eu l’occasion de traiter  et qui ont provoqué la colère des autorités, ainsi que sur la probabilité pour le Maroc de glisser vers la catégorie des  pays franchement hostiles à la liberté de la presse.
À l’approche de l’annonce par votre organisation du classement annuel international de la liberté de la presse, comment peut-on décrire 2019 à ce niveau ?
Nous pensons que les menaces à la liberté de la presse dans le monde augmentent de façon spectaculaire à mesure que les attaques contre les journalistes et les organisations de médias s’intensifient et que la rhétorique anti-presse des dirigeants politiques et des forces politiques et religieuses s’intensifie. De nombreux endroits sont devenus dangereux pour les journalistes. Nous notons ici que le nombre de journalistes tués en 2019 est le plus bas en 16 ans en raison de la baisse des meurtres de journalistes dans des zones de conflit armé comme la Syrie, le Yémen et l’Afghanistan, tandis que les journalistes sont susceptibles d’être tués dans des zones décrites comme des «pays en paix», et ce pourcentage augmente d’année en année.  
En revanche, le nombre de journalistes victimes de détention arbitraire a augmenté et nous avons enregistré 389 cas à la fin de 2019, dont la moitié en Chine, en Égypte et en Arabie saoudite. Nous rappelons que le titre choisi pour le rapport de l’année sur le classement mondial est  « Le Mécanisme de la peur travaille à plein régime » pour démontrer que la fréquence de la haine contre les journalistes a atteint des degrés dangereux de violence et que les régimes autoritaires resserrent leur emprise sur les médias dans un environnement d’hostilité à leur égard.
Au cours de la dernière année, votre organisation a interagi avec certains dossiers soumis à la justice Marocaine et un nombre élevé de communiqués de RSF ont été consacrés au Maroc, Est-ce spécifique au Maroc ou bien votre démarche  s’applique-t-elle à tous les pays de la région ?
L’Office nord-africain opère sur quatre pays, à savoir la Libye, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, et ses tâches comprennent le suivi et la documentation des violations dans la région, nos règles et normes s’appliquent à tous les pays et nous travaillons avec les mêmes mécanismes et il n’y a aucune intention d’augmenter la taille ou le nombre de communiqués publiées à propos d’un pays ou d’un autre. Si on note une baisse de ceux consacrés à  la Tunisie, cela est dû à une diminution du nombre  de violations, et dans le cas de la  Libye, cela est dû à l’absence de journalistes sur le terrain et au départ  de la plupart des médias hors de Libye. Nous ne « traquons » pas un pays, nous ne faisons que publier des cas de  violation. Ces dernières semaines, nous avons fait un grand effort pour travailler sur la situation des journalistes algériens, qui n’est pas mesurée par le pourcentage de communiqués  simplement parce que les tâches de l’intervention sont multiples.
N’avez-vous pas une certaine influence  sur la conduite des procès t des jugements  et en général sur  le travail de la justice avec vos communiqués?
C’est souvent le cas des organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme qui luttent pour exiger un procès équitable et  s’intéressent à des procès d’opinion et des procès politiques. Il ne nous appartient pas à nous ni  à d’autres d’interférer dans la marche du pouvoir judiciaire ou de nuire à son indépendance, mais il est de notre devoir d’alerter chaque fois que nous constatons des abus ou des manquements de quelque part que ce soit. La norme actuelle  dans de nombreux pays, c’est que ce sont les acteurs politiques et les forces influentes qui interfèrent dans le travail du pouvoir judiciaire et non les défenseurs des droits de l’homme qui réclament toujours l’indépendance du pouvoir judiciaire et que les  droits soient garantis. Il y a de nombreux cas, dans notre région, où le pouvoir judiciaire a rendu une décision ou un verdict criminalisant le travail journalistique, mais il s’agissait de décisions politiques qui instrumentalisent le pouvoir judiciaire, et c’est la différence fondamentale entre ceux qui prônent l’indépendance de la magistrature et luttent contre son instrumentalisation et ceux qui emploient le pouvoir judiciaire et nous accusent ensuite d’interférer dans le cours de la justice!!
Immédiatement après que votre organisation a annoncé que le Maroc se classe à la 135e position à l’échelle internationale en matière de  liberté de la presse pour 2019, le ministère de la Communication a répondu par un communiqué vous accusant d’impartialité et d’agressivité à l’égard du Maroc. Quels critères sont adoptés dans la classification et comment interagissez-vous avec les réactions officielles?
Je commencerai par la deuxième partie de votre question, car après la publication de cet communiqué le 19 avril 2019, nous avons envoyé un représentant de l’organisation qui a  rencontré M. Mohamed Al-Araj, le ministre de la Communication de l’époque, et M. Mustafa Al-Ramid, ministre des droits de l’homme, et les positions de l’organisation ont été présentées, mais en gros nous voulions exprimer aux autorités marocaines que nous ne voulions pas cibler le Maroc dans l’absolu et nous demandons le dialogue et cherchons à nous associer à lui afin d’atteindre les objectifs que nous partageons avec les instances, les associations et les militants du Maroc et du monde entier.

Certaines des réponses des  marocaines sont quelque peu vives, et nous allons exactement dans la direction opposée où nous demandons la réunion et le dialogue et discutons des possibilités de réaliser certains avancées, nous ne voulons pas rompre avec le régime et ne cherchons pas l’hostilité même si nos positions sont critiques et pointues, elles relèvent de nos rôles et de nos tâches qui consiste à défendre les droits humains et la liberté de la presse et à protéger les journalistes et les médias.
Quant aux critères de classification, ils sont principalement compris de tous les pays du monde et n’ont pas de double emploi du tout, où l’organisation adopte essentiellement un questionnaire dans plus de vingt langues et les questions sont divisées en axes:
  • Pluralisme, ce qui signifie le degré de présence de différentes opinions dans l’espace médiatique,
  • l’indépendance des médias de toute Autorité politique, gouvernementale, économique ou religieuse,
  • Climat de travail et d’autocensure,
  • Cadre législatif ,
  • Transparence,
  • Infrastructure des institutions médiatiques,
  • Violations, c’est-à-à-d. l’ampleur des attaques contre les journalistes et les médias.
Il y a  plus le recours aux rapports des bureaux RSF à travers le monde, ce n’est pas une tâche temporaire, mais se fait tout au long de l’année en recueillant, en analysant et en la soumettant à des mécanismes scientifiques éprouvés.
Par conséquent, il est erroné de dire que la classification est subjective et  que ceux qui le revendiquent, et que ceux qui  désirent le progrès  d’un pays devraient travailler à l’amélioration de ces  indicateurs que nous avons mentionnés. Nous sommes également intéressés par le progrès  du Maroc, et nous cherchons donc à travailler avec tout le monde, y compris les autorités, pour dépasser les violations, réformer le cadre législatif et lever les restrictions imposées aux journalistes et aux médias.
L’administration pénitentiaire marocaine a publié un communiqué  concernant le fait que votre organisation s’est intéressée à un cas de  grève de la faim d’un  détenu du mouvement protestataire du Rif, vous accusant de servir des agendas étrangers et même de saper les  intérêts suprêmes du royaume. Comment avez-vous réagi à cette accusation grave ?
En effet, notre communiqué n’a aucun coté “politique” et ce qui a été publié par cet organe n’était pas seulement négatif à notre égard mais aussi à l’égard du gouvernement du Maroc, non seulement pour son contenu mais aussi pour son ton très tendu. Parfois, il y a des «fonctionnaires» qui «se précipitent» à réagir au motif de vouloir  défendre le régime et les autorités et finalement  tombent dans le délit  d’offense au  régime et à l’État.
Nous ne sommes pas d’accord avec l’autorité marocaine sur les questions de liberté des médias, mais nous connaissons aussi la performance de l’Etat marocain face à de nombreuses questions, et comme l’entête du communiqué mentionnait le Chef du Gouvernement, nous avons voulu d’abord vérifier l’authenticité de ce communiqué, c’était vraiment étrange. Nous n’avons pas voulu répondre parce qu’il est responsable de ne pas s’engager dans la controverse de la même manière et principalement parce que nous sommes intéressés à communiquer avec les vraies autorités gouvernementales, avec qui nous ne sommes pas d’accord, le dialogue avec elles sera très respectueux et le discours d’un bon niveau et ne tombera pas dans “l’insulte ou la diffamation”.
Nous soulignons que nous ne sommes au service d’aucune entité et qu’aucun pays et qu’aucune autorité politique n’a le pouvoir de prendre position à notre place  et que la question de la souveraineté est une ligne rouge que nous ne franchissons jamais ainsi que le système de gouvernance est une affaire maroco-marocaine  et les Marocains ont des forces politiques et civiles, des citoyens et des citoyennes qui choisissent ce qui leur convient au niveau des organes de gouvernance, mais nous faisons partie des forces de la liberté dans le monde qui défendent les droits de l’homme dans leur intégralité et leur intégralité et en particulier le droit à la liberté des médias.
Enfin, lorsque nous avons publié la nouvelle de la grève de la faim du journaliste citoyen Rabie Ablaq, nous étions absolument certains que c’était vrai et que nous avions la preuve, mais nous ne cherchons pas la polémique, nous sommes plus concernés par la vérité et notre objectif est de progresser avec tout le monde, nous refusons la controverse inutile  parce que nous préférons un dialogue sérieux et fructueux.
Vos positions non seulement irritent les autorités officielles, mais le Syndicat national de la presse marocaine a aussi  une attitude négative à l’égard de vos rapports et classifications.
Nous pensons que la base d’un certain nombre de positions différentes au sein du Syndicat national de la presse est le manque de communication et de coordination avec  nous, ce que nous avons exprimé à deux reprises à Mr Abdallah Bakkali. Nous n’avons jamais (jamais) critiqué le syndicat national, et bien qu’il soit possible de développer le travail et la performance du syndicat, cela est principalement dû à ses structures, à ses participants et à la presse en général, et nous sommes toujours prêts à coopérer avec ce syndicat.
 Reporters sans frontières accepte les positions du syndicat comme un point de vue, même si c’est une vive critique, et les différences d’attitudes et d’opinions peuvent être comblées en créant des mécanismes d’action communs dans le domaine du développement des capacités des journalistes et des médias, de la réforme des institutions et de l’organisation d’ateliers de réflexion commune, et il est important de développer des initiatives communes dans les domaines sur lesquels nous sommes d’accord, qui ne sont pas rares.
 Nous avons besoin d’un dialogue avec les structures de la profession et de toutes les instances et organisations marocaines concernées par la liberté de la presse, et ce que nous demandons, c’est que les positions critiques soient constructives, fondées sur des données précises et qu’elles soutiennent les journalistes et ne soient pas soumises à des calculs qui mettraient les journalistes indépendants en danger.
Vous êtes une organisation internationale ou une organisation Française?
Toutes les organisations internationales dans le monde ont commencé dans un pays, parfois même à partir d’une ville et à l’initiative de quelques-uns, et que Reporters sans frontières soit  originaire de France et que son siège soit Paris ne signifie pas qu’il s’agit d’une organisation Française.
RSF n’exprime pas non plus les positions de l’État Français ou qu’elle est soumise aux diktats de l’état de  son siège principal. Tout comme le bureau nord-africain est basé en Tunisie, l’Etat ou les autorités tunisiennes n’ont rien à voir avec notre façon de travailler ou nos positions, qu’il s’agisse de la Tunisie ou des pays de la région, il y a des bureaux d’organisations à Rabat, et nous ne pensons pas que les autorités marocaines s’immiscent dans leur travail.
L’observateur averti note facilement que la nature des relations politiques et diplomatiques Franco-marocaines n’est pas liée aux positions et au travail de Reporters Sans Frontières. Cela s’applique aux performances de l’organisation dans le monde entier.
Cependant, certains veulent déformer et confondre les origines françaises de l’organisation pour prétendre des ingérences extérieures et d’autres questions qui sont totalement en dehors de l’approche des droits de l’Homme. Nous refusons toute ingérence dans la souveraineté des pays et nous travaillons à protéger les journalistes, peu importe qui les attaque et les met en danger, qu’il s’agisse de gouvernements, de forces politiques, de cercles d’influence financière, de mafias ou de groupes religieux.
Quelles sont les limites de votre relation avec l’Etat  Français ?
Ce sont les limites de nos relations avec tous les pays du monde, et il est possible de revenir sur le site de l’organisation et de rechercher si ce qui est publié à propos de la France (classé 32ème dans le classement mondial) favorise le  pays du siège central!
D’autre part, la France a coopéré avec nous dans notre initiative pour “l’information et la démocratie”, en soutenant notre organisation dans cette marche aux côtés de la Tunisie, du Costa Rica, de la Norvège, du Sénégal et de quelques autres pays. Nous avons besoin de l’état Français, ainsi que de tous les états du monde, avec lesquels nous pouvons atteindre des objectifs universels élevés.
Un rapport a été publié il y a des mois par votre bureau de Madrid sur la question du Sahara et n’a pas évoqué les  questions de droits de l’homme pour s’engager dans des considérations politiques, est-ce que les positions exprimées  représentent la position de l’organisation RSF sur la question du Sahara?
Toutes les structures de l’organisation sont engagées par ce rapport parce qu’il est publié par l’une de ses branches. Nous avons exprimé deux choses fondamentales: premièrement, l’état de la liberté de la presse au Sahara exige déjà un traitement important de la part des autorités et de toutes les parties concernées, et deuxièmement, le contenu du rapport peut être discuté. Pour mémoire, les succursales de l’organisation (situées uniquement en Europe) ont une marge  d’indépendance et sont animés par des bénévoles engagés alors que les bureaux (similaires à l’Office nord-africain) ont du personnel salarié et des experts.
Tous les travaux  peuvent être critiqués et évalués pour l’avancement et le progrès, et notre bureau a continué à communiquer  avec des responsables marocains pendant la période de publication du rapport auquel vous avez fait référence, et avant cette publication pour discuter d’une série de questions. En tout état de cause, les volets politique et celui des droits se chevauchent dans le dossier du Sahara en raison de sa complexité et plus il y a de la transparence, plus il est possible de surmonter les malentendus avec le gouvernement et apporter plus d’équité à  ceux qui ont le droit à l’information et une presse libre, indépendante et pluraliste qui exprime toutes les opinions et positions, Les Marocains et l’opinion publique internationale ont également le droit de connaître clairement et de manière transparente les faits dans cette région du monde.
Nous ne nous immisçons pas dans cette question en tant que dossier politique, mais en tant que dossier des droits de l’homme dans le cadre de notre vocation de liberté de la presse, et puisque le Sahara est sous l’autorité administrative de l’État marocain, nous allons aborder la situation de la liberté des médias  là-bas comme dans le reste du Maroc, et nous soutenons la légitimité internationale d’une solution à la question du Sahara d’une manière complète.
Comment les autorités ont-elles réagi à ce rapport?
Il n’y a pas eu de position publique exprimée concernant ce rapport, mais nous avons été informés de l’insatisfaction des autorités à l’égard de ce qu’il dit, d’autant plus que la plupart de ceux qui sont mentionnés comme des cas n’appartiennent pas au secteur des médias mais sont des militants politiques, et que le rapport n’incluait pas la position des autorités, ce que nous avons considéré comme une objection valable.

Cela a-t-il contribué à accroître les tensions?
Avant la publication du rapport, nous avons entamé une phase de communication avec les autorités marocaines, qui a été ralentie ce processus. Il n’est pas possible de le décrire comme une tension, mais plutôt une difficulté de communication, et nous avons dû constamment demander à rencontrer des responsables pour exposer nos positions et propositions pour réformer le secteur des médias et protéger les journalistes. Que nous ayons une attitude négative à l’égard de ce que nous publions ne signifie pas que nous allons abandonner les possibilités d’ouverture du dialogue.

Une fuite à la presse marocaine sur des entretiens avec un groupe de responsables marocains en parallèle avec un stage  de formation sur la “couverture médiatique des processus électoraux” en novembre dernier, est-il possible de savoir quels dossiers ont été évoqués  et comment les autorités marocaines ont traité avec vous?
En effet, nous avons rencontré M. Mustafa Rumid, ministre des Droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement, et un certain nombre de fonctionnaires du ministère, et nous lui avons exposé nos positions sur le cadre législatif sur la liberté de l’information et un certain nombre de dossiers liés aux journalistes: dossier Tawfiq Bouachrine, que nous avons considéré comme un dossier politique, ainsi que le dossier du journaliste Hamid Mahdaouy et des journalistes citoyens qui ont été condamnés à la prison pour avoir couvert les événements du Rif, ainsi que les procès d’Ali Anouzla, de Maati Monjib et de ses compagnons. Le dialogue avec le ministre et les fonctionnaires du ministère a été direct et clair, et ils nous ont donné leur point de vue et ils ont toujours confirmé que les dossiers sont de nature  judiciaire et que le système judiciaire est indépendant,  nous avons considéré que les violations sont nombreuses. Pour nous, il est inacceptable que le pouvoir judiciaire soit utilisé pour emprisonner les journalistes et notre position cohérente est d’exiger l’arrêt des poursuites et de libérer les journalistes emprisonnés. Le problème aujourd’hui, c’est que nous essayons de donner suite à cette réunion et de trouver des moyens de poursuivre le dialogue, mais il semble que ce ne soit pas facile.
Nous avons clairement indiqué que le classement du Maroc dans le classement mondial n’a pas progressé parce que les autorités n’ont pas pris d’initiatives et que tant qu’il y a des journalistes dans les prisons, il est possible que le Maroc tombe plus loin que la 135e (ce qui est  dejà un mauvais classement) et se retrouve avec les pays ennemis de la liberté de la presse si jamais les autorités n’engagent pas de réformes , nous avons dit que c’est quelque chose que nous ne souhaitons pas, mais nous ne pouvons pas rien faire si la situation continue car nous adoptons une approche scientifique rigoureuse qui ne  discrimine personne. Les autorités devraient prendre l’initiative d’améliorer la situation et d’envoyer des messages positifs et commencer la libération de Tawfiq Bouachrine, Hamid Mahdaouy et les  autres journalistes citoyens et mettre fin aux poursuites contre les autres.
Est-il vrai que vous avez des difficultés à organiser des activités au Maroc ?
Nous n’avons rien à cacher lorsque nous organisons une activité pour Reporters sans frontières au Maroc et nous sommes intéressés et honorés que les représentants des autorités assistent à toute activité que nous organisons, ce qui, à notre avis, est positif. Il est vrai que nous avions des inquiétudes avant la dernière formation spéciale qui a eu lieu après le communiqué « agressif » de l’administration pénitentiaire. Lorsque le discours d’un responsable  gouvernemental est équilibré et responsable et en même temps celui du directeur d’une autorité administrative est proche des  insultes et des fausses accusations, c’est discutable et inquiétant. Nous invitons des journalistes professionnels et des experts de formation et ne veulent pas être soumis à des actes de harcèlement, d’autant plus que les contenu de la formation ne sont pas toujours conformes aux positions de l’organisation .
Pour être honnête, nous, ni aucun des participants, n’avons été harcelés au cours de la session qui s’est tenue au siège de l’Association marocaine des droits Humains, avec laquelle nous avons eu l’honneur de coopérer et que nous considérons comme une fierté du mouvement des droits de l’homme dans le monde, et une école de combat  civil et pacifique pour des  générations de militantes et de militants marocains, et nous les considérons comme des partenaires avec lesquels nous partageons de nombreuses positions. 
Comment vérifiez-vous les données que vous incluez dans vos rapports ?
Notre organisation s’appuie sur un réseau de journalistes et de correspondants et un large réseau de relations qui comprend des journalistes, des avocats, des militants et des universitaires. Notre travail est d’adopter les mêmes normes que la presse pour l’exactitude des informations et données.

Quels sont les dossiers les plus difficiles qui ont irrité les autorités marocaines contre votre organisation ?
Vous venez de faire référence à deux occasions où il y a eu une réponse officielle, l’une concernant la place du Royaume du Maroc au classement mondial de la liberté de la presse et la seconde concernant la grève de la faim de Rabiaa Ablaq. Mais d’après nos réunions, on peut dire que Tawfiq Bouachrine  est le dossier le plus inquiétant pour les autorités, parce qu’il s’agit d’un dossier politique par excellence et je considère personnellement qu’il s’agit du cas le plus pénible  de l’histoire de la presse marocaine au cours des dernières décennies.
 La solution du dossier Bouachrine doit être politique tout comme l’origine du dossier, les violations judiciaires sont clairement établies et les excès sont prouvés à toutes les étapes. Nous espérons que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, chef de l’exécutif et chef de la magistrature, interviendra pour ordonner les mesures nécessaires pour libérer Tawfiq Bouachrine,  C’est quelque chose dont nous avons informé M. le Ministre Mustafa Ramid et que nous avons mentionné lors de notre rencontre avec Mme Amina Bouayach, Présidente du Conseil national des droits de l’homme, bien que sa position soit à l’opposé de la nôtre et aussi lors de notre rencontre avec M. Younes Moujahid, Président du Conseil national de la presse et  de notre rencontre avec M. Abdallah Bakkali, avec qui nous avons eu la même discussion. Nous espérons que le syndicat sera en mesure de traduire sa volonté en initiatives parce que son rôle demeure important et central.

Dans  le cas du journaliste Bouachrine, bientôt il achèvera deux années depuis de son arrestation sana que le gouvernement ne réponde favorablement à la demande de sa libération exprimée par le  du groupe de travail de l’ONU chargé de l’arrestation arbitraire,  comment voyez-vous ce dossier?
 Le rapport du Groupe de travail sur la détention arbitraire est l’une des principales preuves que le dossier de Bouachrine est d’abord de nature politique. Les mécanismes et les rapports du groupe de travail à travers le monde montrent  à quel point leur travail est précis et rigoureux.  Lorsque le rapport a été publié, nous pensions que le Royaume du Maroc libérerait Bouachrine, ré-examinerait les procédures et sanctionnerait ceux qui se sont impliqués dans les violations des lois de l’État marocain et ont privé Bouachrine d’un procès équitable, et avant cela, ont permis de le détenir arbitrairement.
Certains sites d’informations ont mentionné l’intervention de  votre organisation pour faciliter l’octroi de l’asile politique à  certains journalistes en France ou dans d’autres pays, est-ce dans votre domaine de compétence ?
L’un des rôles les plus importants de notre organisation depuis sa création est d’accompagner les journalistes, les journalistes citoyens, les blogueurs et les collaborateurs des médias, qui sont en danger, et cela inclut des centaines d’individus chaque année et de différents pays du monde. Chaque fois qu’un journaliste peut être assisté dans le dossier de demande d’asile en a besoin qu’on l’assiste auprès des gouvernements ou des organismes internationaux, nous n’hésitons pas à le faire, et nous traitons avec les journalistes qui ont besoin de soutien chaque fois qu’il s’agit de difficultés ou de violations uniquement dans le contexte de l’activité des médias.
Le Maroc a promulgué un code de la presse sans peine de prison alors que votre organisation parle toujours de recul, pourquoi ne pas regarder les choses positives aussi?
Lors de notre récente rencontre avec le ministre Mustapha Ramid, nous avons évoqué des opportunités, par exemple, nous avons considéré la création du Conseil de la  presse était un acte très positif, à condition qu’il s’agisse bien d’une institution capable de développer les médias au Maroc. Avant cela, rappelons que la Constitution de 2011 garantit la liberté d’opinion et d’expression en général, et que son préambule a  clairement exprimé l’engagement en faveur des droits de l’homme, mais soyons clairs :
 il y a beaucoup de textes dans l’arsenal législatif marocain à propos de la presse, dont  la révision du code pénal et  la Loi sur la communication audiovisuelle et celle de l’accès à l’information et il y a plus d’un acteur, ce qui rend difficile l’invocation d’un texte clair. Il y a aussi ce va et vient incessant entre le code de la presse et le code pénal…et les  amendements de 2016  peuvent aller que dans le sens de la restriction de la liberté d’expression en général et de la liberté de la presse en particulier et il existe de nombreux exemples de ce va et vient.
Certes, nous examinons les aspects positifs  mais nous pensons qu’ils ne devraient pas être contournés dans la législation, la pratique ou le fonctionnement des institutions.
En plus de la pression  financière (non-décaissement de la  subvention publique annoncée), le quotidien  Akhbar al-Youm est exposé à une campagne de diffamation contre ses journalistes, comment voyez-vous la crise  que vit ce journal ?
Nous pensons que “Akhbar al-Youm” est l’une des dernières organisations de médias indépendants au Maroc, et que les restrictions qu’elle subit aujourd’hui, elle et ses journalistes sont totalement inacceptables, et qu’elle s’inscrivent dans le sillage du dossier de Tawfiq Bouachrine , donc la levée de la restriction sur le journal est nécessaire pour résoudre le dossier Bouachrine qui n’est pas  technique mais politique et un certain nombre de responsables de l’administration dans les diverses institutions vont essayer d’exercer spontanément  des restrictions et des pressions sur ce journal même si personne ne leur  en donne l’ordre  et cela va se poursuivre  jusqu’à ce qu’une décision politique finale  soit rendue pour statuer sur ce dossier, alors nous renouvelons notre appel au roi d’intervenir d’urgence pour résoudre cette question et permettre à Bouachrine de bénéficier de la justice et à ce journal de continuer de vivre car c’est un acquis précieux de la presse marocaine. Reporters sans frontières exprime clairement sa solidarité avec la famille du journal et dénonce les restrictions et les campagnes contre celui-ci.
Le Maroc a récemment été connu une campagne d’arrestations parmi les blogueurs et You tubeurs, cela affectera-t-il le classement du Maroc cette année?
 Tout d’abord, toute arrestation pour publication est condamnable,  et d’autre part, le travail de classification dans ses dernières semaines, et si les autorités ne vont pas dans une direction positive, cela affectera sans aucun doute le classement du Maroc. Nous espérons que ce sera rattrapable et ce serait formidable d’avoir notre propre conférence de presse à Rabat cette année. Mais il semble que les forces du recul en arrière  sont encore aux commandes au Maroc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire